Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 juillet 2009

Envoi recommandé avec accusé non reçu.

coup-de-pied_picsou.1201273506.jpg

(*)(*)(*) Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,16-23. (*)(*)(*)
Jésus disait aux douze Apôtres : « Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc adroits comme les serpents, et candides comme les colombes. Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé.  Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Amen, je vous le dis : vous n'aurez pas encore passé dans toutes les villes d'Israël quand le Fils de l'homme viendra.

_____Y a-t-il eu erreur d’aiguillage [1] ? Il arrive en effet que les envoyés comme des brebis au mileu des loups se soient si bien acclimatés qu’il y a chez eux comme du serpent [2], et comme de la colombe… version plus grisonnante [3]. C’est qu’à défaut d’adresse et de candeur, les brebis ont tôt fait de (se) rendre chèvres [4][5].
_____Ici encore, le sens commun [6, note 8] voudrait que les "gentilles" brebis se méfient des "méchants" païens [7, note 4]. Si ces derniers disposent sans doute de tribunaux, d’apprendre qu’ils disposent également de synagogues ne flagelle-t-il pas la raison ? Il y a là –dans le Texte même- un témoignage pour les gouverneurs et les rois, et pour les païens. S’ils sont ici associés, c’est bien parce que les uns se distinguent des autres, que les uns ne sont pas les autres. De fait, c’est ce qu’on observe plus loin : ce ne sont pas exactement des loups qui livrent des brebis aux tribunaux. Ceux qui y sont traînés le sont par des membres d’un même troupeau : le frère livrera son frère à la mort, etc. S’il y a là un témoignage pour les gouverneurs,  les rois, et les païens, il faudrait une bonne dose de candeur pour y voir la proclamation de la proximité du Royaume des cieux, de la guérison des malades, la résurrection des morts, la purification des lépreux, l’expulsion des démons [7] ! Pour eux et pour les païens, ne vaut que le témoignage affligeant de tout ce qui s’y oppose point par point chez d’étranges brebis tourmentées, ce qui parle en elles étant aux antipodes de l’Esprit de leur Père, car ce sont elles qui parlent. « Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? » [8] Pour eux, ce témoignage les amène à inverser la question : ces brebis-là n’en font-elles pas autant… si ce n’est pire ? Si le frère livre son frère à la mort, et le père, son enfant ; si les enfants se dressent contre leurs parents et les font mettre à mort, [9] qui peut encore croire à la venue de ce Fils de l’homme dont ils se réclament ? Ne rendent-ils pas détestable son seul nom ?

186377384.jpg

_____C’est déjà la justice qu’ils rendent détestable, calquée à l’aune de leurs fausses persécutions dont ils fuient les tourments en allant en procès devant des juges païens [10, APR note 20]. Comment se fait-il ? Telle est l’éternelle tentation de celui qui cherche à se sauver sans persévérer jusqu’à la fin, livrant un autre. Il n’a plus à se tourmenter pour savoir ce qu’il dira ni comment il le dira : il se livre également à un autre qui dira à sa place [11][12]. Car ce n'est pas lui qui parlera, c'est "l'esprit" robotisé [13] de son défenseur [14] qui parlera en lui. « Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. » En temps et en heure, ce qui fut dit fut fait [15, note 19] : quand on ne se laisse pas [16] traîner devant des gouverneurs et des rois à cause de lui, il y a là également un témoignage pour eux et pour les païens. Ce témoignage est loin de procéder d’une fuite en avant, contrairement à ce qu’en dit un faux témoin de la justice [17, APR note 10], puisqu’il est passé de ville en ville tout autour de la planète [18]. Les faux justiciables se dressent contre leurs juges et font mettre à mort leur "justice" [19] ne serait-ce que pour éviter à celle-ci d’être détestée de tous à cause de son seul nom.
_____Comment se fait-il que de (trop) nombreuses brebis, fussent-elles au milieu des loups, persévèrent à se traîner les unes les autres devant des tribunaux, contribuant ainsi à ce que ces derniers témoignent de leur détestable incompétence en se dressant contre ce qui échappe à leur entendement, persécutant froidement ce qui peut être encore sauvé [20] ? Comment se fait-il que ces brebis partagent un sens aussi scandaleusement atrophié de la justice ? Parce qu’elles sont passées à la moulinette de toutes les villes de Raihël [21], leur "justice" n’étant plus que le témoignage de tourments et auto-flagellations régulés par des mythes "sanitaires" la concentrant sur la cause de leur nombril souffreteux [22]. Il y a là deux témoignages… parfois chez un seul témoin [23] ; et l’un se dresse contre l’autre quand bien même les deux se pareraient de "chrétien" [24]. Quand le Fils de l'homme viendra, lequel l’emportera ?

____________________________

Une cockerinade par jour

Une dame se présente chez le pharmacien.
- Bonjour Monsieur ! je voudrais de l’acide acétylsalicylique, SVP !
- Vous voulez dire de l’aspirine ?
- Ah ! oui, c’est cela… je ne me souvenais plus du nom.

aspirine.jpg
234599_Y471AMPN446I25VB5HC3R52RBYNAGV_aspirine_H135420_L.jpg

Les commentaires sont fermés.