Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 septembre 2009

Un grain est tombé sur la mauvaise tête, il a poussé, et il a porté du fruit au centuple.

11019727.jpg


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 8,4-15. (*)(*)(*)(*)
Comme une grande foule se rassemblait, et que de toutes les villes on venait vers Jésus, il dit en parabole : « Le semeur est sorti pour semer la semence. Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin, les passants l'ont piétiné, et les oiseaux du ciel ont tout mangé. Du grain est tombé aussi dans les pierres, il a poussé, et il a séché parce qu'il n'avait pas d'humidité. Du grain est tombé aussi au milieu des ronces, et, en poussant, les ronces l'ont étouffé. Enfin, du grain est tombé dans la bonne terre, il a poussé, et il a porté du fruit au centuple. » En disant cela, il élevait la voix : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende ! »
Ses disciples lui demandaient quel était le sens de cette parabole. Il leur déclara : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres n'ont que les paraboles, afin que se réalise la prophétie : Ils regarderont sans regarder, ils écouteront sans comprendre. Voici le sens de la parabole. La semence, c'est la parole de Dieu. Ceux qui sont au bord du chemin, ce sont ceux qui ont entendu ; puis le démon survient et il enlève de leur cœur la Parole, pour les empêcher de croire et d'être sauvés. Ceux qui sont dans les pierres, lorsqu'ils entendent, ils accueillent la Parole avec joie ; mais ils n'ont pas de racines, ils croient pour un moment, et, au moment de l'épreuve, ils abandonnent. Ce qui est tombé dans les ronces, ce sont ceux qui ont entendu, mais qui sont étouffés, chemin faisant, par les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie, et ne parviennent pas à maturité. Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, la retiennent, et portent du fruit par leur persévérance.

Comme une grande foule se rassemblait, et que de toutes les villes on cliquait vers ici [1, APR note 42], il se dit une parabole : « La semeuse est sortie pour semer la démence. Comme elle semait, du grain est tombé au bord du précipice, les passants l'ont ramassé, et les oiseaux de la terre [2] ont tout engrangé. Du grain est tombé aussi dans les "pères" [3, note 12], il a poussé, et il a séché parce qu'il n'avait pas d'humilité. Du grain est tombé aussi au milieu des ronces, et, en poussant, les ronces l'ont étoffé [4, APR note 12]. Enfin, du grain est tombé sur la "bonne" tête, il l’a poussée dehors [5], et il a porté du mauvais fruit [6] au centuple. » En disant cela, on distribuait la belle avoine [7, APR note 4][8][9][10][11]. « Celui qui a des oreilles pour s’entendre avec l’ennemi [12], qu'il s’entende ! »


Les disciples monocéphales [13] ne devraient guère avoir besoin de se demander quel est le sens de cette parabole new look [14, bandeau.jpgnote 2/2]. Bien que commun [15], ce sens défie le bon [16]. À eux il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres –tournant de l’œil à la seule perspective de la capitectomie [17]- n'ont que les paraboles, afin que se réalise la prophétie : Ils regarderont sans regarder, ils écouteront sans comprendre. Voici le sens de la parabole. La démence, c'est la parlote [18] du Docteur [19] et de tous ses porte-parlote.[20][21, note 15] Ceux qui sont au bord du précipice [22], ce sont ceux qui ont entendu ; puis le démon revient et il enlève de leur cœur ce qui pouvait encore rester de la Parole, pour les empêcher de croire et d'être sauvés : pour lui, c’est là une promenade de "santé". Ceux qui sont dans les "pères", lorsqu'ils entendent, ils accueillent la Parole avec joie ; mais ils ont peur [23] des rats au ciné, ils croient pour un moment, et, au moment de l'épreuve du générique [24], ils abandonnent. Ce qui est tombé dans les ronces, ce sont ceux qui ont entendu, mais qui se sont étalés, trou béant [26], par les soucis, la "bien-portance" et les plaisirs de l’avis [27, note 21], et ne parviennent pas à maturité [28, APR note 21]. Et ce qui est tombé sur la "bonne" tête, ce sont ceux qui, ayant entendu la Parole dans un cœur fermé [29, note 11] et venimeux [30], ne la retiennent pas, et portent leur fruit à leur tribunal d’instance [1, APR note 35][31].

 

semeuse.gif

____________________________

Une cockerinade par jour

L'ouvreuse du cinéma met en garde le couple qui est venu à la séance avec son bébé :
- Si l'enfant pleure, vous devrez quitter la salle. Bien sûr, on vous remboursera !
Une demi-heure après le début du film, le mari se penche vers sa femme :
- Qu'en penses-tu ?
- Ce film est archinul !
- T'as raison, secoue donc le petit.

656362390_small.jpg

Commentaires

Bonsoir
Et bien je n'avais jamais pensé à ça...
Le pire c'est que maintenant nous n'avons plus de bébé !!!
Jean

Écrit par : Jean | dimanche, 20 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.