Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 novembre 2009

Il jeta la farce du Docteur à ses pieds sur toute la terre.

dixchiens.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 17,11-19. (*)(*)/(*)
Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s'arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » En les voyant, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés. L'un d'eux, voyant qu'il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c'était un Samaritain. Alors Jésus demanda : « Est-ce que tous les dix n'ont pas été purifiés ? Et les neuf autres, où sont-ils ? On ne les a pas vus revenir pour rendre gloire à Dieu ; il n'y a que cet étranger ! » Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t'a sauvé. »

_____Marchant vers Jémalpartou [1, note 1], les disciples de Jésus traversent nombre de tourments : quand l’un d’eux, "vu"©[2, note 19053186.jpg24] comme s’il était "malade"©, le gars il est si "lépreux" qu’on va à sa rencontre comme on traverse le safari [3, APR note 28] : aussi s’arrête-t-on sagement à distance avant qu’il ne vous dévore tout cru. Et si par malheur [4] le gars il est époux, ça marie plus du tout ! Heureusement, il n’y a pas de difficulté particulière [5, AV note 15] à crier : « Docteur [6], maîtres [7][8], prenez pitié de nous. » C’est que dans l’urgence [9, note 26] de "l’intérêt de la famille et de la protection des enfants"©[10], est-ce que tous les trois [11, APR note 9] n'ont pas été "sauvés"© ? Il convenait d’être plus terrifiant et rapide que le monstre [1, note 36] avant qu’il ne fonde sur vous : face à tant de "dangerosité"©[12], pas le temps [13] de se soumettre à une enquête rigoureuse. Le souverain juge universel aux affaires familiales [14][15][16] ne reculera devant personne, il ne se laissera influencer par aucune autre grandeur que celle du client, de son fournisseur [7] et surtout celle du Docteur [17] ; car les petits comme les grands, c'est lui qui les a défaits, et il prend "soin"©[18][19] de tous pareillement. Et le gibier de safari, où est-il ? On l’a vu revenir du désert [20][21] pour rendre honte aux dominés de la part du Docteur [22]; n’est-ce pas étrange ? Ceux-là, voyant qu'il était "guéri"©, seraient bien revenus sur leurs pas. Hélas, le simple examen de leur conduite [23, note 3] révèle chez eux un cruel défaut de marche arrière [24, note 8]. Celle-ci n’est proposée qu’en option gratuite [25], permettant en prime d’obtenir le pardon et la miséricorde : allez montrer l’intérêt du gratuit à qui s’est fait beaucoup d’amis avec l’Argent trompeur [26], grâce auquel on s’offre une conscience purifiée… de toute morale [27].

Livre de la Sagesse 6,1-11.
Écoutez donc, ô rois, et comprenez ; instruisez-vous, souverains de toute la terre. Soyez attentifs, vous qui commandez aux foules, qui vous vantez de la multitude de vos peuples. Car la domination vous a été donnée de la part du Seigneur, et le pouvoir de la part du Très-Haut, lui qui examinera votre conduite et scrutera vos intentions.  En effet, vous étiez les serviteurs de sa royauté, et vous n'avez pas rendu la justice avec droiture, ni observé la Loi (*)(*), ni vécu selon les intentions de Dieu. Terrifiant (*) et rapide il fondra sur vous, car un jugement implacable s'exerce sur les grands ; le petit obtient le pardon et la miséricorde, mais les puissants seront jugés avec puissance. Le Souverain de l'univers ne reculera devant personne, il ne se laissera influencer par aucune grandeur (*) ; car les petits comme les grands, c'est lui qui les a faits, et il prend soin de tous pareillement. Les puissants seront soumis à une enquête rigoureuse. C'est donc pour vous, princes, que je parle, afin que vous appreniez la sagesse et que vous évitiez de tomber, car ceux qui observent saintement les lois saintes seront sanctifiés, et ceux qui s'en instruisent y trouveront leur défense. Recherchez mes paroles, désirez-les ; elles feront votre éducation.

Or donc, ceux qui s'instruisent des lois saintes y trouveront leur défense. S’ils cherchent une autre défense [28] –en demandant par exemple à un défenseur [29][30][31] d’instruire selon d’autres lois destinées à faire tomber- à qui feront-ils croire qu’ils ont vécu selon les intentions de Dieu ? À tous ceux qui, de près ou à distance, trouveront leur seule défense dans cette même autre défense, assortie au besoin d’un peu de mécanique [32]… toujours dépourvue de marche arrière. Si l’on scrute d’un peu trop près leurs intentions [33], il leur suffit de les déguiser en "celles de Dieu" [34] et le tour est joué ! Ils peuvent ainsi exercer en toute impunité [35] un jugement implacable sur tout scrutateur trop zélé à leur goût, évitant [36] sa rencontre [37], voire le faisant arrêter à distance [38] et lui criant : « Allez vous montrer aux prêtres de Baal. » [39]

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -17,11-19° (*) [40, APR note 55]
Philou [41], marchant vers Jémalpartou [42], était traversé de Schizophrénie et de Gallinacée [43][44]. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre, croyant reconnaître l’un des leurs. S’apercevant à temps de leur bévue, ils s'arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Philou, traître, prends pitié de nous. » [Les pauvres ignoraient qu’il connaissait beaucoup de mots très compliqués, mais pas du tout celui-là…] En les voyant, Philou leur dit : « Allez vous montrer aux traîtres. » En cours de route, ils furent horrifiés [45, note 6], ne sachant lequel choisir. L'un d'eux, voyant qu'il était cocker [46] au pelage virant plutôt [47] à l’isabelle [48][16], revint sur ses pas, en aboyant [49] sur le Docteur à pleine voix. Il se jeta la truffe contre terre, mordant Philou aux pieds en lui rendant sa graisse [50]. Or, c'était en réalité un saint-bernard [51]. Alors Philou demanda : « Est-ce que tous les dix n'ont pas été horrifiés ? Et les neuf autres, où sont-ils ? On ne les a pas vus revenir pour faire honte au Docteur ; il n'y a que cet étranglé [52] ! » Philou lui fit dire [17] : « Va te coucher ailleurs [53], avant que ton incrédulité [54] ne me perde. »

chien.png

_____Il n'y a qu’un étranger à ce monde glauque qu’on peut voir revenir pour rendre gloire à Dieu. Or, c'est à nouveau un Samaritain [55]. Samaritains, Galiléens, Jufs ou païens [56], le Souverain de l'univers prend soin de tous pareillement : Il ne fait pas de différence entre les hommes [57, APR note 8]. Les hommes, eux, en font un peu plus entre eux, toujours prompts à discuter qui est le plus grand [58]. Pour peu qu’ils commandent aux foules, qu’ils se vantent assez de la multitude de leurs peuples, pour mieux le montrer aux autres, leurs intentions belliqueuses ne s’arrêtent pas toujours à distance. Pas besoin de se soumettre à une enquête rigoureuse pour se rémémorer ce jour [59] combien n’ont pas pu éviter de tomber, leurs princes enivrés de puissance ayant quelque peu omis d’apprendre la sagesse. Et d’un soldat sur dix, où sont-ils ? On ne les a pas vus revenir non plus…

_____« Recherchez mes paroles, désirez-les ; elles feront votre éducation. » Quelle éducation [60, APR note 58] les grands font-ils aux petits ? Une éducation à la paix ? Quelle paix : celle de la séparation [61] ? Celle-ci sépare surtout la paix intérieure de la paix extérieure. La première s’apprend, alors que la seconde s’achète [1, APR note 29] aussi vilement qu’un bien matériel : sa "valeur" n’est donc pas proportionnelle à un vécu selon des intentions réelles [62] de paix, mais elle est "sanctifiée" à la mesure [18] du prix qui y a été consacré ! La guerre économique [63, APR note 3] est déjà en germe quand les faux marchands de paix extérieure [64] jettent le discrédit sur toute paix intérieure, celle-ci allant d’autant plus contre leurs intérêts qu’elle ne coûte rien, sinon de s’en instruire avec rigueur. Mais aucune loi implacable n’oblige personne à se laisser influencer jusqu’à abdiquer [65] la face contre terre à leurs pieds. La soumission à des non-observateurs de la Loi –y comprise par leur défense passive- ne joue jamais en faveur d’une paix qui lui reste radicalement étrangère [66].

Mitraillette%20MAS%20Mod%C3%A8le%2038.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

Deux "bien-portants" sont en safari en Afrique. Soudain, un lion sort de la brousse et se jette sur un des gars. Après une dure bataille, celui-ci réussit à se dégager de la bête et à la faire fuir. Il rejoint alors son ami, tout ensanglanté et les vêtements en lambeaux.
- Espèce d'idiot, pourquoi tu n'as pas tiré ? Ce lion a failli me tuer.
- Mais tu m'as dit que c'était un fusil pour les éléphants...

walking-safari-zimbabwe.jpg

Les commentaires sont fermés.