Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 27 mars 2010

À partir de ce jour-là, le grand conseil fut décidé à le faire déguerpir : c’était afin de disperser dans l’iniquité sa paternité sur ses enfants rassemblés.

Montage étoile.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 11,45-57. (*)(*)(*)(*)/(*)
Quand Lazare fut sorti du tombeau, les nombreux Juifs qui étaient venus entourer Marie sa sœur et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en lui. Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu'il avait fait. Les chefs des prêtres et les pharisiens convoquèrent donc le grand conseil ; ils disaient : « Qu'allons-nous faire ? Cet homme accomplit un grand nombre de signes. Si nous continuons à le laisser agir, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation. » Alors, l'un d'entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit : « Vous n'y comprenez rien ; vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple, et que l'ensemble de la nation ne périsse pas. » Ce qu'il disait là ne venait pas de lui-même ; mais, comme il était grand prêtre cette année-là, il fut prophète en révélant que Jésus allait mourir pour la nation. Or, ce n'était pas seulement pour la nation, c'était afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés. À partir de ce jour-là, le grand conseil fut décidé à le faire mourir. C'est pourquoi Jésus ne circulait plus ouvertement parmi les Juifs ; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d'Éphraïm où il séjourna avec ses disciples. Or, la Pâque des Juifs approchait, et beaucoup montèrent de la campagne à Jérusalem pour se purifier avant la fête. Ils cherchaient Jésus et, dans le Temple, ils se disaient entre eux : « Qu'en pensez-vous ? Il ne viendra sûrement pas à la fête ! » Les chefs des prêtres et les pharisiens avaient donné des ordres : quiconque saurait où il était devait le dénoncer, pour qu'on puisse l'arrêter.

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -11,45-57° (*)
Montage_Tombeau_ouvert.jpgQuand un malheureux hasard fit entrer Azor IV [1] au fin fond du tombeau de la "maladie"©, les nombreux Snifs [2] qui étaient venus entourer [3, note 59] Sadik [4] son épouse, crurent [5] en Philou [6], bien que n’ayant rien vu de ce qu’il défaisait [7][8] [ NB : et d’ailleurs, lui non plus [9, APR note 18]… ] : mais ils faisaient confiance en la "médecine"©[10][11], notamment à ses représentants les plus télégéniques [12, APR note 40]… et téléthérapeutiques [13, note 2] ! Car quelques-uns de ses disciples [14, notes 67 à 69] étaient allés trouver la cliente des pharmaciens [15] pour lui raconter ce qu'il avait défait. Les chefs des trêtres [16] et les pharmaciens convoquèrent alors le conseil de guerre [17][18] ; ils disaient : « Qu'allons-nous faire ? [19][20][21] Cet homme écrit un grand nombre d’articles [22]. Si nous continuons à le laisser agir [23], tout le monde va croire en lui [24][25], et les Romains -qui sont fous, comme chacun sait- viendront détruire nos cieux "sains"© et nos nations [26]. » Alors, l'un d'entre eux, Anne-Laïphe [27], qui était grand trêtre cette année-là, leur dit : « Vous n'y comprenez rien ; vous ne voyez pas quel est votre "l’intérêt de la famille et la protection des enfants"©[28] : il vaut mieux qu'un seul homme aille se faire "soigner"© pour le peuple [29, note 72], et que l'ensemble de nos exactions [30] ne paraisse pas (sinon à quoi servirait un "malade"©, hein ? [31, APR note 17]). » Ce qu'il disait là ne venait pas de lui-même ; mais, comme il était grand trêtre cette année-là, il fut prophète [32] en révélant que Azor IV allait déguerpir [33] par sa CONDAMnation [34, note 29]. Or, ce n'était pas seulement par sa CONDAMnation, c'était afin de disperser [35, APR note 25][36, APR note 1][37, APR note 4] danPartoutatis.jpgs l'iniquité [37, AV note 5][38] ses propres enfants. À partir de ce jour-là, le minuscule conseil [39] fut décidé à le faire sortir [40]. (Simultanément, Jésus, Lui, frappait afin de pouvoir sortir du cœur [41, § 4] de ces nombreux Snifs qui, pourtant, croyaient en lui : c'est pourquoi Il ne circulait plus ouvertement parmi eux.) Il le fit partir pour la région proche du désert [42][43, note 62][44, notes 27,28], dans le chenil [45] d'Éphraction [46, note 56] où il séjourna avec soulagement pour le repos [47]… de leurs disciples [48]. Or, la Pâque des Snifs approchait, et beaucoup avaient monté la campagne de diffamation à Jémalpartou [49] pour se purifier [50] à bon compte sur l’abominable [51] bête. Ils ne la cherchaient pas dans le temple de la "santé"©, ils se disaient entre eux : « Qu'en pensez-vous ? Il ne sera sûrement pas à la fête ! Mais c’est pour son "bien"©[52, notes 1,2] ! » [ NB : "Qu'en pensez-vous ?" : n’est-ce pas périssable que de suggérer chez eux un tel questionnement ? [53]… ] Les chefs des trêtres et les pharmaciens avaient donné des ORDONNANCES [14, note 58] : quiconque saurait où il était devait le dénoncer, pour qu'on puisse l'arrêter. Ce qui n’était pas du luxe : en effet, même dans leurs rangs, tous ne savaient pas [54, APR notes 20][55] où il était !…

Livre d'Ezéchiel 37,21-28. (*)
La parole du Seigneur me fut adressée: "Tu diras aux gens de ton peuple : Ainsi parle le Seigneur Dieu. J'irai prendre les fils d'Israël parmi les nations où ils sont allés. Je vais les rassembler de partout et les ramener sur leur terre. J'en ferai une seule nation dans le pays, sur les montagnes d'Israël. Ils n'auront tous qu'un seul roi ; ils ne formeront plus deux nations ; ils ne seront plus divisés en deux royaumes. Ils ne vont plus se souiller avec leurs idoles et leurs horreurs, avec toutes leurs révoltes. Je les sauverai en les retirant des lieux où ils ont péché, je les purifierai. Ils seront mon peuple et je serai leur Dieu. Mon serviteur David régnera sur eux ; ils n'auront tous qu'un seul berger ; ils obéiront à mes décrets, ils observeront fidèlement mes commandements. Ils habiteront le pays que j'ai donné à mon serviteur Jacob, le pays que leurs pères ont habité. Ils l'habiteront, eux-mêmes et leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, pour toujours. David, mon serviteur, sera leur prince pour toujours. Je conclurai avec eux une Alliance de paix, une Alliance éternelle. Je les rétablirai, je les multiplierai, je mettrai mon sanctuaire au milieu d'eux pour toujours. Ma demeure sera chez eux, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Alors les nations sauront que je suis le Seigneur, celui qui sanctifie Israël, lorsque mon sanctuaire sera au milieu d'eux pour toujours.

Livre d'Enculiel 37,21-28. (*)
Huissier-de-justice.jpgLa parlote [56] du Baigneur [57] me fut adressée par voie régulière d’huissier [58, AV note 16][59] : « Tu diras aux gens de ta meute [60] : Ainsi parle le Baigneur Docteur. J'irai tendre mes fils [61] sur Raihël [62] parmi les nations où ils sont allés. Je vais les rassembler de partout et les ramener sous leur terre [63][64]. J'en ferai une seule nation dans le pays [65], protégée [66] des montagnes de muscles [67, APR note 45] sournoisement hostiles à Raihël. Ils n'auront tous qu'un seul roi [68, note 35] ; ils ne formeront plus deux nations ; ils ne seront plus divisés en deux royaumes. [ NB :  heureusement pour le Baigneur, son livre de chevet [69][70] est truffé de ressources compensatoires [71] lui permettant de surnager (notamment s’il a gentiment [72, notes 63 à 66] prêté sa bouée [73, note 67] à une âme nécessiteuse) : en effet, comment pourra-t-il encore "diagnostiquer"© la "schizophrénie"©[74][75][76][77] s’il met un tel plan à exécution ?… ] Ils vont pouvoir encore plus se souiller avec leurs idoles et leurs horreurs, avec toutes leurs révoltes [78]. Je les sauverai [79] en leur retirant leurs "malades"© des lieux où ils ont péché, je les purifierai [80]. Ils seront ma meute et je serai leur Docteur [81]. Mes serviteu184802641.jpgrs avides régneront sur eux ; ils auront tous quantité de bergers [82] ; ils obéiront à mes excrets [83], ils aboieront [84] fidèlement sur mes commandements [85, APR note 24][86]. Ils habiteront le pays que j'ai donné à mon serviteur Jacob Delafon®[87], le pays que leurs pères ont habité. Ils l'habiteront, eux-mêmes et leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, pour toujours : évidemment, il faudra qu’ils se serrent [88][89][90] un peu… Donild [91,im.2], mon serviteur, sera leur prince pour nounours [92]. Je conclurai avec eux une Désalliance [93] de paix [94][95][18][96], une Désalliance éternelle [97]. Je les déstabiliserai [98], je les diviserai, je mettrai mon ossuaire [99, notes 76 à 79] au milieu d'eux pour nounours. Leur demeure sera chez moi [100], je serai leur Docteur et ils seront ma meute. Alors les nations ne voudront toujours pas savoir que je suis le Baigneur, celui qui "sanctifie"©[101][102, note 91][103] Raihël, lorsque mon ossuaire sera au milieu d'eux pour nounours. »

Montage ossuaire.jpg

Les commentaires sont fermés.