Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 novembre 2009

Il rappela à ses condisciples cette parlote de l'imposture : L'amour de sa maison fera son tourment.

Dedicace_de_la_basilique_de_Latran_A_72B.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2,13-22. (*)/(*)(*)
Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »  Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment. Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps.
Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

_____Depuis que les disciples de Jésus descendent à Jémalpartou [1, note 10], on ose à peine imaginer qui Il trouverait installés dans le Temple. Il est à craindre qu’un fouet avec des cordes soit bien léger, étant donnée l’ampleur de la tâche à accomplir

Des marchands tous chassés tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; la monnaie des changeurs jetée par terre, leurs comptoirs renversés : n’est-ce pas d’une insoutenable violence [2, note 16] à faire tourner de l’œil, pour peu que l’on soit un peu fragile [3] ? Aussi, bien qu’il ressuscita d'entre les morts, ses disciples osent à peine [4, APR note 9] se rappeler qu'il avait fait cela : à se demander si les prophéties de l'Écriture et la parole que Jésus avait dite n’apparaissent pas malicieusement qu’à la fin du générique [5] ? Il ne faut pourtant pas trois jours pour relever que croire n’est pas nécessairement voir [6]

_____Il n’en faudra pas davantage pour relever qu’une catégorie de marchands ne subit pas exactement le même sort que les autres. Ces marchands –ainsi que leur marchandise- sont curieusement épargnés par le fouet… ce qui ne justifie pas ce qu’ils font là. Au contraire, ce sont eux seuls qui sont interpellés : « Enlevez cela d'ici. » Une telle parole eût été inutile si eux aussi avaient été chassés du Temple ainsi que leur marchandise : des animaux du sacrifice, ne sont sortis que les brebis et les bœufs. Les colombes sont encore là, avec leurs marchands. Est-ce seulement une question d’encombrement, une colombe prenant assurément moins de place qu’un bœuf ? Cette question est plus vraisemblablement la suivante : Quel signe peut nous donner la colombe [7][8][9, APR note 7/3], sinon celui de l'Esprit de Dieu ?

colombe.jpg

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 3,9b-11.16-17. (*)
Frères, vous êtes la maison que Dieu construit. Comme un bon architecte, avec la grâce que Dieu m'a donnée, j'ai posé les fondations. D'autres poursuivent la construction ; mais que chacun prenne garde à la façon dont il construit.
Les fondations, personne ne peut en poser d'autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c'est Jésus Christ. N'oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous.

_____Ces fondations qui existent déjà sont notamment celles de la paix [10], donnée une fois pour toutes [11, APR note 14]. Or, s’il est un sujet sensible –prompt à devenir objet de trafic et de marchandage [12]-, c’est bien celui de la paix, telle que la symbolise depuis toujours la colombe. C’est pourquoi son marchand est traité différemment, comme le prototype de celui qui doit prendre garde à la façon dont il construit la paix. S’il n’est pas fouet avec des cordes –ce qui manquerait singulièrement de paix-, par ce qu’il représente, il est néanmoins le premier à être appelé à respecter la sacralité du temple de Dieu, en ne faisant pas de la maison du Père une maison de trafic. À lui d’en tirer les conséquences, en enlevant cela d’ici de lui-même et sans contrainte de fouet ou autre outil de coercition.

_____D’autant qu’il reste toujours à craindre qu’un fouet avec des cordes soit aujourd’hui bien dérisoire :

sran33l.jpg

Première lettre de Phil’os à poutre malsain aux Coquins Chiens 3,9b-11.16-17. (*)
Frères chiens, vous êtes la niche
[13] commerciale que le Docteur construit. Comme un bon insecte [14], avec la pelle poupeeplage.jpget le râteau que le Docteur m'a donnés, j'ai posé des insultations [15] sur le sable [16][17]. D'autres poursuivent la destruction [18][19] ; mais que chacun prenne garde à la façon dont il est des truies [20][21][22][23].
Les fondations, pour raison de
"santé"
[24] tout le monde peut en poser d'autres sur celles qui existent déjà : ces fondations, c'est la crise de Philou [25]. Oubliez que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu soit expulsé [26] de chez vous. Si quelqu'un de "bien-portant" construit le temple du Docteur [27], le Docteur détruira son "malade"©[28] ; car le temple du Docteur est sacré [29], et ce temple, c'est lui.

_____Qui prend encore garde à la façon dont il construit, quand il ne songe plus qu’à se garder de tout commerce… fermeture-bloktand.gifavec un fouetteur de marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et de changeurs ? Les premiers n’ont en réalité plus de bœufs à vendre (sinon à l’étal [30, APR note 43]), mais ils compensent au moyen d’un impressionnant stock de jougs [31][32] qui s’arrachent néanmoins comme des petits pains. Les seconds vendent leurs brebis à moitié prix, alors qu’elles sont dotées d’une seconde tête [33] : c’est dire que le client –leur reconnaissant comme une indicible parenté- y gagne ! Les troisièmes, eux, vendent leurs "colombes"® au prix fort, justifié par la peine qu’ils se sont donnée. Ils doivent en effet déployer de remarquables efforts à monter la fermeture éclair de leur marchandise jusqu’en haut, tant il est vrai que le déguisement de leurs vautours [34] en colombes fait leur tourment : sans parler de celui de la marchandise elle-même, si engoncée que cela la rend plus agressive, au risque de sa crédibilité… Quant aux derniers, les changeurs, ils sont les premiers [35]. Grands magiciens [36, notes 43,44], ils font beaucoup mieux que de relever en trois jours un Temple qu’il a fallu quarante-six ans à bâtir : eux sont capables de changer un homme en cocker [37], un cocker en pitbull (mais, contrairement aux marchands de "colombes"®, sans avoir d’effort à fournir pour montrer la fermeture éclair [38]) voire en tout monstre [36, note 3] à la convenance du client. Ces nouveaux marchands se sont trouvés bien installés dans leur nouveau Salon [39] : que ne ferait-on pas pour fouetter un peu le business [40] ?…

cbe-legendrekvater-022monstres1.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

Jacob rencontre Lévi dans la rue.
- Alors, Lévi, il parait que tu viens de te marier ?
- Oui, monsieur Jacob. D'ailleurs vous voyez, j'ai fait mes valises pour partir en voyage de noces.
- Bien ! Et où vas-tu ?
- À Jérusalem, monsieur Jacob.
- Très bien ! Mais… où est ta femme ?
- Au magasin, monsieur Jacob. Comme ça, on peut rester ouverts pendant mon absence.

uniqlo-300x149.jpg

Les commentaires sont fermés.