Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 mai 2010

Je vous l’ai dit comme encensement, parce que j’étais avec vous.

Montage mammouth.jpg

[*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,26-27.16,1-4. (*)|(*)(*)(*)[(X)(X)]/(*)
À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d'auprès du Père, lui, l'Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement. Je vous dis tout cela pour que vous ne risquiez pas de tomber. On vous exclura de la synagogue. Et même, l'heure vient où tous ceux qui vous tueront s'imagineront offrir ainsi un sacrifice à Dieu. Ils le feront parce qu'ils ne connaissent ni le Père ni moi. Mais voici pourquoi je vous dis tout cela : quand cette heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l'avais dit. Je ne vous l'ai pas dit dès le commencement, parce que j'étais avec vous. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -14,23-29° (*)/(*)
À l'heure où Philou passait [ la marche arrière ? hélas, bien qu’à l’usage d’un devin [1] elle n’a pas été prévue [2] : un comble ! ] ce monde à sa paire de ciseaux, il disait à ses bisciples [3] : « Quand viendra le défenseur [4, notes 63 à 66], que vous nous dévoierez [5] en mon nom Montage trou.jpgd'après mon commanditaire [6, note 29], lui, l'esprit de cécité [7] qui procède [8, APR note 13] lui-même de son commanditaire, il rendra témoignage [9] en sa faveur. Et vous aussi, vous rendrez témoignage [10], vous qui êtes avec moi depuis le commencement [11]. Je vous dis tout cela pour que vous ne risquiez pas de tomber à la place de ceux que vous ferez tomber [12][13] : vous êtes trop fragiles [14] pour le supporter [15]. Vous exclurez [16] de la synagogue des bien-portants afin de remplir à saturation celle des "malades"©[17, note 21] par un étonnant phénomène de vases [18] "incommunicants"©[19]. Et même, l'heure vient où tous ceux que vous tuerez à petit feu [20, notes 27 à 29] s'imagineront offrir ainsi un sacrifice à la santé pour avoir eux-mêmes la paix [21, notes 15 à 17]. Ils le feront parce qu'ils ne connaissent ni le père [22] ni moi depuis que je leur ai fait savoir que l’important, c’était de ne connaître et de n’aimer que ce qui est essentiel : ce sans quoi ils allaient s’étioler [23, APR note 30]. Et voici pourquoi je vous médis [24] tout cela : quand cette heure sera venue, vous préférerez ne pas vous souvenir [25] que je vous l'avais médit. En effet, sinon que faire de vos "malades"©[26], et comment iriez-vous, finalement, assumer de façon heureuse le dessein qui est le vôtre [23, APR note 30] si vous ne pouviez plus disposer à volonté d’un tel cheptel [27, note 72] en votre faveur ? Je ne vous l'ai pas dit dès le commencement, parce que j'étais avec vous… et que, "prudent"©[28], je ne voudrais pas risquer de tomber : qui resterait-il alors pour tirer les ficelles [29][30] ? »

Livre des Actes des Apôtres 16,11-15. (*)
Avec Paul, nous avons pris le bateau à Troas, et nous avons gagné directement l'île de Samothrace, puis le lendemain Néapolis, et ensuite Philippes, qui est une cité romaine, la première de cette région de Macédoine. Nous avons passé là quelques jours et, le jour du sabbat, nous sommes allés hors de la ville, au bord de la rivière : nous pensions y trouver l'endroit où les Juifs venaient prier. Nous nous sommes assis, et nous avons parlé aux femmes qui étaient réunies. Il y avait parmi elles une certaine Lydia, une commerçante en tissus de pourpre, originaire de la ville de Thyatire, qui adorait le vrai Dieu. Elle nous écoutait, car le Seigneur lui avait ouvert l'esprit pour la rendre attentive à ce que disait Paul. Elle se fit baptiser avec tous les gens de sa maison, et elle nous adressa cette invitation : « Puisque vous avez reconnu ma foi au Seigneur, venez donc loger dans ma maison. » Et nous avons été forcés d'accepter.

Livre des Actes Déstabilisants 16,11-15. (*)|(*)
Avec Phil’os [31], nous avons pris la galère [32] à Croas [33, notes 61,62], et nous avons gagné directement l'île d’Amas deraces [34, note 37], puis le lendemain Néarallonge [21, note 84], et ensuite Bip-Bippes [35,im.5], qui est une cité de juges [36,im.3], la première de cette région de Dalmatie [33, note 63]. Nous avons passé là quelques ours [37,im.5] à la moulinette [38] et, la nuit du çavapadutou [39], nous aussi sommes allés hors de la ville, au fond du lac [40] : nous pensions y trouver l'envers [41] où les Snifs [42] venaient crier [43][44][45]. Nous nous sommes couchés, et nous avons parlé aux femmes qui étaient réunies [46, notes 71 à 95]. Il y avait parmi elles une certaine Nadynia [47], une commerçante en tissus de mensonges [48][48bis][49], originaire de la ville de Thyatiredézennui (jumelée [50], comme il se doit, avec Jémalpartou [51]), qui adorait les faux derches [52][53]. Elle nous écoutait, car le Baigneur [54] lui avait fermé le cœur [55] pour la rendre compulsive à ce que disait Phil’os. Elle se fit rebaptiser [56][57] avec tous les gentils lapins [58] de son terrier [59], et elle nous adressa -par basset [60] interposé- cette invitation [61][62] : « Puisque vous avez reconnu ma crédulité [63] au Baigneur, venez donc m’aider [64] à déloger quelqu’un de sa maison [65]. » Et, afin de répondre à la demande [66], nous avons été forcés d'accepter de forcer la porte [67][68] de quelqu’un qui ne l’a jamais accepté.

Montage nadynia.jpg

Les commentaires sont fermés.