Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 novembre 2009

Si votre poison approche, préparez-vous à filer.

palmalapin.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 4,18-22. (*)|(*)|(*)/(*)
(Fête de St André, apôtre)
Comme Jésus marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac : c'étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans leur barque avec leur père, en train de préparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

_____Les tout premiers disciples étaient des pêcheurs : pas assez cartésiens pour penser le pour et le contre avant de suivre. Cependant, ce n’est pas non plus l’oisiveté qui les pousse aussitôt [1], considérant qu’un appel en vaut un autre, pourvu qu’il les en sauvent. Au contraire, ils avaient a priori d’autres chats à fouetter, venant soit de jeter leurs filets, soit d’être en train de les préparer. Sans ces filets, autant dire qu’ils sont démunis de leur outil de travail le plus précieux. Plus loin, ce ne sont plus seulement des filets, mais une barque qu’on laisse aussitôt alors qu’elle autorise une pêche en quantité supérieure parce qu’en eaux plus profondes qu’au bord du lac. Ce n’est pas tant du matériel qu’ils laissent là, que les conditions même de leur existence. On ose à peine imaginer ce qui se passerait aujourd’hui si Jésus disait : « Venez derrière moi ». Ce qui ne relève d’ailleurs pas nécessairement de l’imagination ou de l’époque, Jésus n’appelant personne sous une sorte d’extase hypnotique : libre à chacun de répondre, aujourd’hui comme hier : 'J'ai acheté un champ, et je suis obligé d'aller le voir ; je t'en prie, excuse-moi.' 'J'ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t'en prie, excuse-moi.' [2] Pierre, André, Jacques ou Jean n’auraient pas été voués à la géhenne [3] s’ils avaient répondu : 'Nous venons de jeter nos filets dans le lac ; nous t'en prions, excuse-nous' ; ou : 'Nous sommes en train de préparer nos filets avec notre père ; nous t'en prions, excuse-nous.' Avec notre père : aux liens matériels s’ajoutent pour eux les liens affectifs, car leur père, lui, n’est pas appelé. Ou s’il l’est, assurément il n’y répond pas favorablement : ceci sans que le ciel ne lui tombe sur la tête. Mais avec Jésus, que les liens soient matériels ou affectifs, il n'y a pas de différence. De fait, dans la parabole, un troisième répondra : 'Je viens de me marier, et, pour cette raison, je ne peux pas venir.' (Ce qui, naturellement, n’est pas une raison pour accorder la même valeur entre un champ, des bœufs, des filets, une barque et… une épouse ou un père !)

Epuisette.jpg

_____Si on ose à peine imaginer ce qui se passerait aujourd’hui si Jésus disait : « Venez derrière moi », une réponse favorable peut cependant se trouver grandement facilitée, pour peu que l’on fasse appel à un spécialiste de la distension des liens affectifs qui, lui, va prendre son filet pour suivre un pécheur !

L3309450029744.jpg

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -4,18-22° (*)
Comme Philou [4] s’enfonçait dans le fond du lac de Génésarrêt-maladie [5, AV note 39], il vit deux frères, Siphon [6, APR note 17/2], appelé Pierr’os [6, APR note 17/1], et son frère And’os (mais pas les responsabilités [7]), qui filaient se jeter dans le lac : c'étaient des chasseurs [8]. Philou leur dit : « Venez devant moi, et je vous ferai chasseurs d'hommes [9]. » Aussitôt, filant leurs laisses, ils le précédèrent. Plus loin, il vit deux autres frères, Jacquouille [10], fils de Dégénéré, et son frère Jeannot Lapin [11], qui étaient en pleine galère avec leur père, en train de se préparer à lui refiler [12]. Ils l’appelèrent. Aussitôt, laissant leur galère à leur père, ils suivirent son avis [13, note 20].

_____Toute médaille ayant son revers, l’appelant aura, quant à lui, des difficultés croissantes à suivre aussitôt quelque appel, étant de plus en plus inexorablement pris dans un inextricable filet [14] de liens affectifs : en premier lieu, ceux de la peur [15]. Il veut bien suivre, mais pas tout de suite [16, note 35]. Qu’on l’en ex-cuse, précisément parce que la cause lui est externe [17] : le "malade"© qui lui fait peur. Dès qu’il sera "guéri"©[16, AV note 36], il suivra aussitôt ! Dans l’intervalle, il faut que l’appelant trouve son salut dans quantité de "prestataires de service"©[18], tant dans l’objectif de cette "guérison"© que dans celui d’acheter [16, note 7] du rassurement. Il s’en offre même en prime, affirmant de sa bouche que Jésus est Seigneur. Mais là aussi, comme pour le reste il faudra attendre la "guérison"© pour qu’il puisse enfin croire dans son cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts. Alors, d’ici là, il se sauve avant la fin du film [19]. Car celui qui a peur du fond de son cœur devient juste un lapin : ne lui manquent que les palmes pour rejoindre le fond du lac

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 10,9-18. (*)
Si tu affirmes de ta bouche que Jésus est Seigneur, si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, alors tu seras sauvé. Celui qui croit du fond de son cœur devient juste ; celui qui, de sa bouche, affirme sa foi parvient au salut. En effet, l'Écriture dit : Lors du jugement, aucun de ceux qui croient en lui n'aura à le regretter. Ainsi, entre les Juifs et les païens, il n'y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l'invoquent. En effet, tous ceux qui invoqueront le nom du Seigneur seront sauvés. Or, comment invoquer le Seigneur sans avoir d'abord cru en lui ? Comment croire en lui sans avoir entendu sa parole ? Comment entendre sa parole si personne ne l'a proclamée ? Comment proclamer sans être envoyé ? C'est ce que dit l'Écriture : Comme il est beau de voir courir les messagers de la Bonne Nouvelle ! Et pourtant tous n'ont pas obéi à la Bonne Nouvelle ; le prophète Isaïe demandait : Seigneur, qui a cru en nous entendant parler ? C'est donc que la foi naît de ce qu'on entend ; et ce qu'on entend, c'est l'annonce de la parole du Christ. Leur cri a retenti par toute la terre, et leur parole, jusqu'au bout du monde.

chat-louche.1192957372.jpg

Lettre de Phil’os à poutre (*) malsain aux Çacrains 10,9-18. (*)
Si tu affirmes [20] d’un air louche que Philou est Docteur, si tu crois dans ton cœur que le Docteur l'a suscité d'entre les morts, alors tu seras foutu. Celui qui croit [21] du fond de son cœur devient juste psychique [22] ; celui qui, de sa bouche, affirme sa crédulité parvient au dahu [23]. En effet, l'imposture dit : Lors du jugement, tous ceux qui croient en lui auront à le regretter. Ainsi, entre les Snifs et les pas chiens, il n'y a pas de différence : tous ont le même Docteur, vénéneux [24] envers tous ceux qui l'invoquent. En effet, tous ceux qui invoqueront le nom du Docteur seront foutus. Or, comment invoquer le Docteur sans avoir d'abord cru en lui ? Comment croire en lui sans avoir entendu sa parlote [25] ? Comment entendre sa parlote si personne ne l'a acclamée [26] ? Comment acclamer sans être dévoyé ? C'est ce que dit l'imposture : Comme il est bête de voir courir les messagers de la Mauvaise Nouvelle ! Et pourtant tous ont obéi à la Mauvaise Nouvelle ; le prophète Aïaïeaïe [27] demandait : Docteur, qui a cru en nous entendant parloter ? C'est donc que la crédulité naît de ce qu'on entend ; et ce qu'on entend, c'est la parlote de dénonciation de la crise. Leur cri a retenti par toute la terre, et leur parlote, jusqu'au bout du monde.

_____Toute médaille ayant le revers de son revers, quand le "malade"© appelé voit ses frères dans leur barque "sanitaire"© –prenant l’eau de toutes parts- avec leurs faux pères [28], en train de préparer leurs filets, il les appelle traîtres [29], ne leur en déplaise. Ainsi, il y a une différence entre ne pas obéir à la Bonne Nouvelle et obéir à la Mauvaise. C’est la même que celle qui existe entre le "déni de souffrance"©[30] et la fuite perpétuelle en avant de l’appelant usant de tous les artifices [31][32][33][34][35] pour ne jamais répondre à l’appel –"incommunicabilité"[36] verticale-, comme du mal objectivement commis : "incommunicabilité" horizontale… mais pas nécessairement réciproque : d’autres cris peuvent aussi retentir par toute la terre [37], et leur parole, jusqu'au bout du monde.

l_ecrit_du_cri.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

Un jeune homme, d'apparence timide, entre dans un bar et s'assoit près d'une superbe jeune fille. Il lui propose :
- Je peux vous payer un verre ?
Ce à quoi elle rétorque en hurlant :
- Non, je ne coucherai pas avec vous ce soir !
Un grand silence. Tous les clients du bar se retournent et le jeune homme, l'air défait et confus, rougit de honte. Quelques minutes plus tard, la jeune femme revient vers lui et lui dit en souriant:
- Je suis désolée de vous avoir fait cela. Je suis étudiante en psychologie et j'étudie les réactions des gens dans des situations embarrassantes.
Et l'homme de hurler à travers la pièce :
- Comment ça, 50 € l'amour ?

50_euros.jpeg
ciseaux.jpg

N’utiliser qu’en cas d’urgence…

dimanche, 29 novembre 2009

Retirez l’arête, car votre poisson approche.

poissonchatlapin.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,25-28.34-36. (*)|(*)|(*)|(*)|(*)/(*)(*)(*)(*)
(Premier dimanche de l'Avent)
Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l'homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.
Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s'alourdisse dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l'improviste. Comme un filet, il s'abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout
(*)(*) devant le Fils de l'homme. »

_____Avent : avant sa venue. Mais Jésus ne parlait pas à ses disciples de sa venue discrète -et passée- au fond d’une humble crèche, quelque part dans une bourgade perdue de Palestine. Certes, il y a eu quelques signes dans les étoiles à l’intention de ses visiteurs du moment, bergers [1] et mages venus de nations d'Orient [2] : mais rien d’affolant ni de fracassant. Tout au plus certaines puissances locales ont-elles été ébranlées jusqu’à s’abattre sur quelques fils d’hommes de la terre, les faisant mourir non de peur mais par l’épée [3, APR note 4]. Si ces événements ont tragiquement inauguré la première venue du Fils de l’homme, ils n’ont en rien ébranlé les puissances des cieux… ni fait craindre des malheurs arrivant sur le monde ! Aussi l’exégèse officielle de tous ces Textes -se rapportant à la seconde venue du Fils de l’homme- se plaît-elle à l’inscrire dans le sens de la première, y compris dans ce temps liturgique qui est celui de l’Avent. Parallèlement se plaît-elle à considérer cette seconde venue comme la dernière : celle du temps de la moisson ultime, séparant les brebis des chèvres [4]. Or, ce temps-là, nul ne le connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père [5]. Dans ce cas, pourquoi se tenir sur ses gardes ? Pourquoi rester éveillés et prier en tout temps ? À quoi bon seulement s’intéresser aux signes dans le soleil, la lune et les étoiles si on n’est pas féru d’astronomie ? À quoi bon se redresser et relever la tête si c’est pour mieux la perdre et tomber sous un filet ? Drôle de rédemption

Livre de Jérémie 33,14-16. (*)(*)(*)
Parole du Seigneur : Voici venir des jours où j'accomplirai la promesse de bonheur que j'ai adressée à la maison d'Israël et à la maison de Juda : En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai naître chez David un Germe de justice, et il exercera dans le pays le droit et la justice. En ces jours-là, Juda sera délivré, Jérusalem habitera en sécurité, et voici le nom qu'on lui donnera : « Le-Seigneur-est-notre-justice ».

À quoi bon une promesse accomplie sur des maisons en poussière ? Drôle de bonheur… Ce Germe de justice où s’exerce dans le pays le droit et la justice a-t-il lieu là où la "sécurité"©[6] s’achète [7, note 1/2] dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, au vil prix de la déshabitation [8] ? En ces jours-ci, quel nom donnera-t-on à celui qui accomplit la promesse de bonheur du "bien-portant" adressant son "malade"© à la maison de "repos"©[9][10] ?

Livre de Jér’imite -33,14-16° de fièvre frissonnante [11]. (*)(*)
Parlote
[12] du Docteur : Voici venir des nuits où j'abolirai [13] la promesse de bonheur que j'ai adressée à la maison de Raihël [14] et à la maison de Jusd’artichaut [15, AV note 6] : En ces nuits-là, en ce temps-là, je ferai naître chez l’avide un germe [16, APR note 25] d’injustice, et il exercera dans le pays le non-droit et l’injustice. En ces nuits-là, Jusd’artichaut sera pressurisé, Jémalpartou [17] mettra ses "malades"© en sécurité [5, APR note 47], et voici le nom qu'on lui donnera : « Le-Docteur-est-notre-"justice"©©© » [18].

_____Drôle de "justice"©©©… mais le plus drôle n’est pas là : il est qu’en dépit du fracas de la mer et de la tempête de témoignages [19][20][21][22][23]etc. attestant formellement que leurs "malades"© subissent le plus grand des désespoirs que l’être humain puisse supporter [5, APR note 47], cela n’affole pas le moins du monde nombre de "bien-portants" qui s’auto-établissent fermement dans une "santé" sans reproche devant ces "malades"© qu’ils envoient à la casse, pourvu que dans leurs intentions [24], ils leur manifestent un "amour"© de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons… en jetant [25] un objet [26, note 11] malencontreusement usagé –ou qui ne plaît plus-, bien qu’il nous fusse cher.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 3,12-13.4,1-2. (*)(*)(*)
Que le Seigneur vous donne, entre vous et à l'égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous. Et qu'ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les saints. Pour le reste, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c'est ainsi que vous vous conduisez déjà. Faites donc de nouveaux progrès, nous vous en prions, frères, nous vous le demandons dans le Seigneur Jésus. D'ailleurs, vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus.

Première lettre de Phil’os à poutre malsain aux Tes-salauds-de-chiens-en-niche 3,12-13.4,1-2. (*)
Que le Docteur vous vende [7, note 64], entre vous et uniquement à l'égard de tous les lapins [27, note 1] hommes "bien-portants", un "amour"© de plus en plus intensément rassurant et débordant sur son compte en banque, comme celui que nous avons pour vos sous. Et qu'ainsi il vous établisse fermement dans une "santé" sans reproche devant le Docteur notre faux père [28], pour le jour où notre Docteur Philou [29] viendra nous piquer avec tout l’essaim. Pour le reste, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire au Docteur ; et c'est ainsi que vous vous conduisez déjà [30, note 3]. Faites donc de nouveaux "progrès"©[31], nous vous en prions, frères chiens, nous vous le demandons dans le Docteur Philou. D'ailleurs, vous savez bien quelles destructions [32] nous vous avons données de la part du Docteur Philou.

car-accident.jpg

Pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les saints, est-ce donc cela la "foi" qu’Il trouvera sur la terre [33] ? Par ailleurs, cette seconde venue sera-t-elle vraiment la dernière ? Sans tarder, il ferait justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit, en tombant sur eux à l’improviste pour les faire mourir, eux aussi, de peur ou d’autre chose ? Dans ce cas, pourquoi avoir dit : l’une sera prise, l’autre sera laissée [34] ? Au dernier jour, que l’on soit chèvre ou brebis… voire lapin, tous seront pris, et ce sera la fin. Or, quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin [35]. Ce qui recoupe d’ailleurs la vision de Daniel : « Il prononcera des paroles hostiles au Très-Haut, il persécutera les saints du Très-Haut, et il entreprendra de changer les temps sacrés et la Loi. [ NB : les puissances des cieux seront ébranlées… ] Les saints seront livrés à son pouvoir pendant un temps, deux temps, et la moitié d'un temps. Puis le tribunal siégera, et la domination sera enlevée à ce royaume, qui sera détruit et totalement anéanti [ NB, ce qui ne peut pas arriver sur un petit nuage rose : sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde … ]. La royauté, la domination et la puissance de tous les royaumes de la terre sont données au peuple des saints du Très-Haut. » [27, AV note 18] À quoi bon donner à ce peuple la royauté, la domination et la puissance de tous les royaumes de la terre… s’il n’y a plus de terre ??? Par conséquent, cette domination ne peut être donnée qu’antérieurement à la dernière venue du Fils de l’homme, celle-ci n’intervenant pas même tout de suite après un temps, deux temps, et la moitié d'un temps.

_____En revanche, un temps, deux temps, et la moitié d'un temps étant épuisés, comment la royauté, la domination et la puissance de tous les royaumes de la terre pourraient-elles être données au peuple des saints du Très-Haut ?
- Par la magie du suffrage universel ? C’est aussi vraisemblable que la
"guérison"© au sein d’une certaine "médecine"© : remarquons au passage qu’on n’entendra plus parler d’elle (faisant partie intégrante de ces royaumes qui seront pulvérisés et anéantis…) sinon pour se demander comment un temps de l’Histoire a pu dégringoler à un degré aussi rare de stupidité [36, APR note 5] en dépit de ses remarquables moyens d’information et de communication ?
- Par un appel unanime -et très convaincant !- des
bergers du Très-Haut [37] ? D’une part, ils sont presque unanimes à confondre seconde venue avec dernière venue. D’autre part, ils restent massivement sous la domination et la puissance d’une certaine "médecine"©[38], ménageant sous son influence la chèvre et le chou dans leur interprétation [39, APR note 13] de tous ces Textes, afin de rassurer leurs brebis à deux têtes [40] : chacune de ces têtes ressemblant furieusement à une grande oreille. Si encore il s’agissait pour elles de mieux entendre [41, note 34] ! Hélas, qui dit grandes oreilles [27, note 1][42] ne pense guère spontanément à une ouïe plus fine [43]
- Par une seconde
venue du Fils de l’homme qui ne soit pas la dernière ? Pourquoi pas ? Si les puissances des cieux sont ébranlées, ce ne sont pas les hommes qui les apaiseront : surtout s’ils sont occupés à être affolés et à mourir de peur. Ce à quoi s’occupe d’ailleurs très bietsunami japonn présentement une certaine "médecine"©, spécialiste en "monstres dangereux" [44][45] comme en "médicaments"©[46] susceptibles de les rendre réellement dangereux [47, notes 27]… ou littéralement morts de peur [48][49]. Les questions qui restent cependant en suspens sont les suivantes : si seconde venue du Fils de l’homme il y a, intervient-elle nécessairement aussitôt épuisement d’un temps, deux temps, et la moitié d'un temps ? Question subsidiaire : ne peut-elle intervenir au cours d’un temps, deux temps, et la moitié d'un temps… voire, avant ? Sans omettre la question intermédiaire : aujourd’hui, en novembre 2009, après étant exclu, sommes-nous avant un temps, deux temps, et la moitié d'un temps… ou pendant l’un de ces temps ? Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. La tempête ? Entre autres, celle de fin décembre 1999 est dans toutes les mémoires. Le fracas de la mer ? Entre autres, le tsunami de fin décembre 2004 est dans toutes les mémoires. Ces événements n’auraient-ils pas commencé par des signes de grande ampleur sur terre, très exactement espacés de cinq ans ? Ce qui ne correspond pas avec un temps, deux temps, et la moitié d'un temps si l’on tient pour vraie cette interprétation partagée par quelques-uns, qui veut qu’un tempsrechauffement-tempetes-fig02.jpg égale un an : on en déduit donc qu’un temps, deux temps, et la moitié d'un temps égalent trois ans et demi. Or –ce qui fait sourire bergers, brebis et autres païens-, la fin du monde est "prévue" pour fin décembre 2012 [35, AV note 42]. On nous dit donc : 'Le voilà, il est ici ! il est là !' [50] 'N'y allez pas, n'y courez pas !' nous répondra-t-on, bergers en tête. Ce en quoi ils ont parfaitement raison, considérant que la fin du monde coïncide évidemment avec la dernière venue du Fils de l’homme. Or, ce temps-là, nul ne le connaît. Mais si seconde venue du Fils de l’homme il y a, ne convient-il pas de se tenir sur ses gardes, que ce jour-là ne tombe sur nous à l'improviste ? On en déduit donc que cette pseudo-fin du monde serait en réalité la seconde venue. Parfait : il nous resterait donc un peu plus de trois ans, sans s’affoler outre-mesure. En attendant, on peut se distraire un peu… aller au cinéma, voir le dernier film de Roland Emmerich : "2012", bien sûr. « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. » Dans les salles obscures, les signes sont bien là : notamment l’alignement de planètes allant jusqu’à inverser les pôles sur terre. Quant aux malheurs arrivant sur le monde, il y a effectivement de quoi mourir de peur.

Logo NASA

_____'N'y allez pas, n'y courez pas !' Cette fois, ce sont d’éminents scientifiques de la NASA qui, eux, sont morts de rire [51] : montant à leur tour au créneau, ils se montrent rassurants : 2012 n’est au fond qu’un énième hoax sur internet, cousu de fil blanc. Probablement de mèche avec le Très-Haut, ils L’ont sans doute convaincu de garder le Fils de l’homme pour Lui, sur sa nuée. Par conséquent, pour eux également, Restez éveillés n’est sans doute qu’une figure de style.

_____Cependant, le film de Roland Emmerich est moins impressionnant par ses effets spéciaux que par les événements qu’il décrit. Si la NASA phagocyte les signes dans le soleil, la lune et les étoiles, elle ne peut garder pour elle les autres signes, sur terre. Or, ne lui en déplaise, ceux-là sont rigoureusement authentifiés par d’autres données scientifiques, notamment géologiques. Ne devrait donc pas tomber à l’improviste, par exemple, le jour où la plaque californienne sera engloutie par l’océan Pacifique. De même, le parc de Yellowstone (USA) est-il sous haute surveillance [52][53] depuis plusieurs années, le super-volcan y sommeillant étant réputé déclencher de très grands tremblements de terre [35] -à l’amplitude inédite de mémoire d’homme- s’il venait à s’éveiller. Rien n’exclut que ce fait terrifiant ne fasse pas survenir les suivants, par un gigantesque effet domino. En somme, ce film se fait impressionnant par son caractère prophétique. Prophétie laïque, mais prophétie tout de même… sauf pour les esprits forts qui n’y verront que du cinéma. Au pire, c’est en 2012 : donc, pas pour tout de suite. Ainsi, pendant que tous les esprits –forts ou faibles- ont leur attention braquée sur le 21 décembre 2012, se tient-on encore sur ses gardes, de crainte que le cœur ne s'alourdisse dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur soi à l'improviste ? C’est que la prophétie laïque a un léger inconvénient : elle n’est pas nécessairement fiable, non dans son contenu mais dans son contenant. Fin décembre, pourquoi pas ? Mais pour compléter logiquement la sinistre "collection" de 1999 et de 2004, la calculette électronique ne sera pas indispensable pour compléter un redoutable triptyque pouvant ébranler quelques pronostics établis trop fermement pour être sans reproche

____________________________

Une cockerinade par jour

Un homme à longue barbe blanche consulte un "psychiatre"©. Le "médecin"© l’accueille :
- Je ne connais pas encore vos problèmes, alors commencez par le commencement !
- Au commencement, je créai le ciel et la terre… et en cours de route, je vois venir VOS problèmes.

barbe_blanche.jpg

samedi, 28 novembre 2009

Restez éblouis et profitez du beau temps.

Quoidneuf.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,34-36. (*)|(*)|(*)|(*)/(*)
« Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s'alourdisse dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l'improviste. Comme un filet, il s'abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout (*)(*) devant le Fils de l'homme. »

_____Échapper à tout ce qui doit arriver, cela sonne comme un leitmotiv digne d’un lapin [1, note 20]. Cependant, ceux qui seront jugés dignes d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l'homme n’offrent pas exactement le profil de notre léporidé, restant éveillés et priant en tout temps, et veillant simultanément à la ligne de leur cœur. Au régime de ce dernier ? Pas d’excès de débauche, d’ivrognerie et de soucis [2] de la vie. Ce qui vaut sur tous les hommes de la terre. C’est-à-dire que si les uns s’abattent sur les autres afin de se décharger sur eux [3] de leur excès de débauche, d’ivrognerie et de soucis de la vie, ils ne pourront au mieux qu’entretenir pendant un temps, deux temps, ou la moitié d'un temps l’illusion exquise de s’être allégés le cœur. Mais si tombe sur eux à l’improviste [4] comme un filet au milieu de la nuit [5], ils se sauvent [6] si vite à quatre pattes (pour une meilleure pénétration dans l’air) qu’ils seraient bien en peine de paraître debout

montage lapins.jpg

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -21,34-36° (*)
« Tenez-vous sur vos gardes… contre les vilains monstres
[7][8] qui vous font si peur [9], mes p’tits lapins, afin que votre cœur s'alourdisse dans la débauche [10], l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que cette nuit-là tombe dans mon escarcelle. Comme un Philou [11], je me rabats [12] sur tous les abattus [13] de la terre. Dormez en paix et criez [14] par gros temps [15] : ainsi vous serez jugés dignes d'échapper à toute "maladie"© qui doit arriver, et de paraître emberlificotés dans les fils de l'homme [16, note 12]. »

_____Bien entendu, il convient au voyageur curieux de se tenir sur ses gardes s’il ne veut pas être bouleversé en visitant le royaume des lapins [1, APR note 21].  Il aura l’esprit moins angoissé s’il sait déjà que ce royaume est jumelé avec la Pathomanie [17]. Ainsi, la vision qu’il en aura ne l’interrogera pas excessivement, au point qu’il pourra se passer d’interprète. De fait, s’il a assimilé que le seul langage admissible au royaume des lapins est le binôme peur/rassurement –et naturellement que lui-même se fait on ne peut plus rassurant-, il sera jugé digne d’échapper à tout ce qui pourrait lui arriver de fâcheux.

_____Daniel, lui, a moins de chance, étant toujours aux prises avec ses énormes bêtes. Mais approchons-nous avec lui de l'un de ceux qui entouraient le Trône :

Livre de Daniel 7,15-27. (*)
dentsmortelles.jpgMoi, Daniel, j'avais l'esprit angoissé, car les visions que j'avais me bouleversaient. Je m'approchai de l'un de ceux qui entouraient le Trône, et je l'interrogeai sur tout cela. Il me répondit et me révéla l'interprétation : 'Ces bêtes énormes, au nombre de quatre, ce sont quatre rois qui surgiront de la terre. Mais ce sont les saints du Très-Haut qui recevront la royauté et la posséderont pour toute l'éternité.' Puis je l'interrogeai sur la quatrième bête, qui était différente de toutes les autres, cette bête terriblement puissante, avec ses dents de fer et ses griffes de bronze, qui dévorait, déchiquetait et piétinait tout ce qui restait. Je l'interrogeai sur les dix cornes de sa tête, et sur cette corne qui lui avait poussé en faisant tomber les trois autres devant elle - cette corne qui avait des yeux, et une bouche qui tenait des propos délirants -, cette corne qui était plus imposante que les autres. Je l'avais vue faire la guerre aux saints et l'emporter sur eux, jusqu'à la venue du Vieillard qui avait prononcé le jugement en faveur des saints du Très-Haut, et le temps était arrivé où les saints avaient pris possession de la royauté. À ces questions, il me fut répondu : 'La quatrième bête, c'est un quatrième royaume sur la terre, qui sera différent de tous les royaumes. Il dévorera toute la terre, la piétinera et l'écrasera. Les dix cornes, ce sont dix rois qui surgiront de ce royaume-là. Un autre roi surgira ensuite ; il sera différent des précédents, et il renversera trois rois. Il prononcera des paroles hostiles au Très-Haut, il persécutera les saints du Très-Haut, et il entreprendra de changer les temps sacrés et la Loi. Les saints seront livrés à son pouvoir pendant un temps, deux temps, et la moitié d'un temps. Puis le tribunal siégera, et la domination sera enlevée à ce royaume, qui sera détruit et totalement anéanti. La royauté, la domination et la puissance de tous les royaumes de la terre sont données au peuple des saints du Très-Haut. Sa royauté est une royauté éternelle, et tous les empires le serviront et lui obéiront.' »

Ces bêtes énormes correspondent donc bien à quatre royaumes, dont le quatrième est interprété ici comme le royaume des lapins. Ce n’est pas pour faire peur au voyageur curieux, mais si d’aventure il est de ces saints du Très-Haut qui recevront la royauté, il est à craindre que le jugement porté sur lui ne soit guère prononcé en sa faveur. Quels que soient les efforts qu’il déploie à se montrer rassurant, cette corne qui a des yeux "verra"©[18, APR note 28] en lui quelqu’un qui tient des propos délirants. Quand bien même le voyageur dévorerait, déchiqueterait et piétinerait tout ce qui reste de déraison [19] dans cette bête terriblement puissante de ses complicités, elle le ferait encore tomber sous le coup d’un renversement générique polyvalent, de type "perversité narcissique"©[20, note 32] ! Au besoin, elle5793-clapier.jpg entreprendra de changer les temps sacrés et la Loi [21], le tribunal siégeant [22] prononcera des paroles hostiles au touriste, lui enlevant la domination de son royaume [23] pour la donner à un autre qui surgit de son terrier [24]. Et si jamais le voyageur fait la guerre à de telles insanités, crac dedans : il fera trrrrrrrès peur. Si peur qu’on aura peur qu’il se détruise et s’anéantisse totalement [25] : fort peu rassurant ! Prière de ne pas avoir l’esprit angoissé, car dans le royaume des lapins, un filet s’abat sur tous les hommes qui font si peur qu’on a peur qu’ils se détruisent et s’anéantissent totalement : étrangement, les clapiers [26, APR note 47] du royaume sont conçus pour eux, alors que tout indique qu’ils sont l’antithèse du lapin ! Inversement, rien n’indique explicitement que les clapiers [27] de leur royaume ne sont pas faits pour les lapins… mais pour les chiens [28] imprudents, jouant à être différents [29] de tous les autres. Par conséquent, on ne saurait que trop déconseiller cette destination au voyageur curieux. Quand il parlerait les langues des hommes, des anges et des lapins sans le moindre accent, s’il n’a pas peur, il n’est plus qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit. Quand il aurait le don de prophétie et qu’il connaîtrait tous les mystères et toute la science (ce qui est lapinement terrible et effrayant), quand il aurait la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes (ce qui est lapinement encore plus terrible et effrayant, laissant poindre quelque saint du Très-Haut), s’il n’a pas peur, il n’est rien. Quand il distribuerait tous ses biens en aumônes (quitte à ce qu’on l’y aide un peu [30]…), quand il livrerait son corps aux flammes, s’il n’a pas peur, cela ne lui sert de rien [31, APR note 1] : il ira avec tous ceux qui remplissent les clapiers du monde entier [26, APR note 47] des lapins, parce que le guide touristique de leur royaume aura omis de préciser les conditions optimales d’un voyage en son sein... pour que ce déplacement inclue également le retour.

En effet, il ne suffit pas d’y être rassurant de la tête aux pieds. Il faut également y mettre du sien afin d’être certain [32] de passer inaperçu. Autrement dit, il ne faut pas avoir peur d’avoir peur. Car si on a peur d’avoir peur, on n’a plus peur : ce qui fait peur aux lapins. Or, il faut précisément avoir peur de leur faire peur, bien qu’ils n’aient pas peur d’avoir peur : car s’ils ont peur d’aimer, ils aiment avoir peur. C’est dire que si le visiteur est surpris à avoir le coeur assez léger pour ne pas avoir peur d’aimer, les carottes sont cuites… pour lui, pas pour les lapins : aussi serait-il plus avisé de remettre son voyage à des jours meilleurs. S’il tient néanmoins à entrer en relation avec les habitants du royaume des lapins, il peut toujours leur écrire [33] à distance : ce ne sera jamais pour lui qu’une sorte de M.T.D. [34] inversé !…

carotte.gif

____________________________

Une cockerinade par jour

Le maître demande :
- Qu’est-ce qui est le plus près, l’Angleterre ou la lune ?

Toto :

- La lune, bien sûr !

Le maître :
- Comment peux-tu penser ça ?
Toto :
- Ben… la lune on peut la voir d’ici, l’Angleterre non !

Lunenfant.jpg