Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 janvier 2010

Il ne savait que trop d’où venait ce devin...

montagedevin.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2,1-11. (*)(*)|(*) |(*)|(*)/(x)
Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n'ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n'est pas encore venue. » Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu'il vous dira. » Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres. Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d'eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu'au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Le maître du repas goûta l'eau changée en vin. Il ne savait pas d'où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l'eau. Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à maintenant. »
Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C'était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Livre d'Isaïe 62,1-5. (*)/(*)
Pour la cause de Jérusalem je ne me tairai pas, pour Sion, je ne prendrai pas de repos, avant que sa justice ne se lève comme l'aurore et que son salut ne flamboie comme une torche. Les nations verront ta justice, tous les rois verront ta gloire. On t'appellera d'un nom nouveau, donné par le Seigneur lui-même. Tu seras une couronne resplendissante entre les doigts du Seigneur, un diadème royal dans la main de ton Dieu. On ne t'appellera plus : « La délaissée », on n'appellera plus ta contrée : « Terre déserte », mais on te nommera : « Ma préférée », on nommera ta contrée : « Mon épouse », car le Seigneur met en toi sa préférence et ta contrée aura un époux. Comme un jeune homme épouse une jeune fille, celui qui t'a construite t'épousera. Comme la jeune mariée est la joie de son mari, ainsi tu seras la joie de ton Dieu.


Livre d'Aïeaïeaïe 62,1-5. (*)/(*)

antipoux.jpgPour la cause de Jémalpartou [1] je ne me tairai pas, mais je le ferai taire [2] : pour DépresSion [3] il faudra prendre du repos [4], après que sa justice se soit couchée comme une carpette [5, note 17] sous mon aura [6, APR note 60] et que son dahu [7] n’aboie [8] comme une tortue [9]. Les nations verront ton injustice, tous les rois verront ta honte [10]. On t'appellera d'un nom en chien [11], donné par le Docteur lui-même [12, APR note 21]. Tu seras une couronne d’épines [13, APR note 12] entre les doigts du Docteur, un diadème royal dans la main gauche [14, APR note 28] de ton Docteur. On ne t'appellera plus [15], te délaissant parce que t’ayant mis en laisse [16], on appellera ta contrée : « Terre déserte [17] », et on te nommera : « Mon pré-monstre [18] », on nommera ta contrée : « Que j’t’y pousse », car le Docteur met en toi sa prescience [19] et on te cherchera des poux [20]. Comme un jeune homme épouse une jeune fille, celui qui t'a détruite [21] t'époussettera [22]. Comme le macchabée est la joie de son zombie [22, note 21], ainsi tu seras la "joie"©[23] de ton Docteur.

 

memo-zombie-nl29-48b-L-1.jpeg

 

_____S’il est un passage de l’Évangile qui a le plus durablement marqué les esprits au fil des générations, c’est bien le tout premier signe de Sa vie publique que Jésus accomplit ; changeant l’eau en vin au cours de ce mémorable repas de noces à Cana en Galilée. Signe discrètement initié par Sa mère, et son non moins mémorable (et reproductible à l’infini chez tout disciple à suivre croyant en lui…) « Faites tout ce qu'il vous dira. » : c’est dire que ce passage ne saurait être appelé d’un nom nouveau.

_____Depuis maintenant deux ans qu’existe ce site –commentant l’Évangile à un rythme quotidien selon le calendrier liturgique en vigueur-, on n’a pas manqué du vin de Jean, Marc, Matthieu et Luc : si peu que certains épisodes se sont remplis jusqu’au bord, les mêmes –ou assimilés- revenant souvent à quelques jours d’intervalle, quand ce n’était pas deux ou trois jours d’affilée ! Certes, tous ces épisodes sont variés, et c'est toujours le même Dieu qui parle et agit en tous. Mais durant tout ce laps de temps où l’Évangile a été traversé en largeur, en longueur, en hauteur, en profondeur [24, APR note 31], le vin de Cana prenait du repos : sans doute son heure n’était-elle pas venue ? Toujours est-il que lorsque les gen(tils lecteur)s ont bien bu, on ne leur rapporte qu’aujourd’hui –pour la première fois en deux ans- le fameux passage de ces noces de Cana ! (Pourvu qu’il ne soit pas le moins bon…) D’où ce mystérieux (x) en première ligne, se substituant à l’habituel renvoi vers quelque(s) commentaire(s) rétrospectif(s), les renvois présents demeurant sans changement, étant comme les "satellites" du sujet du jour. Et d’où l’absence du pastiche de l’escroquerie de Labriolle selon malsain Philou 2,1-11. « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. » Ce ne serait plus même apporter de la piquette –voire du vinaigre [25]- mais faire décamper les invités au repas de noces ! En effet, imaginons un peu ce qui arriverait s’il y avait un mariage à Dada [26] en Gallinacée [27], que l’on devine sous-préfecture de Pathos-City [28] : ambiance de mariage à l’avenant [29, APR note 33] La marionnette [30] de Philou [31] serait là. Philou aussi serait invité au repas de noces avec ses disciples : si jamais on manquait de vin, on ne manquera pas de devin [32] ; la marionnette de Philou lui dirait : « nous avons deviné un "malade"©. » (Afin de parfaire le tableau, on dirait que ce serait rien de moins que le marié [33] !) Philou lui répondrait : « Femme, ce que tu veux, Dieu le veut et tout le monde le veut [34, APR note 19] ! Mon heure est donc venue. » Sa marionnette dirait aux serviteurs : « Faites tout ce qu'il vous dira. montagesix.jpg» Malheureusement, étant de ceux qui font bien pire que de ne pas faire ce qu’ils disent [35, APR note 35/3] : or, il y aurait là six cuves de porcelaine vitrifiée [36] pour les expulsions [37] naturelles des Snifs [38] ; chacune contiendrait environ cent litres. Philou dirait aux serviteurs : « Remplissez d'eau les cuves. » Et ils les rempliraient jusqu'au bord. Il leur dirait : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en porteraient. Le maître du repas goûterait l'eau changée en purin [39] mâtiné de pisse de rat [40]. Il ne saurait pas d'où viendrait ce purin, mais les serviteurs le sauraient, eux qui auraient puisé l'eau. Alors le maître sommelier interpellerait le marié -par marionnettes interposées [41]- et lui ferait dire : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais avec toi, cela dépasse l’entendement : tu peux te garder ta cochonnerie [42]… et venir te faire "soigner"©. »
Tel serait le commencement des signes que Philou accomplirait. C’eût été à Dada en Gallinacée. Il aurait manifesté sa honte, mais peu regardants
[43] (et vraisemblablement le nez bouché [44, note 34]…) ses disciples eussent tout de même cru [45] en lui.
En de telles conditions, pour aujourd’hui le lecteur ne souffrira pas excessivement de cette cruelle absence du pastiche de l’escroquerie de Labriolle selon malsain Philou 2,1-11. Ne serait-ce pas gâcher la fête ? Et puis, qui sait : s’il n’y a pas de commencement aux signes que Philou accomplit, peut-être n’y aura-t-il pas de suite non plus ?… On n’ose y croire.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 12,4-11. (*)
Les dons* de la grâce sont variés, mais c'est toujours le même Esprit.
Les fonctions dans l'Église sont variées, mais c'est toujours le même Seigneur.
Les activités sont variées, mais c'est toujours le même Dieu qui agit en tous.
Chacun reçoit le don* de manifester l'Esprit en vue du bien de tous.
À celui-ci est donné*, grâce à l'Esprit, le langage de la sagesse de Dieu ; à un autre, toujours par l'Esprit, le langage de la connaissance de Dieu ; un autre reçoit, dans l'Esprit, le don de la foi ; un autre encore, des pouvoirs de guérison dans l'unique Esprit ; un autre peut faire des miracles, un autre est un prophète, un autre sait reconnaître ce qui vient vraiment de l'Esprit ; l'un reçoit le don* de dire toutes sortes de paroles mystérieuses, l'autre le don* de les interpréter.
Mais celui qui agit en tout cela, c'est le même et unique Esprit : il distribue ses dons* à chacun, selon sa volonté.

(*) Tous ces dons (et beaucoup d’autres !) sont très gentiment -et "soigneusement"©- doctorisés [46] dans le Don’s Suppress Manuel [47][48].

Première lettre de Phil’os à poutre malsain aux Coquins Chiens 12,4-11. (*)
bv000134.gifLes parfums
[49, notes 41,42] de la glace [50] sont variés, mais c'est toujours le même glacier.
Des sections dans l'esprit sont avariées
[51], mais c'est toujours le même Docteur.
Les activités cérébrales sont avariées, et c'est toujours le même Docteur qui agit en tous.
Chacun reçoit le don de mater
l'Esprit en vue du "bien"©[52, note 22] des toutous [53].
À celui-ci est donné, grâce à l'esprit
[54], le saccage de la singesse [55] du Docteur ; à un autre, toujours par l'esprit, le langage de la connaissance du Docteur [56] ; un autre reçoit, dans l'esprit, le don de l’aboi [8] ; un autre encore, des pouvoirs de déstabilisation [57] dans l'inique [58] esprit ; un autre peut bénéficier d’un miracle [59, APR note 31], un autre est un chasseur de prophètes [60], un autre sait méconnaître ce qui vient vraiment de l'Esprit ; l'un reçoit le don de dire toutes sortes de parlotes [61] mystifiantes [62], l'autre le don de les "christianiser"©[63][64, notes 47/3,49,53].
Mais celui qui agite les ficelles en tout cela, c'est le multiple et inique
[65] esprit : il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté… à condition toutefois qu’il porte-bien [66, note 12] (lui et son portefeuille [67, note 40]
…) !

h-3-1599417-1246283712.jpg

____________________________

Une cockerinade par jour

C’est un gars au Q.I. très élevé, qui décide d'inventer une machine permettant d’accroître encore son Q.I. Après de longues années de recherche, il met enfin au point sa machine. Il décide de l'essayer sur lui-même. Il met le casque, tourne la molette jusque 150. Après avoir enlevé le casque, il se retrouve très intelligent. Son envie de continuer étant trop grande, il remet le casque et tourne la molette. Mais parvenue à 160, l'aiguille de niveau de Q.I. de la machine s’affole, puis tombe brutalement à 10 de Q.I. Abasourdi, l'homme se relève tant bien que mal, tourne autour de sa machine et vocifère avec compassion :
- Contrôle médical ! Vous avez votre attestation de bien-portant ?

bizarre-x-ray-machine.jpg

Les commentaires sont fermés.