Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 janvier 2009

Lettre ouverte à Maître X

Mister K
7, rue d’Epreuve
00000 PATHOS-CITY
à :

SCP Maître X
Huissier de "Justice"

666, rue des Vampires
00000 PATHOS-CITY

N° 0/0000

L’AN DEUX MIL NEUF

ET LE QUINZE JANVIER

 

Elisant domicile EN MON DOMICILE,

Je vous rappelle que vous êtes passé cet après-midi pour me signifier un acte de votre ministère en date du 30 DÉCEMBRE 2008, concernant une ordonnance dite de non-conciliation rendue par le Juge aux Affaires Familiales près le TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PATHOS-CITY en date du QUINZE DECEMBRE DEUX MILLE HUIT (je vous rappelle en passant que mille prend deux L).
Je vous rappelle que la dite ordonnance est ILLÉGALE. Pour « concilier », il faut être DEUX.. Ce que vous dénommez la requérante était SEULE, accompagnée certes de son avocat : à savoir, Nadine PONTRUCHÉ. Pour ma part, je n’étais pas PRÉSENT à l’audience ayant produit la dite ordonnance. Je n’étais pas davantage REPRÉSENTÉ par un avocat. Or, ce genre de personnage est OBLIGATOIRE dans le cadre de la procédure qui justifie la dite ordonnance. Pas d’avocat, pas de procédure, pas d’ordonnance, pas davantage de sommation de quitter les lieux interpellative… qui, certes, interpelle quelque peu dans le vécu. Tout acte portant ce nom est ILLÉGAL. Soulignons enfin que je n’ai pas connaissance LÉGALE de la dite ordonnance, n’en ayant JAMAIS été informé en mon nom propre.

Il s’avère que je continue d’occuper le domicile conjugal avec le droit et le titre suivant : celui d’époux conjugué à son épouse, et père de leurs enfants communs. Qu’il y aie quelques erreurs de conjugaison est de droit strictement PRIVÉ et je constate que les Juges, avocats, huissiers et autres personnels du ministère public mettent ainsi gravement OBSTACLE à toute perspective de conciliation, sans guillemets.
En conséquence, vous Huissier de « Justice » soussigné, m’avez fait ILLÉGALEMENT SOMMATION d’AVOIR IMMEDIATEMENT ET SUR LE CHAMP (les traits d’union eussent été les bienvenus, cette locution étrant peu crédible en l’état, en centre-ville…) à libérer le domicile conjugal que je continue d’occuper avec le droit et le titre sus-nommés, et il ferait beau voir que je vous restitue des clés : vous n’êtes pas chez vous chez moi.

Quant à moi, je vous fais SOMMATION d’aller réapprendre vos leçons « d’humanité » et de « préservation de la cellule familiale » avant d’en donner aux autres : votre passage fut une VIOLENTE CONTRADICTION de l’une comme de l’autre.

Je profite de la présente pour vous faire également SOMMATION de réviser sérieusement votre Code civil, n’indiquant nulle part qu’il existe quelque exception à L’INTERDICTION FORMELLE d’expulser quiconque de son domicile à la saison froide, fût-ce au nom de la loi. Une telle menace est déjà illégale, énoncée par un citoyen ordinaire. Elle constitue un acte d’INTIMIDATION CRIMINELLE de la part d’un agent assermenté de la loi.

TRES IMPORTANT

Si vous ne satisfaisez pas à la présente sommation, je me verrai dans l’obligation de livrer votre identité réelle à mes nombreux lecteurs quotidiens, sur http://micheldetiarelov.hautetfort.com/
Certaines de vos cons
œurs de « la loi » y figurent déjà en clair depuis plusieurs semaines. Vous comprendrez que j’hésite un peu à m’adresser directement à la justice pour obtenir quoi que ce soit, ayant parfaitement assimilé combien celle de cette ville présentait les meilleures garanties d’obtenir « spontanément » une ordonnance prononçant son expulsion. Je confie donc le soin de cette ordonnance à l’opinion publique, ce qui n’est jamais que rendre le pouvoir confisqué au peuple par des oligarchies locales qui le TRAHISSENT gravement au prétendu nom de la loi.

P.S. Votre intrusion sans aucun droit ni titre à mon domicile conjugal m’a permis de constater de visu que vous n’étiez ni à votre domicile ni mon épouse. En conséquence, et à titre de dédommagement, cette réponse figure déjà en bonne place sur mon site. Pour l’heure, vous n’êtes connu de mes visiteurs que sous le nom de Maître X.

Télécharger une version imprimable de la note

Les commentaires sont fermés.