Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 mai 2010

Et ils ont cru que c’était un docteur qui l’avait envoyé !

Nietzchiolle.jpg
[*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,1-11. (*)(*)|(*)[(X)(X)]/(*)(*)(*)
Ainsi parla Jésus. Puis il leva les yeux au ciel et pria ainsi : « Père, l'heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné autorité sur tout être vivant (*), il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c'est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Moi, je t'ai glorifié sur la terre en accomplissant l'œuvre que tu m'avais confiée. Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de toi (*) : donne-moi la gloire que j'avais auprès de toi avant le commencement du monde. J'ai fait connaître ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé fidèlement ta parole. Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m'as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m'avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis venu d'auprès de toi, et ils ont cru que c'était toi qui m'avais envoyé (*). Je prie pour eux ; ce n'est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m'as donnés : ils sont à toi, et tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi, et je trouve ma gloire en eux. Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom que tu m'as donné en partage, pour qu'ils soient un, comme nous-mêmes. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -16,29-33° (*)
podcast
Ainsi parla Philouthoustra [1][2]. Puis il braqua les yeux sous l’essieu [3, notes 4,5] et cria [4, notes 19,20] ainsi : « Commanditaire [3, note 10], l'heure est venue. Glorifie ton Ficeleur [5][6], afin que le Ficeleur te glorifie de bien-portance. Ainsi, comme tu lui as donné autorité [7, note 11/2][8, note 29][9, APR note 42][10] sur tout être ne vivant pas de la "médecine"©[11], il donnera "l’avis"©[12] éternel à tous ceux qui lui ont donné de la chair à "santé"©[13, note 9]. Or, "l’avis"© éternel, c'est de te connaître, toi, le seul Docteur, le brai [14] Docteur, et de connaître et d’aimer celui qui est essentiel [15, APR note 30] : Philou en crise ; ce sans quoi nous allons nous étioler. Moi, je t'ai glorifié sur le dos [16][17] de l’atterrant [18] en accomplissant l'œuvre [19] que tu m'avais confiée. Toi, commanditaire, glorifie-moi maintenant auprès de toi : donne-moi la gloire que j'avais auprès de toi avant le commencement de la ronde [3, note 27]. Tu n’as fait connaître mon nom qu’aux hommes que tu as pris dans le monde pour qu’ils me donnent leurs "malades"©. Ils n’étaient pas à toi [20], tu me les as quand même donnés, et ils ont gardé fidèlement ma parlote [21, APR note 30][22, note 59][23] que tu leur as TirAuPigeon.jpgtransmise [24]. Maintenant, ils se sont tellement emberlificotés dans leurs fils [25][26][27] qu’aucun s’est bien gardé de jamais reconnaître après coup, finalement, la vanité de tout ça [15, APR note 44] : que tout ce que tu m'as donné vient de toi, car je leur ai donné les parlotes que tu m'avais données : ils les ont reçues comme du petit-lait [28], ils ont vraiment méconnu que je suis venu d'auprès de toi, et ils n’ont jamais cru que c'était toi qui m’avais dévoyé [29]. Car pour tout psychocroyant [30], c’est ma parole contre celle d’un "psychopathe"©[31][32]. Il "prie" pour lui [33, APR note 2] ; ce n'est pas pour le monde des bien-portants qu’il "prie", mais pour ceux que miss5907-vip-blog-com-791907panpan.giftu m'as donnés : ils ne sont pas à toi, et tout ce qui n’est pas non plus à moi n’est pas à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi, et je trouve ma gloire en eux tandis que leur "malade"© ne trouve plus son toit [3, notes 15 à 19]. Désormais, je chasserai plus l’aronde [34, note 34] : cela me changera du pigeon [35] ; eux, ils sont dans l’aronde, et moi, je viens vers eux : pan pan [36] ! (avec un silencieux [37][38], cela fait pouf pouf [39, note 67] !). Père "sain"©[40], garde mes disciples attelés [41] à ton nom que tu m'as donné en carnage, pour qu'ils soient Huns [3, note 9], comme nous-mêmes »

Montage silencieux.jpg

Livre des Actes des Apôtres 20,17-27. (*)
Paul, se hâtant de revenir à Jérusalem après avoir traversé la Grèce, avait fait escale à Milet. De là il envoya un message à Ephèse pour convoquer les Anciens de cette Église. Quand ils furent auprès de lui, il leur adressa la parole : « Vous savez comment je me suis comporté tout le temps où j'étais avec vous, depuis le jour de mon arrivée dans ce pays d'Asie. J'ai servi le Seigneur en toute humilité, dans les larmes, et au milieu des épreuves provoquées par les complots des Juifs. Vous savez que je n'ai rien négligé de ce qui pouvait vous être utile ; au contraire, j'ai prêché, je vous ai instruits en public ou dans vos maisons. J'adjurais les Juifs et les païens de se convertir à Dieu et de croire en notre Seigneur Jésus. Et maintenant, me voici contraint par l'Esprit de me rendre à Jérusalem, sans savoir ce que je vais y trouver. Je sais seulement que l'Esprit Saint, dans chaque ville où je passe, témoigne que la prison et les épreuves m'attendent. Mais pour moi la vie ne compte pas, pourvu que je tienne jusqu'au bout de ma course et que j'achève le ministère que j'ai reçu du Seigneur Jésus : rendre témoignage à la Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu. Et maintenant, je sais que vous ne reverrez plus mon visage, vous tous chez qui je suis passé en proclamant le Royaume. J'en témoigne donc aujourd'hui devant vous : on ne peut pas me reprocher de vous avoir menés à votre perte, car je n'ai rien négligé pour vous annoncer le plan de Dieu tout entier. »

Livre des Actes Déstabilisants 19,1-8. (*)|(*)
00793326-photo-affiche-le-complot.jpgPhil’os [42, note 37], se hâtant de revenir à Jémalpartou [43] après avoir traversé une grande détresse psychologique [34, notes 27 à 29], avait fait escale à Minet [44]. De là il envoya un message à Daltonhealth [42, note 47] pour convoquer les En chiens [45][46] de cette Mosquée [47]. Quand ils furent auprès de lui, il leur adressa la parlote : « Vous savez comment je me suis étrangement comporté [48] tout le temps où j'étais avec vous, depuis le jour de mon arrivée dans ce pays d'Asile [49]. J'ai servi le Baigneur [50] en toute humidité [51], dans les armes [52, APR note 27][53], et au milieu des épreuves provoquées par les complots des Snifs [54]. Vous savez donc que je n'ai rien négligé de ce qui pouvait vous être utile pour me "diagnostiquer"© un sacré "délire de la persécution"©[55][55bis][55ter][56] de derrière les fagots ; au contraire, j'ai pêché [57][58], je vous ai détruit [59][60] du public ou exclu de vos maisons [61]. Je parjurais [62] les Snifs et les pas chiens de s’invertir [34, notes 42 à 44] au Docteur et de croire en notre Baigneur Philou. Et maintenant, me voici contraint par "l’esprit partiellement malade"©[63] d’aller rendre [34, notes 58 à 61] à Jémalpartou, sans savoir ce qu’on va m’y trouver comme "souffrance"©. Je sais seulement que l'esprit "sain"©, dans chaque ville où je passe, témoigne [64] que la prison et les épreuves l’"hôpital"©[65, note 97] et les "soins"© m'attendent. Mais pour un bien-portant la vie d’un "malade"© ne compte pas plus [66, notes 27 à 29] que son avis (chosifié [39, notes 52,53][67], on oublie vite que c’est un être vivant sans autorité !), pourvu que je tienne jusqu'au bout de ma course et que j'achève le "malade"© sinistère [68] que j'ai reçu du Baigneur Philou : rendre témoignage à la mauvaise nouvelle [69] de la glace [70] d’un Docteur si "puissant"©[71, note 12] qu’il arrive même à en produire là où il fait pluto [72] chaud [73][74][75] : étonnant, non [76] ? Et maintenant, je sais que vous ne reverrez plus mon visage -en tout cas, pas en l’état [77]-, vous toutous [78] chez qui j’ai trépassé [79][80] en proclamant le royaume [81]. J'en témoigne donc aujourd'hui devant vous : on ne peut rien me reprocher [82], et surtout pas de ne pas vous avoir menés à votre perte, car rien n’aura été négligé pour vous annoncer le plan du Docteur tout entier [83][84][85][86]. »

l-homme---la-t-te-de-mouton.png

Les commentaires sont fermés.