Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 novembre 2009

« Je suis empêtrée dans les fils du dada, ayez pitié de moi ! »

gentil docteur a dada.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18,35-43. (*)|(*)|(*)/(*)(*)(*)
Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle qui mendiait était assis au bord de la route. Entendant une foule arriver, il demanda ce qu'il y avait. On lui apprit que c'était Jésus le Nazaréen qui passait. Il s'écria : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Ceux qui marchaient en tête l'interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s'arrêta et ordonna qu'on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? - Seigneur, que je voie ! » Et Jésus lui dit : « Vois. Ta foi t'a sauvé. » À l'instant même, l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa ses louanges à Dieu.

______Ils marchent en tête, ceux qui interpellent pour faire taire : dans cette position, ils bénéficient de la vue la plus large, et la plus dégagée de tout obstacle. Munis d’un tel privilège, ils s’y entendent pour s’imposer comme les guides de toute une foule qui, plus démunie qu’eux, est priée de leur faire aveuglément confiance [1]. Tout va bien quand cette confiance est honorée, que les guides n’abusent pas de cette autorité [2] pour la conserver jalousement à tout prix, y compris celui de la chute dans quelque trou [3][4][5]. Naturellement, cette confiance ne peut qu’être trahie avec des guides aveugles [6] : visiblement, cette cécité ne gêne personne puisqu’eux aussi marchent en tête. C’est dire qu’ils seront les derniers à s’asseoir au bord de la route pour mendier… et accessoirement, les premiers [7] à réduire tout gêneur à la mendicité "sociale"©[8][9], histoire de le distraire assez pour le faire taire. Cette histoire ne précise pas cependant si tout le peuple, voyant cela du monde entier [10, APR note 71], adresse ses louanges à quelques-uns de ces guides aveugles : Seigneur, qu’est-ce qu’on leur en fait voir ! Mais elle rejoint néanmoins la grande Histoire : celle de la lignée de David. Sur ce point, notre aveugle est ex-æquo avec la foule qui l’entoure : aucun ne voit plus David puisqu’il est mort depuis des siècles. Il est pourtant le seul à invoquer Jésus comme fils de David, autrement dit le Prophète des prophètes. Certes, Jésus est aussi prophète pour tous les autres, ceux qui voient. Espérons pour ceux-là que s’ils avaient à passer le baccalauréat, le barême de la géographie soit supérieur à celui de l’Histoire. Car leur prophète se fait plus modeste… et surtout, plus local : il n’est plus que Jésus le Nazaréen qui passe. Que voulez-vous que l’on fasse pour eux ? - Seigneur, ils voient déjà !

doublemploi.jpg

Et encore sommes-nous loin d’un temps moins reculé où à force de suivre Philou [11] en rendant gloire au Docteur, les voyants nouveaux sont dotés s’une étonnante double vue [12, APR note 28] leur donnant le droit inconditionnel d’interpellation sur tout malheureux "aveugle"© de leur entourage ! On ose à peine imaginer ce qui pourrait se passer si, sur ces entrefaites, surgissait un homme de péché…

Premier livre des Maccabées 1,10-15.41-43.54-57.62-64.
D
ans la descendance des successeurs d'Alexandre le Grand, surgit un homme de péché, Antiochus Épiphane, fils du roi Antiochus le Grand. Il avait séjourné à Rome comme otage, et il devint roi en l'année 137 de l'empire grec. À cette époque, surgirent en Israël des hommes infidèles à la Loi, et ils séduisirent beaucoup de gens, car ils disaient : « Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent. En effet, depuis que nous avons rompu avec elles, il nous est arrivé beaucoup de malheurs. » Ce langage parut judicieux, et quelques-uns, dans le peuple, s'empressèrent d'aller trouver le roi. Celui-ci leur permit d'adopter les usages des païens. Ils construisirent un gymnase à Jérusalem, selon la coutume païenne ; ils effacèrent les traces de leur circoncision, renièrent l'Alliance sainte, s'associèrent aux païens, et se vendirent pour faire le mal. Quelques années après, le roi Antiochus prescrivit à tous les habitants de son royaume de ne faire désormais qu'un seul peuple, et d'abandonner leurs coutumes particulières. Toutes les nations païennes se conformèrent à cet ordre. Parmi les Israélites, beaucoup suivirent volontiers la religion du roi, offrirent des sacrifices aux idoles, et profanèrent le sabbat. Le 15 du neuvième mois de l'année 145, Antiochus éleva sur l'autel des sacrifices le Sacrilège Dévastateur, et, dans les villes de Juda autour de Jérusalem, ses partisans élevèrent des autels païens. Ils brûlèrent de l'encens aux portes des maisons et sur les places. Tous les livres de la Loi qu'ils découvraient, ils les jetaient au feu après les avoir lacérés. Si l'on découvrait chez quelqu'un un livre de l'Alliance, si quelqu'un continuait à suivre la Loi, le décret du roi le faisait mettre à mort. Cependant, beaucoup en Israël résistèrent et eurent le courage de ne manger aucun aliment impur. Ils acceptèrent de mourir pour ne pas être souillés par ce qu'ils mangeaient, et ne pas profaner l'Alliance sainte ; et de fait, ils moururent.
C'est ainsi qu'une terrible colère s'abattit sur Israël.

Jésus le Nazaréen est si bien passé que d’aucuns se demandent encore s’Il est réellement passé : on s’asseoit sur le bord de la route et on mendie quelque trace d’historicité [13]. Ce passage du livre des Maccabées, autrement plus ancien que l’Évangile, offre paradoxalement moins de résistance à la datation, celle-ci étant explicitement précisée sans omettre l’aspect géographique et géopolitique : Antiochus Épiphane, descendant des successeurs d'Alexandre le Grand, fils du roi Antiochus le Grand, avait séjourné à Rome comme otage, et il devint roi en l'année 137 de l'empire grec. Voilà un homme que l’on suit à la trace, qu’on lui rende gloire ou non ! Ce qui permet judicieusement d’observer que les Maccabées ne sont pas nécessairement des macchabées, tant les usages décrits ici grouillent de vie. Celle de l’époque de l'année 137 de l'empire grec, assurément. Mais n’est-il pas criant de plus belle que sur bien des aspects, l’époque de l'année 2009 après Jésus le Nazaréen n’est pas sans interpeller ceux qui marchent sur la tête [14] comme ceux qui suivent ? Année 137 : des hommes infidèles à la Loi séduisirent beaucoup de gens, car ils disaient : « Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent. En effet, depuis que nous avons rompu avec elles, il nous est arrivé beaucoup de malheurs. » Beaucoup520567.jpg plus près de nous, ne croirait-on pas entendre quelque discours de préambule à la construction européenne, voire à l’élaboration de quelque groupe d’intérêts idéologiques, financiers ou économiques ? Quant à la permission d'adopter les usages des païens, qui oserait la tenir pour réduite à l’état de macchabée ? Renier l'Alliance sainte, s'associer aux païens, et se vendre pour faire le mal [15][16] sont-ils tombés en désuétude depuis l'année 137 de l'empire grec ? Quelques années après, le roi Antiochus prescrivit à tous les habitants de son royaume de ne faire désormais qu'un seul peuple, et d'abandonner leurs coutumes livre_en_feu.jpgparticulières. Toutes les nations païennes se conformèrent à cet ordre. En dépit du climat, si le roi Antiochus siégeait aujourd’hui à Bruxelles, il ne serait sans doute pas très dépaysé… Parmi les Israélites, beaucoup suivirent volontiers la religion du roi, offrirent des sacrifices aux idoles, et profanèrent le sabbat. Avec l’instauration du travail dominical, le livre des Maccabées commence à faire de l’ombre aux livres de certaines assemblées très contemporaines. Tous les livres de la Loi qu'ils découvraient, ils les jetaient au feu après les avoir lacérés. De manière à peine plus métaphorique, n’en est-on pas de nouveau là avec nos représentants officiels de la loi [17][18][19] ? Si l'on découvrait chez quelqu'un un livre de l'Alliance, si quelqu'un continuait à suivre la Loi, le décret du roi le faisait mettre à mort. Ce décret est plus actuel que jamais : c’est celui qui fait de quelqu’un un déchet [20, note 20]. Dans les villes et autour, le Sacrilège Dévastateur élevé sur l'autel des sacrifices se remplit à saturation [21, APR note 47] : c'est ainsi que les ingrédients d'une terrible colère [22][23] s'abattent sur Raihël [24].

Le livre des Maccabées : quelqu’un est visiblement venu passer l’aspirateur [25, note 6][26], vu qu’il n’y a pas un gramme de poussière

df940623-maison-propre.jpg

Ceux qui marchaient en tête l'interpellaient pour le faire taire. On veut qu’ils cessent de parler et, afin qu’il n’y ait plus de confusion, on les rend malades en détraquant toutes leurs facultés mentales. Ah, s’ils pouvaient garder le silence [25, note 8] : dans les villes et autour, il existe ce qu’il faut [27]… pour faire tomber toute l’Humanité par les guerres et les maladies mentales principalement. [21, APR note 47] Ce principalement indique bien que les unes sont au service des autres, ne vont pas sans les autres. Les maladies mentales sont les armes des guerres, celles-ci commençant bien en deçà d’éventuelles frictions entre nations. « Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent, contre un livre de l'Alliance, et quelqu'un continuant à suivre la Loi ». Ce langage parut judicieux, et beaucoup, dans le peuple, s'empressèrent d'aller trouver la reine [28, APR note 27]. Une reine "bien-portante", un roi malade mental : la guerre entre les nations n’est plus nécessaire puisque tout royaume divisé devient un désert [26] via la guerre intestine. Pourtant, la maladie mentale n’existe toujours pas [29, AV note 34] ! Pardon ? On y trouve de vrais malades du cerveau ? Précisément ! C’est donc bien qu’il en "existe" des faux : les vrais malades du cerveau sont des malades neurologiques, non des malades mentaux. C’est bien en détraquant leur système neurologique que don%20quichotte.jpgl’on peut détraquer toutes leurs facultés mentales, non en portant le fer sur un "appareil psychique" [30, note 13] inaccessible pour cause d’inexistence. Or, la guerre est principalement associée à la maladie mentale : la vraie maladie du cerveau est, elle, vraiment hors de cause [31], au même titre que n’importe quelle maladie organique. En revanche, elle est la conséquence principale de la guerre à la maladie mentale ! L’une se confondant avec l’autre, l’une étant l’arme de l’autre, ce qui la rend insaisissable… et insoupçonnable puisque officiellement, l’une fait la guerre à l’autre [32] ! Quant à celui qui marche en tête de la guerre contre cette guerre absurde [33], tenu pour un va-t-en- guerre, les guerriers [34] de la maladie mentale l'interpellent pour le faire taire : ce sont des déséquilibrants capables de tuer pour défendre leur cause [35][36]. La "psychiatrie" est à la médecine ce que Don Quichotte est aux moulins à vent… sauf que ses moulins à elle sont des moulins à broyer, car les "malades mentaux" subissent le plus grand des désespoirs que l’être humain puisse supporter : qui a subi cela, de près ou de loin, ne peut plus supporter [37] l’application hypocrite [38] d’un vocabulaire "médical"© entretenant délibérément une confusion destinée à sauver un monde diabolique de cruauté et d’injustice.

Antiochus Épiphane ? Jésus le Nazaréen ? Peu importe l’historicité : ils sont si marqués pour notre temps…

____________________________

La cockerinette du jour

Pourquoi y a-t-il toujours un verre d'eau vide et un verre plein sur les tables de chevet pathomaniaques [39] ?
- Parce que parfois ils ont soif, et parfois pas.

pari-verre-1.jpg
Télécharger une version imprimable de la note
(fichier Word, sans les images)

Commentaires

ils sont tous pleins de vin ou de vide, c'est ça ?..

Écrit par : 3 "F" | mardi, 17 novembre 2009

Ah, ah : en fait, la réponse est dans la question. L'illustration est active : on clique un coup dessus... et elle mène tout droit à la réponse. Merci qui ?

PS : selon la loi machinchose, l'abus d'alcool nuit à la santé (sujet ô combien préoccupant ici, n'est-ce pas...) ; sachez apprécier et consommer avec modération.

Signé : le modérateur.

Écrit par : Michel | mardi, 17 novembre 2009

Pour trouver, y'avait pas besoin de cliquer, c'était facile !

PS : Le beaujolais va bientôt arriver... Quelle vaste région que la région du Beaujolais pour que son vin puisse être livré dans tellement de pays du monde !

Écrit par : alberto | mardi, 17 novembre 2009

mon fils a trouvé en moins d'une minute l'énigme des verres, (heureusement les enfants relèvent le niveau des parents)

enfin c'est quand même un enfant de 43 ans!...

Écrit par : 3 "F" | mercredi, 18 novembre 2009

Waw, j'apprécie votre site, je vous remercie pour votre aide, et notez que je suis d'accord... J'insiste, votre billet est vraiment excellent, j'apprécie votre style d'écriture ! PS : Ca fait du bien de vous lire, oui oui !

Écrit par : seotons | lundi, 01 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.