Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 février 2010

Quand je me suis fondu parmi les lapins, combien les vautours en ont-ils ramassé ?

Montageboulange.jpg

[*] [*] [*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,14-21. (*)/(*)(*)
Les disciples avaient oublié de prendre du pain, et ils n'avaient qu'un seul pain avec eux dans la barque. Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain (*) des pharisiens (*) et à celui d'Hérode (*) ! » Ils discutaient entre eux sur ce manque de pain. Il s'en aperçoit et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pain ? Vous ne voyez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur aveuglé ? Vous avez des yeux et vous ne regardez pas, vous avez des oreilles et vous n'écoutez pas ? Vous ne vous rappelez pas ? Quand j'ai rompu les cinq pains pour cinq mille hommes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze. -Et quand j'en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. » (*) Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou lisant dans le Marc de café -8,14-21° (*)pharmacien_de_garde.jpg
Les disciples avaient oublié de prendre des munitions [1], et ils n'avaient qu'une seule pierre [2] avec eux dans leur galère [3, note 14]. Philou [4] leur faisait cette recommandation : « Attention ! Veillez aux pharmaciens [5] de garde et au déni [3, notes 53,54] d'Érode [6] ! » Ils discutaient entre eux sur ce manque de pierre. Il s'en aperçoit et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pierre ? Vous ne voyez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur aveuglé ? Vous avez des yeux et vous ne regardez pas, vous avez des oreilles et vous n'écoutez pas ? Vous ne vous rappelez pas ? (Et dire qu’il existe encore des arriérés se plaignant que ma "médecine"© ne produit aucun résultat [7] ! ) Quand j'ai vendu les cinq serpents [8, notes 10,17] pour cinq mille hommes, combien avez-vous ramassé de "malades"© pas niés pleins de suffisance chez eux [8, note 21] ? » Ils lui répondirent : « Douze millions [8, notes 18 à 20]. -Et quand les sept nains ont rompu l’aile et la cuisse pour quatre mille [9, APR note 6], combien avez-vous rempli d’oseille [9, notes 13,14] en ramassant les morceaux de "malades"© ? » Ils lui répondirent : « des dizaines de milliers [3, note 65] » Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? Ainsi vous êtes vraiment parfaits [3, APR note 25] ! »

Lettre de saint Jacques 1,12-18. (*)
Heureux l'homme qui supporte l'épreuve avec persévérance, car, une fois vérifiée sa qualité, il recevra la couronne de la vie comme la récompense promise à ceux qui aiment Dieu. Dans l'épreuve de la tentation, que personne ne dise : « Ma tentation vient de Dieu. » Dieu en effet ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne [10, note 10 ?]. Chacun est tenté par ses propres désirs qui l'entraînent et le séduisent. Puis le désir engendre et met au monde le péché, et le péché, parvenu à sa maturité, enfante la mort. Ne vous y trompez pas, frères bien-aimés, les dons les meilleurs, les présents merveilleux, viennent d'en haut, ils descendent tous d'auprès du Père de toutes les lumières, lui qui n'est pas, comme les astres, sujet au mouvement périodique ni aux éclipses passagères. Il a voulu nous donner la vie par sa parole de vérité, pour faire de nous les premiers appelés de toutes ses créatures.

Lettre de Jacquouille la Fripouille 1,12-18. (*)
4930255_std.jpgHeureux le Docteur de l'homme qu’insupporte [11] l'épreuve avec persévérance [12], car, une fois vérifiée la qualité de son compte en banque [13], il recevra la couronne de l’avis [14] comme la récompense promise à ceux qui aiment le Docteur [15]. Dans l'épreuve de la tentation, que personne ne dise : « Ma tentation vient du Docteur. » Le Docteur en effet ne peut plus être tenté de faire le bien [16, notes 1,2], et lui-même ne tente que les bien-portants. Chacun est tenté par ses propres désirs qui l'entraînent et le séduisent [17][18]. Puis le désir engendre et met au monde le mécanisme psychologique de défense [19, note 14][20], et le mécanisme psychologique de défense, parvenu à sa maturité, enfante l’immaturité [21][22] de la psycho-dépendance [23][24]. Laissez-vous tromper [25][26], frères chiens mal-"soignés"©, le don des malheurs [27], les nuisants [28][29][30] fabuleux [31], viennent d'en bas [3, notes 6 à 9], ils montent tous par capitectomie [32] capillarité d'auprès du père [33][34] de toutes les "lumières"©[34], lui qui n'est pas, comme les astres, sujet au mouvement périodique ni aux éclipses passagères : mais comme les désastres [33], puisque assujettissant [34] aux éclipses définitives [35]. Le bien-portant a voulu qu’il lui vende [36] l’avis par sa parlote [37] de cécité [38, note 15] (rimant avec "nécessité" [39, APR note 20] : encore un peu de poésie [3, APR note 23], fort bienvenue dans ce monde de brutes psychologiquement sanguinaires [40], abominables [41] monstres [42] et autres dahus [43]…), pour faire de nous les premiers poiriers [44] de toutes ses impostures [45].

Montage Pelle mecanique.jpg
_____Certes, ce ne sont pas les disciples qui iront demander à Jésus un signe venant du ciel [3] : eux qui ont ramassé douze paniers pleins de morceaux après avoir distribué cinq pains pour cinq mille hommes, puis rempli sept corbeilles après avoir distribué sept pains pour quatre mille hommes, ne sauraient se voir accorder le moindre bénéfice du doute [3, APR note 49] quant à leur connaissance réelle de signes auxquels ils ont activement participé dans leurs conséquences. Cinq pour cinq mille, sept pour quatre mille : c’est dire qu’après tout cela, même un seul pain pour treize n’aurait guère dû leur fournir sujet à discussion. Pourtant, ils discutaient entre eux sur ce manque de pain : plus prosaïque que le manque de sagesse évoqué par Jacques [3, APR note 29]… tout en incluant un tel manque, la sagesse commandant de ne pas se laisser distraire des biens supérieurs par le manque de biens inférieurs. À quoi leur reviendrait d’avoir du pain à satiété s’ils ne prennent pas garde au levain : ici, celui des pharisiens et d’Hérode ? Les uns comme l’autre ont des yeux pour regarder, des oreilles pour écouter… et ne manquent sans doute pas de pain : pour autant ni les uns ni l’autre n’auront reconnu Jésus comme le Fils de Dieu alors qu’ils L’auront plus vu et entendu que des générations de disciples.

____________________________

Le regard d'aime d'été se dédouble... en version "light" :

LA PSYCHÉ SANS TAIN

Les commentaires sont fermés.