Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 septembre 2008

Dans l’Écriture, les déliés ne sont pas plaints.

herculehydre.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 18,15-20.
Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S'il t'écoute, tu auras gagné ton frère. S'il ne t'écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes afin que toute l'affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S'il refuse de les écouter, dis-le à la communauté de l'Église ; s'il refuse encore d'écouter l'Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel. Encore une fois, je vous le dis : si deux d'entre vous sur la terre se mettent d'accord pour demander quelque chose, ils l'obtiendront de mon Père qui est aux cieux. Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d'eux. »

_____Depuis cet Évangile, on avait déjà noté cette inversion systématique [1] qu’opère cette "médecine" qui se croit tout permis tant qu’on n’oppose aucun frein à son hégémonie. Ici la "santé mentale" colle au plus près du modèle, en le retournant évidemment à son seul profit… ce qui donne aux brebis naïves une impression rassurante parce que familière à leurs oreilles. Le malsain Philou n’a plus même à retourner le Texte : il lui suffit juste de substituer aux vrais protagonistes les siens… aux personnes les chiens [2] :

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -18,15-20°
Si ton frère a chopé un virus [3], va parler seul à seul avec l’un de ses proches et montre-lui son mal. S'il t'écoute, tu auras gagné ce proche à la cause "sanitaire". S'il ne l'écoute pas, qu’il prenne encore avec lui une ou deux personnes afin que toute son affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins dont ce n’est pas la leur [4]. S'il refuse de les écouter, que le proche le dise à la communauté familiale ; s'il refuse encore d'écouter la famille, qu’elle le considère comme un malade et un psychotique puisqu’il nie abominablement sa souffrance. Amenez votre carte Vitale, je vous le médis : tout ce que vous aurez ligoté sur votre terre sera ligoté dans le chenil [5], et tout ce que vous aurez dénié sur votre terre sera dénié dans le chenil. Encore une fois, je vous le médis [6] : si deux d'entre vous sur votre terre se mettent d'accord pour demander quelque pathologie sur un autre, ils l'obtiendront de mon Père-Docteur [7] qui est aux chenils. Quand deux ou trois sont réunis en mon faux nom [8], je suis là, au milieu d'eux. »

_____Et quand lui est là, au milieu d'eux, on peut bien simultanément se réunir au nom du vrai Père qui est aux cieux : Lui aussi est là, au milieu d’eux. Mais parce qu’Il ne veut pas déranger les frères qui commettent le péché de voir un dérangé parmi boulet.jpgeux [9, note 19], ceux-là n’obtiennent rien de Lui parce que la demande [9, APR note 9] sur laquelle ils se sont mis d’accord à déjà été satisfaite par leur Père-Docteur. Le plus lourd l’emportant [10, note 17], face à la tempête dans le verre d’eau [11, note 2], la brise légère [12] ne fait pas le poids ! Quand on sait ce que cette tempête fait des prophètes d’aujourd’hui [13, note 12/2], ceux d’autrefois sont balayés comme fétus de paille…

Livre d'Ezéchiel 33,7-9.
« Fils d'homme, je fais de toi un guetteur pour la maison d'Israël. Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part. Si je dis au méchant : 'Tu vas mourir', et que tu ne l'avertisses pas, si tu ne lui dis pas d'abandonner sa conduite mauvaise, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang. Au contraire, si tu avertis le méchant d'abandonner sa conduite, et qu'il ne s'en détourne pas, lui mourra de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie. »

_____…et "avantageusement" remplacés par une version plus solide, montée sur poutres [14]. Ainsi les petits cochons [15] n’auront plus peur du méchant loup :

troispticochons.jpg

Livre d'Yféchier 33,7-9.
« Fils de chien, je fais de toi un épieur pour la maison de Raihël [16]. Lorsque tu entendras une faribole de ma bouche, tu les avertiras de ma part. Si je dis au malade : 'Tu vas guérir', et que tu ne l'avertisses pas, si tu ne lui dis pas d'abandonner son déni de souffrance, lui, le malade, mourra des soins de sa psychose, mais à moi, personne ne me demandera compte de son sang. [17] Au contraire, si tu avertis le malade d'abandonner sa santé, et qu'il ne s'en détourne pas, tu riras de ton péché, et toi, tu auras sauvé ta vie.[18] »

_____Dès le XIIe siècle, le bienheureux Théophylacte [19, notes 22] déplorait déjà que « celui qui dénie l'existence des facultés de raison et de pensée chez son frère […] injurie et insulte, détruit l'amour » Et l'amour, c’est l'accomplissement [20] parfait de la Loi. Ce qu’affirmait longtemps avant lui un certain Apôtre :

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 13,8-10.
Ne gardez aucune dette envers personne, sauf la dette de l'amour mutuel, car celui qui aime les autres a parfaitement accompli la Loi. Ce que dit la Loi : Tu ne commettras pas d'adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne commettras pas de vol, tu ne convoiteras rien ; ces commandements et tous les autres se résument dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L'amour ne fait rien de mal au prochain. Donc, l'accomplissement parfait de la Loi, c'est l'amour.

_____Le juste "psychique" [21, notes 36] du XXIe siècle ne laisse pas d’étonner par son invraisemblable inconscience, qui rendrait le bienheureux fort malheureux [22][22bis][22ter] pour lui. Fusse-t-on dans les premiers rangs dans les synagogues [23], comment peut-on écouter ces dernières diatribes de saint Paul [24][9], comment peut-on écouter Matthieu hier [25] ou aujourd’hui en ayant simultanément été l’artisan ou le complice d’une insultation destructrice de l'amour par définition ? C’est signifier que Matthieu, Paul, Théophylacte et bien d’autres sont bien gentils, mais "dépassés". C’est donc prétendre être plus intelligent, plus "évolué" que ces vieux ringards qui ne parlaient sans doute que pour "leur temps". C’est oublier qu’il y a moins de différences entre un Galiléen d’il y a quelques millénaires et un Bavarois d’il y a un peu plus d’un siècle qu’entre… un cocker et un pitbull, par exemple. [26, note 10] Au nom de quoi y en aurait-il davantage entre le juste "psychique" du XXIe siècle et le scribe ou le pharisien ? Si tel est le cas, alors jetons l’Évangile à la corbeille… et abstenons-nous de le commenter !
_____L'amour ne fait rien de mal au prochain… sauf pour son "bien" : ce "bien" que la "science" sait à présent déterminer mieux que lui-même ! L'accomplissement parfait de la Loi, c'est l'amour ? Cette Loi prend à nouveau une majuscule : elle n’est pas celle des hommes. Nonobstant, la loi "sanitaire" la dissout point par point : partout où elle passe, adultère, meurtre et vol [27, APR note 8] sont commis par celui qui "aime" les autres en accomplissant parfaitement cette loi, la "santé" seule lui faisant office de "charité" [28, note 2]! Oui, mais aujourd’hui la médecine a fait des progrès : elle a identifié des maladies qui étaient inconnues à l’époque de Matthieu, Paul, Théophylacte et bien d’autres. Et alors ? En quoi la possibilité de soigner de telles maladies donnerait-il le privilège à quiconque de se placer au-dessus de la Loi ? Du reste, nul ne prétend se hisser au-dessus de cette Loi… tant que l’on parle de vraies maladies.

_____Ce n’est pas parce que le "gentil docteur" est plus "puissant" que Jésus [29, note 12] que sa "médecine" est fausse : c’est au contraire à cause de cette fausseté qu’il avait besoin [9, AV note 10] de se rendre hors d’atteinte de toute vérification scientifique en se faisant la loi à la place de la Loi. Qui souçonnerait un demi-dieu auto-proclamé d’injurier et d’insulter au nom de "l'amour" ? Un cocker, bien sûr : lui est le prochain injurié et insulté à qui il est fait du mal. C’est pourquoi il convient de lui en ajouter pour l’abattre avant qu’il n’aboie trop fort [30, APR note 29] : le demi-dieu décrète qu’il se fait du mal… mais il ne le sait pas parce que ce n’est qu’un chien "psychotique". "Seul" le demi-dieu sait à présent où sont le bien et le mal : il les "révèle" bien entendu en toute "neutralité morale", condition sine qua non permettant de faire passer le message aux derniers qui devraient y croire : les disciples de l'accomplissement parfait de la Loi eux-mêmes !… Ceux-là sont les premiers à en pâtir, non par des "troubles psychiques" mais par la souffrance morale qui s’impose à toute conscience torturée par ses propres trahisons.

df940201-petit-chien.jpg

_____Si je dis au méchant : 'Tu vas mourir', et que tu ne l'avertisses pas, si tu ne lui dis pas d'abandonner sa conduite mauvaise, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang. Si tu l’avertis, et que c’est lui qui, en retour, demande compte de ton sang par des simagrées "sanitaires" sur ton compte, il est encore plus méchant que prévu : c’est la marque de la "santé mentale"… [31] et ce n’est du ressort d’aucun médecin, quel qu’il soit. Si tu avertis le méchant d'abandonner sa conduite [1, note 1], et qu'il ne s'en détourne pas, lui mourra de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie. Et toi, tu n’as pas à sacrifier ta vie et ta santé par fausse humilité, pour satisfaire aux caprices des pleutres qui ne veulent pas se détourner de leur mauvaise conduite : peu t’importe que celle-ci soit jugée "bonne" par leur demi-dieu…

Lettre de Phil’os à poutre malsain aux Mesquains 13,8-10.
Ne gardez aucune dette envers personne, sauf la dette de la mort tue mais tuante, car celui qui soigne les autres a parfaitement accompli ma Loi. Ce que dit ma Loi : Tu commettras l'adultère pour raison de santé, tu commettras par mégarde des accidents thérapeutiques, tu commettras vol sur vol toujours pour raison de santé, tu ne convoiteras que la santé de ton chien ; cette ordonnance ment, et toutes les autres qui se résument dans cette parole : Tu soigneras ton prochain comme moi-même [27]. La mort du prochain ne me fait rien de mal. Donc, l'accomplissement parfait de ma Loi, c'est la mort.

Les commentaires sont fermés.