Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 janvier 2009

J’ai vu l’esprit se crasher du ciel comme une Collomp…

crash.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,29-34.
Le lendemain, comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c'est de lui que j'ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était.  Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l'eau, c'est pour qu'il soit manifesté au peuple d'Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit : 'L'homme sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint. 'Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage : c'est lui le Fils de Dieu. »

_____Le témoignage de Jean Baptiste reste le fil conducteur de cet Évangile [1]. Il demeure celui colombe-de-la-paix.gifde la reconnaissance du Messie au milieu de nous : on ne peut témoigner que de ce qu’on reconnaît. Certes, Jean est privilégié dans le sens où lui a vu ce que d’autres ne voyaient pas. Voyant Jésus venir vers lui, ceux qui l’entouraient alors ne voyaient qu’un homme dans l’immédiateté : ne voyant ni d’où il venait ni où il allait. Jean voit le même homme qu’eux, mais dans une dimension plus "cosmique" : derrière lui, sa place étant devant lui, car étant avant lui. Il le reconnaît alors qu’il ne le connaissait pas. Il le reconnaît parce qu’au-dessus de lui, il a vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Ce signe en revanche, il le connaissait : il l’attendait. 'L'homme sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint.' Il a donc pu reconnaître –sans le connaître- en lui le Fils de Dieu, parce qu’il connaissait celui qui l'a envoyé baptiser dans l'eau.
_____Dès lors, oui, il a vu, et il peut rendre ce témoignage que personne autour de lui ne peut contester –ou suspecter de forfaiture-, les disciples présents sachant que Dieu est juste, reconnaissant aussi que tout homme qui vit selon la justice de Dieu est vraiment né de lui. Ils ne voient pas –sinon un homme venant vers lui-, mais ils reçoivent ce témoignage de Jean, celui-ci ayant déjà derrière lui son témoignage de prophète.

Première lettre de saint Jean 2,29.3,1-6.
Puisque vous savez que Dieu est juste, reconnaissez aussi que tout homme qui vit selon la justice de Dieu est vraiment né de lui. Voyez comme il est grand, l'amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu - et nous le sommes. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu'il n'a pas découvert Dieu. Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est. Et tout homme qui fonde sur lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur. Tout homme qui commet le péché lutte contre Dieu ; car le péché, c'est la lutte contre Dieu. Or, vous savez que lui, Jésus, est apparu pour enlever les péchés, et qu'il n'y a pas de péché en lui. Quand un homme demeure en lui, il ne pèche pas ; quand il pèche, c'est qu'il ne l'a pas vu et ne le connaît pas.

_____Ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Ce qui paraît de plus en plus clairement, c’est ce que nous faisons du362415016_cc383da32d.jpg témoignage, de la reconnaissanceet de la justice. Quand tout homme qui prétend publiquement vivre selon la justice de Dieu dévoie non moins publiquement la justice des hommes jusqu’à transformer celle-ci non plus en caricature d’elle-même (ce qui serait encore un "moindre mal"), mais en outil [2] d’inique [3] coercition s’exerçant exclusivement à l’encontre de celui qui persiste à vouloir vivre selon la justice de Dieu, on fait donc coexister deux "justices" de Dieu antinomiques ! L’une des deux relève nécessairement de l’imposture et du faux témoignage, ce qui est très désagréable pour l’imposteur faux témoin dont l’unique objectif va bien sûr consister à projeter [4, note 18] sa position sur l’autre : il en va d’une réputation où on s’est rendu pur de soi-même [5][6]. La fausse justice de Dieu n’est pas difficile à reconnaître : c’est évidemment celle qui s’abrite derrière la justice des hommes en demandant son arbitrage [7] !!! Imagine-t-on Jean Baptiste demander à des prêtres et des lévites [8][1] qui il est, lui ? L’imagine-t-on encore demander l'onction [1, APR note 10] de la cantonnade par laquelle il va consacrer l’Agneau de Dieu ?

divorce.jpg

_____Imagine-t-on des témoins privilégiés de l'amour dont le Père les a comblés, voulant qu’ils soient appelés enfants de Dieu, en appeler à la justice des hommes pour que celle-ci témoigne publiquement de l’antithèse absolue de cet amour ? Non : malheureusement, on ne l’imagine pas. On ne VOIT que trop clairement des "témoins" qui fondent sur la justice des hommes une telle espérance qu’ils se rendent impurs comme eux-mêmes sont impurs, rendant la justice des hommes elle-même d’une impureté inouïe. Ces "témoins" n’ont pas vu Jésus et ne le connaissent pas : nonobstant, personne ne leur trouve d’obstacle à aller "communier" [9, note 21] ! Tout homme qui commet le péché lutte déjà contre Dieu. Mais ici, on dépasse amplement la lutte contre Dieu : on ne Le respecte pas [10] en se servant de Lui pour "justifier" ce qui est une chose abominable à Ses yeux. [11] Qu’il le reconnaisse ou non, tout homme sachant que Dieu est juste et qui NIE sa justice en la réduisant à celle des hommes est vraiment mort [12, note 10] à lui. Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.[13, AV note 13] Ce qu’il était ne paraissait pas encore clairement, tant qu’il avançait masqué sous des "gentils" alibis "sanitaires" : lorsque la justice des hommes paraît, elle devient semblable à lui parce que nous le voyons tel qu'il est : aussi large [14] qu’une autoroute. Quand le psy passe le relais à l’avocat, ce dernier n’est "gentil" qu’à l’égard de son client, à l’exclusive de tout autre.

couvhe9.jpg
© SCP LEGRAND LEGRAND-LEJOUR PONTRUCHÉ

_____Quand un disciple de Jésus apparaît pour utiliser des structures de péché, il en justifie l’existence, en assure la pérennité… et tous les effets pervers qui s’en suivent, se diffusant sur l’ensemble du corps social. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu'il n'a pas découvert Dieu. Il n’est pas près de le découvrir avec de tels "enfants de Dieu" !… Car le divorce avalisé par la la justice (?) des hommes [15], c'est bien pire que la lutte d’un époux contre l’autre… ou contre Dieu. Sous cette dramatique –mais néanmoins anodine- apparence, c’est l’ouverture d’une véritable boîte de Pandore… ou la pichenette sur le premier domino [16, APR note 23], qui va entraîner dans sa chute tous les autres. Tout ce qui ne paraissait pas encore clairement comme péché, nous le voyons tel qu'il est ! Ce qui va faire l’objet d’une note à part…

dominos.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

C’est un "gentil docteur" [ un "avocat", un "juge aux affaires familiales" : rayez la mention inutile… ] qui se place devant le puits des vœux du nouvel an :
- Je voudrais… Voyons, je voudrais répondre des conséquences de mes actes !
Pouf ! son vœu est exaucé. En réalité, c’est boum ! Il a littéralement explosé, se dispersant en granulats recouvrant le chemin qu’il a emprunté…

autoroute-pollution.jpg
Télécharger une version imprimable de la note
(fichier Word, sans les images)

Les commentaires sont fermés.