Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 avril 2010

Celui qui est atterrant est terrible : en rendent témoignage les terrés terrifiés qui refusent de le voir et de l’entendre.

Montage terreur.com.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3, 31-36. (*)|(*)(*)(*)(*)(*)/(*)(*)
Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tout. Celui qui est de la terre est terrestre et il parle de façon terrestre. Celui qui vient du ciel rend témoignage de ce qu'il a vu et entendu, et personne n'accepte son témoignage. Mais celui qui accepte son témoignage certifie par là que Dieu dit la vérité. En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l'Esprit sans compter. Le Père aime le Fils et a tout remis dans sa main. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire en lui ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -3, 31-36° (*)187831976.jpg
Celui qui vient "prudemment"©[1, note 51] de tout en bas [2] est néanmoins (quoique avec du nez en plus [3]) au-dessus de tout [4, note 12]. Celui qui est de sous la terre [5] est souterrain et il fait parler celui qui est au-dessus de tout de façon souterraine [6, APR note 18]. Celui qui vient du ciel [7] d’un autre rend témoignage de ce qu'il n’a ni vu ni entendu ; et personne ne refuse son témoignage, hormis le malheureux "malade"©[8, notes 17,18] dont personne n’accepte le contre-témoignage : en effet, ce serait là sans compter son esprit partiellement "souffrant"©[9] ! Mais celui qui accepte son témoignage certifie par là que le Docteur dit la "vérité"©. Car, bien que celle-ci fusse extraordinairement vague [10, APR note 67], elle passe "scientifiquement"© un témoignage en état comateux à du "réel"©[11] qui est là, pour tous [12, AV note 41]. En méfait [13], celui que le Docteur a dévoyé médit les parlotes [14][15][16] du Docteur, car le Docteur lui donne l'esprit sans compter sur la vérification de ce qui a été décrit [12, AV note 30]. Le père aime les fils [17][18] et les a tout remis dans sa main [19]. Celui qui ne voit pas ses fils [20] a "l’avis"©[21] éternel ; celui qui refuse de croire en lui ne verra pas "l’avis"©, mais la colère du Docteur et des bien-portants demeure sur lui à son grand dam : en effet, tant pour le fun (il projette de faire mourir de rire ses lecteurs…) que pour la vérification de ce qui a été écrit, il aurait tant aimé pouvoir compter sur la remise dans sa main du témoignage certifié d’un "avis"© le concernant !

lol.gif

Livre des Actes des Apôtres 5, 27-33. (*)/(*)(*)
Le commandant de la garde du Temple amena les Apôtres devant le grand conseil, et le grand prêtre les interrogea : « Nous vous avions formellement interdit d'enseigner le nom de cet homme-là, et voilà que vous remplissez Jérusalem de votre enseignement. Voulez-vous donc faire retomber sur nous le sang de cet homme ? » Pierre, avec les Apôtres, répondit alors : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes (*). Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous aviez exécuté en le pendant au bois du supplice. C'est lui que Dieu, par sa puissance, a élevé en faisant de lui le Chef, le Sauveur, pour apporter à Israël la conversion et le pardon des péchés. Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l'Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. » En entendant les Apôtres parler ainsi, les membres du grand conseil, exaspérés, projetaient de les faire mourir.

Livre des Actes Déstabilisants 5, 27-33. (*)/(*)
Le chef de clinique commandant de la garde du temple de la "santé"© amena les À poutres [1, note 21] devant le grand conseil [22], et le grand trêtre [23] les interrogea : « Nous vous avions formellement interdit d'habiter votre maison [24] et de porter le noFacesDeRat_Ptiluc.jpgm de propriétaire [25, note 25], et voilà que vous videz Jémalpartou [26] de notre enseignement. Voulez-vous donc faire retomber sur nous la responsabilité [27][28] de nos actes ? » Pierr’os [29], avec les À poutres, répondit alors : « Il faut obéir [30] au Docteur plutôt qu'aux hommes. Le Docteur de nos pères [31] a suscité Philou [32], qui a exécuté pour nous le "malade"© en le faisant piquer [33,im.3] par le boa surprise [34] : car le loup y était [35, notes 41,42]. C'est lui que le Docteur, par sa nuisance [36], a élevé en faisant de lui le Grand-Chef [37,im.9], le Sauveteur en mer [38], pour apporter à Raihël [11] la nouvelle version [39] (un rien renversante [40][41] si ce n’est bouleversante [42]…) du "bien"© et du "mal"©[43], et le pardon automatique [44] des péchés. Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, qui, en définitive, savons [45, notes 8 à 10] relancer les illusions du monde [12, APR note 45][46], avec l'esprit malsain [47], que le Docteur a donné à ceux qui lui obéissent. » En entendant les À poutres parler ainsi, les membres du grand conseil, exaspérés [1, notes 19] "compassés"©[35, note 25], projetaient de les faire mourir "soigner"©. N’est-ce pas là se faire à-rat [48]-qui-rit ?

Montage harakiri.jpg

_____Celui qui est de la terre est terrestre et il parle de façon terrestre. Certes, il peut encore (péniblement ?) lever un peu la tête afin de parler indirectement du ciel… d’une maison : « Jésus-Christ aurait pu tout simplement retourner à son travail de charpentier [49] s’il avait suivi les traitements psychiatriques modernes. »[50] Cette petite phrase reste certifiée d’une personne n’acceptant de toute évidence en rien son témoignage, de ces "médecins"© au-dessus de tout admettant sans difficulté particulière [51] que Jésus "souffrait"© de "paranoïa"© religieuse [52, note 8][53, notes 54 ,55] (sic) : puisque envisager rétrospectivement un tel "suivi"© certifie par là ce pseudo-"diagnostic"©. (Ce qui ne dissuade nullement des censés témoins du ciel [54] d’accepter leur "témoignage" [55] ; quitte à en redemander après l’avoir badigeonné sans compter d’esprit "céleste" [56][57][58, note 91]…) Mais celui qui parle ainsi a beau lever la tête qu’il ne parvient pas même à parler de façon terrestre ! Car, à seulement parler de cette façon-là, on accomplit le prodige [59] de setourner de son travail de médecin, sachant qu’il n’est pas besoin de l’être [60] pour voir et entendre quantité de témoignages donnant sans compter un son de cloche [61] qui, pour terrestre qu’il soit, sonne fort différemment. En effet, la plupart de ces témoignages [62][63][64][65][66][67][68]etc. n’interrogent guère sur l’enseignement qui s’en laisse entendre. Sans compter que Jésus-Christ n’est pas venu faire carrière dans la charpenterie (!)(mais pour que, par lui, le monde soit sauvé [1]) s’Il avait suivi les "traitements psychiatriques"© modernes, Il n’aurait tout simplement pas pu retourner à son travail de charpentier ; dans le meilleur des cas, peut-être aurait-Il pu retourner un formulaire rempli : celui d’une demande d’"allocation adulte handicapé" [69] auprès des services concernés !… Sinon, Il aurait pu tout simplement retourner à la rue [70][71] : ni vu ni connu, personne n'acceptant le témoignage d’un vagabond, au prestige moins certifié que celui venant de plus haut.

_____Pour l’heure et quoiqu’il en soit, Ses Apôtres ne sont pas à la fête devant le grand conseil : voilà que ses membres, exaspérés, projetaient de les faire mourir. Après l’aboutissement d’un projet similaire sur leur Chef, l’établissement d’un autre sur Lazare (dont l’aboutissement formel demeure, lui, dans l’interrogation [72, APR note 32]), si les armes à feu eussent existé à cette époque on en aurait aisément déduit que tous ces gens de pouvoir avaient la gâchette facile ! On en déduira plus assurément qu’à défaut de justice, faire mourir était pour eux la panacée universelle, permettant la déstabilisation [73] durable (!) de tout empêcheur de tourner en rond… notamment quand ce dernier est revêtu d’une défroque d’épouvantail [74] : « Voulez-vous donc faire retomber sur nous le sang de cet homme ? »
_____Question intéressante, de la part du grand prêtre (dévoilant sa peur [75] du lynchage par la foule) : les Apôtres n’y répondent d’ailleurs pas, ne s’inscrivant ni dans cet objectif ni dans l’objectif contraire. Question intéressante, parce que cette peur ne doit rien à quelque émotivité incontrôlée [76, notes 15] mais à un aveu de culpabilité en demi-teinte : en effet, faire retomber le sang d’un homme n’est pas le faire tomber, suggérant comme un retour du sang de cet homme vers ceux qui ont à en répondre en premier chef. Or, si la colère de Dieu demeure sur eux, grands prêtres ou non, c’est bien celle du peuple –sans doute moins enclin qu’un Sauveur au pardon des péchés !- qu’ils redoutent davantage. Et ces hommes sont les témoins –pour le moins gênants- de tout cela, avec l'Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. Sous-entendu : qu’Il ne donne pas à ceux qui ne Lui obéissent pas… fussent-ils hautement placés dans la hiérarchie terrestre de serviteurs de Dieu, que cela exaspère un tantinet de s’en voir ainsi remontrer par des hommes quelconques et sans instruction [35, APR note 32].

_____Peur + exaspération = menaces assorties du projet de faire mourir : traditionnel, ce décor est terrestre et il parle de façon terrestre. La justice n’y est toujours pas au rendez-vous, mais au moins en est-il formellement interdit d’appeler les choses autrement que par leur nom : coupable ou innocent, personne n’accepterait quelque témoignage certifiant un autre réel que celui qui est là, pour tous [12, AV note 41]. C’est dire qu’en un tel contexte des parlotes de "compassion"©[35, note 25] ne seraient pas seulement anachroniques, mais seraient déjà entendues de façon souterraine : obéissant à un refus de dire –ou d’entendre- la vérité la plus élémentaire en la convertissant en "réel"© "scientifiquement" en état comateux. Le refus d’entendre (encore que les Apôtres n’en étaient pas au point de non comparaître [77] !) est bien , mais il apparaît comme tel à toutes les parties en cause : sans faux semblants.
_____Entre le projet de faire mourir et celui de faire "guérir"©, quelle différence ? Dans le premier, les chefs de projet sont exaspérés. Dans le second, ils sont exaspérés (en évitant soigneusement de s’en rendre témoignage…)+ exaspérants, refusant de croire en un "malade"© : et la colère de Dieu demeure sur eux, ne comptant pour rien les "exes" automatiques [78][44]

cmd.exe.png

Commentaires

j'adore votre blog je reviendrai!

Écrit par : comparateur bookmaker | lundi, 20 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.