Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 octobre 2009

L’incendie n’est pas assez dit…

incendie_rome.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,49-53. (*)(*)(*)(*)(*)/(*)(*)(*)
Jésus disait à ses disciples : « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et comme il m'en coûte d'attendre qu'il soit accompli ! Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »

_____Ne nous y trompons pas : contre les feux de la guerre, c’est bien un feu d’amour que Jésus est venu apporter sur la terre. Il n’y a pas lieu de s’étonner que ce feu-là ne vienne pas mettre la paix dans le monde, mais plutôt la division. Celle-ci n’est-elle pas déjà allumée dans la seule définition à donner à un tel feu ? Au-delà du mot lui-même, reste-t-il encore quelque sens commun [1] entre ceux qui le définissent en ricanant ou ceux qui se plaisent dans sa loi [2] et la murmurent jour et nuit ?

Psaume 1,1-6. (*)(*)(*)(*)(*)
Heureux est l'homme qui n'entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent, mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d'un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ; tout ce qu'il entreprend réussira, tel n'est pas le sort des méchants. Mais ils sont comme la paille balayée par le vent : au jugement, les méchants ne se lèveront pas, ni les pécheurs au rassemblement des justes. Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

_____Les méchants ne se lèveront pas, ni les pécheurs. Les méchants [3] ne seraient-ils donc pas pécheurs pour être ainsi distingués de ces derniers ? Or il se trouve que cette distinction disparaît précisément au jugement. Le chemin des méchants se perdra au rassemblement des justes, perdant les pécheurs avec lui. Ces derniers n’étant pas exactement les méchants, ce sont donc des "gentils". C’est-à-dire, par exemple, des personnes de la même famille ou de la même maison, venant mettre la paix dans leur monde à grand renfort de vibrants mots d’amour toutes les cinq phrases. Cela tient parfois du baptême par immersion, tant cela dégouline et déborde de bons sentiments et de généreuses intentions [4]. Le Seigneur connaît le chemin des justespar action [5, AV note 9] : quelle qu’elle soit, toute intention n’est jamais qu’une carte routière. Si celle-ci reste confinée dans la boîte à gants –ou le GPS [6] éteint-, faut-il s’étonner que le chemin se perde ? Les méchants se perdent aussi… mais eux ont refusé d’emblée tout équipement de guidage, mettant tout leur corps au service de l'impureté et du désordre.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 6,19-23.
Frères, j'emploie ici un langage humain, adapté à votre faiblesse. Auparavant, vous aviez mis tout votre corps au service de l'impureté et du désordre, qui ne mènent qu'au désordre ; de la même manière, mettez-le à présent au service de la justice, qui mène à la sainteté. Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport aux exigences de la justice. Qu'avez-vous récolté alors, à commettre des actes que vous regrettez maintenant ? En effet, ces actes mènent à la mort. Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus les esclaves de Dieu, vous y récoltez la sainteté, et cela aboutit à la vie éternelle. Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur.

_____Si heureux [7] est l'homme qui n'entre pas au conseil des méchants, malheureux [8] est celui qui y entre. S’il y entre, cela signifie bien qu’il n’en faisait pas partie jusque là : par conséquent, il  vient de chez les "gentils". Que sont devenues ses généreuses intentions ? Eh bien, elles sont toujours là ! Car lui pense être venu mettre la paix dans son monde. De fait, il a su fédérer autour de lui une véritable union sacrée : personne dans sa famille –comme dans celle de son conjoint…- et dans quantité d’autres maisons n’est divisé ! N’est-ce pas merveilleux ? Pères, fils, mères, filles, belles-mères et belles-filles se sont accordés unanimement ou presque afin de mettre la paix dans leur monde : heureux sont-ils ! Eh bien non : le bonheur n’est pas exactement le premier mot qui viendrait à l’esprit au vu de tant de faces de carême… Comment aurait-il pu en être autrement quand on a joui communément d’une telle liberté par rapport aux exigences de la justice ? Comment aurait-il pu en être autrement quand celle-ci piétine allégrement ses propres exigences [9][10] ? Enfin, comment aurait-il pu en être autrement quand on entre têtes baissées [11] au conseil des méchantes [12][13][14] afin d’exiger d’elles qu’elles exercent leur "justice"©©© décomposée sur qui est venu apporter un feu sur une terre qui n’est pas la leur ?

2462380423_dbd7b7916f.jpg

_____Ceci pourquoi ? Parce qu’on a tant voulu qu'il soit déjà éteint ! Et comme il en a coûté [15][16][17] d'attendre qu'il soit aboli [18] gyrophare.gif! Car désormais il n’y a plus de divisions ailleurs que chez d’horriiiiiibles "malades"© gluants [19] nécessairement fauteurs de guerre. Afin de remettre la paix dans leur monde, il ne faut pas avoir peur d’exhiber les divisions blindées [20, APR note 37] à proportion de leur "dangerosité"©[21] belliqueuse ! Au sein de ces divisions, il est donc normal d’utiliser des véhicules de pompiers [22, APR note 23] puisqu’il y a un feu à éteindre…

Lettre de Phil’os à poutre (*) malsain aux Çacrains 6,19-23. (*)
Frères chiens, j'emploie ici un langage canin [23], adapté à votre faiblesse. Auparavant, vous aviez mis toute votre âme à réduire l'impureté et le désordre, qui ne mènent qu'au désordre ; de la même manière, mettez-la à présent au service de l’injustice [24], qui mène à la santé. En demeurant esclaves du péché, vous êtes libres par rapport aux exigences de la justice. Que révoltez-vous [25] alors, à commettre des actes que vous maintenez sans les regretter ? En effet, ces actes mènent à soigner la "maladie"©. Et maintenant que vous avez été libérés de la conscience du péché mais que vous êtes devenus les esclaves du Docteur, vous y récoltez la santé, et cela aboutit aux mêmes ritournelles [26]. Car le salaire du péché, c'est la mort ; et le don rémunéré du Docteur, c'est la ritournelle de la crise de Philou [27] notre baigneur [28].

_____Love and peace…

2005_07_03_incendie.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

Quel est le comble pour un pompier ?
C'est de porter des habits flambant neufs !

454618469_small.jpg

Commentaires

DULCOLAX est réservé à un usage épisodique et de durée brève, n'excédant pas 10 jours. La prise régulière peut entraîner des troubles intestinaux graves, l'installation d'une dépendance et une perte de potassium susceptible de provoquer des troubles graves du rythme cardiaque.


Interactions
médicamenteuses Peut interagir avec d'autres médicaments, en particulier la vincamine et certains antiarythmiques. L'utilisation de DULCOLAX avec certains diurétiques peut provoquer une hypokaliémie dangereuse. Si vous prenez un autre médicament, signalez-le toujours au médecin ou au pharmacien.

L'hypokaliémie est un désordre hydro-électrolytique pouvant menacer le pronostic vital par la survenue de troubles du rythme cardiaque, cependant moins fréquemment que dans l'hyperkaliémie. Elle est affirmée par un ionogramme sanguin montrant une kaliémie plasmatique inférieure à 3,5 mmol/L (examen à confirmer par un deuxième prélèvement).

Écrit par : sonia | jeudi, 22 octobre 2009

Bigre : tout ça ? Gardons sous le coude le "désordre hydro-électrolytique" : on n'a jamais assez d'eau à disposition pour éteindre un incendie !...

Écrit par : Michel | jeudi, 22 octobre 2009

Et le comble de l'optimisme, vous le connaissez ?

- C'est un cul-de-jatte qui va à Lourdes avec un aller simple ... (wouarf!)

Écrit par : Agnostica | vendredi, 23 octobre 2009

Taratata : ce n'est pas de l'optimisme, ça, mais de l'espérance !

Écrit par : Michel | vendredi, 23 octobre 2009

Oui, et bien le jour où un miracle comme celui-là se produira, n'oubliez surtout pas de me prévenir ...

Écrit par : Simone | vendredi, 23 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.