Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 mars 2010

Il y avait beaucoup de veules coupant les ailes.

Montage chasseur deprime.jpg

   Charlelie Couture - Comme un avion sans aile  
   
Found at bee mp3 search engine

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,24-30. (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)/(*)                               
Dans la synagogue de Nazareth, Jésus déclarait : « Amen, je vous le dis, aucun prophète n'est bien accueilli dans son pays. En toute vérité, je vous le déclare : Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie n'a été envoyé vers aucune d'entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d'eux n'a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. » À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin.

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -4,24-30° (*)/(*)(*)aglaeetsidonie2.jpg
Dans le cinéma [1, APR note 16] d’Arrêtenazes [2], Philou [3] déclarait : « Ach so [4], je vous le dis : aucun faux prophète [5, note 35] n'est mal accueilli dans son pays [6, note 1]. En toute cécité [7], je vous le déclare : Au temps du professionnel Philie [8], lorsque les ânesses [9] et la gaminerie [10, note 14] ont sévi pendant trois ans et demi [11], il y avait beaucoup de "veuves"©[12] en Raihël [13] ; toujours partant, Philie a été dévoyé [14, note 31] vers la plupart d'entre elles, et même à une veuve qui ne lui était pas étrangère, de la ville d’Arachnida [15], au pays d’Aglaé et Sidonie elle tissait des toiles heureuses [16]. Au temps du prophète Vignisée [17], il y avait beaucoup de lapereaux [5, note 11] en Raihël ; pourtant aucun d'eux n'a été cuisiné [5, note 20][18][19, note 9], mais bien Vaatan [20], un Assigné [21, note 45Issue de secours.jpg]. » À ces mots, dans le cinéma, tous devinrent "dangereux"©[22]. Ils se ruèrent furieusement vers les issues de secours [23]. Ils se couchèrent, poussèrent Philou à prendre un cabinet [24, APR note 20] en ville, et le menèrent jusqu'à siffler sur la colline afin d’y détruire [25] toute vile "maladie"©, pour enfin le rejoindre en bas [26, note 6]. Et lui, "soignant"© au milieu d'eux [27], gagnait son larcin [28].

  Joe Dassin - Siffler Sur La Colline .mp3  
   
Found at bee mp3 search engine

Deuxième livre des Rois 5,1-15. (*)/(*)
Naaman, général de l'armée du roi de Syrie, était hautement estimé par son maître, car il avait été l'instrument du Seigneur pour donner la victoire à la Syrie. Or, cet homme était lépreux. Des Syriens, au cours d'une expédition en terre d'Israël, avaient fait prisonnière une fillette qui fut mise au service de la femme de Naaman. Elle dit à sa maîtresse : « Ah ! si mon maître s'adressait au prophète qui est à Samarie, celui-ci le délivrerait de sa lèpre. » Naaman alla auprès du roi et lui dit : « Voilà ce que la jeune fille d'Israël a déclaré. » Le roi de Syrie lui répondit : « Vas-y. J'envoie une lettre au roi d'Israël. » Naaman partit donc ; il emportait sept cents livres d'argent, douze cent 1532949957.jpglivres d'or et dix vêtements de fête. Il remit la lettre au roi d'Israël. Celle-ci portait : « En même temps que te parvient cette lettre, je t'envoie Naaman mon serviteur, pour que tu le délivres de sa lèpre. » Quand le roi d'Israël lut ce message, il déchira ses vêtements et s'écria : « Est-ce que je suis Dieu, maître de la vie et de la mort ? Car ce roi m'envoie un homme pour que je le délivre de sa lèpre ! Vous le voyez bien : c'est une provocation ! » Quand Élisée, l'homme de Dieu, apprit que le roi d'Israël avait déchiré ses vêtements, il lui fit dire : « Pourquoi as-tu déchiré tes vêtements ? Que cet homme vienne à moi, et il saura qu'il y a un prophète en Israël. » Naaman arriva avec ses chevaux et son char, et s'arrêta à la porte de la maison d'Élisée. Élisée envoya un messager lui dire : « Va te baigner sept fois dans le Jourdain, et ta chair redeviendra nette. » Naaman se mit en colère et s'éloigna en disant : « Je m'étais dit : Sûrement il va sortir, et se tenir debout pour invoquer le nom du Seigneur son Dieu ; puis il agitera sa main au-dessus de l'endroit malade et guérira ma lèpre. Est-ce que les fleuves de Damas, l'Abana et le Parpar, ne valent pas mieux que toutes les eaux d'Israël ? Si je m'y baignais, est-ce que je ne serais pas purifié ? » Il tourna bride et partit en colère. Mais ses serviteurs s'approchèrent pour lui dire : « Père ! Si le prophète t'avait ordonné quelque chose de difficile, tu l'aurais fait, n'est-ce pas ? Combien plus, lorsqu'il te dit : 'Baigne-toi, et tu seras purifié.' » Il descendit jusqu'au Jourdain et s'y plongea sept fois, pour obéir à l'ordre d'Élisée ; alors sa chair redevint semblable à celle d'un petit enfant : il était purifié ! Il retourna chez l'homme de Dieu avec toute son escorte ; il entra, se présenta devant lui et déclara : « Je le sais désormais : il n'y a pas d'autre Dieu, sur toute la terre, que celui d'Israël ! Je t'en prie, accepte un présent de ton serviteur. »

Premier livre des Poix 5,1-15. (*)Montageblackdoll+marteau.jpg
Vaatan, générant des larmes des reines de Sabbat [29], était bassement [30] estimé par son maître [31], car il avait été l'outil [32] du Baigneur [33] pour donner la victoire au Sabbat [34]. Or, cet homme était lépreux psychique [35][36][37, APR note 19]. Des Sabbatiens, au cours d'une insultation [38] en terriers [14, note 23] de Raihël [39], avaient fait prisonnière une fillette [40] qui fut mise au service [41] de la femme [42] de Vaatan. Elle dit à sa maîtresse [ bien qu’elle fût en réalité la Maître de sa maîtresse, mais ne compliquons pas le récit afin d’en maîtriser la fluidité… ] : « Ah ! puisque ma maîtresse s'adresse aux "professionnels"©[43] qui démarient [44], ceux-ci la délivreront de son lépreux psychique. » Vaatan rédigea quelques lettres ouvertes [45][46][47][48] auprès des reines et leur dit : « Voilà le résultat de ce que la jeune fille de chez vous a déclaré : votre résultat. » Les reines de Sabbat lui répondirent, "outrées"©[49] : « Vas-y mon lapin. Tu peux nous envoyer toutes les lettres que tu veux : c’est poubelle [50]. Nous n’y répondrons point [51][52][53],"l’intérêt de la famille et la protection des enfants"©[54] [et qui sait : l’avenir du monde lui-même ?…] étant en jeu. » Vaatan partit donc [55] ; il n’emportait rien avec lui [56] : ni pain ni sac, tout juste quelques pièces de monnaie dans sa ceinture [57] . (D’ailleurs, à quoi bon puisqu’il était réputé aller se "guérir"© définitivement [58] de sa lèpre psychique ?) On remit sur son compte une lettre signée [59][60] de demande au roi du chenil [61][62]. Celle-ci portait : « En même temps que te parvient cette lettre, je t'envoie Vaatan dont je suis le rabatteur [63], pour que tu nous délivres de lui [ attention aux pâtés [64] ! ] le délivres de sa lèpre psychique. » Quand le roi du chenil lut ce message, il déchira ses vêtements et s'écria : « Est-ce que je suis Dieu, maître de la vie et de la mort ? Car ce roi [65, im.1] m'envoie un homme pour que je le délivre de sa lèpre ! Vous le voyez bien : c'est une provocation ! » [ Oups : encore une malencontreuse coquille [66] ne tenant pas compte de la logique interne [67] au royaume des illusions [68, APR note 44] !… ] Quand le roi du chenil lut ce message, il eut le cœur déchiré et s'écria : « En tant que maître de "l’avis"©[69] et de l’amour extraordinairement vague [67, APR note 30], pourrais-je savoir de quoi vous "souffrez"© ? Car vous pouvez tout me dire sans crainte [70] si vous voulez que je vous délivre de votre lèpre psychique ! Vous le voyez bien : c'est une consultation ! » Quand Vignisée, l'homme de ces femmes [71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93[94][95] [ ceci était une modeste contribution à la journée qui leur est consacrée : et encore bonne fête [96]!… ], apprit que le roi du chenil avait eu le cœur déchiré, il lui fit dire : « Pourquoi as-tu eu le cœur déchiré ? Que cet homme vienne à moi, et il saura qu'il y a des procès sans loi [97] en Raihël. » Vaatan arriva avec ses chevaliers [98] et son char à gyrophare [99, im.5], et s'arrêta à la porte de la maison de repos [100]. Vignisée ÉTAIT le messager [101] lui ayant dit : « Va te saigner sept fois de coups de Gourdin [102, note 8], et entre les étoiles [103, APR note 38] ton esprit redeviendra net. » Afin de compenser le noir [104] de son interlocuteur, Vaatan se mit en couleurs [105] et s'éloigna en disant : « Je m'étais dit : Sûrement il va sortir, et se tenir debout pour révoquer le nom des geigneuses [106] ses déesses ; puis il agitera sa main au-dessus de l'endroit malade de sa procédure et guérira sa lèpre. Est-ce que les 77000585.jpgpleutres de Dallas [107, note 31], l'Abanane [108, APR note 52] et le Parpaing [109, note 2], ne sont pas pires que tous les zoos [110][111, note 15] de Raihël ? Si je m'y trempais, est-ce que je ne serais pas pétrifié [112], moi aussi ? » Il tourna bride et répartit ses couleurs. Mais les serviteurs de sa femme s'approchèrent pour lui dire : « Frère chien ! Si la prophétesse t'avait ORDONNÉ [10, note 11] quelque chose de difficile, tu l'aurais fait, n'est-ce pas ? Combien plus, lorsqu'elle te DISONS [113, APR note 19] : 'Barre-toi, et ta maison sera purifiée.' » Il descendit jusqu'au Gourdin et le scia en sept morceaux (un pour chaque nain [114, note 6]), pour désobéir au désordre de Vignisée ; alors que l’esprit des siens redevenait semblable à celui d'un petit enfant [115][116], c’est le sien qu’on voulait "soigner"© ! Il retourna les pommes [5, note 69] du Docteur avec beaucoup de sucre ; il entra, se présenta (enfin [117, APR note 18] !) devant lui et déclara : « Je le sais désormais : il n'y a pas d'autre Docteur, pour tous les atterrés [118], que celui de Raihël ! Je t'en prie, accepte un présent de ton serviteur. » Un rien faux derche [119] à son tour, c’est ainsi que Vaatan refila sa tatin empoisonnée [120] au tonton flingueur [121]

Montage TF+tatin.jpg

Les commentaires sont fermés.