Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 août 2009

On connaît la chanson.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,41-51.
Comme Jésus avait dit : « Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel » (*), les Juifs récriminaient contre lui (*) : « Cet homme-là n'est-il pas Jésus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son père et sa mère. (*) Alors comment peut-il dire : 'Je suis descendu du ciel' ? » Jésus reprit la parole : « Ne récriminez pas entre vous. Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire vers moi, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi. Certes, personne n'a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi a la vie éternelle. Moi, je suis le pain de la vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; mais ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas. Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »

_____« Combien de temps devrai-je vous supporter ? » [1] « Combien de temps cette communauté mauvaise va-t-elle récriminer contre moi ? » [2, APR note 5] Or, les Juifs récriminaient contre lui : les générations passent, et les récriminations passent aussi… contre le Père puis contre Son envoyé. Personne n'a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père. Récriminer contre lui, n’est-ce pas encore et toujours récriminer contre le Père ? On connaît la chanson : "s’Il existait", Il descendrait du ciel –autraineau.gif besoin en traîneau-stop-, laisserait le Père Noël à ses cheminées et viendrait aux hommes en faisant disparaître de leur vie tout ce qui est amertume, emportement, colère, éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté. (Les esprits chagrins et inquiets ajouteront : « mais que va-t-il rester ?… ») Ils vivraient ainsi éternellement dans l’amour, seraient heureux et auraient beaucoup d’enfants. Pardon ? Ah oui : un lecteur attentif fait signe que cette note n’est pas publiée sous la rubrique "Contes, poèmes… humour", mais : "l’Évangile au présent". Il ne manquerait plus que l’on récriminasse contre l’auteur de ces lignes : « Cet homme-là n'est-il pas X, fils de Y ? Nous connaissons bien son père et sa mère. Alors comment peut-il descendre du ciel "l’Évangile au présent" aux "Contes, poèmes… humour" ? » Pourtant, à bien observer certains hommes qui écoutent [3] les enseignements du Père, qui mangent de ce pain-là, qui descend du ciel, ce peut être à mourir… de rire. Un peu de gaîté n’est pas méchante, saint Paul lui-même nous conviant à faire disparaître tout ce qui contriste

Lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens 4,30-32.5,1-2.
Frères, en vue du jour de votre délivrance, vous avez reçu en vous la marque du Saint Esprit de Dieu : ne le contristez pas. Faites disparaître de votre vie tout ce qui est amertume, emportement, colère, éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté. Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ. Oui, cherchez à imiter Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés. Vivez dans l'amour, comme le Christ nous a aimés et s'est livré pour nous en offrant à Dieu le sacrifice qui pouvait lui plaire.

_____Soit une assemblée paroissiale se réunissant comme il se doit en ce jour du Seigneur [4, APR note 16]… autant qu’il lui est telephone.jpgpossible de se réunir, le mois d’août étant propice à des nefs désertées : les belles voix de basses n’en résonnent que davantage. L’une de ces voix, Mister K [5] la connaît bien pour l’avoir sollicitée en son temps au téléphone, en vue de hâter le jour de sa délivrance [6, APR note 10][7] après plusieurs semaines de séquestration aussi inutile qu’arbitraire. Las : elle faisait professionnellement chorus avec une autre voix, celle de Philippe Vigny [8, note 1] himself ! Autant demander au loup de délivrer les petits moutons [9] : le jour de la délivrance aura donc attendu des jours meilleurs. Cette voix, Mister K la connaît bien également pour l’avoir sollicitée plus directement en un temps plus reculé [10, note 15/5], où il était déjà marqué de l’esprit partiellement "malade"©[11, note 5]. Ce qui lui a été rappelé au téléphone, sans doute histoire de le contrister un peu plus, alors que cet étrange "malade"© était toujours au cœur d’un établissement censé remarquer ces esprits-là !…
Lutrin.jpg_____Le comique revient quand l’heure est venue d’écouter l’un de ces hommes qui écoutent les enseignements du Père, parce qu’il déclame au lutrin ceux de saint Paul. Certes, ce sont bien ceux de l’Apôtre des païens et non ceux du lecteur occasionnel, simple porte-voix : on ne va pas exiger de ce dernier une exemplarité sans failles sur ce qu’il transmet à son micro. Mais il devient difficile de faire disparaître de sa vie un passif surréaliste, contredisant point par point tout ce qui est énoncé aux Ephésiens ! Le jour de la délivrance ? Sous la nef résonnante, c’est bien la même voix que celle du téléphone. La marque du Saint Esprit de Dieu ? À notre époque, cela se "soigne"© très bien. Tout ce qui est amertume, emportement, colère, éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté ? Dans un autre registre, cela se "soigne"© également très bien : sujets inépuisables de récriminations contre autrui sans lesquelles notre lecteur du moment ferait vraisemblablement un autre métier [12][13] ! Générosité et tendresse ? Pourquoi pas ? À condition d’être du "bon" côté de la barrière : celui du récriminant. Pardonner les uns aux autres [14] ? Ici, ce serait chercher à prononcer l’arrêt de mort du dit métier ! Vivre dans l'amour, comme le Christ etc. ? Il est temps de siffler un vieil ami, chargé des sous-titrages de la lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens, afin de la rendre plus conforme à ce qu’en mangent certains lecteurs… qu’ils soient devant, ou derrière le lutrin :

Lettre de Phil’os à poutre malsain aux Daltoniens de la santé 4,30-32.5,1-2. [15][16, note 33]
Frères chiens, en vue du jour de votre délivrance, vous avez envoyé sur un autre la marque de l’esprit partiellement "malade"©. Ne le contristez pas : il "souffre"© bien assez comme ça [17, APR note 28] ; sans compter qu’il pourrait mordre [18] ! Faites disparaître de votre vie tout ce qui est amertume, emportement, colère, éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté : en résumé, faites expulser©[1, note 30] votre "malade"©. Soyez entre vous –mais entre vous seuls- pleins de générosité et de tendresse "bien-portantes". Tant que vous restez en pleine forme, pardonnez-vous les uns aux autres, comme le Docteur vous a pardonné dans la crise. Oui, cherchez à imiter le Docteur, puisque vous êtes ses enfants bien-"soignés"©. Vivez dans la mort "l'amour"©, comme la crise nous a aimés et a livré un autre [19] pour nous en offrant au Docteur le sacrifice qui pouvait lui plaire.

_____Espérons que faire manger ce pain-là offre à Dieu un sacrifice d’humour qui puisse lui plaire. Au désert, nos pères ont mangé la manne, et ils sont morts. Mais vivra-t-il éternellement, celui qui mange la vanne ? Cette chanson, on ne la connaît pas…

pain-fibres-sante.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

C’est pendant la guerre : en pleine nuit, l’alerte sonne et les sirènes retentissent. Les bombardiers approchent. Un couple de personnes âgées se lève en hâte, et descend vers l’abri. Soudain le vieil homme sort de l’abri.
- Mais ? Qu’est-ce qui te prend ? demande son épouse.
- Je remonte, j’ai oublié mon dentier !
- Et alors ? Tu crois qu’ils vont nous envoyer des sandwiches ?

sandwich.gif

Commentaires

Si les autres ne viennent pas à toi, (prends le taureau par les cornes) c'est à toi d'aller vers les autres.

Écrit par : alberto | lundi, 10 août 2009

@ Alberto. Quand ils sont tous partis en vacances, on fait comment ? Eh ! glos malin ... " Les conseilleurs ne sont pas les payeurs " ça se confirme !

Écrit par : simone. | lundi, 10 août 2009

Simone, quand ils sont tous partis en vacances... on prend pitié d'eux, les pauvres, dans les bouchons, dans les restos, dans les boîtes, sur les plages brûlantes, dans les tentations, les insatisfactions, le bruit, le retour... ils vont revenir fauchés, aigris, malades, tristes, frustrés, déçus... C'est là qu'on peut leur parler de Dieu !

Écrit par : alberto | lundi, 10 août 2009

Si ce n'est pas trop tard ! Car tu oublies ceux qui ne reviendront pas : les accidentés de la route, les noyés (ou bouffés par les requins, chez les moins pauvres profitant de mers plus lointaines), emportés par les sports extrêmes tournant court, prisonniers des flammes (bonne fête aux Laurent) à la suite d'un barbecue mal éteint, etc.
"c'est à toi d'aller vers les autres"... en qualité d'entrepreneur de pompes funèbres ? (Allons bon : ce doit être le petit chat noir qui me produit cet effet...)

Écrit par : Michel | lundi, 10 août 2009

C'est vrai je ne regarde pas assez ceux qui ont embarqué leurs valises...

Écrit par : alberto (de contrebande) | lundi, 10 août 2009

" C'est là qu'on peut leur parler de Dieu " Pourquoi ça ? De toutes façons, Dieu, tu le mets à toutes les sauces ... en entrée, en plat de consistance, en dessert ! ... Tu nous gaaaves Alberto ! sans compter que c'est une erreur de stratégie. Dieu, c'est comme la culture, il faut en avoir envie ... sinon, ça fait l'effet inverse. Demande au contrebandier ...

Écrit par : simone alias ... vous savez qui ! | lundi, 10 août 2009

Allons bon ! deux messages de Michel sont arrivés dans le désordre ... Et puis, qu'est-ce que c'est que cette énumération de catastrophes ? !!! Laissez le petit chat noir tranquille, il n'a rien fait, son ronron est là précisément pour nous rassurer. Pas fastoche d'écrire chez vous, les lettres tardent à se mettre en place, ce doit être la chaleur ? ...

Écrit par : S... | lundi, 10 août 2009

"...qu'est-ce que c'est que cette énumération de catastrophes ?" C'est tout simplement une série de bonnes nouvelles pour tous ceux qui restent : vous vous rendez compte tout ce à quoi ils réchappent ? Merveilleux, non ?

Écrit par : De M à S... | lundi, 10 août 2009

Il faut leur en parler AVANT !

De quoi se plaint-elle Simone ? Elle qui se gave de cinéma !

Écrit par : alberto | lundi, 10 août 2009

C'est vrai, quoi : à l'ombre, et avec la climat'. Merveilleux aussi, non ?

Écrit par : Michel | lundi, 10 août 2009

Chère Simone, ce n'est pas pour toi que j'écris : à ce jour, tu n'as pas d'oreilles !
Parbleu, j'écris pour ceux qui ont des oreilles pour entendre ! Je souhaite, non pas retarder la venue de Jésus, mais la hâter !

"Parle, et ne te tais point" (Actes 18.9)
"Insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant." (2 Timothée 4.2)

Ceci dit, c'est de la rigolade ! Ces quelques paroles dans un blog pendant un, deux, ou 3 ans... C'est comme une prise de sel dans la soupe, pas plus !

Écrit par : alberto | lundi, 10 août 2009

Je viens de me palper les oreilles, elles sont bien là. Et puis, je ne me gave pas de cinéma, la moyenne est de 3 par semaine, c'est raisonnable, non ? Pour quelqu'un ayant le libre accès ... J'avais fait prendre une carte UGC à un copain, il y a quelques années parce qu'il avait besoin de se changer les idées et il en voyait 2 par jour ! Toujours du plaisir ce n'est plus du plaisir selon moi. Et Alberto qui veut accélérer la venue de Jésus ... Attends, tu as vu ce qu'ils lui ont fait la première fois ? Moi, à sa place, je ne serais pas pressé de revenir ! Ils sont fichus de l'asseoir sur une chaise électrique cette fois ci.

Écrit par : simone | lundi, 10 août 2009

J'ai trouvé ça pour Simone :
http://www.thetrendygirl.net/cms/uploads/a4.jpg
Ça mettra aussi du sel dans la soupe, non ?

Écrit par : Michel | lundi, 10 août 2009

Les oreilles de mickey ... afin que j'écoute plus confortablement Radio Classique ? Mais je suis branchée dessus tout la journée ! Et même quand je m'absente car mes 2 " filles " sont mélomanes. D'ailleurs tous les chats sont mélomanes. Entre parenthèse, je me demande si votre ajout (tiens, ici c'est Schubert et chez moi c'est Bach) ne contribue pas au net ralentissement du blog car il faut de la constance pour venir chez vous. On peine à y entrer et ensuite on ne peut plus en sortir. Il y a une petite bille multicolore qui tourne à plein régime sur mon écran quand je suis ici.

Écrit par : simone | lundi, 10 août 2009

"On peine à y entrer et ensuite on ne peut plus en sortir." Justement : c'est ça le piège ! Ensuite je ne délivre mes visiteurs que sous rançon.
Blague à part, ici la radio passe par la Toile alors que chez vous, je suppose que c'est par la voie hertzienne, plus traditionnelle : d'où le décalage entre les deux.
Quant au "net ralentissement du blog", cela y contribue sans doute... mais pas plus que le reste : c'est-à-dire, tout ce qui peut donner envie d'entrer. Cela dit, consolez-vous : je ne suis pas au-dessus de la mêlée. Chez moi, le petit sablier s'en donne également à cœur joie.

Écrit par : Michel | lundi, 10 août 2009

Les commentaires sont fermés.