Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 février 2009

Qui a peur du grand gentil loup ?

9782882583390.jpg

_____Il était une fois trois petits moutons qui vivaient avec leur maman dans une petite bergerie. Un jour, la maman appela ses trois fistons et leur dit qu'elle ne pouvait plus les élever parce qu'elle était psychologiquement trop fragile.
_____« Je voudrais que vous partiez d'ici et construisiez votre bergerie, dit-elle, mais prenez garde qu'elle soit aussi fragile que moi pour que le grand gentil loup puisse entrer et vous aimer. »
_____La maman embrassa ses trois petits moutons et leur dit au revoir les larmes aux yeux. Ils s'en allèrent de chez eux construire leurs bergeries.

moutons.jpg

_____Le premier petit mouton rencontra un homme marchant sur la tête [1, note 6], portant des bottes pleines de paille [2]. On n’est jamais assez prudent : il peut pleuvoir [3, APR note 3]. « Puis-je avoir un peu de paille pour construire ma bergerie ? » demanda le petit mouton. Et l'homme lui donna de la paille. Un peu plus ou un peu moins : elle ne le gênait pas beaucoup pour marcher.

_____Le second petit mouton avait rencontré un homme qui portait un chargement de poutres [4]. « Puis-je avoir quelques bouts de poutres pour construire ma bergerie ? » demanda le petit mouton. Et l'homme y consentit bien volontiers, si prévenant à son égard qu’il s’enquit de lui retirer la paille qu’il lui trouva dans l’œil. Une conjonctivite est si vite arrivée…

paille.jpg360x300-poutres3.jpg

_____Le troisième petit mouton, lui, avait rencontré un homme chargé de briques [5, APR note 6]. « S'il vous plaît, Monsieur, lui demanda-t-il LEGO.jpgtrès poliment, puis-je avoir quelques briques pour construire ma bergerie ? » L'homme lui donna assez de briques pour bâtir une grande et solide bergerie avec une cheminée près de laquelle on pouvait s'asseoir.

_____Les trois petits moutons rentraient joyeusement chez eux quand le loup les aperçut. « Comme ils doivent être tendres ! Lequel vais-je aimer en premier ? [Car c’était un gentil loup : lui aussi était tendre.] Je vais commencer par le petit mouton dans la bergerie de paille ! » ll frappa à la porte.
« Petit mouton, malade petit mouton [Car c’était aussi un loup docteur] , je peux venir te soigner ?
- Non, Non ! Par mes poils de mouton ! Je vais très bien.
- Alors, je vais souffler sur ta souffrance et ta bergerie s'envolera ! »
_____Le loup gonfla ses joues, ordonna [6], assigna [7] de toutes ses forces, afin que la bergerie de paille s'envole.
« Au secours ! cria le premier petit mouton en courant vers la bergerie de poutres de son frère. À peine celui-ci eut-il refermé la porte que le loup frappa.
« Petits moutons, malades petits moutons, je peux vous soigner ?
- Non, non ! Par nos poils de mouton ! répondirent les deux frères.
- Alors, je vais sommer, sommer, et votre bergerie s'envolera ! »
_____Le loup se gonfla les joues, somma, somma [8] de toutes ses forces, afin que la bergerie de poutres s'envole. Puis assommé par tant de sommations, le gentil loup fit un somme. « Au secours ! crièrent les deux petits moutons en courant aussi vite que possible vers la bergerie de briques de leur frère.
- Ici, vous ne risquez rien ! leur dit-il.
_____Mais bientôt, la voix du loup résonna de nouveau : son sommeil fut réparateur !
« Petits moutons, malades petits moutons, je peux vous soigner ?
- Non, non ! Par nos poils de mouton !
- Alors, vous allez voir, hurla le loup, je vais souffler sur votre bergerie, et je vais la reconstruire [9] à ma façon ! » Il prit alors sa plus profonde respiration et souffla comme un fou. (les fréquentant couramment, il savait comment s’y prendre…) Mais cette fois encore, il ne réussit pas à mettre la bergerie par terre. Il se cogna la tête contre les murs et se blessa. Puis il s'enfuit dans la forêt, hurlant de douleur : au moins était-il à l’abri de toute suspicion de déni de souffrance [10, notes 9] ! Cela le rendit fou furieux, et attestait de sa dangerosité. Heureusement pour lui, il était du bon côté de la barrière ! Mais il restait néanmoins furieux d’être du mauvais côté du mur des petits moutons. « Il faut absolument que je soigne ces moutons », se disait-il.

siku-6622.jpg

_____Quelques jours plus tard, les petits moutons virent le loup arriver avec les pompiers et leur grande échelle. Les soldats du feu se sont laissé convaincre de la présence d’un grave foyer d’infection au sein de la bergerie, menaçant de s’étendre à la forêt entière s’ils ne faisaient rien pour le circonscrire. Ils font confiance au gentil loup pour les aider à éteindre cet incendie sans flammes : lui voit ce qu’ils ne voient pas [11, APR note 25]. « J'aurais dû y penser plus tôt ! » se dit le loup en faisant positionner l’échelle contre le mur de la bergerie pour atteindre la cheminée. Pendant ce temps, le troisième petit mouton, qui était très rusé, alluma un grand feu dans la cheminée et y posa un chaudron rempli d'eau et de grenouilles [12]. Quand le loup descendit dans la cheminée, il tomba tout droit dedans. Il poussa un tel hurlement qu'on l’entendit à des kilomètres à la ronde. Il repartit comme il était venu : par la cheminée. On n'entendit plus jamais parler de lui… sauf dans la nuit du vingt-quatre au vingt-cinq décembre : encore faut-il y croire !

pere-noel.png

Et pour la première fois,
à l'intention des mal-voyants ou des mal-lisants
(mais pas des mal-entendants)

LE MÊME EN VERSION SONORE :

podcast

Télécharger une version imprimable de la note
(fichier Word, sans les images)

Commentaires

Wouahoo ! c'est super !!! Mais vous avez dû bosser comme un dingue pour réaliser ça ?
La radioteuse est un peu vexée de s'être fait coiffer au poteau car c'est une idée que je caresse depuis longtemps sans être parvenue à la mettre en application. Bravo ! J'espère que ce n'est pas un numéro unique mais le début d'une longue série. Pour un peu, je vous pincerais l'oreille en vous disant - " soldat, je suis content de vous " Allons bon ! voilà qu'Alexandre se prend pour Napoléon maintenant . Je crois que je vais me le réécouter demain matin pour le plaisir ... Hé ! hé ! début d'une carrière ? -
Je comprends mieux votre allusion aux moutons maintenant. (ma trajectoire avait été détournée par quelques commentaires) - Les petits moutons ont bien de la chance d'avoir un papa qui sait raconter de belles histoires.

Écrit par : simone | jeudi, 19 février 2009

Bon article, je vous remercie de partager cette astuce, et je suis entièrement d'accord ! Hum tout est dit, oui votre travail est réellement excellent, je songeais à ça en + la semaine passée ! NB : Vous avez une très belle plume, bravo !

Écrit par : Seotons | mercredi, 03 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.