Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 09 février 2010

Et ils sont attachés par trahison à beaucoup de pratiques : pourvu que ce soient les autres qui les pratiquent…


Soyez sympa 1
envoyé par HuissiersdejusticeParis. - Regardez plus de vidéos comiques.

[NB : l'appellation "vidéo comique" n'est pas de l'auteur du présent site.
Le sujet est en effet trop sérieux pour se prêter à la gaudriole... ]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,1-13. (*)(*)|(*)(*)(*)(*)(*)(*)/(*)
Les pharisiens et quelques scribes étaient venus de Jérusalem. Ils se réunissent autour de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c'est-à-dire non lavées. -Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, fidèles à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s'être aspergés d'eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d'autres pratiques : lavage de coupes, de cruches et de plats. - Alors les pharisiens et les scribes demandent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas sans s'être lavé les mains. » Jésus leur répond : « Isaïe a fait une bonne prophétie sur vous, hypocrites, dans ce passage de l'Écriture : Ce peuple m'honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. Il est inutile, le culte qu'ils me rendent ; les doctrines qu'ils enseignent ne sont que des préceptes humains. Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. » Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour observer votre tradition. En effet, Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et encore : Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort. Et vous, vous dites : 'Supposons qu'un homme déclare à son père ou à sa mère : Les ressources qui m'auraient permis de t'aider sont corbane, c'est-à-dire offrande sacrée.' Vous l'autorisez à ne plus rien faire pour son père ou sa mère, et vous annulez la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »

Montage LV.jpg

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou lisant dans le Marc de café -7,1-13° (*)
picto_150_408.jpgLes pharmaciens [1] et quelques secrétaires "médicaux"© étaient venus de Jémalpartou [2]. Ils se réunissent autour de Philou [3], et voient quelques disciples de Jésus prendre leur "repos" [4][5, APR note 47] avec des têtes "impures", c'est-à-dire non "soignées"©[6, AV note 14]. -Les pharmaciens en effet, comme tous les Snifs [7], se lavent toujours soigneusement les mains [8, APR note 15][9][10, APR note 15] de ce qu’ils font manger aux "malades"©[11], fidèles à la tradition des en chiens [12] ; et au retour du marché [13][14], certains ne mangent pas avant de s'être aspergés d'eau bénite [15, note 39][16], et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d'autres pratiques : coupage de "loups"©[17], service [18] auprès des cruches [19] de têtes sur des plats [20, note 15]. - Alors les pharmaciens et les secrétaires "médicaux"© demandent à Philou : « Pourquoi ces disciples ne suivent-ils pas la tradition des en chiens ? Ils prennent leurs "repos" sans s'être "soignés"©. » Philou leur répond : « Aïeaïeaïe [21] a fait une excellente prophétie sur vous, hypocondriaques [22], dans ce pas sage de l'Imposture [23] : Cette meute [24] m'honore des lèvres, et son cœur ne bat plus que pour moi [25]. Il est inutile nuisible [26] utile [27], le culte qu'ils me rendent [28] ; les doctrines qu'ils enseignent ne sont que des préceptes canins [29]. Laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher vos toutous à la laisse des maîtres-chiens [30, APR note 31], avant qu’ils ne vous dévorent tout crus [31] (les toutous, pas les maîtres-chiens : quoique…). » Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et "bien"© [32, notes 1,2] le commandement de Dieu pour observer votre tradition. En effet, la mouise [33] a dit : Honore ton faux père [34] et "soigne"© ton amer [35]. Et encore : Celui qui maudit [36] son époux ou son amer sera mis à contribution pour le "soigner"©. Et vous, vous dites : 'Supposons qu'une femme déclare à son époux ou à son amer : Les ressources qui m'auraient permis de t'aider sont vautour-âne [30, note 71][37], c'est-à-dire offrande sacrée.' Vous l'autorisez à ne plus rien faire pour son époux ou son amer, et vous annulez la parole de Dieu par la trahison [38] que vous transmettez (La parole de Qui ? Aucune importance : face à la "maladie"©, il n’y en a pas, ni là-haut dans les cieux, ni sur la terre ici-bas ). Et vous défaites beaucoup de choses formidables du même genre. »

Premier livre des Rois 8,22-23.27-30. (*)(*)/(<-1)
Le jour de la consécration du Temple, Salomon se plaça devant l'autel du Seigneur, en face de toute l'assemblée d'Israël ; il étendit les mains vers le ciel et fit cette prière : « Seigneur, Dieu d'Israël, il n'y a pas de Dieu comme toi, ni là-haut dans les cieux, ni sur la terre ici-bas ; car tu gardes fidèlement ton Alliance avec tes serviteurs, quand ils marchent devant toi de tout leur cœur. Serait-il donc possible que Dieu habite sur la terre ? Les cieux et les hauteurs des cieux ne peuvent te contenir : encore moins ce Temple que j'ai construit ! Sois attentif à la prière et à la supplication de ton serviteur. Écoute, Seigneur mon Dieu, la prière et le cri qu'il lance aujourd'hui vers toi. Que tes yeux soient ouverts nuit et jour sur ce Temple, sur ce lieu dont tu as dit : 'C'est ici que sera mon Nom.' Écoute donc la prière que ton serviteur viendra faire en ce lieu. Écoute la supplication de ton serviteur et de ton peuple Israël, lorsqu'ils prieront en ce lieu. Toi, du ciel où tu habites, écoute et pardonne. »

Dernier livre des Poix 8,22-23.27-30.
maison_lego2.jpgLa nuit de l’exaspération [39] du Temple, Salopar [40] se plaça derrière [41] l'autel du Docteur, en face de tout ce qui ressemblait à Raihël [42] ; il étendit les mains vers le ciel et fit cette prière : « Seigneur, Dieu d'Israël, il n'y a pas de Dieu comme toi, ni là-haut dans les cieux, ni sur la terre ici-bas ; car toi au moins tu gardes fidèlement ton Alliance avec tes serviteurs, quand ils marchent devant toi de tout leur cœur. Serait-il donc possible que Dieu cohabite sur la terre avec le Docteur ? Les cieux et les hauteurs des cieux peuvent Le contenir : encore heureux qu’Il laisse au Docteur ce Temple que j'ai construit ! Saigneur [43], Docteur de Raihël, il n'y a pas d’autre moitié de demi-dieu [44] comme toi, ni là-haut dans les cieux, ni sur la terre ici-bas : c’est bien plus bas qu’il faut chercher [45, APR note 5][46] ; car tu gardes fidèlement ta Désalliance [20, note 33] avec tes serviteurs, quand ils marchent devant toi de tout ce qui leur reste de cœur [47]. Sois attentif à la prière et à la supplication de ton serviteur. Écoute, Docteur mon Docteur, la prière et le cri (de terreur [48], il va sans dire) qu'il lance aujourd'hui vers toi. Que tu fermes les yeux nuit et jour sur ce qui se passe dans ce Temple (ce qui ne te gênera pas, ô toi qui n’as pas besoin de les ouvrir puisque tu sais "voir"©[49, APR note 28] -faire "voir"© et envoyer se faire "voir"©- ceux qui n’y sont pas [50, APR note 18]) sur ce lieu dont tu as dit : 'C'est ici que sera mon Nom, et d’ici que changeront les noms [51, APR note 21]' Écoute donc les galères [52, note 5] que ton serviteur viendra te demander de faire en ce lieu. Écoute la régression [53] de ton serviteur et de ta meute Raihël, lorsqu'ils prieront en ce lieu. Toi, du terrier [54][55] où tu habites, écoute et pardonne [56]. »

Marmotte_dans_son_terrier_7532.jpg

Les commentaires sont fermés.