Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 mai 2010

J’aurais encore beaucoup de farces à vous dire, et pour l’instance vous avez le porteur mais pas la loi.

Montage deltafarce.jpg

[*][*][*][*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 16,12-15. (*)/(X)(X)/(*)
À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « J'aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l'instant vous n'avez pas la force de les porter. Quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu'il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu'il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -16,12-15° (*)
Robot mixer.jpgÀ l'heure où Philou [1] passait ce monde dans son mixer [2,im.3][3] [ d’où la force des témoins qui, en définitive, savent mieux que jamais renoncer aux illusions [4, APR note 45] de toute marche arrière [5, notes 1,2]… ], il disait à ses bisciples [6] : « J'aurais encore beaucoup de choses à vous médire [7], mais pour l'instant vous êtes trop fragiles [8] -et pas assez "médecins"©[9]- pour les porter [10] : laissez donc cela à vos "malades"© puisque telle est leur fonction salvatrice [11][12][13, note 72]. Quand il viendra, lui, l'esprit de cécité [13][14], il vous guidera [15] partiellement à leur propos [16] vers la "vérité pathologique"©[17][18] toute en[19][20][21].la-redoute.jpg En méfait [22], ce qu'il dira ne viendra pas de lui-même : il redira "scientifiquement"©[4, AV note 41][23][24] et sans peine tout ce qu'il aura entendu (à l’exclusion du "malade"© lui-même [25, notes 2,3], ses malheureux "troubles rendant impossible"©[26, notes 15,16] tout affrontement "examen"© direct ; [ NB du "traducteur" : l’"examen"© reste néanmoins -ce qui est là une manière de parler [5,im.3]- "clinique"© : vous imaginez le tableau [21, APR note 73] !...] ; et ce qui va advenir [27][28], il vous le fera connaître. Il vous terrifiera [29][30][31, note 29], car il reprendra ce qui vient de mon commanditaire [21, note 29] pour vous le faire connaître. Tout ce qui appartient au commanditaire le met aux abois [32] et je ne REDOUTE pas d’en habiller le "malade"©[33] par correspondance [34][35][36][37] [ NB du "traducteur" : l’"examen"© ne précise pas QUI [38, AV note 123] fournit le catalogue… ] ; voilà pourquoi je vous ai médit [21, note 28] : Il reprend ce qui vient de mon commanditaire (à l’exclusion des sous-vêtements pour d’évidentes [21, APR note 72] raisons d’hygiène) pour vous le faire connaître. Ce sans quoi vous allez vous étioler [4, APR note 30] »

Livre des Actes des Apôtres 17,15.22-34.18,1. (*)
Les frères qui escortaient Paul l'accompagnèrent jusqu'à Athènes. Quand ils s'en retournèrent, Paul les chargea de dire à Silas et à Timothée de le rejoindre le plus tôt possible. Alors Paul, debout au milieu de l'Aréopage, fit ce discours : « Citoyens d'Athènes, je 800px-Tombe_du_soldat_inconnu.jpgconstate que vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux. En effet, en parcourant la ville, et en observant vos monuments sacrés, j'y ai trouvé, en particulier, un autel portant cette inscription : 'Au dieu inconnu'. Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer. Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu'il contient, lui qui est le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite pas les temples construits par l'homme, et ne se fait pas servir par la main des hommes. Il n'a besoin de rien, lui qui donne à tous la vie, le souffle et tout le reste. À partir d'un seul homme, il a fait tous les peuples pour qu'ils habitent sur toute la surface de la terre, fixant la durée de leur histoire et les limites de leur habitat ; il les a faits pour qu'ils cherchent Dieu et qu'ils essayent d'entrer en contact avec lui et de le trouver, lui qui, en vérité, n'est pas loin de chacun de nous. En effet, c'est en lui qu'il nous est donné de vivre, de nous mouvoir, d'exister ; c'est bien ce que disent certains de vos poètes : Oui, nous sommes de sa race. Si donc nous sommes de la race de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité ressemble à l'or, à l'argent ou à la pierre travaillés par l'art et l'imagination de l'homme. Et voici que Dieu, sans tenir compte des temps où les hommes l'ont ignoré, leur annonce maintenant qu'ils ont tous, partout, à se convertir. En effet, il a fixé le jour où il va juger l'univers avec justice, par un homme qu'il a désigné ; il en a donné la garantie à tous en ressuscitant cet homme d'entre les morts. »
Quand ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns riaient, et les autres déclarèrent : « Sur cette question nous t'écouterons une autre fois. » C'est ainsi que Paul les quitta. Cependant quelques hommes s'attachèrent à lui et devinrent croyants. Parmi eux, il y avait Denis, membre de l'Aréopage ; il y eut aussi une femme nommée Damaris, et d'autres avec eux. Après cela, Paul partit d'Athènes pour se rendre à Corinthe.

_____Sur cette question de résurrection des morts, comme sur tout le reste, même des hommes particulièrement religieux peuvent en rire… ou écouter une autre fois ; manière polie de l’ignorer afin de ne pas avoir à se convertir : de vivre, de se mouvoir, d'exister selon l'art et l'imagination de l'homme, sans plus chercher Dieu. Mais pour l'instant la force de porter l’essai d'entrer en contact avec lui et de le trouver est aux abonnés absents.

_____Cependant quelques hommes –hors sadducéens [39]- s'attachent néanmoins à cette question et deviennent croyants. Parmi eux, qui, en vérité, n'est pas loin de… l’issue de secours [40], s'attachant tout aussi résolument à fixer la durée de son histoire et les limites de son cinéma [41] ? Quand il vient, lui, l'Esprit de vérité, reprenant ce qui vient de Jésus pour leur faire connaître, Le reconnaissent-ils ? En effet, en observant quelques mouvements spontanés de repli, n'y trouve-t-on pas, en particulier, un léger amalgame entre le registre du drame sentimental et celui de l’épouvante ? C’est qu’à partir d'un seul homme, (portant cette inscription : 'Au docteur reconnu'), nous ne sommes plus de la même race [42, note 18/2]. Ce qui va également jusqu’à limiter l’habitat [43] ; les "lois"©[44, note 15][45] étant faites pour chercher le Docteur et essayer d'entrer en contact avec lui et de le trouver, lui qui, en vérité, n'est pas loin de chacun de nous. Pourtant, quand on entend parler d’obligation d’empoisonnement [46,im.6] des "soins"©, personne ne rit : la farce ne serait-elle pas bonne ? Question de recette [47], sans doute

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

Les commentaires sont fermés.