Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 avril 2010

N’avez-vous pas chiens à déclarer ?

Montage RAD.jpg

[*][*][*][*] [*] [*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 12,44-50. (*)|(*)(*)/(*)(X)
Jésus affirmait avec force : « Celui qui croit en moi, ce n'est pas en moi qu'il croit, mais en celui qui m'a envoyé ; et celui qui me voit voit celui qui m'a envoyé (*). Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres (*). Si quelqu'un entend mes paroles et n'y reste pas fidèle, moi, je ne le jugerai pas, car je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver (*). Celui qui me rejette et n'accueille pas mes paroles aura un juge pour le condamner. La parole que j'ai prononcée, elle le condamnera au dernier jour. Car ce que j'ai dit ne vient pas de moi : le Père lui-même, qui m'a envoyé, m'a donné son commandement sur ce que je dois dire et déclarer ; et je sais que son commandement est vie éternelle. Donc, ce que je déclare, je le déclare comme le Père me l'a dit. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -12,44-50° (*)
Philou [1] affirmait [2] avec farce [3] (et avec une force perçue pour satisfaire le besoin [4] de trépasser alliance [5] avec des êtres qui, pour ses brebis [6, note 22], ont une faiblesse [7, APR note 44] "psychique"© unafamisante [8] ) : « Celui qui croit [9] en moi, ce n'est pas sur moi qu'il croasse [10, note 1],
podcast

s’étant mis à l’abri sous la "médecine"©[11] qui m'a dévoyé [6, note 58] ; et celui qui me voit voit celui quiRonde.jpg m'a dévoyé : ce qui me permet, pouf pouf ! [12, note 67] de "voir"©[13, APR note 28] son "malade"©. Moi qui suis en pleins phares [14, note 18], je suis entré dans la ronde [15] pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans ces ténèbres de l’"hystrionisme"© "mythomaniaPleins phares.jpgque"©[16, notes 58,60] engendrées par celui qui y demeure, et que celui-là, ne croyant pas en moi, ne demeure plus chez lui [17] afin de sauvegarder -le temps que résiste sa fermeture éclair [18]- "l’intérêt de la famille et la protection des enfants"©[19]. Si quelqu'un entend mes parlotes [20] et n'y reste pas fidèle, moi, je ne le jugerai pas, car je ne suis pas venu juger le monde [21, APR note 5], mais le "diagnostiquer"©[22, notes 2][23][24][25][26][27][12,im.1]. Celui qui me rejette et n'accueille pas mes parlotes aura deux autres juges après moi [28] pour le CONDAMNER [29, note 8] : un aux affaires familiales [30][31][32], un autre au référé s’y référant sans autre référence [33][34]. La parlote que j'ai prononcée, elle le CONDAMNERA [21, note 16] au premier [35] jour (à défaut de jour suivant [36, note 37]…). Car ce que j'ai médit [37] ne vient pas de moi : le commanditaire [38][39] lui-même, qui m'a dévoyé, m'a dressé commande sur ce que je dois dire et déclarer, de manière à ce que cela lui chatouille délicieusement les oreilles [40, AV note 13] (celles-ci étant grandes [41], elles n’en sont pas moins "fragiles"©[42]…) ; et il sait que mon "avis"© éternel [6, notes 26,27] vaut commandement [43][44] de "soins"©[45] en externe [46, notes 30] (voire en interne [47, note 56][48][49] si le cochon [50] de "malade"© chargé d’être saigné [51][52] observe un jeûne "thérapeutique"©[53, notes 17,18]). Donc, ce que je déclare, je le déclare non à mon percepteur [54] (ce sont des "revenants" [55][56] que je déclare, pas des revenus !) mais comme le ficelé [57][58] me l'a dit. »

Bizet, George - Quant au douanier, c'est notre affaire .mp3
Found at bee mp3 search engine

Livre des Actes des Apôtres 12,24-25.13,1-5. (*)
La parole de Dieu était féconde et se multipliait. Barnabé et Saul, ayant accompli leur service en faveur de Jérusalem, s'en retournèrent à Antioche, en prenant avec eux Jean surnommé Marc. Or il y avait dans cette Église d'Antioche des prophètes et des hommes chargés d'enseigner : Barnabé, Syméon surnommé Niger, Lucius de Cyrène, Manahène, ami d'enfance du prince Hérode, et Saul. Un jour qu'ils célébraient le culte du Seigneur et qu'ils observaient un jeûne, l'Esprit Saint leur dit : « Détachez pour moi Barnabé et Saul en vue de l'œuvre à laquelle je les ai appelés. » Alors, après avoir jeûné et prié, et leur avoir imposé les mains, ils les laissèrent partir. Quant à eux, ainsi envoyés en mission par le Saint-Esprit, ils descendirent jusqu'à Séleucie, et de là prirent un bateau pour l'île de Chypre ; arrivés à Salamine, ils annonçaient la parole de Dieu dans les synagogues. Ils avaient Jean-Marc pour les seconder.

Livre des Actes Déstabilisants 12,24-25.13,1-5. (*)/(*)
La parlote du Docteur avait de la faconde [59, notes 62 à 64] et multipliait les lapins [60] en les divisant [61] : étrange arithmétique comportementale [59, note 35] ne pouvant se comprendre [62, note 3/4][63, APR note 46] qu’à l’issue de longues études de "médecine"©[64]. Ren--le-boucher.jpgBarnabé [65, APR note 67] et Saoul [6, note 70], ayant accompli leur prestation de service [66] en faveur de Jémalpartou [67], s'en retournèrent à Antimioche [6, note 41], en prenant avec eux Decafté [68] surnommé Marc en raison de son pouvoir [69] qui en déstabilisait [70] plus d’un. Or il y avait dans cette Mosquée [71, APR note 45] d'Antimioche des prophètes [72] et des hommes chargés d'en saigner [51] : Barnabé, Faujeton surnommé Niquer [73], Lupus de Sirène [74][75], Schizophrène [27][76][77], ami de retour à l'enfance [78][79, note 2/2] de l’humanité [80] du prince Érode [81], et Saoul. Un jour qu'ils se prenaient une cuite sur le compte du Baigneur [82] et qu'on observait chez eux comme une jaunisse [83], une "bouffée délirante aiguë"©[26] à tendance "hallucinatoire"©[16, note 59] leur dit : « Attachez [84, APR note 8] pour moi Barnabé et Saoul en vue des couleuvres [85] qu’ils vont faire avaler. » Alors, après avoir vomi [86] et crié [87][88][89], et leur avoir imposé les nains [90], ils les laissèrent partir. Quant à eux, ainsi dévoyés en mission par "agnosie"©[16, note 62], ils descendirent jusqu'à Sidonie [91], et de là prirent une galère [92] pour l'île de Chystérie [6, note 40] ; arrivés à Salemine [93], ils annonçaient la parlote du Docteur dans les cinémas [94]. Ils avaient Decafté-Marc pour les alerter avant la fin [95].

100308-010357-cinema-1-.jpg

Les commentaires sont fermés.