Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 novembre 2009

Il y aura çà et là de grands tremblements au sujet d’épidémies de peste, et des famines.

montagefamineh1n1.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,5-11. (*)|(*)|(*)|(*)(*)/(*)
Certains disciples de Jésus parlaient du Temple, admirant la beauté des pierres et les dons des fidèles. Jésus leur dit : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser ? » Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est tout proche.' Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin. » Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre, et çà et là des épidémies de peste et des famines ; des faits terrifiants surviendront, et de grands signes dans le ciel. »

_____L’admiration de Jésus pour les dons des fidèles n’est certes pas celle de certains de Ses disciples à l’égard de la beauté des pierres du Temple : ce qu’il en a coûté pour le bâtir excède largement la valeur césarienne de deux misérables piécettes [1] ! De fait, les offrandes –infiniment plus conséquentes de ce point de vue- mises par les gens riches dans le tronc du trésor ont-elles pu empêcher que de ce Temple à l’admirable beauté ne se lamente plus qu’un Mur ? Ce qui, malgré tout, en est encore rester quelque pierre sur pierre : les jours qui viendront ne sont pas venus tant que tout n’est pas détruit. Quand cela arrivera-t-il ? Nul ne le sait. Il suffit de savoir qu’il faut qu’arrive d’abord la perspective de guerres et de soulèvements. Ce qui, en soi, ne laisserait pas d’égarer tant l’histoire de l’humanité est en permanence marquée par une telle perspective, souvent si bien concrétisée que l’on fait plus qu’en entendre parler : on ne compte plus les constructions –individuelles et collectives- qui furent admirables, mais que nul ne peut plus contempler, des jours de guerre étant venus où il n’en reste pas pierre sur pierre.

_____Il faut que cela arrive d'abord : pourquoi une telle nécessité ? Mais pourquoi pas ? Ne se réalise-t-elle pas tous les jours par temps de paix ? papier%20peint%202.jpgQuand une construction est devenue obsolète (n’ayant plus d’usage, n’étant plus entretenue ou étant devenue trop exiguë [2] –voire trop spacieuse, comme le sont devenus nombre de temples [3] modernes !- pour son usage actuel), tout est détruit en vue de libérer un emplacement avantageux pour une nouvelle construction. À notre époque d’urbanisation galopante, y compris dans une ville épargnée par les guerres et les bombardements, que reste-t-il de ce qu’on a pu contempler seulement quelques décennies auparavant ? Même en y prenant garde, un ancien habitant risquerait fort de s’y laisser égarer. Sans aller jusqu’à tout détruire, il faut d’abord décoller un papier peint défraîchi avant d’en appliquer un nouveau… que cela masque ou non un autre type de destruction [4, APR note 32], ô combien propice à laisser égarer les proches. Certains ne marchent pas derrière : ils ont couru tête baissée, effrayés par ce dont ils entendaient parler ! Car beaucoup viennent sous le nom du Docteur [5] en disant : 'C'est un "malade"©', ou encore : 'Le moment [NB : de l’explosion de la fermeture éclair [6] !] est tout proche.'

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -21,5-11° (*)
Certains disciples de Philou [7] pillaient le temple de leurs "malades"©, admirant ainsi la beauté de leur propre cœur de pierre et les dons des fidèles bien-portants. Philou leur médit : « Ce que vous contemplez, des nuits viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser ? » Philou répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous le nom de l’Autre en disant : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est tout proche.' Ne marchez pas derrière eux : « ils ne sont pas médecins » [8] ! Quand vous entendrez parler de guerres intestines et de soulèvements psychiques, ne vous effrayez pas : il faut que je fasse arriver cela d'abord, et vous serez tout de suite lapins [9]. On vous écrira [10]. » Alors Philou ajouta : « Je dresserai nation contre nation [11, AV note 19], royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements [12] de taire [13], et çà et là des épidémies de peste [14][15][16] et des sales mines [17][18] ; des monstres terrifiants [19][20][21] surviendront, et de grands signes noirs [22] dans le ciel. »

_____« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est tout proche.' Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : ce n’est jamais que la psychologie "chrétienne"©[23] en marche, dressée par le Docteur à prendre le relais de proche en proche pour vous faire prendre garde à l’abominable [24], dressant "bien-portant" contre "malade"©. Las : il y a de grands tremblements de terrés, et çà et là des épidémies de peste du cœur [25, APR note 15] et des paniques ; des méfaits bêtifiants [26] surviennent, et de grands signes dans le ciel-tête [27, note 10] des "bien-portants" : il leur en pousse une seconde [28]. De fait, cela égare quelque peu du Texte du jour, attendu que si cela arrive d’abord, c’est tout de suite la fin des haricots ! Pourtant, ni les faits terrifiants (pas même un aspect…) ni les grands signes dans le ciel ne sont survenus… du moins tant que des "soins"© n’ont pas été appliqués [29, notes 27]. Dans la vision qu’elle a eue en mensonge [30], la "médecine"© appelle cela de la "prévention" : extrêmement brillante, y compris sur la route [31].

015200BE01568712-c1-photo-logo-prevention-routiere.jpg

Livre de Daniel 2,31-45. (*)
kate_moss_statue_en_or_reference.jpgDaniel dit à Nabucodonosor : « Ô roi, voici la vision que tu as eue en songe: Une statue se dressait devant toi, une statue extrêmement brillante et d'un aspect terrifiant. Elle avait la tête en or fin ; la poitrine et les bras, en argent ; le ventre et les cuisses, en bronze ; ses jambes étaient en fer, et ses pieds, en partie de fer, en partie d'argile. Tu étais en train de regarder : soudain une pierre se détacha d'une montagne, sans qu'on y ait touché ; elle vint frapper les pieds de fer et d'argile et les pulvérisa. Alors, furent pulvérisés tout ensemble le fer et l'argile, le bronze, l'argent et l'or ; ils devinrent comme la paille qui s'envole en été, au moment du battage : ils furent emportés par le vent sans laisser de traces. Quant à la pierre qui avait frappé la statue, elle devint un énorme rocher qui remplit toute la terre. Voilà ce que tu as vu en songe ; et maintenant, nous allons dire devant le roi ce que cela signifie.
C'est à toi, le roi des rois, que le Dieu du ciel a donné royauté, puissance, force et gloire. C'est à toi qu'il a remis les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, quelle que soit leur demeure ; c'est toi qu'il a rendu maître de toute chose : la tête d'or, c'est toi. Après toi s'élèvera un autre royaume inférieur au tien, ensuite un troisième royaume, un royaume de bronze qui dominera la terre entière. Il y aura encore un quatrième royaume, dur comme le fer. De même que le fer brise et écrase tout, de même, il pulvérisera et brisera tous les royaumes. Tu as vu des pieds qui étaient en partie d'argile et en partie de fer : en effet, ce royaume sera divisé ; il aura en lui la force du fer, comme tu as vu du fer mêlé à l'argile. Ces pieds en partie de fer et en partie d'argile signifient que le royaume sera en partie fort et en partie faible. Tu as vu le fer associé à l'argile parce que les royaumes s'uniront par des mariages ; mais ils ne tiendront pas ensemble, de même que le fer n'adhère pas à l'argile. Or, au temps de ces rois, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et dont la royauté ne passera pas à un autre peuple. Ce dernier royaume pulvérisera et anéantira tous les autres, mais lui-même subsistera à jamais. C'est ainsi que tu as vu une pierre se détacher de la montagne sans qu'on y ait touché
(*), et pulvériser le fer, le bronze, l'argile, l'argent et l'or. Le Dieu Grand a fait connaître au roi ce qui doit arriver. La vision que tu as eue en songe disait vrai, l'interprétation est digne de foi. »

Pendant que les disciples de fer de Philou tirent puissance, force et gloire de leurs insignifiantes "maladies"© ayant pour seule "vertu" de pulvériser et d’anéantir les "malades"©, des montagnes d’or, d’argent et de bronze [32, APR note 33][33][34][35] deviennent comme la paille qui s'envole en été, au moment du battage : elles sont emportés par le vent sans laisser de traces. C’est-à-dire que tout ce qui est dépensé pour de telles causes ne l’est pas pour d’autres, nettement plusfoi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société consistantes. Ce qui est bien dommage : n’auraient-elles pas été extrêmement plus utiles à un milliard d’enfants des hommes ne tenant pas particulièrement à être frappés de "déni de souffrance"©[36] ? Organisé par la FAO, financé par l’Arabie Saoudite, le sommet romain sur la faim dans le monde qui s'est ouvert le 16 novembre n’a pas fait recette dans les pays riches : aucun chef d’État ou de gouvernement du G 8 n’y était présent [37]. S’il est un fait terrifiant qui survient, c’est bien celui-ci : Il y a de gigantesques famines, à faire grandement trembler la terre d’indignation [38, APR note 28]. De même que le fer n'adhère pas à l'argile, les royaumes repus et "bien-portants" du G 8 n'adhèrent pas à la cause de la faim dans le monde, moins rentable que les causes "sanitaires" de "prévention" d’épidémies de pestes, porcine [39][40] ou de celles de visions eues en songe d’un royaume où plus personne n’est différent. La partie forte des "soins"© sur des différents [41], c’est la partie faible de l’indifférence à soigner des famines. Or, au temps de ces rois –et nous y sommes-, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et dont la royauté ne passera pas à un autre peuple. Ce qui suppose au préalable qu’à son emplacement, ceux qui le précèdent soient, eux, détruits : des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre. Il faut bien que cela arrive d'abord. Mais ce ne sera pas tout de suite la fin. À cet égard, l'interprétation de ce qui doit arriver en 2012 est digne de foi à condition de faire le poirier [42] dans le bon sens, bien sûr.

pieds-lunaires-L-1.jpeg

____________________________

Une cockerinade par jour

C'est Mohammed (gamin de 10 ans) qui a vraiment faim. Il habite Casablanca et il ne trouve rien à manger à la maison. Il va donc faire un petit tour au souk, histoire de voir s'il ne trouve pas une opportunité. Le voilà parti ; il commence à lorgner sur les poulets d'un vendeur :
- Mohammed, si tu pars pas tout di suite (avec l'accent) je ti donne le fouet.
- Mais m'siou ji fi rien, ji chouffe (regarder), c'est tout !!
Mohammed s'éloigne, mais il se dit qu'avec un peu d'astuce il arrivera à voler un poulet. Il se rapproche et fait basculer tout l'étalage de fruits. Le marchand sort alors rapidement pour récupérer son bien. Mohammed se glisse dans l'échoppe et vole rapidement un poulet mais le marchand le voit !
- Mohammed, voleur ! Police, au secours, Mohammed est un voleur !
La police arrive et essaie de rattraper Mohammed qui court avec son poulet. Impossible à rattraper : Mohammed connaît trop bien le souk. Deux heures après, la police fait une patrouille sur la plage, histoire de voir si Mohammed n'y est pas. Elle le trouve alors, avec un tas de plumes à côté de lui. Le gamin est manifestement repu et commence une petite sieste :
- Mohammed, ci toi le voleur, ti as mangé tout li poulet.
- Moi, ji suis pas un voleur, ji fais juste la sieste !
- C'est quoi toutes li plumes ???

- Les plumes ? Ji m'installe tranquille pour faire une sieste, voilà un poulet qui s'approche et qui me dit : "oh Mohammed, ti reste là ? ti peux me garder mes affaires, ji vais prendre un bain !"...

01_Le_Poulet_Plum%C3%A9.jpg

Commentaires

Espèce de kidnappeur-de-petit-africain-affamé ! (On se comprend)

Écrit par : simone | mardi, 24 novembre 2009

Avant que la police vous envoie une escouade pour kidnapping de petit émigré, je précise que nous échangeons parfois quelques photos qui du reste sont en libre distribution. Et parfois cela peut-être pure coïncidence ! J'avais effectivement été attirée par ce petit africain affamé (c'est presque un pléonasme) au moment où une société commerciale avait pensé distribuer des billets en plein Paris en guise de pub, ce qui avait déclenché une émeute ! Effectivement, à des fins de profit, là-aussi, certains brandissent l'épouvantail de la peur, feignant de nous protéger et ne se souciant pas de l'état de pénurie intense vécu par d'autres. Drôle de façon de trier le bon grain de l'ivraie ! Ce serait plutôt l'inverse ... La preuve est faite que le G8 est uniquement préoccupé de ses propres intérêts. Il faut avoir la tête solidement fixée sur les épaules pour s'y retrouver parmi toutes ces informations et désinformations. En une autre époque on eut baptisé cela propagande, pire : intox !

Écrit par : S2 | mercredi, 25 novembre 2009

Eh ! Ji peux m'installer tranquille pour faire une sieste, mîme si un poulet s'approche ji cite implicitement mi sources ! j'ose ispirer que mîme avec un Mac mi pitites zimages sont actives...

Écrit par : Mohammichel | mercredi, 25 novembre 2009

Michel, faites gaffe : pour les gens qui prennent les histoires au premier degré et ils sont nombreux ... vous allez passer pour un affreux ouaciste !

Écrit par : S3 | mercredi, 25 novembre 2009

Ouaciste, moi ? Permettez que j'en aboie d'indignation : dans mon état K-nin, ce serait quasiment du suicide. Faites gaffe : pour les gens qui prennent les histoires au premier degré et qui appellent os court, vous allez faire passer chez moi un affreux fourgon de la fourrière. Et par chez nous, ils sont tout rouges et font pin-pon : agaçant pour les riverains qui si sont installés tranquilles pour faire une sieste...

Écrit par : Mister K | mercredi, 25 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.