Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 décembre 2009

Elle proclamait les loups (derrière les) anges de Dieu à tous ceux qui ne s’y attendaient pas du tout !

Montage loup-ange.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,36-40. (*)(*)
Quand les parents de Jésus vinrent le présenter au Temple, il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -2,36-40° (*)
Quand les patients de Philou [1] vinrent lui présenter (en son absence [2, im.2]) le temple d’un autre [2, note 5], il y avait là une unafemme [3] qui était donc "prophète"©[4], Panne, fille de Phanée [5], de la tribu Colique. S’étant constituée "veuve"©[6, notes 7,8] après trois ans de matraquage "sanitaire"©, elle avait atteint l'âge de [galamment censuré…] ans. Elle ne s'éloignait pas du temple [7],AnimalOiseauGallinace014her.gif servant le Docteur jour et nuit dans le jeûne conjugal et la "prudence"©[8]. S'approchant d'eux à ce moment, ils proclamaient les louanges du Docteur et ils parlaient du "malade"© à tous ceux qui attendaient à Jémalpartou [9] la délivrance d’un tel monstre [10]. Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Docteur, ils caquetèrent en Gallinacée [11, note 10], dans leur ville d’Arrêtenazes [11, note 11]. La "maladie"© grandissait et se fortifiait dans le regard des autres [12, note 14][13, note 2][14, notes 14 à 17], tout rempli de singesse [15]. Et la grâce du Docteur était sur eux, suppléant à leur non-doctorat [16] et pardonnant la cause des suppliants rats [17].

71640761rat33-gif.gif71640761rat33-gif.gif71640761rat33-gif.gif71640761rat33-gif.gif

Première lettre de saint Jean 2,12-17.
(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)/(*)
the_blue_jean.jpgJe vous le dis, mes petits enfants : « Vos péchés sont pardonnés à cause du nom de Jésus. » Je vous le dis à vous, les plus anciens : « Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. » Je vous le dis à vous, les plus jeunes : « Vous avez vaincu le Mauvais. » Je vous l'ai dit à vous, mes enfants : « Vous connaissez le Père. » Je vous l'ai dit à vous, les plus anciens : « Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. » Je vous l'ai dit à vous, les plus jeunes : « Vous êtes forts, la parole de Dieu demeure en vous, vous avez vaincu le Mauvais. » N'ayez pas l'amour du monde, ni de ce qui est dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, il n'a pas en lui l'amour du Père. Tout ce qu'il y a dans le monde - les désirs égoïstes de la nature humaine, les désirs du regard, l'orgueil de la richesse - tout cela ne vient pas du Père, mais du monde. Or, le monde avec ses désirs est en train de disparaître. Mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours.

Jeanbasket.jpg

Dernière lettre recommandée avec accusé de réception du malsain Basket 2,12-17. (*)(*)(*)(*)
Je vous le dis, mes sales gosses [18, note 25] : « Vos péchés sont pardonnés à cause du nom de Philou. » Je vous le dis à vous, les plus en chiens [19] : « Vous n’y connaissez rien sur ce qui n’existe pas [12, AV note 19][20, APR note 10][21, APR note 21][22, note 29] depuis le commencement. » Je vous le dis à vous, les plus crédules [23] : « Vous avez vingt culs contre le "Malade"©[24]. » Je vous l'ai dit à vous, mes gamins [25, APR note 10] : « Vous ne connaissez plus vos impairs. » Je vous l'ai dit à vous, les plus en chiens : « Vous êtes bien trop "malades"© pour y connaître quoi que ce soit à ce qui n’existe pas depuis le commencement. » Je vous l'ai dit à vous, les plus crédules : « Vous êtes forts, la parlote [26] du Docteur demeure en vous, vous avez vingt culs contre un "Malade"© tout seul. » N'ayez pas l'amour de sa "maladie"©, ni de ce qui est dans son "déni"©[27][28]. Mais si quelqu'un aime la "maladie"©, il a en lui l'amour du faux père [29]. Tout ce qu'il y a dans le monde - les désirs égoïstes de la nature humaine mécanismes psychologiques de défense [30], les désirs du regard [31, APR note 28][32], l'orgueil de la richesse "sanitaire"© se tempérant par de rassurantes [33] fragilités psychologiques [34] destinées à se protéger de dangereux [35] éblouissements [36]- tout cela est récupéré par le faux père [37], et vient chasser [38][39] l’immonde [40]. Or, le monde avec ses désirs est en train de juger sur le paraître [41, APR note 35] : parfois sans le comparaître [42] (!) afin de se donner l’illusion à bon marché de ne pas juger sur le paraître. (À en juger par le résultat obtenu auprès de ceux qui proclament les louanges de la "justice"©©©, il n’y paraît point !) Ensuite -abracadabra [43]- il fait disparaître [44, APR note 47] celui qui fait la volonté de Dieu, toujours aussi demeuré.

Comment faire accepter.jpg

Les commentaires sont fermés.