Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 juillet 2009

Si sévère, c’est qu’on voit rouge…

large_497000.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,7-15. (*)(*)(*)(*)(*)
Jésus disait aux douze Apôtres : « Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. Ne vous procurez ni or ni argent, ni petite monnaie pour en garder sur vous ; ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. Car le travailleur mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez chez lui jusqu'à votre départ. En entrant dans la maison, saluez ceux qui l'habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n'en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. Si l'on refuse de vous accueillir et d'écouter vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, en secouant la poussière de vos pieds. Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville.

_____Ce Jugeaspirateur_rowenta1_diapo_main.jpgment n’attend pas toujours d’être dernier pour être sévère : le pays de Sodome et de Gomorrhe n’en avait-il pas déjà fait la cruelle expérience en des temps reculés, ceux d’Abraham et de Loth [1, APR note 7] ? Néanmoins, il sera traité moins sévèrement qu’une ville qui, sans nécessairement avoir essuyé une pluie de soufre et de feu, aura refusé d’accueillir et d'écouter les paroles du disciple. Ce faisant, elle aura retourné sa paix vers lui, voire contre lui. Ce qui n’est pas de même nature que de refuser d’accueillir un représentant en aspirateurs… surtout si on est déjà équipé et que le matériel à disposition donne déjà  toute satisfaction. Le disciple, lui, n’a rien à vendre ; il a reçu gratuitement : il donne gratuitement. À la limite, ce qu’il ne donne pas, il le perd. Tant et si bien qu’il finit imperceptiblement par entrer dans la peau de celui qui refuse d’accueillir et d’écouter : son souci premier est alors de se procurer or, argent, petite monnaie pour en garder sur lui ; sac pour la route, tunique de rechange, sandales, bâton… afin de saluer par bastonnade le disciple entrant dans sa maison, persistant, celui-là, à vouloir donner gratuitement. Au besoin, on informe ce dernier pour qu’il sache qu’il est indigne d’être accueilli [2, note 23], et reste chez lui jusqu’à son départ… dans une autre maison hors de la ville.[3]

719.jpg

_____Dans cette optique, on conçoit mieux que Sodome et Gomorrhe soient traitées moins sévèrement : à leur apogée, personne ne pouvait proclamer que le Royaume des cieux était tout proche. Hormis une poignée de prophètes –et encore !-, qui pouvait alors cultiver quelque prétention de guérir les malades, ressusciter les morts, purifier les lépreux, chasser les démons ? Personne non plus : ne pouvait pas être donné ce qui n’avait pas été reçu. Aussi la moindre sévérité s’adresse-t-elle en premier lieu aux païens [4, note 8], justifiant que parfois les publicains et les prostituées précèdent dans le royaume de Dieu [5], la paix venant sur eux au prix de leur accueil ultime, faisant d’eux des morts ressuscités, des lépreux purifiés par la miséricorde [6].
_____La maison qui n’est pas digne de la paix du disciple n’est donc pas nécessairement la leur. Parce qu’on peut aussi accueillir et écouter… distraitement.[7] La paix viendra-t-elle sur une maison qui accueille et écoute simultanément d’autres paroles ? Là où on aura un tantinet avancé le jour du Jugement, chassé les "malades", suscité les morts, pétrifié les lépreux [8, note 3], impulsé les démons [4, APR note 12], le représentant en aspirateurs pourra être accueilli avec une machine de démonstration qui aura bien mérité sa nourriture, tant elle trouvera de poussière à secouer

l_00030146.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

C’est un noir qui est en train de crever de soif dans le désert. Il trouve une lampe, l’astique et un génie en sort :
- Tu peux faire trois vœux !
Le noir demande à être dans un endroit où il y a beaucoup d’eau. Puis il demande à être blanc. Puis il dit qu’il voudrait voir beaucoup de fesses. Et là, le génie le transforme en…

image-drole-89.jpg

Commentaires

Bon sang, mais si bien sûr ! ... La prochaine fois que je retrouve une chatte planquée dans les toilettes j'irai aussi sec compter les cigarettes restantes ...

Écrit par : Félina | vendredi, 10 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.