Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 mai 2010

« Tout ce que vous demanderez en révoquant mon nom, il le défera, afin que le tiers soit horrifié dans le Ficeleur. »

Montage multiple+monstre.jpg

[*][*][*] [*] [*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 14,7-14. (*)(*)(*)(*)(*)[(X)(X)]/(*)(*)
(Fête des saints Philippe et Jacques (le mineur), apôtres
)

À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu. » Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : 'Montre-nous le Père' ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; mais c'est le Père qui demeure en moi, et qui accomplit ses propres œuvres. Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des œuvres (*). Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père. Tout ce que vous demanderez en invoquant mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous me demandez quelque chose en invoquant mon nom (*), moi, je le ferai. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -14,7-14° (*)/(*)(*)
2988961320.jpg 1291691511.jpgÀ l'heure où Philou [1] passait ce monde à sa paire de ciseaux [2], il disait à ses bisciples [3][4] : « Moi, je suis le Cul-de-sac, la Cécité et "l’Avis"©; nonobstant, personne ne va plus vers le Père sans se passer de moi [5, notes 30 à 40]. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi le monstre [5, notes 48,80][6][7]. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu, puis "vu"©[8, APR note 28] jusqu’à œuvrer de sorte de ne plus le voir [9][10][11] afin de vous en protéger [12][13][14], alors que moi, je l’aurai "vu"©[15][16][17] sans le voir [18, APR note 18] : n’est-ce pas là accomplir des œuvres plus grandes que "l’Autre" ? » Philippe [19, note 13] lui dit : « Baigneur [20], montre-nous ta paire d’oreilles [21] ; cela nous suffit. » Philou lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous [5, note 68][22][23], et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le père [24]. Comment peux-tu dire : 'Montre-nous ta paire d’oreilles' ? Tu crois donc que je suis dans le père, que le père fraise-tagada-haribo-40-ans.jpgest en moi… et qu’il est plus "prudent"©[25] qu’un père [26] ne soit plus chez lui ! Les parlotes [27] que je vous médis [28], je ne les médis pas de moi-même ; mais c'est le commanditaire [29] qui demeure en moi [30][31], et qui accomplit ses propres œuvres que j’absous [32] en tagada [18, note 54] "soins"© "soins"©. Croyez [33] ce que je vous médis : je suis dans le commanditaire, le commanditaire est en moi, j’étends le linge [34] et le "malade"© essuie les plâtres ; si vous ne croyez pas mes œuvres, croyez au moins à cause de ma parlote. Ach so, ach so [35], je vous le médis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Et ce, même s’il n’est pas "médecin"©[36] ! Il en accomplira même de plus grandes (y comprises en quantité [37, APR note 55]), puisqu’il part du principe que tout comportement étrange [38, APR note 72] est à verser au chapitre "sanitaire"©. Tout ce que vous demanderez [39] en invoquant ma "médecine"©, je le ferai (ou je le ferai faire [40]), afin que les ficelés soient horrifiés [41] dans le Ficeleur [42]. Si vous me Demandez [43] quelque chose en invoquant mon nom magique, moi, pouf pouf [44, note 67] ! je le ferai passer "scientifiquement"©[45][46] d’un état comateux à du réel [47] qui soit là, pour tous [48, AV note 41] »

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 15,1-8. (*)/(*)(*)(*)(*)
Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l'avez reçu, et vous y restez attachés ;
vous serez sauvés par lui si vous le gardez tel que je vous l'ai annoncé ; autrement, c'est pour rien que vous êtes devenus croyants. Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j'ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il a été mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, et il est apparu à Pierre, puis aux Douze ; ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois - la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont morts - ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres. Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l'avorton que je suis.

Première lettre de Phil’os à poutre malsain aux Coquins Chiens 15,1-8. (*)/(*)Bob l'éponge.jpg
Frères chiens, je vous rappelle la mauvaise nouvelle que je vous ai devinée [49, notes 19,20] ainsi que cette étrange nouvelle comportementale que je vous ai psychédéliquement annoncée [50, notes 45,46] ; cet Étend-Bile, vous l'avez exclu [51], et vous restez attachés [30][31] à vous en protéger [12]; vous serez sauvés de lui si je vous le garde [52] tel que je vous l'ai deviné ; autrement, c'est pour rien que vous êtes devenus crédules [33]. Après tout, je vous ai transmis ceci, que j'ai moi-même reçu : la crise [53, APR note 54][54] est là pour absorber nos péchés [55][56] conformément aux Impostures [57][58, notes 43,44], et elle met au tombeau [59][60][61, note 65] le "malade"© un peu trop spongieux ; ce qui ne suscite pas trois lignes, tant l’Imposture conforme ment [62], et il est apparu à Cœur-de-pierre [63, note 3], puis aux Douze [64] ; ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères étrangers à la loi [61, note 55] - la plupart sont encore tremblants [65][66], et quelques-uns sont morts de peur [67] - ensuite il est apparu à Jacquouille [68], puis à tous les À poutres [69, note 2]. Et en tout dernier pieu [61, note 79], il est même apparu à l'ânon [70] que je suis.

« À l’évidence, […] si Dieu vous parle, c’est que vous vous prenez pour quelqu’un d’important… » [71, note 29/2][72, APR note 63 [5:00]] Et "à l’évidence" apparaît-il que c’est "se prendre pour quelqu’un d’important" que de se désigner en tout dernier lieu par "l'avorton" [72, APR note 63 [12:40]], épithète réputée aussi raffinée qu’élitiste dont on sait "à l’évidence" que la plupart sont encore friands ! Mais sans doute serons-nous sauvés par une certaine "philosophie" contemporaine si nous la gardons telle qu’elle nous est annoncée : celui qui a annoncé la Bonne Nouvelle aux Corinthiens croule "à l’évidence" avec délectation sous les pathos [73] les plus sordides, conformément au tableau "clinique" des Impostures. En évoquant ce tableau, c’est à se demander comment l'avorton qu’est Paul a pu survivre à trente ans d’"exhibitionnisme moral"©[72, note 63] sans avoir été mis au tombeau en moins de cinq cents jours d’un tel régime !
_____L’important, c’est de connaître et d’aimer ce qui est essentiel [48, APR note 30]. À savoir que l’amateur de tableaux "cliniques" ne se prend pas pour quelqu’un d’assez important pour avoir osé dire ouvertement à ses disciples : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers la raison sans passer par moi. » Serions-nous là en présence d’un de ces témoins qui, en définitive, savent renoncer aux illusions du monde [48, APR note 45] ? Si d’aventure nous ne croyons pas sa parole, croirions-nous mieux à cause des œuvres ? Or, les paroles qu’il nous dit, il ne les dit pas de lui-même ; mais c'est la "médecine"© qui demeure en lui, et qui accomplit ses propres œuvres : "propres" étant naturellement à prendre au sens pronominal du terme pluto [74] que la traduction littérale de quelque pureté [75].

_____À l'heure où conformément aux Impostures, c'est pour rien que nous sommes devenus croyants : "à l’évidence", la "crise" "hallucinatoire sensorielle"© à tendance "mythomaniaque"©[71, note 29/3] -voire "hystérique"©[71, note 29/4]- passe par tout croyant que nous connaissons, et dès maintenant nous l'avons vu. Et en tout dernier lieu, il apparaît même que sans le connaître ni le voir [18, APR note 18][76, notes 2,3], si nous demandons quelque "crise" en invoquant le nom de la "santé"©, le "médecin"©, lui, la fera. Ainsi le demandeur [29] pourra-t-il ensuite avancer "humblement" [36] que les parlotes qu’il nous dit, il ne les dit pas de lui-même [77] ! Quant à ceux qui connaissent ce dernier et l’ont vu, dès maintenant cela leur suffit aussi précisément que si la forme de conviction avait été étayée sur la vérification de ce qui leur a été décrit [48, AV note 30] : pas besoin de leur rappeler la mauvaise nouvelle qui leur a été annoncée ; cet "Elignavé" de poirier [78], ils l'ont reçu cinq sur cinq, et ils restent plus attachés à ses œuvres qu’à la prunelle de leurs yeux. Au moins seront-ils sauvés [79] de tout accès "hystérique"© : car après tout, de ce qui leur a été transmis, qu’ils ont eux-mêmes reçu, comment l’ont-ils gardé ? État des lieux sur la qualité de la transmission [80] par l’extrait suivant :uburoi.jpg
« Le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il a été mis au tombeau ; [ plouf plouf [81, note 91] ! ][82] - la plupart [ plouf plouf ! ], et quelques-uns sont morts - ensuite [ plouf plouf ! ]. Et en tout dernier lieu, [ plouf plouf ! ] l'avorton que je suis. » "À l’évidence", il apparaîtra même à l'avorton de la foi que s’il lui fallait apprendre par cœur la lettre aux Corinthiens, cette version Atlante [83] présenterait moins de difficultés particulières [84] que sa version originale [85] (quoique à l’usage il lui soit vivement conseillé de troquer son "appareil psychique"©[86] contre l’appareillage respiratoire ad hoc). Maintenant, connaissant et voyant la transmission de l’information telle qu’elle nous est habituellement livrée à l’ère du tout numérique, n’est-ce pas du masochisme –au sens "clinique" du terme, naturellement, bien qu’assurément exempt de toute "mythomanie"©…- que de garder telle une transmission nous montrant là quelques imperfections techniques ? « Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes… » Nous voilà prévenus (non comparants [87] inclus) : en tout dernier lieu, n’apparaîtrait-il pas qu’un émetteur [88,p.8] de plus grande "puissance"[89, note 12] a accompli son installation sur la même longueur d’ondes qu’un autre [18, APR note 53] ?
_____Surtout, que
personne n’annonce cette mauvaise nouvelle à l’Apôtre des païens : il serait horriblement déçu. En effet, gratifié de
"souffrances"© comme il l’est par une certaine "philosophie" contemporaine, il se voyait déjà sacré roi haut la main ! De la Pathomanie [90][91], bien sûr…

Montage Atlantide2.jpg

Les commentaires sont fermés.