Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 août 2009

Survint un nez qui les couvrit de son ombre.

disney-fond-ecran-pinocchio3.jpg
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,2-10. (*)(*)(*)(*)(*)
(
Fête de la Transfiguration du Seigneur)
Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s'entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » De fait, il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.
En descendant de la montagne, Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette consigne, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d'entre les morts ».

_____« Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. » Les amoureux le savent bien : chacun est resplendissant pour l’autre, comme transfiguré. Ils vont volontiers, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne, loin des affres de la plaine [1], se défendant de raconter à personne ce en quoi ils se sont entretenus : c’est là le secret de leur cœur. De fait, il ne savent pas toujours que dire, tant est grand leur amour.[2, AV note 28] Pour l’un comme pour l’autre, l’alter ego est d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Regardant tout autour d’eux, ils ne voient plus qu’eux seuls, s’apparaissant avec le regard de l’ange.[3]
_____Chacune de ces rencontres est comme une préfiguration, une étincelle fugitive de la transfiguration de l’être, une vision de sa participation à une royauté qui ne sera pas détruite. On se demande bien ce que peut vouloir dire : « ressusciter d'entre les morts » quand –à l’instar d’un Pierre, Jacques et Jean… ou de ces amoureux- on a flirté de si près avec un parfum d’éternité, nuée couvrant de son ombre tout ce qui dresse des tentes à la mort.

Livre de Daniel 7,9-10.13-14.
La nuit, au cours d’une vision, moi, Daniel, je regardais : des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ; son trône était fait de flammes de feu, avec des roues de feu ardent. Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des millions d'êtres le servaient, des centaines de millions se tenaient devant lui. Le tribunal prit place et l'on ouvrit des livres. Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d'homme ; il parvint jusqu'au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.

_____Il faut bien cependant descendre de la montagne ; mais depuis Marc, la défense de raconter à personne ce qui a été vu est levée, puisque le Fils de l'homme est ressuscité d'entre les morts. Mais se demandent encore entre eux ce que veut dire : « ressusciter d'entre les morts » tous ceux qui ont négligé de rester fermement attachés à leur siège jusqu’à la fin du film [4, note 28]. Ils savent que dire, tant est grande leur frayeur pour peu que le scénario aie privilégié des thèmes d’épouvante [5, note 16] où chacun est terrorisant pour l’autre, comme figuré [6][4, APR note 30]. Ce qu’ils disent ? « C'est un fantôme », et la peur leur fait pousser des cris.[7] Le "fantôme" leur apparaît comme un transfiguré, et il est malheureux qu’il soit ici perçu comme tel ! Ce qu’il ne serait pas s’ils ne s’exerçaient pas à l’art consommé du poirier [8, note 30]. Soudain, regardant tout autour, ils ne "voient"©[9, APR note 28] plus que des "malades"© seuls avec eux. Pour s’en défendre, ils racontent à tout le monde ce qu'ils ont "vu", vraisemblablement avant que les affreux monstres gluants [10] ne les fassent entrer plus tôt que prévu chez les morts. Il est heureux que nous ayons ici des monstreries spécialisées [11] rompues, elles, à l’art d’écouter ces cris, et, de leur trône fait de flammes de feu "sanitaire", desservant des millions d’êtres chez lesquels la plus petite préfiguration de transfiguration sera détruite.
_____Dressons donc trois tentes si l’on veut. Mais c’est bien parce que c’est l’été et qu’il fait beau…
65233-tente-d-indien-naturelle.jpg
65233-tente-d-indien-naturelle.jpg
65233-tente-d-indien-naturelle.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour
dalmatien.jpg

Commentaires

Et qui osera encore prétendre après cela, que les chiens ne font pas des chats ? !
Michel, je souhaite du fond du coeur que tout s'arrange pour vous et que vous allez bientôt récupérer vos petits dalmatiens ...

Écrit par : S. | vendredi, 07 août 2009

adorable photo des petits chats, un mélange des races, ce serait le paradis sur terre..
pourtant Dieu sait que nous sommes déjà mélangés .. il y aurait que des idées à démêler..

Écrit par : fafaf | vendredi, 07 août 2009

Les commentaires sont fermés.