Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 août 2008

Un sens et prêt voyant

Vierges-sages-vierges-folles-r1.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,1-13.
« Alors, le Royaume des cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe et s'en allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient insensées, et cinq étaient prévoyantes : les insensées avaient pris leur lampe sans emporter d'huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leur lampe, de l'huile en réserve. Comme l'époux tardait, elles s'assoupirent toutes et s'endormirent. Au milieu de la nuit, un cri se fit entendre : 'Voici l'époux ! Sortez à sa rencontre.' Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et préparèrent leur lampe. Les insensées demandèrent aux prévoyantes : 'Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent.' Les prévoyantes leur répondirent : 'Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous ; allez plutôt vous en procurer chez les marchands.' Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces et l'on ferma la porte. Plus tard, les autres jeunes filles arrivent à leur tour et disent : 'Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !' Il leur répondit : 'Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.' Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure. »

______Le Royaume des cieux a récemment été comparé à beaucoup d’éléments puisés dans la vie courante : l’homme qui sème du bon grain [1], celui qui découvre un trésor caché dans un champ [2][2bis], du levain enfoui dans trois grandes mesures de farine [3], un filet qu’on jette dans la mer [4]… Il est de bon ton qu’un samedi –jour privilégié pour l’organisation d’un mariage- le Royaume des cieux soit comparable à dix jeunes filles invitées à des noces
______Cinq d'entre elles étaient insensées, et cinq étaient prévoyantes. Gouverner, c’est prévoir. Ne pas prévoir, c’est perdre le sens de tout gouvernement et se laisser gouverner au gré d’autres, plus prévoyants. De la prévoyance à la "prédiction", certains cultivent la prédilection [5] : ce n’est là qu’abus de gouvernement -de pouvoir- de la part des "spécialistes" [6] du sens180px-Sens_unique.JPG (option unique, l’interdit étant passible d’une forte amende "pathologique"…) qui se réservent l’exclusivité de son interprétation, pourvu que celle-ci satisfasse à court terme la clientèle demandeuse… voire demanderesse pour les "malades" ayant réussi à se faufiler au travers du filet "thérapeutique", passant alors brillamment au statut de justiciables. Ce qui est presque amusant quand on sait que ces "malades"-là sont officiellement comme tous les malades : selon la formule consacrée, « c’est pas d’leur faute ! » Cochonneries [7] de virus "psychiques" [8]… C’est presque amusant, mais guère étonnant : depuis que la "justice" se fait prévoyante en gouvernant avec l’huile [9] de la lampe des censeurs [10] insensés [11, APR note 19], on ne sait plus trop où se situe la frontière entre la "santé" et la Santé [12] !…

prison_sante.png

______On parle d’huile et de lampe : de quoi s’éclairer pour aller à la rencontre de l'époux, non se brouiller la vue en brouillant des époux, regardant l’un comme prévoyant et l’autre comme insensé. Au diable la loi de l’amour [13] : qu’au nom de l’amour de la loi, le prévoyant soit insensé et l’insensé prévoyant : à ce titre, l’un est sommé de donner de son huile à l’autre. La grâce vaporeuse [14, APR note 5] (le pince-nez n’est pas fourni…) de la "santé mentale" étant passée par là, on ne s’étonnera pas poissons-daquarium-vip-blog-com-728922fish_divorce.jpgnon plus que tout ceci se déroule sous la formulation savoureuse de "consentement mutuel" !… La loi de l’amour est facile à porter, et son fardeau, léger. Elle est révélée aux tout-petits. [15][15bis] Les sages et les savants, eux, lui préfèrent visiblement l’amour de la loi faute d’avoir su percevoir la première : elle a en effet tout prévu… pour compliquer à souhait l’existence en couvrant de jougs pénibles à porter et de lourds fardeaux ! Au diable les cœurs qui se ferment : on croit sans doute être encore fidèle à l’Évangile en se rangeant ainsi du côté des prévoyants. Pardon ? Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! [16] Qui a dit cela ? Jésus ? Trop facile : à Son époque, on ne connaissait pas encore cette formidable épidémie de "troubles psychiques"… dont la cadence augmente d’ailleurs à proportion de celle de l’effectif des "gentils docteurs" : ceux-là même qui sont plus "puissants" que Jésus. [17, note 12] Par conséquent, ce que Dieu a uni ne compte plus face à cette effroyable "réalité" que constitue un époux catalogué dahu "psychique" [18, note 31] !!! À défaut de la patrie, c’est la famille qui est en "danger" ! Aux armes… les pigeons. [19] (Les familles traînées dans la boue au cours de l’affaire Outreau –pour ne citer que la plus connue- "remercient" encore les "puissants gentils docteurs" pour leurs remarquables performances prédictives de la "dangerosité". L’histoire ne précise pas si elle se sont ensuite cotisées pour leur offrir des boules de cristal, afin d’améliorer encore ces performances…) Face aux monstres hideux ("psychopathes" [20], "pervers narcissiques", "pédophiles" [21] et autres nouveaux lépreux [22] "psychiques" qui font crier au loup [23]…) qu’elles abritent en leur sein, ces familles ont à présent le "devoir" de se protéger : d’être prévoyantes, quitte à faire embastiller [24] le "prédateur" qui la fait trembler de la tête aux pieds. N’est-ce point évangélique en diable ? En diable : c’est le mot…
______Au "consentement mutuel", on consent plus spontanément à contracter une mutuelle de prévoyance chez Osée :

Livre d'Osée 2,16-17.21-22.
Mon épouse infidèle, je vais la séduire, je vais l'entraîner jusqu'au désert, et je lui parlerai cœur à cœur. Et là, je lui rendrai ses vignobles, et je ferai de la Vallée-du-Malheur la porte de l'espérance. Là, elle me répondra comme au temps de sa jeunesse, au jour où elle est sortie du pays d'Égypte. Tu seras ma fiancée, et ce sera pour toujours. Tu seras ma fiancée, et je t'apporterai la justice et le droit, l'amour et la tendresse ; tu seras ma fiancée, et je t'apporterai la fidélité, et tu connaîtras le Seigneur.

______Jésus ne connaissait pas encore le Docteur, ni cette formidable épidémie de "troubles psychiques" ?… C’est bien la raison pour laquelle Il répondra à ceux qui l’ont bien connue… surtout chez les autres : 'Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.' Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure… en dépit de vos prédictions de "dangerosité" de bazar. Ceux-là pourront toujours toquer à une autre porte plus basse… beaucoup plus basse : 'Docteur, Docteur, ouvre-nous !'. Ils seront accueillis à bras ouverts… comme de vieilles connaissances. [24] Ils seront ses fiancés, et il leur apportera l’infidélité, et ils connaîtront des tas de Docteurs.

______Cinq d'entre elles étaient insensées, et cinq étaient prévoyantes : même si l’Évangile procède beaucoup par analogie, il reste l’Évangile. C’est-à-dire que ce n’est pas un agenda surbooké, aide-mémoire qui nous aide à prévoir le programme des vacances, le menu du déjeuner, la visite de grand-mère ou l’inscription du petit dernier à l’école. On peut être irréprochablement prévoyant sur tous ces points et nombre d’autres… tout en étant complètement insensé sur l’huile menant à l’époux. Nous sommes jugés sur la charité [25], non sur notre gestion du temps entre le travail [26] et les loisirs… et toujours pas sur la santé [27], vraie ou fausse. Les prophètes [28] sont naturellement aux avant-postes de la prévoyance… même s’ils ne sont pas courtiers d’assurances. Comme c’est étrange : on les reconnaît parfois à ce qu’ils passent pour insensés. On ne saurait que trop leur conseiller d’avoir un peu de recul à propos de ceux qui se font du souci [29] sur leur santé : quitte à être pris pour des fauves, qu’ils n’hésitent pas à prévoir quelques rugissements [14, note 23]

tigre_indochine_02.jpg

Commentaires

Et bien voilà la solution : on place le fauve face à l'aquarium et les deux poissons se réconcilient ! ... (A méditer) -

Écrit par : glou-glou ... | samedi, 09 août 2008

Où ça ? Dans le ventre de la bête ? (Méditation digestive...)

Écrit par : Michel | samedi, 09 août 2008

Oh ! non, ce n'est pas une baleine ... Pauvres petits poissons ! Il est vrai que le " pour vivre heureux, vivons cachés " dans un aquarium - ce n'est peut-être pas l'idéal. Il est impressionnant ce tigre, j'aime les fauves mais celui là, brrr ! ... Vous me sidérez toujours avec le choix de vos illustrations. Là, je ne me lancerai certes pas dans une psychologie de bazar, connaissant vos aversions ... mais comme je n'en fais pas mon activité principale, cela ne saurait être dangereux. Bon dimanche !

Écrit par : Simone | dimanche, 10 août 2008

c'est quand on prévoit les choses, souvent quelles tournent mal .. un acte spontané, fait parfois mieux l'affaire..
hurler un bon coup ça calme les nerfs,
pleurer aussi,
après on peut revoir les choses d'un oeil plus objectif..

Écrit par : 3 "F" | vendredi, 28 août 2009

Les commentaires sont fermés.