Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 janvier 2010

Les bergers racontèrent ce qui leur avait été dénoncé par les mages : mais qui dénoncera le projectionniste ayant monté sa bobine à l’envers ?

NB : post scriptum (en pied de note) ajouté au 20 septembre 2012

MontageGiorgioneAdorationBergers.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,16-21. (*)(*)/(*)
(Solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu)
Quand les bergers arrivèrent à Bethléem, ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans une mangeoire. Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tout le monde s'étonnait de ce que racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé. Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l'enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l'ange lui avait donné avant sa conception.

BERGERALLEMAND.jpg

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -2,16-21° (*)
(Solennité de Ceinturée Sadik, Fille du Docteur)
Quand angelotrompette.jpgles bergers [1] arrivèrent à Emlébeth [2], ils recouvrirent Sadik de leur caution morale, avec son nouveau-nez [3, note 5] couché dans une mangeoire. Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dénoncé au sujet d’un absent [4, APR note 18]. Et personne ne s'étonnait [5] de ce que racontaient les bergers : chacun son métier [6]. Sadik, cependant, retenait tous ces boniments et les enfermait dans son cœur [7]. D’autres bergers apparurent ; ils glorifiaient et louaient le Docteur pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, à l’opposé de ce qui leur avait été dénoncé. Il est vrai que ces bergers-là étaient allemands : sur un plan canin [8] s’entend. Quand fut arrivé le sixième jour [9, note 5], celui de la circonférence [10], un gamin [11] -assis sur la place et jouant de la flûte [12]- reçut le nom de Philou [13], un nom que l'ange [14] ne pouvait concevoir autrement.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 4,4-7. (*)
Frères, lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils ; il est né d’une femme, il a été sous la domination de la Loi de Moïse pour racheter ceux qui étaient sous la domination de la Loi et pour faire de nous des fils. Et voici la preuve que vous êtes des fils : envoyé par Dieu, l'Esprit de son Fils est dans nos cœurs, et il crie vers le Père en l'appelant « Abba ! » (*). Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils, et comme fils, tu es héritier par la grâce de Dieu.

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

Lettre de Phil’os à poutre malsain aux Glaglas 4,4-7. (*)|(*)queue.jpg
Frères chiens, lorsque l’étang fut envasé [15], le Docteur a tendu ses fils [16][17] ; il a fait naître l’unafemme [18], il l’a placée sous la domination de la loi de la mouise [19] pour acheter ceux qui étaient sous la domination de la Loi et pour faire de nous des fils à papa [20]. Et voici la preuve que vous êtes des fils à papa : envoyé par le Docteur, l'esprit à grandes oreilles [21] (mais à petite queue [22]) de son fils est dans nos cœurs, et il crie vers le faux père [23] en l'appelant « Abattez-moi ce monstre [24][25] ! ». Ainsi celui-ci est ton esclave, (mais si !), et comme esclave, il est pâte à modeler [26] par la glace [27][28][29] du Docteur : après décongélation, naturellement. Si tu es pressé [30, note 39], tu peux alors le plonger dans l’eau bouillante [31]

_____Et beaucoup, beaucoup plus tard, le seul nom de l’ange permettra la conception d’émissions de télévision annonçant ce qu’on peut raconter après n’avoir rien vu ! Mais personne ne s’en étonnera, le thème retenu étant précisément celui du monde invisible. Cependant, retenons cet événement et méditons-le… après l’avoir vu. Quand arrive le premier jour, celui de l’incision dans le vif du sujet, le temps est accompli d’entendre et de voir celui par qui on reçoit certains noms [32, APR note 20], donnés avant une conception dont on retient son souffle depuis qu’on attend le "nouveau-né" qui avait été annoncé. Plus de trois ans [33] de gestation : même chez les éléphants [34][35][36], on n’avait jamais vu cela !

_____Ce qui s’annonce ? La bobine du projectionniste [37, APR note 16], rien de moins. Et voici la preuve que Philou, alias Phil’os à poutre malsain, alias « PIA », alias "gentil docteur"[38], n’est pas du tout un personnage de fiction, esclave de l’imaginaire d’un héritier d’internet en mal de sensations fortes bien qu’un tantinet "père spirituel" du présent site. Et tout le monde ne va-t-il pas s'étonner de ce qu’un Philippe Champagne de Labriolle [39] existe si réellement qu’on l’appelle afin de nous parler du monde invisible ? Pourtant, rien de plus normal tant cette question lui est ô combien familière. En effet, grâce à l’étonnante pratique du M.T.D. [40], il n’est plus nécessaire d’entendre et de voir les "malades"© pour les "diagnostiquer"© tels. Ainsi ces derniers appartiennent-ils eux-mêmes au monde invisible, ce qui rend le Docteur assez compétent pour en deviser aux côtés d’un berger [1] : n’est-ce pas formidable ?

____________________________

Quelques perles en guise de cockerinades d’étrennes :

Dans la collection « Es-tu celui qui doit partir, ou devons-nous en expulser un autre ? »

OU SUIS-JE ?

« symbolique voulant dire : psychologique » [18 :40]
Autrement dit, le monde virtuel de la psyché
[4, APR note 53] s’approprie arbitrairement tout sens, prié d’être sous la domination de sa loi.

 

« Nous sommes là dans le monde réel, puisque précisément la forme de conviction est étayée sur la vérification de ce qui a été décrit… » [28 :22]
Doit-on r
appeler que ces mots sortent de la bouche d’un vétéran du M.T.D. [30, APR note 73]?…

 

« Je crois que le terme d’amour, malheureusement, est extraordinairement vague. C’est-à-dire que nous avons tous besoin de connaître et d’aimer. Et nous connaissons tous, et nous aimons tous. Mais nous n’aimons pas les mêmes choses. L’important, c’est de connaître et d’aimer ce qui est essentiel. Ce sans quoi nous allons nous étioler ; ou ce sans quoi nous n’allons pas, finalement, assumer de façon heureuse le dessein qui est le nôtre… » [29 :05]
Ce pourquoi on se mêle par
"profession"© –en les massacrant- de desseins qui ne sont pas les nôtres. L’extraordinairement vague de l’amour n’est pas malheureux pour tout le monde, autorisant certains à travestir celui qui n’est pas de leur dessein en "pathologie"© terrorisante… Quant à assumer (?) (de façon heureuse ou malheureuse) le millième des conséquences imputables à cette ingérence chez quelqu’un qu’on ne connaît pas, il va de soi que ce seul verbe est… extraordinairement vague.

 

« Scientifiquement (?), je peine à passer des témoignages en état comateux à du réel qui soit là, pour tous… » [29 :50]

Afin de supporter [41] avec moins de peine l’usage de l’adverbe introduisant cette phrase, il est conseillé de s’offrir cul sec une bouteille de champagne [42] en se souhaitant une bonne ânée [43][44]

 

« Nous avons toujours besoin de passer alliance avec des êtres qui, pour nous, ont une force. Il faut une force perçue pour qu’on fasse alliance. Si on ne fait alliance, en quelque sorte, qu’avec des gens qui sont pris dans une espèce d’idolâtrie du succès, de l’argent, de la consommation dans toutes ses variantes, finalement nous aurons l’impression, l’illusion que la vraie vie est là et nous constatons après coup, finalement, la vanité de tout ça… » [36:10]

Voilà qui arrive fort à propos, l’auteur de ces lignes rappelant à ce brillant orateur que l’idolâtrie qu’il dégage de sa propre personne a précisément eu pour effet de rompre une alliance entre deux êtres [45] dont l’un a perçu sur l’autre une faiblesse imaginaire qui lui a été sciemment induite par un "médecin"© qui, lui, se fait de moins en moins imaginaire. Pas besoin de constater après coup la vanité de tout ça : ce fut sans illusion et immédiat… et nous sommes toujours dans le coup.

« La force dont nous avons besoin, c’est la force des témoins qui, en définitive, savent renoncer aux illusions du monde. C’est-à-dire, ceux qui, pour leur foi ou pour leurs convictions, vont jusqu’à risquer –je dirais : banalement- leur réussite matérielle, leur carrière… » [36 :44]
Suit un clin d’œil appuyé se voulant une fine allusion au
témoignage personnel d’une farce qui a été définitivement démontée ici même [42, APR note 29] il y a un an et demi ! Rien que de très banal, en effet. Maintenant, que risque-t-on pour avoir eu besoin de témoigner (?) de la conviction d’une "maladie"© formellement démentie –dans le pire contexte qui soit : celui de "soins"© censément administrés sous contrainte !- par des confrères non moins aguerris qui ont disposé, eux, d’un mois entier [46] pour examiner –c’est-à-dire voir et entendre- le dit "malade"© sous toutes ses coutures ? Sa réussite matérielle, sa carrière… ou -plus grave- son salut [47] ? Témoins privilégiés d’une "maladie"© s’obstinant à rester invisible, pourquoi n’ont-ils pas été invités à cette émission ? Réponse : parce qu’elle est également ciblée "chrétienne"©[48] pour les interviewés !…

____________________________

[Mercredi 19 septembre 2012]
Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
12,31.13,1-13 {*}{*}{*}
[
3][>25][10][1][8/3][4][8][25][9][>28][24][24][41][10][5][11][21][<14][23][2/2(<55)][13]

Attention : version (légèrement) lyoPHILisée !…{*}

Frères, parmi les dons de Dieu, vous cherchez à obtenir ce qu'il y a de meilleur. Eh bien, je vais vous indiquer une voie supérieure à toutes les autres.
Quand je parlerais les langues des hommes
[<13?|?] et des anges [112][272!], si je n'ai pas la charité [<47>][Co], je ne suis plus qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit. [10][13/1][<31][23][59][55][199]{*}
Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la
science, quand j'aurais la plénitude de la foi
[517>537], une foi à transporter des montagnes [>18], si je n'ai que de l’amour extraordinairement vague, je ne suis rien
.
Quand je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes
[ …sans même parler de livrer le corps d’un autre [49][50][51][52][53] aux unaflammes [54][55][55bis] !… ], si je n'ai que de l’amour extraordinairement vague, cela ne me sert de rien.
Quand elle se fait plus nette
, la charité est longanime ; la charité est serviable ; elle n'est pas envieuse ; la charité ne fanfaronne pas [*|*|*|*], ne se gonfle pas [*|*|*|*] ; elle ne fait rien d'inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s'irrite pas, ne tient pas compte du mal ; elle ne se réjouit pas de l'injustice, mais elle met sa joie dans la vérité {*}[Jr(1)].
Elle excuse tout
[52>54], croit tout [*], espère tout, supporte tout.
La charité ne passe jamais. Les prophéties ? elles disparaîtront. Les langues ? elles se tairont
[>26][*]. La science ? elle disparaîtra [ …quand elle n’a pas déjà disparu [56][56bis] ! ]. Car partielle est notre science, partielle aussi notre prophétie. [ …et, ô combien partiale notre "prophétie"©[57,Mt(XII)][58, note 152][59: à la mesure de ce qu’elle est prononcée sous l’égide de notre "science"©[60, notes 84 à 111][56, notes 16+67/2][56bis, APR note 151] ! ]
Mais quand viendra ce qui est parfait, ce qui est partiel disparaîtra
[!][?].
Lorsque j'étais enfant, je parlais en enfant, je pensais en enfant, je raisonnais en enfant ; une fois devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant.
{*}
Car nous voyons, à présent, dans un miroir, en énigme
[?|?], mais alors ce sera face à face [*|*|*|*][*][>82]
.
À présent, je connais d'une manière partielle ; mais alors je connaîtrai comme je suis connu
.
Maintenant donc demeurent foi, espérance, amour, ces trois choses, mais le plus grand d'entre eux, c'est l’amour
extraordinairement net .

1296970303.jpg

Commentaires

bien cette émission

visiblement ce psy qui dérange (sans doute celui que tu connais bien),est un homme de métier qui "à ce que j'ai lu de lui" lutte contre l'hospitalisation sous contrainte
assez persuasif sur ce théme des anges , force invisible ..

le prêtre auteur de science fiction ,exprime plutôt sa réserve, (toujours la peur du ridicule)

quand le présent devient présence ...

Écrit par : 3 "F" | dimanche, 03 janvier 2010

"lutte contre l'hospitalisation sous contrainte" ? Ben voyons : cela fait déjà un bail que j'ai étudié cette question :

http://micheldetiarelov.hautetfort.com/archive/2008/07/07/pour-guerir-de-la-soif-des-bulles-de-champagne-et-de-perrier.html

Un homme de "métier" sachant y faire sur le "visiblement"... visiblement.

Écrit par : Michel | dimanche, 03 janvier 2010

j'avais bien compris qu'il ne tenait pas toutes ses promesses, encore un, alors c'est lui le fameux philou

Écrit par : 3 "F" | lundi, 04 janvier 2010

Un médecin, vite ! Je viens de me péter la rate ...

Écrit par : S. | lundi, 04 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.