Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 septembre 2009

Et vous, que médites-vous ? Pour vous, quels "soins" doit suivre le "malade" ?

Banias,_chutes_tb_n011500_wr.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,27-35. (*)(*)(*)(*)
Jésus s'en alla avec ses disciples vers les villages situés dans la région de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il les interrogeait : « Pour les gens, qui suis-je ? » Ils répondirent : « Jean Baptiste ; pour d'autres, Élie ; pour d'autres, un des prophètes. » Il les interrogeait de nouveau : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre prend la parole et répond : « Tu es le Messie. » Il leur défendit alors vivement de parler de lui à personne. Et, pour la première fois, il leur enseigna qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
Jésus disait cela ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie
(*) la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l'Évangile la sauvera. »

Au-delà des villages situés dans la région de Césarée-de-Philippe, l’interrogation [1, APR note 17] de Jésus se poursuit dans le temps echochamber123.jpget l’espace : naturellement, Lui n’a pas besoin d’une machine extraordinaire [2] pour faire ce chemin. Il frappe [3] de nouveau : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » À cet appel répond parfois, comme en écho : 'Seigneur ! Seigneur !' L’écho n’est-il pas la réverbération [4] d’un son s’étant heurté à une paroi : celle d’une porte fermée [5, note 11], par exemple ? Jésus disait cela ouvertement. Mais si le disciple le prend en mauvaise [6][7] part, se retourne et passe derrière [8], ses pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. Celles des hommes : non plus ses pensées. « Et pourquoi m'appelez-vous en disant : 'Seigneur ! Seigneur !' et ne faites-vous pas ce que je dis ? »[9] Cette question interpelle vivement une réponse fermée : celle d’une oreille qui ne peut plus bien écouter [10][11, note 34] et comprendre [12], ne sachant plus transmettre ses pensées mais celles des hommes. Ne vient à son secours que le mythe faussement [13] crucifiant de "l’incommunicabilité" [14], permettant avantageusement de marcher devant soi sans renoncer à soi-même.

Livre d'Isaïe 50,4-9.
Dieu mon Seigneur m'a donné le langage d'un homme qui se laisse instruire, pour que je sache à mon tour réconforter celui qui n'en peut plus. La Parole me réveille chaque matin, chaque matin elle me réveille pour que j'écoute comme celui qui se laisse instruire. Le Seigneur Dieu m'a ouvert l'oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J'ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe. Je n'ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats. Le Seigneur Dieu vient à mon secours ; c'est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c'est pourquoi j'ai rendu mon visage dur comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. Il est proche, celui qui me justifie. Quelqu'un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble. Quelqu'un a-t-il une accusation à porter contre moi ? Qu'il s'avance ! Voici le Seigneur Dieu qui vient prendre ma défense : qui donc me condamnera ?

______« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » L’écho qu’en donnent les répondants est si instructif que sont réconfortés ceux qui rejettent d’un même élan interrogation et réponse. Il serait hâtif d’en déduire qu’ils ont l’oreille plus fermée que les premiers : avec de pareils témoins [15], qui donc les condamnera ? Avec ce qu’on leur laisse entendre, il y a de quoi être confondu :

Livre d'Aïeaïeaïe 50,4-9. [16]
Le Docteur mon saigneur [17] m'a vendu le langage d'un homme qui se laisse détruire [18], pour que je sache à mon tour réconforter celui qui n'en peut plus. La parlote [19] m’endort chaque matin, chaque matin elle m’endort pour que j'écoute comme celui qui se laisse détruire. Le saigneur Docteur m'a fermé l'oreille, et moi, je me suis révolté, je me suis dérobé [20]. J'ai frappé dans le dos ceux qui se présentaient, et arraché la barbe à ceux qui ne voulaient pas prendre leur joug [21]. J’ai protégé mon visage des outrages et des crachats [22, APR note 15/1]. Le saigneur Docteur vient à mon secours ; c'est pourquoi je suis magistralement atteint par les outrages[13, note 37], c'est pourquoi j'ai rendu mon cœur dur comme pierre : je sais que je serai confondu avec un bien-portant. Il est loin, celui qui me justifie.[12] Veux-je plaider [23] contre quelqu'un ? Comparaissons sans lui [24]. Ai-je une accusation à porter contre quelqu'un ? Qu'on l’expulse [25] ! Voici le saigneur Docteur qui vient prendre ma défense [26] : qui donc ne le condamnera pas [27, notes 14,15] ?

______Un tel scénario étant engendré [28, APR note 41] par des prétendants avoir la foi, ses "pensées" sans pensée [9, notes 6 à 9] souffrent beaucoup de passer pour le reflet –fût-il pâlichon- de celles de Dieu ! À un disciple de cet acabit qui prendrait la parole à la suite de Pierre, et répondant : « Tu es le Messie. », il conviendrait alors de le défendre vivement de parler de lui à personne ! Car, pour la énième fois, il leur enseignerait qu'il avait fallu que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et qu’… il soit plus que temps [29] de rentrer chez soi, renonçant à la fin du film [30], prenant la porte, et se sauvant.[31][32] On pourrait certes le prendre à part, se mettre à lui faire de vifs reproches [33] : mais c’est là s’exposer à "tomber" [13] grièvement "malade"©, soit à des pensées qui ne sont ni celles de Dieu ni celles des hommes [34, notes 2]… Au moins ces "pensées" ne manqueront-elles pas de chien [35][36]. Mais quelqu'un prétendant ne pas avoir la foi pratiquera la course de fond afin de se sauver de cette "foi" : s’il n’a pas les pensées de Dieu, au moins aura-t-il encore celles des hommes, voire les siennes à la mesure [27] de ce qu’il ne prend pas leurs paroles pour argent comptant [37]. Il n’en sera que plus à l’aise pour passer au travers des filets déchirés [38] d’étranges pêcheurs. Parmi eux, une vieille fripouille :

Lettre de Jacquouille la Fripouille 2,14-18. [39]
jacquouille.jpgMes frères chiens, si quelqu'un prétend avoir la crédulité [40], alors qu'il n'agit pas, à quoi cela sert-il ? Cet homme-là peut-il être sauvé par sa crédulité ? Supposons que l'un de nos frères ou l'une de nos sœurs aient de quoi s'habiller, et de quoi manger tous les jours ; si l'un de vous ne leur dit pas : « sortez violemment de chez vous [41] ! Mettez-vous au froid [42], et crevez de faim ! » et si vous leur donnez ce que réclame leur corps, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc, celui qui n'agit pas, sa crédulité est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la crédulité, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta crédulité qui n'agit pas ; moi, c'est par mes actes que je te montrerai ma crédulité. »

______Naturellement, le disciple inféodé à Jacquouille ne pratiquera pas cela ouvertement. Il serait pris à part, on se mettrait à lui faire de vifs reproches qu’il serait ici bien en peine de retourner en "maladie"© de manière assez crédible pour que quelqu’un vienne prendre sa défense (sauf, bien sûr, si ce quelqu’un est avocat). Aussi va-t-il protéger son visage des outrages et des crachats en sachant confondre cette ignoble copie avec son original :

Lettre de saint Jacques 2,14-18. (*)
Mes frères, si quelqu'un prétend avoir la foi, alors qu'il n'agit pas, à quoi cela sert-il ? Cet homme-là peut-il être sauvé par sa foi ? Supposons que l'un de nos frères ou l'une de nos sœurs n'aient pas de quoi s'habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l'un de vous leur dit : « Rentrez tranquillement chez vous ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » et si vous ne leur donnez pas ce que réclame leur corps, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc, celui qui n'agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n'agit pas ; moi, c'est par mes actes que je te montrerai ma foi. »

Savoir confondre les deux versions pour sauver sa vie consiste simplement à se défendre vivement de parler à personne de duck--canard-colvert-rejean-cloutier.jpgl’intérieur [43], tout en rendant son visage dur comme pierre : c’est-à-dire une écorce extérieure assez solide pour que l’intérieur ne soit pas atteint de l’extérieur. L’objectif est similaire à celui des plumes d’un canard : rendre suffisamment imperméable [44, APR note 29] pour qu’aucune accusation ne porte contre soi. À l’intérieur, le royaume de Jacquouille ; à l’extérieur [45], ce royaume est habillé de pur Jacques : insoupçonnable. Y compris –voire surtout- par un "professionnel de l’intérieur de l’autre" [46] qui va s’attacher à "protéger" cet intérieur sur la réclamation de l’extérieur. Dans cette optique, l’intérieur des autres est alors perçu comme "extérieur", "justifiant" de percer sans vergogne le mur de maisons extérieures [47]. À cet égard, le M.T.D. [48] remporte nombre de suffrages, présentant peu de risques puisque présenté dans le dos de ceux qu’on frappe. Leur extérieur détruit, il devient difficile de leur dire : « Rentrez tranquillement chez vous ! » après avoir percé leur mur. C’est ici qu’intervient le volet "social"©, moins destiné à restaurer ce mur qu’à préserver la tranquillité de l’intérieur des destructeurs, les plus prompts à montrer leur foi par des actes destinés à plaider leur irresponsabilité d’actes antérieurs dont ces actes sont les fruits [9] directs. « Pour les gens, qu’est-ce ? » Ils répondirent : « La "fatalité", ou faute à pas de chance ; la "maladie"© ; le monde qui est plus "dur"[49, note 13] » et autres clefs à molette [28, APR note 40] propres à s’économiser des grincements de dents [50]. Le volet "social"©, à quoi cela sert-il ? Cela leur sert à demander à une collectivité de sauver leur face extérieure de destructeurs en donnant de quoi s'habiller, de quoi manger tous les jours à qui ils ont froidement déshabillé et retiré le pain de la bouche. Entre administrations, on appelle "cohésion sociale"©[51] cet absurde travail de Sisyphe consistant à colmater tant bien que mal à droite ce qu’on a détruit à gauche : l’idéal étant que ce ne soient pas les mêmes qui remplissent les deux fonctions, afin qu’ils ne soient pas sujets de révolte de la part des administrés. Telle fut d’ailleurs la grossière erreur de Philippe Vigny [52], se dérobant maladroitement en criant au "suicide"[53, APR note 50] de la main droite juste après en avoir fabriqué de toutes pièces les conditions les plus idoines de la main gauche [54, APR note 28] ! Prétendant avoir la loi, c’est par ses actes qu’il a montré que ni lui ni ses commanditaires ne l’avaient [55]. Si quelqu'un prétend avoir la loi, alors qu'il agit en contradiction formelle avec cette loi, à quoi cela sert-il ?  À réconforter celle qui n'en peut plus… de devoir supporter [27, note 9/2] le poids des fausses accusations qu’elle a portées contre un proche, en contradiction formelle avec quelqu'un prétendant avoir la foi ? Voici les saigneurs [56] de la "justice"©©© qui viennent prendre sa défense : leur loi est bel et bien morte. Une "audition"©[57, APR note 35] chez un mort, à quoi cela sert-il ? À le ressusciter ? Mais cela fait bien plus de trois jours qu’il est tuant [58]

squelette3.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

Bêtisiers de rapports de police (4) :
- La mer était sa terre natale...
- Le trio des voleurs était composé de quatre hommes d'origine africaine...
- Le suspect étant sans domicile fixe, les policiers purent le cueillir quand il sortit enfin de chez lui
- L'homme qui avait dérobé les miches s'en prit ensuite à celles de la boulangère...
- La femme a vraisemblablement été étranglée par son assassin...
- L'assassinat avait donc bien le crime pour seule et unique raison
- On ignore les raisons qui ont poussé le désespéré à se faire assassiner...
- Après avoir déjà enfilé deux sens interdits, l'homme s'en est pris à la conductrice...

news-graphics-2007-_644179a.jpg

Commentaires

"Car celui qui veut sauver sa vie (*) la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l'Évangile la sauvera"

_ Et après on s'étonne du masochisme de certains chrétiens
_ des kamikazes au japon
_ du terrorisme de certaines religions.
....... Sous entendu ... "la sauvera au paradis". Donc dans la mort. Et qu'il ne faille rien attendre de cette vie terrestre.

Or ... selon différents courrants religieux, on a le dogme des nos pères d'église qui veut qu'après la mort, il existe "quelque chose, le paradis".
Mention qui est aussi reprise chez les egyptiens, isis "devant peser les âmes".

Mais d'autres courrants prônent que le "salut" et "accession au paradis" doit se faire ici bas, en accédant à la "connaissance"/gnose. Ou "autres manifestations".

N'oublions pas que adam et eve furent "chassés du paradis" pour avoir "croqué la pomme". Pomme pouvant s'entendre par "le péché de chair" OU/mais aussi par "connaissance/gnose" du bien et du mal.

saint marc : il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ".
"pierre tu es pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon église"
La pierre "tombée du front de lucifer", représentant la "lumière".
La première "pierre de rome" = prima matériae = la vierge = pierre angulaire de l'église ( qui est à la fois épouse et mère ).
............... DONC tant que le sexe masculin, les médecins et les industries pharmaceutiques n'auront pas tous les égards pour "le sexe feminin" ( avec protection et préservation de cette espèce en "voie de disparition" avec la société moderne, culte du non engagement et cocufiage masculin et les psychotropes volontairements defectueux ) ... on arrivera à rien !!!


Sujet d'information du journal télé de ce midi "2 personnes sont décédées de la grippe A": dont une personne qui avait reçu un vaccin TAMIFLU. Est-il mort des effets secondaires de son vaccin ? Est-il mort de la grippe donc le vaccin serait inefficace ? A-t-il chopé la grippe CAR il s'était fait vacciner ???

Écrit par : sonia | lundi, 14 septembre 2009

Ah le TAMIFLU ! En France, tout finit par des chansons, c'est bien connu. Le Tamiflu n'y fait pas exception (cf. la vidéo que j'ai intégrée un peu plus haut dans la colonne gauche "du cochon pour le chansonnier")
Éventuellement par des requiems... quand ça finit par la fenêtre. (cf. le lien "le cochon fait tomber de haut" dans "actualité cochonne"...)

On peut aussi vouloir "sauver sa vie" en se "soignant" : bien qu'ayant peu d'affinités avec un kamikaze japonais ou autre, j'y vois bien davantage de masochisme !

Écrit par : Michel | mardi, 15 septembre 2009

risque d'attrapper la grippe ( qui peut se soigner au paracétamol ou pas ... ).
ou risque de syndrome de stevens-johnson lié aux médicaments spécifiques "traitant la grippe".

That is the question ... du 3ème millénaire.

Écrit par : sonia | mercredi, 16 septembre 2009

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/grippe-ah1n1-le-vaccin-nest-pas-encore-au-point-loms-temporise_19897/

Alors que les cas de grippe AH1N1) se multiplient en France – la dernière flambée ayant eu lieu dans une colonie de vacances à Megève, en Haute-Savoie –, une question se pose désormais avec insistance : allons-nous, oui ou non, assister à une campagne de vaccination en France à l’automne prochain ? La réponse n’est pas aisée, à en croire les déclarations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).
Faut-il vacciner les populations contre la grippe A(H1N1) ? « Beaucoup trop d’inconnues nous empêchent de répondre clairement à cette question » précise le docteur Marie-Paule Kieny directrice à l’OMS, de l’Initiative pour la Recherche en Vaccinologie.
« Il est encore trop tôt pour émettre des recommandations précises. Nous manquons de données en la matière. Le dosage exact de la souche à introduire dans le futur vaccin n’est pas arrêté » poursuit Marie-Paule Kieny. Dans ces conditions, quid des premières doses de vaccin déjà sorties des chaînes de production ? « Elles sont uniquement disponibles pour les essais cliniques, mais pas pour le lancement de campagnes de vaccination. »
De quatre à six mois avant toute vaccination massive
La mise au point d’un vaccin répond à un processus de production long (entre 4 et 6 mois) et complexe. « Nous disposons aujourd’hui de plusieurs modèles de vaccins mis au point par différents laboratoires. Mais aucun n’a encore vraiment été testé, prévient le docteur Kieny. Certains renferment même des adjuvants dont la sécurité absolue devra être prouvée. Nous allons donc observer tout effet secondaire avant de donner notre feu vert »
Autant dire que les questions portant sur le schéma vaccinal du futur vaccin (une dose, deux doses, la présence d’un adjuvant ?) sont hors de propos à ce stade… Ce qui n’empêche pas les laboratoires de démarrer les premières négociations commerciales avec les gouvernements, à l’instar de celles menées actuellement par les autorités françaises.
Le vaccin contre la grippe est loin d'être au point. © Kaziyeva-Dem'yanenko/Fotolia

http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/02vol28/rm2823fa.html

De façon générale, la plupart des effets secondaires déclarés à la suite d'une vaccination antigrippale comprenaient des réactions locales et des effets secondaires généraux(3-6). Les personnes de sexe féminin, les jeunes adultes (< 40 ans) et les personnes atteintes d'infections concomitantes des voies respiratoires supérieures sont plus nombreux à éprouver de tels symptômes(4). Des réactions allergiques ont aussi été recensées(7). Parmi les effets secondaires graves, on a observé le syndrome de Guillain-Barré, même si aucune association causale n'a été documentée(8). Les autres troubles neurologiques signalés à la suite d'un vaccin antigrippal comprennent l'encéphalopathie, la paralysie faciale, la paresthésie et les convulsions(9). La paralysie de Bell et des effets oculaires ont également été déclarés par quelques sujets(10). Au Canada, au cours de la saison grippale 2001-2002, un plus grand nombre de symptômes respiratoires et oculaires ont été recensés à la suite de la vaccination antigrippale, mais leur taux était inférieur à celui observé en 2000-2001(1).

Le Système de surveillance des effets secondaires associés aux vaccins (SSESAV) repose principalement sur une participation volontaire, et le taux de déclaration des effets secondaires varie grandement selon la province ou le territoire, et selon la région à l'intérieur d'une province ou d'un territoire. Il faut donc user de prudence lorsqu'on interprète ces taux. En outre, le questionnaire supplémentaire concernant le vaccin antigrippal n'a pas été rempli pour tous les rapports du SSESAV; par conséquent, il manque une quantité considérable d'information.

Rappelons cependant que la déclaration d'un effet secondaire à la suite de l'administration d'un vaccin ne signifie pas pour autant qu'il existe un lien causal avec le vaccin en question. De plus, les souches utilisées pour la mise au point du vaccin antigrippal diffèrent d'une année à l'autre, et l'on ne peut exclure la probabilité d'un changement dans le type d'effets signalés.

Pour conclure, le profil d'innocuité des vaccins antigrippaux ne suscite aucune préoccupation majeure; cependant, la surveillance post-commercialisation des effets secondaires des vaccins antigrippaux revêt une importance primordiale.


Tableau 1. Effets secondaires déclarés après l'administration d'un vaccin antigrippal, Canada 2001-2002

Effet secondaire Nombre d'effets secondaires % du total des effets secondaires* Taux par million de doses distribuées
Classification VACART
Réaction allergique 207 11,5 21,0
Réaction allergique - non précisée 48 2,7 4,9
Réaction allergique - respiratoire 75 4,2 7,6
Réaction allergique - cutanée 74 4,1 7,5
Réaction allergique - cutanée et respiratoire 10 0,6 1,0
Fièvre 171 9,5 17,4
Fièvre - température non consignée 106 5,9 10,8
Fièvre - 39,9 à 40,4 oC 56 3,1 5,7
Fièvre >= 40,5 oC 9 0,5 0,9
Vomissements et/ou diarrhée sévère(s) 77 4,3 7,8
Éruption cutanée 55 3,1 5,6
Éruption cutanée - non précisée 17 0,9 1,7
Éruption cutanée - généralisée 8 0,4 0,8
Éruption cutanée - localisée 30 1,7 3,0
Douleur vive et/ou oedème important 179 9,9 18,2
Douleur intense et/ou oedème important - non specifié 31 1,7 3,1
Douleur intense et/ou oedème important - qui dure >= 4 jours 104 5,8 10,6
Douleur intense et/ou oedème important - qui s'étend au-delà de l'articulation la plus proche 20 1,1 2,0
Douleur intense et/ou oedème important - qui dure >= 4 jours et qui s'étend au-delà de l'articulation la plus proche
24
1,3
2,4
Arthralgie/arthrite 59 3,3 6,0
Adénopathie 46 2,6 4,7
Anesthésie/paresthésie 17 0,9 1,7
Anesthésie/paresthésie - précisée 4 0,2 0,4
Anesthésie/paresthésie - localisée 13 0,7 1,3
Anaphylaxie 9 0,5 0,9
Abcès 7 0,4 0,7
Abcès stérile/nodule/nécrose 3 0,2 0,3
Abcès infectieux 3 0,2 0,3
Abcès infectieux - suppuration 1 0,1 0,1
Parotidite 7 0,4 0,7
Paralysie d'un membre/faciale/crânienne 4 0,2 0,4
Syndrome de Guillain-Barré 3 0,2 0,3
Convulsions - fébriles ou afébriles 5 0,3 0,5
Méningite/encéphalite/encéphalopathie/encéphalomyélite 5 0,3 0,5
Orchite 1 0,1 0,1
Épisode hypotonique-hyporéactif 1 0,1 0,1
Classification WHOART
Réaction allergique 64 ** 6,5
Réaction allergique - non précisée 59 3,3 6,0
Réaction allergique - respiratoire 5 0,3 0,5
Fièvre 127 7,1 12,9
Arthralgie/arthrite 14 0,8 1,4
Symptômes gastro-intestinaux 501 ** 50,9
Douleur abdominale 77 4,3 7,8
Diarrhée 63 3,5 6,4
Nausées 182 10,1 18,5
Vomissements 58 3,2 5,9
Anorexie 97 5,4 9,9
Autres : dyspepsie, augmentation de l'appétit, décoloration des selles, flatulence, haleine fétide, hoquet, malabsorption, méléna
24
1,3
2,4
Réactions cutanées et locales 722 ** 73,4
Éruption 60 3,3 6,1
Prurit 84 4,7 8,5
Urticaire 33 1,8 3,4
Réaction au point d'injection 200 11,1 20,3
Oedème facial 318 17,7 32,3
Cellulite 8 0,4 0,8
Autres : éruption bulleuse, érythème polymorphe, herpès, zona, bouffées de chaleur, purpura, éruption, acné rosacée, affection cutanée, nécrose cutanée, peau sèche, desquamation, acné, réaction anaphylactoïde
19
1,1
1,9
Syndrome oculo-respiratoire : rougeur des deux yeux et/ou au moins un symptôme thoracique/ respiratoire (toux, mal de gorge, difficultés respiratoires, oppression thoracique, respiration sifflante) et/ou oedème facial
502
27,9
51,0
Rougeur des deux yeux 476 26,4 48,4
Symptômes thoraciques/respiratoires 2581 ** 262,2
Bronchospasme 145 8,1 14,7
Douleur thoracique 407 22,6 41,4
Dyspnée 480 26,7 48,8
Toux 426 23,7 43,3
Mal de gorge 351 19,5 35,7
Difficultés respiratoires 274 15,2 27,8
Oppression thoracique 304 16,9 30,9
Respiration sifflante 172 9,6 17,5
Autres : hyperapnée, hypoapnée, pneumonie, trouble respiratoire, hémoptysie, hyperventilation, asthme, congestion pulmonaire 22 1,2 2,2
Oedème facial 318 17,7 32,3
Autres symptômes oculaires 492 ** 50,0
Douleur oculaire 198 11,0 20,1
Photophobie 78 4,3 7,9
Vision anormale 113 6,3 11,5
Autres : blépharite, blépharospasme, anomalie oculaire, infection oculaire, rétraction de la paupière, hémorragie, larmoiement, rétinite 103 5,7 10,5
Symptômes oto-rhino-laryngologiques 1384 ** 140,6
Laryngite 64 3,6 6,5
Pharyngite 347 19,3 35,3
Rhinite 281 15,6 28,5
Sensation de constriction du pharynx 142 7,9 14,4
Oedème buccal 150 8,3 15,2
Dysphonie 178 9,9 18,1
Dysphagie 157 8,7 16,0
Autres : bouche sèche, oedème buccal, augmentation de la salivation, sinusite, trouble lingual, paralysie linguale, oedème lingual, infection des voies respiratoires supérieures, angio-oedème, épistaxis, douleur à l'oreille, trouble de l'oreille, baisse de l'acuité auditive, acouphène, aphasie

65

3,6

6,6
Symptômes neurologiques 196 ** 19,9
Myélite 1 0,1 0,1
Paresthésie 85 4,7 8,6
Paralysie 4 0,2 0,4
Autres : agitation, troubles de la concentration, confusion, troubles de la coordination, crises de larmes, délire, dépression, diplopie, dysesthésie, dyskinésie, euphorie, chute, troubles de la démarche, hallucination, insomnie, nervosité, somnolence, vertige, tremblements, stupeur, hypertonie, hypoesthésie, hypokinésie, anxiété, ataxie


106


5,9


10,8
Symptômes musculo-squelettiques 273 ** 27,7
Douleur osseuse 31 1,7 3,1
Mal de dos 17 0,9 1,7
Myalgie 225 12,5 22,9
Autres symptômes cardio-vasculaires : arrhythmie, bradycardie, arrêt cardiaque, insuffisance cardiaque, fibrillation auriculaire, hypotension, insuffisance mitrale, palpitations, pouls mal frappé, tachycardie, syncope, hypertension, hypertension aggravée

39

**

4,0
Autres troubles métaboliques : augmentation des glucocorticoïdes, hyperglycémie, troubles métaboliques, augmentation de la sécrétion de thyréostimuline
6
**
0,6
Autres 1499 ** 152,3
Étourdissement 164 9,1 16,7
Fatigue 363 20,2 36,9
Asthénie 20 1,1 2,0
Rougeur de la peau 43 2,4 4,4
Malaise 65 3,6 6,6
Syndrome grippal 33 1,8 3,4
Céphalée 303 16,8 30,8
Oedème (y compris oedème périphérique) 19 1,1 1,9
Frissons 270 15,0 27,4
Augmentation de la sudation 129 7,2 13,1
Autres : douleur dans la jambe, livedo réticulaire, stéatose hépatique, nécrose ischémique, tumeur, orchite, pâleur, parotidite, pseudopolyarthrite rhizomélique, trouble de la parole, splénomégalie, augmentation des expectorations, névralgie essentielle du trijumeau, mal de dent, xérophthalmie, baîllement, augmentation de la sudation, altération du goût, torticolis, urine anormale, infection urinaire, vascularite, sensation de variation de température, aura, apathie, cystite, déshydratation, infection, faiblesse musculaire

Écrit par : sonia | mercredi, 16 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.