Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 octobre 2009

Et si c'est par Béelzéboul que moi, j’expulse vos disciples, par QUI s’expulsent-ils quand ils passent par moi ?

300px-KazumaKaneko-Beelzebub.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11,15-26. (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)/(*)(*)(*)(*)
Comme Jésus avait expulsé un démon, certains se mirent à dire : « C'est par Béelzéboul, le chef des démons, qu'il expulse les démons. » D'autres, pour le mettre à l'épreuve, lui réclamaient un signe venant du ciel. Jésus, connaissant leurs intentions, leur dit : « Tout royaume divisé devient un désert, ses maisons s'écroulent les unes sur les autres. Si Satan, lui aussi, est divisé, comment son royaume tiendra-t-il ? Vous dites que c'est par Béelzéboul que j'expulse les démons. Et si c'est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? C'est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais si c'est par le doigt de Dieu que j'expulse les démons, c'est donc que le règne de Dieu est survenu pour vous. Quand l'homme fort et bien armé garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité. Mais si un plus fort intervient et triomphe de lui, il lui enlève l'équipement de combat qui lui donnait confiance, et il distribue tout ce qu'il lui a pris. Celui qui n'est pas avec moi est contre moi (*) ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. Quand l'esprit mauvais est sorti d'un homme, il parcourt les terres desséchées en cherchant un lieu de repos. Et comme il n'en trouve pas, il se dit : 'Je vais retourner dans ma maison, d'où je suis sorti'. En arrivant, il la trouve balayée et bien rangée. Alors, il s'en va, et il prend sept autres esprits encore plus mauvais que lui, ils y entrent, et ils s'y installent. Ainsi, l'état de cet homme est pire à la fin qu'au début. »

Quelles peuvent être les intentions de ceux qui disent : « C'est par Béelzéboul, le chef des démons, qu'il expulse les démons. », ou d’autres qui réclament un signe venant du ciel pour mettre à l’épreuve ? Quand les disciples discutent entre eux [1], c’est rarement dans l’intention de se présenter comme les moins forts et les moins bien armés : c’est à qui au contraire saura balayer tout reproche… afin d’en loger les poussières sous le paillasson du prochain [2]. Si ce dernier reste sur le bord du chemin, il dérange, incitant le bien-rangeant à passer de l’autre côté, pressé de retourner dans sa maison pour la balayer. On trouve même le top-model du bien-rangeant : celui qui va prendre un autre esprit encore plus mauvais que lui, le faire entrer, et lui faire passer l’aspirateur [3, APR note 28]. De telles aspirations aident au moins à connaître les intentions !

illustration-sorciere-aspirateur-parent-09.jpg

______Expulser les démons, c’est là une bonne intention qui est unanimement partagée : en soi, cette intention ne divise personne. Expulser les démons par le chef des démons, c’est là une action qui divise déjà entre certains –qui divulguent cette thèse, dont l’absurdité saute aux yeux- et d’autres, qui voudraient que Jésus leur assène une antithèse par un signe venant du ciel. Tout aussi absurde, l’expulsion manifeste d’un démon étant déjà en elle-même un signe venant du ciel : en réclamer un autre, c’est dévaloriser celui-là, alors que l’intention première est de dévaloriser la première thèse… et à travers elle, ceux qui l’ont émise. Ce qui amorcerait une division au sommet, contre-exemplaire et se diffusant par capillarité dans la foule. "Certains, d’autres" : en effet, si Jésus est ici en face de plusieurs interlocuteurs, Il ne s’adresse pas à des foules mais à ceux qui détiennent quelque autorité [4] pour les guider : qui, pour l’heure, sont eux-mêmes leurs juges. « Vous dites que c'est par Béelzéboul que j'expulse les démons. Et si c'est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? » Seuls les maîtres ont des disciples. S’ils mettent leur enseignement cul par-dessus tête, ils seront eux-mêmes mis cul par-dessus tête : « c'est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. » « C'est par Béelzéboul, le chef des démons, qu'il expulse les démons » : thèse d’autant plus absurde qu’elle émane donc de connaisseurs de la Loi. Leurs intentions –que Jésus connaissait- ne sont pas pures [5][6][7], relevant d’un souci étranger à l’expulsion d’un démon. Hormis sur un point : leur propre capacité à expulser les démons, qui serait de bon augure pour justifier leur pouvoir si elle était équivalente à celle d’un Jésus qui, ici comme ailleurs, est perçu comme une menace pour ce pouvoir. On n’est pas loin du « Ah ! que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? »… qui était le cri d’un esprit démoniaque [8]. En clair, ces intentions que Jésus connaissait étaient de Le dévaloriser, Lui. Mais si c'est par le doigt de Dieu qu’Il expulse les démons, c'est donc que le règne de Dieu est survenu pour eux. In fine, c’est ce règne de Dieu qu’ils dévalorisent !… Expulser les démons, en soi, cette intention ne divise personne. La division commence quand les rôles s’inversent, les démons se faisant les plus forts, intervenant, triomphant et tout ce qui s’en suit.

Ici comme ailleurs, les intentions ne suffisent pas. Ou plutôt, elles mettent déjà le doigt sur l’action concrète qui en résulte : dans le cadre de cette action, l’équipement de combat a-t-il été enlevé [9, note 4], oui ou non ? Dans l’affirmative, c’est ne pas être avec Jésus mais contre Lui : Il n’est pas venu apporter la paix, mais le glaive [10]. Ce n’est pas parce que l'esprit mauvais est sorti d'un homme qu’il n’y retourne pas : surtout si ce dernier baisse tant et si bien la garde jusqu’à laisser s’installer huit esprits mauvais (le premier plus sept autres).

df940623-maison-propre.jpg

« 'Je vais retourner dans ma maison, d'où je suis sorti'. En arrivant, il la trouve balayée et bien rangée. Alors, il s'en va, et il prend sept autres esprits encore plus mauvais que lui, ils y entrent, et ils s'y installent. Ainsi, l'état de cet homme est pire à la fin qu'au début. » Un état pire à la fin qu'au début, cela n’a rien d’une image abstraite ou vaguement symbolique… et ne se limite pas même à l’esprit. Prenons par exemple un blog que son concepteur essaie, autant que faire se peut, de balayer et de bien ranger. Peu au fait de l’usage possible de certains filtres au sein de son navigateur -si tant est que ces filtres existent et soient efficaces-, les démons de la pub y entrent, et ils s’y installent. Accéder à une page du site devient un véritable parcours du combattant, chaque ouverture étant momentanément parasitée par celle d’une page intempestive, non demandée. Encore plus mauvais : on clique rageusement sur la commande de fermeture de cette page bloquant l’accès à celle qui est sollicitée… et c’est celle-ci qui s’en va, laissant se poursuivre l’ouverture de la page de pub ! Ainsi, l'état nerveux du visiteur -voire du visité !- est pire à la fin qu'au début. Cependant, une fois surmontée cette bataille, la bonne page finit par s’afficher et on trouve un lieu de repos

Autre exemple, plus large et plus dramatique : celui du lieu de repos [11, notes 18,19] que vous n’avez surtout pas cherché, mais qu’on a trouvé pour vous. Pas besoin d’être Jésus pour connaître les intentions : elles sont précisément celles d’expulseurs patentés [12][13][14] et fort peu tentants. Ce qui amène inéluctablement au cas d’une "médecine"© douée pour mettre à l’épreuve, diviser les royaumes, écrouler les maisons les unes sur les autres ; c'est donc que le règne du Docteur est survenu pour vous ! « Ainsi, l'état de cet homme est pire à la fin qu'au début » : on reconnaîtra sans peine dans cet homme tout "malade"© sur lequel un plus fort sera intervenu et aura triomphé de lui, lui ayant enlevé l'équipement de santé qui lui donnait confiance, ne pouvant pas même distribuer tout ce qu'il lui a pris : la santé n’étant pas un bien interchangeable [15]. D'autres lui réclament un signe "venant du ciel" [16] : ce n’est jamais là que parcourir des terres desséchées

pied-terre-dessechee2.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

Un bien-rangeant entre dans une pharmacie :
- Avez-vous des lunettes ?
- Pour le soleil ?
- Non : pour moi.

lunettes_nenettes.jpg

Les commentaires sont fermés.