Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 mai 2010

« Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez ! »… dit le Docteur des uns pour les autres.

Montage lesunslesautres.jpg

[*][*][*][*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,12-17. (*)(*)(*)|(*)(*)[(X)(X)]/(*)
À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître ; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l'accordera. Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -15,9-11° (*)
.petits_mensonges_entre_amis_m.jpgÀ l'heure où Philou passait ce monde à sa paire de ciseaux, il disait à ses bisciples [1] : « Mon commandement [2, notes 9,10], le voici : "Soignez"©-vous les Huns les ogres comme je vous ai "soignés"©[3]. Il n'y a malheureusement pas d’amour plus extraordinairement vague [4, APR note 30] que de donner son "avis"©[5][6][7][8] à ses amis bien-portants [9, notes 8, 17/2]. Vous êtes mes amis si vous défaites les tuiles [10] que je vous commande. Je ne vous appelle pas "malades"© mais rabatteurs [11], car il est plus "prudent"©[12] que le gibier [13] "malade"© ignore ce que veut faire son maître [14], ses "troubles rendant malheureusement impossible son consentement"©[15, APR note 6][16, notes 60 à 65] ; maintenant, je vous appelle mes amis (à charge pour vous d’appeler ensuite les pompiers [17][18]…), car de tout ce que j'ai appris de mon père [19], je vous ai fait connaître ce que vous pouviez comprendre sans être "médecins"©[20]. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous fassiez partir [21], que vous donniez des dizaines de milliers de fruits [17, notes 39,40], et que vos fruits soient demeurés. Alors, tout ce que vous demanderez aux vipères [18][19, APR note 27][20] en mon nom [21][22][23], étant sous hypnose "médicale"©[24][25] elles vous l'accorderont. Ce que je vous commande, c'est de vous "protéger"©[26][27] les uns des autres. »

Livre des Actes des Apôtres 15,22-31. (*)
Les Apôtres et les Anciens, décidèrent, avec toute l'Église, de choisir parmi eux des hommes qu'ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C'étaient des hommes qui avaient de l'autorité parmi les frères : Jude (appelé aussi Barsabbas) et Sila. Voici la lettre qu'ils leur confièrent : « Les Apôtres et les Anciens saluent fraternellement les païens convertis, leurs frères, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie. Nous avons appris que quelques-uns des nôtres, sans aucun mandat de notre part, sont allés tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi. Nous avons décidé à l'unanimité de choisir des hommes que nous enverrions chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul qui ont consacré leur vie à la cause de notre Seigneur Jésus Christ. Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit :
L'Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d'autres obligations que celles-ci, qui s'imposent :
vous abstenir de manger des aliments offerts aux idoles, du sang, ou de la viande non saignée, et vous abstenir des unions illégitimes. En évitant tout cela, vous agirez bien. Courage ! »
Alors on invita les messagers à se mettre en route, et ils se rendirent à Antioche. Ayant réuni l'assemblée des fidèles, ils communiquèrent la lettre.
À sa lecture, tous se réjouirent de l'encouragement qu'elle apportait.

Livre des Actes Déstabilisants 15,22-31. (*)/(*)
L
es À poutres et les En chiens [17, notes 55,56], décidèrent, avec toute la Mosquée [28][29, APR note 49], de choisir parmi eux des hommes qu'ils enverraient à Antimioche [30] avec Phil’os et Barnabé [31][32, APR note 67]. C'étaient des hommes qui avaient du chien [33] parmi les frères : Tune [34] (appelé aussi Bartabac les jours de grande soif [2, note 66]) et Siré (prédestiné à être protégé de toute intempérie [35]).Voici la lettre qu'ils leur confièrent afin qu’ils la montrent au Docteur [36] : « Les À poutres et les En chiens saluent paternellement [19]les pas chiens invertis [17, notes 56 à 59] en de multiples races [37, note 47], leurs frères, qui nichent [38] à Antimioche, en Scierie [39, APR note 37] et en Schizophrénie [40, note 19]. Nous avons appris que quelques-uns des nôtres, sans aucun mandat de notre part, sont allés tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désaboi [40, note 45][41]. Le trouble, oui : c’est parfait ; mais le désaboi, NON ! Aussi avons-nous décidé à l'unanimité des bien-portants de choisir des hommes que nous enverrions chez vous, avec nos frères bien-"soignants"© Barnabé et Phil’os qui ont consacré leurs "avis"© à la cause de notre Baigneur [42] Philou en crise. Nous vous dévoyons [43] donc Tune et Siré, qui vous confirmeront de vive voix (après que vous ayez écarté vos "malades"©[44], les "troubles"© qui les affectent leur en rendant malheureusement la comprenette impossible) ce qui suit :

Medipoubelle.jpgL
es chasseurs d'Esprit Saint [2, notes 33 à 35] et nous-mêmes avons décidé de faire peser sur vous d'autres obligations  qui sont celles-ci [45], et qui s'imposent sur des "revenants" [46, notes 55,56] : vous abstenir de récriminer [23, notes 17,18] lorsque vous êtes rongés de"médicaments"©[17,im.6][47] offerts aux idoles [48][49], de verser le sang du bien-portant si vous n’avez pas ouvert votre fermeture éclair [50], ou de consommer de la viande non "soignée"©, et vous abstenir à tout prix des unions illégitimes, dont les plus monstrueuses [51, APR note 78] sont essentiellement celles qui osent encore exister entre "malade"© et bie
626817_JRVYKQ5VWOMZD38PWSAJXJW6F5CLKP_la-tigresse-adoptant-un-petit-cochon_H224306_L.jpgn-portant [2, notes 46 à 50]. (Or, l’important, n’est-ce pas de connaître et d’aimer ce qui est essentiel ? Ce sans quoi nous allons nous étioler ; ou ce sans quoi nous n’allons pas, finalement, assumer de façon heureuse le dessein qui est le nôtre [4, APR note 30]) En évitant tout cela -à commencer par vos "malades"© les plus affreux [52][53]-, vous agirez "bien"©[54]. Bourrage de cr Courage ! »
Alors on invita les messagers à se vider les soutes, et ils rendirent
[55, note 18/2][56][57][58] à Antimioche. A
yant réuni [59, APR note 20] l'assemblée des attelés [51, note 48], ils communiquèrent la lettre… établissant par là qu’ils avaient choisi de carburer à la pathessence [60]. À la lecture de leur jauge, tous se réjouirent de l'encouragement qu'elle apportait. Il est vrai qu’ils ignoraient ce que venait faire l’aiguille d’un autre cadran : celle du jalousimètre [61].

france-monte-zone-rouge-L-1.jpeg

___________________________

Dernière minute

Il se murmure que l’enfer aurait été localisé : à l'heure où nous mettons sous presse, nous avons appris que l’homme qui en est revenu -par miracle !- est doté de la force des témoins qui, en définitive, savent renoncer aux illusions du monde [4, APR note 45]. En effet, sa forme de conviction est étayée sur la vérification de ce qu’il a décrit [4, AV note 30] comme étant le commandement d’en bas. Ce commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme [62, APR note 5] les bien-portants ont aimé les "malades"©[63]. Il n'y a pas de doute possible : l’enfer a bel et bien été localisé…

une-nuit-en-enfer.jpg

Commentaires

merci de m'envoyer les commentaires regulierement

Écrit par : emma Pasteur | dimanche, 01 juillet 2012

Rien de plus simple, Emma : je me suis permis de rajouter votre adresse à la mail-liste de la newsletter. Moyennant quoi, vous ne devriez rien rater. Merci de votre visite !

Écrit par : Michel | dimanche, 01 juillet 2012

Les commentaires sont fermés.