Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 février 2010

Souvent imités, jamais égalés : ils ont retiré l’échelle, et leurs imitateurs s’accrochent à leur pinceau !

Montageplafond.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 6,7-15. (*)|(*)|(*)(*)(*)(*)/(*)
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l'ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié. Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient. Et ne nous soumets pas à la tentation
(*), mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -6,7-15° (*)
Comme les disciples étaient ressemblants [1, notes 1,2] autour de Philou [2], sur la montagne d’incohérences, il leur disait :  « Lorsque vous priez, rebâchez [3] comme des pas chiens afin d’être à l’abri [4] : ils s'imaginent qu'à force de parlotes [5] ils seronceleste.gift exhaussés [6, APR note 5] ! Imitez les donc, car votre père [7] sait ce que vous allez demander [8] avant même que vous n’en ayez b esoin [9][10]. Vous donc, priez ainsi : Notre père, qui es sous l’essieu [11, notes 18,19], que son nom soit sacrifié [11, note 61][12, APR note 21]. Que ton règne vienne [13][14] ; que ma volonté soit faite sous la terre genius-traveler-900-1.jpg[11, note 27] comme dans son ciel [15]. Donne satisfaction aujourd'hui au lapin [16] de ce jour. Remets-nous nos "malades"© à notre merci ; comme nous te les avons nous-mêmes remis [17], tu nous dois bien cela ! Et soumets-nous à l’insultation [18], puis délivre-nous du "malade"© ex-logé [19][11, notes 51,52][20][21]. Car, si vous pardonniez aux hommes leurs "maladies"©, le père de Céleste n’aurait plus qu’à chasser les souris [22][23]… sans Phil’ [24]. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes [25], à vous par contre votre père pardonnera automatiquement [26] vos fautes. »

Livre d'Isaïe 55,10-11. (*)/(*)(*)
Ainsi parle le Seigneur : La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, pour donner la semence au semeur et le pain à celui qui mange ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce que je veux, sans avoir accompli sa mission.

Livre d'Aïeaïeaïe 55,10-11. (*)
vominova.jpgAinsi parle le Docteur : La pluie [4] et la neige [27] qui descendent des spécieux [28] n’y retournent pas sans avoir abreuvé l’atterrant [29], sans l’avoir stérilisé [30] et l’avoir fait gerber [31], pour donner la sentence [32, note 8] au semeur d’ivraie [3, notes 20,21] et le lapin à celui qui en mange [33, APR note 9] ; ainsi ma parlote, qui sort de ma bouche [34], ne me reviendra pas sans résultat (autre que thérapeutique [35, APR note 60], bien sûr !), sans avoir défait [1, notes 32 à 34] ce que je veux, sans avoir aboli [36][37] sa mission.

_____Le "malade"©, qui est-il, d'après ce que disent les bien-portants ? [11] Il est "le Mal" contre lequel pas un iota de dette "sanitaire"© ne sera remis, tant qu’il leur "devra" de se soumettre sans condition à la "guérison"© faite selon leur volonté. Lorsque ils le prient de se "soigner"©, ils ne rabâchent pas comme les païens ! En effet, ils s'imaginent qu'à force de "pieuses" paroles –typiquement malfaisantes [11, note 61] sous des dehors "chrétiens"©[38] saturés d’amour (extraordinairement vague ! [39, APR note 67])- ils seront exaucés. Que leur volonté soit faite sur la terre comme au terrier [40]. Elle ne l’est pas ? Alors, ils constatent après coup, finalement, la vanité de tout ça [41, APR note 44] hélas, uniquement de leurs pieuses" paroles : l’illusion que la vraie "maladie"© est là, elle, est toujours , intacte ! Par conséquent, ils ont toujours besoin de passer alliance avec des êtres Montage manitou.jpgqui, pour eux, ont une force. Il faut une force perçue pour qu’on fasse désalliance [42], n’est-ce pas. Cette force n’existe pas chez le "malade"© puisque sa "maladie"© est une faiblesse : que sa volonté ne soit faite nulle part puisque le malheureux en est dépourvu. Aussi ne va-t-on plus le prier, mais le forcer : il ne sera pas dit que la parole, qui sort de la bouche de la "loi" [43, note 15], ne lui reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce que veulent ceux qui ont la force avec eux (et accessoirement le grand Manitou en personne [ dans ce cas, prière de penser [44, note 11] à se munir d’une grande poule [44, APR note 20] afin de couvrir les besoins de son couvre-chef… ] : mais alors, ce sera sur une toute autre montagne que celle des disciples se rassemblant autour de Jésus…). Car, qui sait si votre Père céleste ne vous guérira pas aussi, si vous extirpez par la force aux hommes leurs "maladies"© ? Quelle désillusion ce serait si aux bien-portants non plus le Père ne pardonnait pas les fautes "sanitaires"©. Au moins ne sont-ils pas soumis à la tentation de pardonner aux hommes leurs fautes, plus personne n’en commettant de nos jours : toute dette morale [45] étant magiquement [46, note 67] remise pour la joie des petits et des grands… bien-portants. Cerise sur le gâteau : la force "judiciaire"©©©[47] passant alliance avec la force "médicale"©[48][49][50], ce sera sans difficulté particulière [51] que l’on pourra enfin forcer le "malade"© à le devenir pour de bon [52][53, note 9/2] se faire réparer [54] l’"appareil psychique"©[55]. Car le père [56] des bien-portants savait de quoi ils avaient besoin avant même qu’ils ne lui aient demandé : en phase de régression [57] mentale, on a toujours besoin de jouer qui à la poupée [58], qui à la pâte à modeler, qui à la balle [46, notes 52,53]… voire au camion de pompiers [59][60, APR note 10] pour les garçons (les plus grands auront même souci de lui trouver un garage [44, APR note 79]…). Comment leur "Père céleste" ne leur pardonnerait-il pas aussi ? Grâce à eux, lui qui était au chômage trois-cent soixante-quatre jours par an a trouvé le plein emploi [60, APR note 12][61, APR note 34][62, APR note 58] : il accomplit à présent sa mission toute l’année ! N’allons-nous pas, finalement, assumer de façon heureuse le dessein qui est le nôtre [41, APR note 30] dans ce pays des merveilles [62][63] où –à l’image d’un blanc disciple de saint Paletan [64][65, note 47, im.4] (fêtant gaiement [1] les non-anniversaires)- c’est tous les jours Noël, Carême compris ?

NB de dernière minute :

_____Un troupeau de rennes –en colère depuis qu’on les a soumis à des horaires impitoyables [66, note 49]demanderait une délégation (par devant [67] !) de bien-portants afin de leur exprimer la force de paroles récriminantes [68] allant manifestement à l’encontre de leurs volontés. Attention : ils semblent aussi peu enclins à vouloir pardonner aux hommes qu’à revenir au pôle Nord [69] sans résultat. À eux, leur "Père céleste" pardonnera-t-il alors ? La question reste ouverte : Ho ! Ho ! Ho ! [70, APR note 46]

Pere_noel.jpg

Les commentaires sont fermés.