Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 février 2010

Frappez, le "malade"© sera tout vert.

MontagePHV.jpg

[*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 7,7-12. (*)|(*)(*)|(*)(*)(*)/(*)
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte. Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s'ouvrira. Lequel d'entre vous donnerait une pierre à son fils qui lui demande du pain ? ou un serpent, quand il lui demande un poisson ? Si donc, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ! Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi, voilà ce que dit toute l'Écriture : la Loi et les Prophètes. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -7,7-12° (*)
Comme les disciples étaient ressemblants
[1, notes 1,2] autour de Philou [2], sur la montagne d’incohérences, il leur disait : « Demandez un "malade"©, vous l’obtiendrez ; ne cherchez pas, vous ne trouveriez rien [3][4] ; frappez le "malade"©, votre porte étant fermée [5]. Celui qui demande un "malade"© reçoit son brevet de bien-portant ; celui qui cherche un nonos le trouve [6] ; et pour celui qui frappe, la porte de l’ascenseur s'ouvrira [7, APR note 5][8]. Lequel d'entre vous ne donnerait-il pas un bain [9] à son fils qui lui demande du pain ? ou un poison [10], quand il lui demande un poisson [11] ? Si donc, vous qui êtes méchants [12, note 39], vous ne savez même plus donner de bonnes choses à vos enfants, combien moins votre père qui est sous l’essieu [13, note 11] donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ! Donc, tout ce que vous voudriez que les "malades"© ne fassent surtout pas pour vous, faites-le pour eux, vous ainsi bien-portants, voilà ce que dit toute l'Imposture [14] : l’aboi [15] et les "professionnels"©[16]. »

petit_baigneur.jpg

Livre d'Esther 14,1.3-5.12-14. (*)
La reine Esther, dans l'angoisse mortelle qui l'étreignait, chercha refuge auprès du Seigneur. Elle priait ainsi le Seigneur Dieu d'Israël : « Mon Seigneur, notre Roi, c'est toi le seul Dieu ; viens me secourir, car je suis seule, et je n'ai pas d'autre secours que toi, et je vais risquer ma vie. Depuis ma naissance, j'ai entendu répéter, dans la tribu de mes pères, que tu as choisi Israël de préférence à toutes les nations, et nos pères de préférence à tous leurs ancêtres, pour en faire à jamais un peuple qui t'appartienne, et tu as fait pour eux tout ce que tu avais promis. Souviens-toi, Seigneur ! Fais-toi connaître au moment de notre détresse ; donne-moi du courage, toi le roi des dieux, qui domines toute autorité. Mets sur mes lèvres un langage harmonieux quand je serai en présence de ce lion, et change son cœur : qu'il se mette à détester celui qui nous combat, qu'il le détruise avec tous ses partisans.
Délivre-nous par ta main, viens me secourir car je suis seule, et je n'ai que toi, Seigneur, toi qui connais tout. »

Livre détestable 14,1.3-5.12-14. (*)
bd_decafeine.jpgLa reine des K (fait inné ?) [17][18], dans l'angoisse mortelle qui l'étreignait, chercha refuge auprès du Docteur. Elle priait ainsi le saigneur [19] Docteur de Raihël [20] : « Mon saigneur, notre roi de la "santé", c'est toi le seul Docteur ; viens me secourir, car je suis seule, et je n'ai pas d'autre secours que toi, et je vais risquer ma vie face à un affreux monstre gluant [21]. Depuis ma naissance "sanitaire", j'ai entendu répéter, dans la tribu de mes faux  pères, que tu as choisi Raihël de préférence à toutes les nations, et nos faux pères de préférence à tous leurs ancêtres [22, note 2], pour en faire à jamais un peuple qui t'appartienne, et tu as défait pour eux tout ce que tu avais promis. Souviens-toi, saigneur ! Fais-toi connaître au moment de notre détresse ; donne-moi encore plus de peur au ventre, toi le roi des dieux [23, note 18], qui domines toute autorité [24, note 12]. Mets sur mes lèvres un langage disharmonieux quand je serai en présence de ce fauve psychique [25, note 28], et change son cœur de chair en cœur de pierre : qu'il se mette à détester Celui qui nous combat en nous fermant la porte aux orteils [26], qu'il Le détruise [27] avec tous ses partisans du salut [28, APR note 24], anti-sanitaristes primaires. Aliène-nous par ta main, viens me secourir car je suis seule, et je n'ai que toi, Docteur, toi qui connais tout. »

Nouvelle "traduction" 2010, revue et corrigée :Montagebaigneur.jpg

Libre de S’taire [29] 14,1.3-5.12-14. (*)
Chut.jpgLes reines estées [30, notes 24 à 26], dans l'angoisse mortelle [31] qui les étreignait, cherchèrent remède auprès du Docteur [32]. Elles priaient ainsi le saigneur [33] Docteur de Raihël : « Mon Baigneur [9][34], notre roi de pique [35, im.5], c'est toi le seul demi-dieu [36], demi-berger [37] doublant paradoxalement la mise sur son troupeau [38] ; reviens nous faire courir [39], car nous sommes veules, et nous n'avons pas d'autre recours que toi (surtout pas juridique [40] !), maintenant que nous avons risqué ton "avis"©[41]. Depuis notre nuisance [42][43][44][45][46], nous avons entendu rabâcher [47], dans l’attribut de nos pairs, que tu as choisi Raihël dans l’ingérence sur toutes les actions en justice [48][49], et nos pairs de préférence à tous leurs ancêtres, pour en faire une meute affalée [50] qui t'appartienne, et tu as défait [51][52][53][54] pour eux tout ce que tu avais promis [55]. N’étant pas médecins [56], nous nous stabilisons sur toi, Baigneur [57] ! Fais-toi connaître enragé.souris.jpgau garnement tirant sur nos tresses ; donne-nous de prendre nos jambes à notre cou avec rage, toi le roi des lieux souterrains [58][59][60], qui domines toute autorité [61][62]. Mets-nous contre notre lièvre [63] un langage obséquieux [64, note 8][65 !] quand nous serons en absence [66][67, APR note 18] de ce lion, et change son cœur : qu'il se mette à détester celui qui nous combat, qu'il le détruise avec tous ses partisans. C’est pluto [68] astucieux, non ? Car, attendu que c’est lui qui nous combat, il en devient donc logiquement "dangereux pour lui-même et pour les autres"©[69], "menace" alors de se "suicider"©[70]. Et là, pouf pouf [71, note 67] ! nous faisons intervenir notre valet de pique [72, notes 23 à 26] qui se charge d’appeler les pompiers [73, APR note 31] ! Délivre-nous en par ta main, viens le secourir et lui procurer un "repos"©[74] bien mérité car il est seul contre tous : il a donc tort [75][76] puisqu’il roule à contre-sens [77][78][79][80][81][82]. Il n'a plus que toi, Baigneur, toi qui connais tout. Et sois gentil [83] : pour le rassurer [84], n’hésite pas à lui prêter ta bouée [71, note 92] … »

1256283543.jpg

Les commentaires sont fermés.