Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 octobre 2008

Frappez, et l’on vous ouvrira… oui mais, avec les mains.

chatiere.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,22-30.
Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant. Quelqu'un lui demanda : « Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? » Jésus leur dit : « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : 'Seigneur, ouvre-nous', il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes.' Alors vous vous mettrez à dire : 'Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.' Il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal.' Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors. Alors on viendra de l'orient et de l'occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu. Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »

______Il semble que les trop aimables voyageurs en partance pour la Pathomanie ne soient pas les seuls à se faire refouler [1, note 3] : on ne saurait pourtant affirmer que la porte d’une aérogare internationale soit étroite ! Comme c’est étrange : ce sont précisément ceux-là qui, s’ils s’efforcent d’entrer par la porté étroite le pourront ! Alors que beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. Quelle est donc cette étrange destination concurrente, dont les services douaniers semblent encore plus regardants que ceux de la Pathomanie ? Difficile de la voir comme une sorte de solution de rattrapage pour les éconduits de la porte large : elle ne laisse en effet entrer que ceux qui ne nourrissent aucun regret quant à l’autre destination, mieux encore : qui regrettent formellement d’y avoir seulement songé.
______L’explication en est fort simple : le roi de cette maison n’est autre que celui dont le portrait orne les murs de Pathos-City ! "WANTED" [1, APR note 26] : c’est lui. On conçoit que chez lui, les agents doubles [1, APR note 12] et autres chasseurs de primes se fassent si nombreux qu’ils génèrent un véritable courant d’air. Alors, le maître de la maison se lève et va fermer la porte… pour éviter courants d’air et importuns. Il est chez lui : il fait ce qu’il veut. Ils pourront bien se mettre à frapper à la porte, en disant : 'Seigneur, ouvre-nous', il leur sera répondu : 'Je ne sais pas d'où vous êtes.' Mettons-nous à sa place ! De quel camp sont-ils ? Comment distinguer les uns des autres dans une pareille foule ? Rien ne ressemble davantage à une paire d’orteils [2, note 19] qu’une autre paire d’orteils…

______Certes, quelques-uns chercheront à se faire reconnaître, en se mettant à dire : 'Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.' En d’autres termes, nous avons là les inénarrables "communiants" [3, note 2][4][5, note 7][6, note 28][7, note 21][8, APR note 17][9] si férus de Sa présence et de Son enseignement qu’ils en ont malencontreusement "oublié" qu’au cœur de la communion se nichait uni. Sans doute parce que c’est écrit plus petit [10] que "WANTED" D'où sont-ils ? D’où viennent-ils ? Le savent-ils eux-mêmes, eux qui frappent à la porte avec les pieds ? Ces pieds, ne les auraient-ils pas 9f636d699b3ed70eea3d7e046d75a2b4.jpgposés en Pathomanie ? Peut-être pas tous… mais quelques-uns s’y sont entraînés. On reconnaît là l’objectif premier des Pathoparcs et autres Patholands, parcs de répulsion [1, APR note 4] chargés de promouvoir l’image de la Pathomanie à l’étranger… en donnant envie de s’y rendre ! Parcs de répulsion… mais attractions tout de même : de celles qui apportent des sensations fortes –que ce soit dans l’espace [11, note 22][12, note 34] ou dans le temps [13, note 15]- avec une attention toute particulière pour ce qui vous met la tête en bas, voire ce qui la décapite. Non seulement on se fait du mal à faire le poirier, mais le fait est que cela éloigne ostensiblement du ciel qui –aussi paradoxal que cela puisse paraître- est plutôt conçu pour les gens ayant les pieds sur terre. C’est d’ailleurs à cela que se repèrent les agents doubles : ils sont bicéphales, mais leurs têtes sont des pieds ! D’où probablement la fameuse expression –peu charitable- stigmatisant comme une certaine relativisation de l’intelligence chez une personne. Aussi le verdict tombe-t-il assez logiquement pour les nostalgiques de la Pathomanie : 'Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal'… et qui vous êtes éloignés les premiers pour d’autres pâtures. Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. Parmi ces derniers qui seront premiers, combien d’agents simples poursuivis par des agents doubles parce qu’ils refusaient de participer à la battue contre l’ennemi [1, note 6] public n°1 de la Pathomanie, se faisant gibiers [14, note 12] à leur tour ? Or, l’entrée de la maison du maître est interdite [15, note 39] aux chasseurs…
446831_GKALDYTRA2AHDC1VGGSFJHCHQ1DDF4_se-camoufler-est-essentiel-pour-un-tireur-d-elite_H162459_L.jpg______Parmi ces chasseurs, on trouve les "professionnels"[16] : des tireurs d’élite ! Question chasse, ils sont de loin les premiers. Le moment précis il y aura des pleurs et des grincements de dents [17, note 28] chez eux est quand ils verront Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et qu’ils seront jetés dehors. En effet, à quoi ressemblera le royaume de Dieu à leurs yeux ? À une gigantesque gibecière ! Quand bien même ils se réclameraient de prophètes connus (Abraham, Isaac ou Jacob…), ils verront tous les inconnus… qu’ils reconnaîtront cependant comme étant d’anciennes cibles. Moins "WANTED" que leur maître, mais cependant gibier de second choix pour les chasseurs de prophètes.[18][19] Faute de grives, on mange des merles…. jusqu’à ce que le décapiteur se trouve fort dépité. [20] En effet, tous ces jugements qu’il aura porté contre les autres seront portés aussi contre lui. [21, APR note 12] Finie la fable du "gentil docteur" plus "puissant" que Jésus [22, note 12] : cette fois, il est du mauvais côté de la porte. De l’autre il y a un Maître qui, Lui, ne fait pas de différence entres les hommes.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens 6,1-9.
Vous, les enfants, obéissez à vos parents dans le Seigneur, c'est cela qui est juste : Honore ton père et ta mère, c'est le premier commandement assorti d'une promesse : ainsi tu seras heureux et tu auras longue vie sur la terre. Et vous, les parents, ne poussez pas à bout vos enfants, mais élevez-les en leur donnant une éducation et des avertissements inspirés par le Seigneur. Vous, les esclaves, obéissez à vos maîtres d'ici-bas comme au Christ, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre cœur, sans chercher à vous faire remarquer par souci de plaire aux hommes. Au contraire, conduisez-vous comme des esclaves du Christ qui accomplissent la volonté de Dieu de tout leur cœur, qui font leur travail d'esclaves volontiers, pour le Seigneur et non pour les hommes. Car vous savez bien que tout homme, esclave ou libre, recevra du Seigneur sa récompense selon ce qu'il aura fait de bien. Et vous, les maîtres, agissez de même avec vos esclaves, n'utilisez pas les menaces. Car vous savez bien que, pour eux comme pour vous, il y a un Maître dans le ciel, et qu'il ne fait pas de différence entre les hommes.

Lettre de Phil’os à poutre [23] malsain aux Daltoniens de la santé 6,1-9.
Vous, les chiots, obéissez à vos parents dans le Docteur, c'est cela qui est psychiquement juste[24, notes 36] : désonore ton père et ta mère, c'est le dernier commandement assorti d'une promesse : ainsi tu seras malheureux et tu auras longue vie de chien sur la terre. Et vous, les parents, poussez à bout vos enfants, et rabaissez-les en leur donnant une éducation et des avertissements expirés par le Docteur. Vous, les esclaves, obéissez à vos maîtres d'ici-bas comme en crise, avec crainte et tremblement, dans la duplicité de votre cœur, en cherchant à vous faire remarquer par souci de plaire aux hommes. Au contraire, conduisez-vous comme des esclaves de la crise qui accomplissent la volonté du Docteur de tout leur cœur, qui font leur travail d'esclaves volontiers, pour le Docteur et pour ses hommes. Car vous savez bien que tout homme, esclave ou libre, recevra du Docteur son ordonnance selon ce qu'il aura fait de mal. Et vous, les maîtres, agissez de même avec vos esclaves, utilisez les menaces. Car vous savez bien que, pour eux comme pour vous, il y a un maître dans le sous-sol, et qu'il fait beaucoup de différence entre les hommes.

______Quand on est du mauvais côté de la porte –et du côté de la Pathomanie- les événements se déroulent effectivement avec beaucoup de différence :

Escroquerie de Labriolle [24] selon malsain Philou -13,22-30°
Ratant la marche vers Jémalpartou, Philou passait par les villes et les villages en faisant saigner[25]. Quelqu'un lui demanda : « Docteur, n'y aura-t-il que peu de gens à être guéris ? » Philou leur dit : « Efforcez-vous de sortir par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à sortir et ne le pourront pas. Quand le maître de la maison de repos [26, note 11] se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dedans, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : 'Docteur, ouvre-nous', il vous répondra : 'Je sais bien d'où vous êtes.' Alors vous vous mettrez à dire : 'Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as fait saigner à notre place.' Il vous répondra : 'Je sais bien d'où vous êtes. Approchez-vous de moi, vous tous qui êtes malades.' Il y aura des pleurs et des dyskinésies faciales quand vous verrez Abracadabra [27], Sacapatate, Jacob Delafon [28, APR note 7] et tous les prophètes démolis [29] dans le royaume du Docteur, et que vous serez jetés dedans. Alors on fuira de l'orient à l'occident, du nord au midi, laissant bien volontiers sa place au festin dans le royaume du Docteur. Oui, il y a des derniers qui resteront derniers, et des premiers qui resteront premiers. »

______De quoi se plaint-on ? Au moins sommes-nous assurés que ceux qui auront été jetés dehors n’auront pas le temps de se faire du mal avec l’hiver qui arrive : eux aussi [30] ont de quoi trouver asile

Commentaires

Frrr ! frr ! ... Je l'ai déjà vu celui-là ? ... C'est peut-être bien à cause de lui que ma siamoise menait ce cirque cette nuit ? Je viens de me voter à l'unanimité (moi + moi + moi) des vacances de Toussaint histoire de refaire une petite cure de ciné ou de compenser une insomnie dans un fauteuil moelleux. Question (si je puis me permettre ...) vous n'auriez pas eu la main lourde avec Photoshop pour la photo du bas ? (facebook) celle du haut est plus naturelle. Je m'occupe vraiment de ce qui ne me regarde pas là, allez vous dire ! Miaou, penaude je repars par la trappe-à-chats. Bonne journée !

Écrit par : une collectionneuse de gent féline | jeudi, 30 octobre 2008

Damned, je suis fait ! J'ai prié toute la nuit afin que vous ne m'assigniez pas en justice ce matou... pardon, ce matin (dès potron-minet, bien sûr...) suite à cet odieux détournement qui -avouons-le- se prêtait à merveille à l'illustration du Texte juste en-dessous. Je confesse m'être passé de votre permission, tout en anticipant sur l'irrépressible bonheur que vous ressentiriez en voyant votre chat hissé au rang de vedette internationale. Il ne faudrait tout de même pas que cette fraîche célébrité (qu'il a déjà ressenti cette nuit, apparemment : c'est beau, l'instinct !) lui monte trop à la tête, faute de quoi vous allez collectionner les insomnies en plus de la gent féline.

Pour la photo du bas, vous avez raison : j'ai carrément laisser tomber le pot de peinture de l'étagère virtuelle. À ce stade, le lait démaquillant ne suffira pas : le white spirit s'impose de lui-même ! Décapant, non ?

Écrit par : Chat alors... | jeudi, 30 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.