Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 janvier 2009

Voici partir derrière nous celui qui est plus nuisant que tous.

20160W.JPG

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1,7-11.
(Fête du Baptême du Seigneur)

Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l'eau ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint. » Or, à cette époque, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain. Au moment où il sortait de l'eau, Jésus vit le ciel se déchirer et l'Esprit descendre sur lui comme une colombe. Du ciel une voix se fit entendre : « C'est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j'ai mis tout mon amour. »

_____Jean n'avait pas encore été mis en prison.[1] Celui qui était avec lui de l'autre côté du Jourdain, celui à qui il a rendu témoignage, le voilà qui baptise, et tous vont à lui [2]! Et voilà que Celui qui baptisera dans l’Esprit Saint vient à Son tour se faire baptiser dans l’eau ! Il n’en avait nul besoin à titre personnel, bien entendu. Ce baptême a ici deux finalités. Finalité humaine : attester de la validité de la mission accomplie par celui qui lui a si bien rendu témoignage [3][4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][2] qu’Il lui rend témoignage à Son tour, se courbant à ses pieds, Lui qui est pourtant plus puissant que lui ! Finalité divine : rouvrir le ciel, l’Esprit étant en peine de descendre depuis le péché des origines. Et Jésus vit le ciel se déchirer et l'Esprit descendre sur lui comme une colombe. Une fois n’étant pas coutume, ce n’est pas la guerre mais la paix qui déchire. [14, note 3] Quand le ciel est rouvert, une voix peut s’en faire entendre. Ce n’est pas le sifflement d’une bombe, mais une déclaration d’amour : « C'est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j'ai mis tout mon amour. » Il n’y a donc pas d’autre nom que le Sien, sur la terre comme au ciel. Non qu’il ne reste plus d’amour pour les autres, mais l’amour pour les autres –et l’amour entre les uns et les autres- prend une nouvelle dimension en se greffant sur l’amour du Fils bien-aimé. Dès lors, cet amour dépasse l’eau fluctuante des sentiments pour s’incarner par le sang de la filiation divine du Père. Par ce baptême, Jean est reconnu par le Fils et le Fils est Lui-même reconnu par le Père. À sa suite, tout homme qui aime le Père aime aussi celui qui est né de lui. Inversement, qui n’accepte pas le témoignage de celui qui est né de lui atteste qu’il n’aime pas le Père : chez lui, le témoignage de Dieu n’a plus de valeur. [15, note 17] Il n’est plus que le témoignage de celui qui s’est mis au service du mensonge. [14, AV note 25] Or, celui qui rend témoignage, c'est l'Esprit, car l'Esprit est la vérité.

Première lettre de saint Jean 5,1-9.
Tout homme qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est vraiment né de Dieu ; tout homme qui aime le Père aime aussi celui qui est né de lui. Nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car l'amour de Dieu, c'est cela : garder ses commandements. Ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Et ce qui nous a fait vaincre le monde, c'est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N'est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? C'est lui, Jésus Christ, qui est venu par l'eau et par le sang : pas seulement l'eau, mais l'eau et le sang. Et celui qui rend témoignage, c'est l'Esprit, car l'Esprit est la vérité. Ils sont trois qui rendent témoignage, l'Esprit, l'eau et le sang, et tous les trois se rejoignent en un seul témoignage. Nous acceptons bien le témoignage des hommes ; or, le témoignage de Dieu a plus de valeur, et le témoignage de Dieu, c'est celui qu'il rend à son Fils.

_____L’Esprit, l'eau et le sang, tous les trois se rejoignent en un seul témoignage. Tout témoignage autre –y compris celui qui sépare l’Esprit, l’eau et le sang entre eux- devient donc un faux témoignage. Celui-là referme le ciel, limitant alors le salut [15, note 5] à celui de la terre. Pas de chance : notre Père, Lui, est aux cieux. [16] Quand le ciel est bouché par un nuage noir [15, note 4], ce qui en descend n’a rien d’une colombe et tout du vautour.[16][17] Du ciel aucune voix ne se fait plus entendre. On est prêt à dépenser beaucoup d’argent pour acheter la paix, témoignant par là-même combien on s’en trouve altéré, faute d’avoir su écouter. [18]

cul-de-sac.jpg

Livre d'Isaïe 55,1-11.
Vous tous qui avez soif, venez, voici de l'eau ! Même si vous n'avez pas d'argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent et sans rien payer. Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi donc : mangez de bonnes choses, régalez-vous de viandes savoureuses ! Prêtez l'oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je ferai avec vous une Alliance éternelle, qui confirmera ma bienveillance envers David. Lui, j'en ai fait un témoin pour les nations, un guide et un chef pour les peuples. Et toi, tu appelleras une nation que tu ne connais pas, et une nation qui t'ignore accourra vers toi, à cause du Seigneur ton Dieu, à cause de Dieu, le Saint d'Israël, qui fait ta splendeur. Cherchez le Seigneur tant qu'il se laisse trouver. Invoquez-le tant qu'il est proche. Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme pervers, ses pensées ! Qu'il revienne vers le Seigneur qui aura pitié de lui, vers notre Dieu qui est riche en pardon. Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins, déclare le Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus des vôtres, et mes pensées, au-dessus de vos pensées. La pluie et la neige qui descendent des cieux n'y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l'avoir fécondée et l'avoir fait germer, pour donner la semence au semeur et le pain à celui qui mange ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce que je veux, sans avoir accompli sa mission.

_____Si les pensées des bergers d’Israël [19] s’égarent [13, notes 23,24] parfois, notamment en laissant "communier" [20, notes 5, 10/2] le méchant et l'homme pervers en état manifeste de péché mortel [14, note 9], l’Esprit ne veut pas que certaines garnier_propriete_privee.jpglimites soient franchies. Car l'Esprit étant la vérité, Il est Un avec le Fils et le Père. Jamais n’accepte-t-Il de témoigner en faveur d’hommes devenus si pervers qu’assoiffés d’un Père absent depuis qu’ils ont répandu d’eux-mêmes un infâme nuage noir autour d’eux, ils cherchent à Le capter en captant le Fils ! Non plus seulement en "communiant", mais en Le capturant. Au lieu qu’Il soit un témoin pour les nations, qu’Il soit une "propriété privée" ! Il est très symptomatique que deux hommes pervers aient tenté –en vain- d’installer dans leur maison une sorte de chapelle privée bénéficiant de la Présence réelle du Fils. Et pas n’importe quels hommes : Philippe Champagne de Labriolle [21, note 18] lui-même, ainsi que son commanditaire [22, APR note 26] !!! Invoquez-le tant qu'il est proche. C’est en vain que l’invoquent les deux artisans aussi premiers qu’irresponsabilissimes des étranges aventures conjugales de Mister et Mrs K [23, APR note 16], semant depuis lors tout autour d’eux soifs, fortes dépenses d’argent pour ce qui ne nourrit pas, fatigues pour ce qui ne rassasie pas. « N’écoutez donc pas le malade ! Ne lui prêtez surtout pas l’oreille ! Ne venez pas à lui ! Ne l’écoutez pas, et vous… survivrez ! Rompez avec lui une alliance éternelle [24], qui confirmera sa maladie. » Tels furent les mots d’ordre de candidats à la captation du Fils dont les pensées sont en-dessous de toute pensée. Tous ceux qui ont accepté leur témoignage ont passé –et passent encore-une épreuve de vérité inouïe.

_____De nouveau, Mister K joue les hommes invisibles [25, APR note 14/2] ! (Mrs K également : à défaut de bicyclettes [26, APR note 28], c’est le courrier qui s’est volatilisé cette fois durant son absence prévisible !…) Mais cette fois, cet étrange pouvoir ne se cantonne plus au commanditaire susnommé ou à son épouse, mais s’étend à des familles qui, jusque là, étaient épargnées. C’est qu’il n’est guère aisé de passer de l’affabilité coutumière aux conséquences concrètes de la crédulité à des fables versées sur le dos de Mister K. Ce dernier a pu noter comme un refroidissement qui ne tenait en rien à la température extérieure… mais en tout à la température intérieure. [27] En effet, à une exception près, tous les généreux hébergeurs de la famille de Mister K sont venus se réjouir avec lui que l’Esprit descende sur le Fils comme une colombe. Visiblement peu empressés à entendre la voix de l’époux [14, AV note 21], ce dernier a pu cependant faire entendre sa voix, demandant à ceux qui contribuent à écarter un garçon de l’amour de son père : « Et comment va mon fils bien-aimé ? » Ce qui tombait là aussi fort à propos [14, APR note 25]… bien qu’ayant du mal à rendre tout joyeux. Mister K n’a cependant pas insisté, visiblement perçu comme un fardeau, ce qui ne contribue guère à accomplir les commandements : les plus pathétiques sont encore ceux qui tombent dans le piège [14, note 10], non ceux qui les évitent.

clapier-003.jpg

_____Le plus pathétique est encore ce vrai-faux "cousin" –toujours aussi courageusement anonyme derrière son nom d’emprunt[14, AV note 12] qui, par un nouveau message, achève de révéler que, chez lui, la peur n’est pas induite de l’extérieur mais de l’intérieur. À raison, honte et confusion sont de nouveau au rendez-vous. Sans doute moindre artisan que les deux lascars ci-dessus, il reste cependant artisan –donc, co-responsable- d’une situation dont il se mord aujourd’hui les doigts. Cette responsabilité d’un vaincu du monde est pour lui un fardeau dont il ne croit pouvoir se dépêtrer qu’en ironisant avec force panique sur la situation "désespérée" d’un Mister K, chasseur de nouveau convié à se rendre sans conditions à une tripotée de lapins. [26, APR note 27] Il devient dérisoire d’essayer encore de convaincre Mister K qu’ilchat20saute20souris.gif est un lapin ! Pour un mouchoir de papier usagé, ce serait d’ailleurs une promotion. En remerciement, Mister K s’abstiendra donc de promouvoir ici la réelle identité du "cousin"… bien qu’il l’aie cette fois parfaitement identifié par les propos tenus : c’était bien la peine de se créer une nouvelle adresse électronique juste pour cet usage ! Ce qui signe une tentative "d’aide" beaucoup moins désintéressée qu’elle ne se déclare. L’âge du mensonge des déculpabilisateurs [27, note 28] a fait plus que son temps, ce dernier inclinant à la retraite [28]. L’heure est plus propice aux résurgences de la culpabilité : c’est un bon début pour y associer la responsabilité de ses actes. Tant que l’on revient vers le Seigneur qui aura pitié de tout coupable, vers notre Dieu qui est riche en pardon, tout est possible. À condition bien entendu de cesser de jouer au chat et à la souris avec Mister K, la répartition des costumes lui semblant par trop inadéquate : a-t-on jamais vu un matou parvenir à se loger dans un déguisement de souris ? Chez les mickeys de la "médecine" [29, APR note 9], sans doute : pour eux aussi, tout est possible… sauf quand on leur confisque leur stock de queues. On se fatigue en effet de tous ces gens qui tournent en rond autour de vous.

l55i8ywe.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

Au zoo :
- Monsieur, Monsieur, votre belle-mère est tombée dans le bassin des crocodiles !
- Ce sont VOS crocodiles, alors vous n'avez qu'à les sauver vous-même…

crocodile.jpgcrocodile.jpgcrocodile.jpg
Télécharger une version imprimable de la note
(fichier Word, sans les images)

Les commentaires sont fermés.