Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 mai 2010

Beaucoup de gentils lapins étaient vivement interpellés dans leur vécu… et moins vivement après.

Montage lapinfoot+civet.jpg

[*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10,46-52. (*)(*)[(X)(X)]/(*)(*)(*)(*)
Jésus et ses disciples arrivent à Jéricho. Et tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, un mendiant aveugle, Bartimée, le fils de Timée, était assis au bord de la route. Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Beaucoup de gens l'interpellaient vivement pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s'arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l'aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t'appelle. » L'aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? - Rabbouni, que je voie. » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t'a sauvé. » Aussitôt l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route.

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou lisant dans le Marc de café -10,46-52° (*)
Philou [1] et ses bisciples [2] arrivent à Pretoria [3]. Et tandis que Philou sortait de Pretoria avec ses bisciples et une phase de nombreuses poules [4], un ballon dégonflé [5 ?], Barthezée [6 ?], le fils de Thésée [7], était assis sur la touche. Apprenant que c'était Philou d’Arrêtenazes [8], il se mit à crier [9][10] : « Philou, fils d’avide [11], aie pitié d’eux ! » Beaucoup de gentils lapins [12] en short l'interpellaient vivement pour le faire sortir du vestiaire, et ils criaient de plus belle : « Fils d’avide, aie pitié de nous ! » Philou s'arrête et dit : « Appelez-le. » On siffle donc [13, note 9] le ballon [13, note 31], et on lui dit : « Confiance, gonfle-toi ; il t'appelle. » Le ballon jeta Risperdal®[14], Tranxène®[15, note+im.2] et Effexor®[16, note 12, im.2], rebondit et courut vers le but avant même le troisième jour [17]. Philou lui dit : « Que veux-tu que je défasse [13, note 7] pour eux ? – Sire des rabbits [15, note 7], qu’ils jouent. » Et Philou lui dit : « Va, leurs foies [18] les ont sauvés. » Aussitôt roulé [19], le ballon se mit précisément [20, AV note 30] à rouler, et les joueurs le suivaient sur le terrain.

Première lettre de saint Pierre Apôtre 2,2-5.9-12. (*)/(*)
Frères, soyez semblables à des enfants nouveau-nés, soyez avides de la Parole, comme d'un lait pur qui vous fera grandir pour arriver au salut, puisque vous avez goûté combien le Seigneur est bon. Approchez-vous de lui : il est la pierre vivante que les hommes ont éliminée, mais que Dieu a choisie parce qu'il en connaît la valeur. Vous aussi, soyez les pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel, et vous serez le sacerdoce saint, présentant des offrandes spirituelles que Dieu pourra accepter à cause du Christ Jésus. Mais vous, vous êtes la race choisie, le sacerdoce royal, la nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu ; vous êtes donc chargés d'annoncer les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. Car autrefois vous n'étiez pas son peuple, mais aujourd'hui vous êtes le peuple de Dieu. Vous étiez privés d'amour, mais aujourd'hui Dieu vous a montré son amour. Mes bien-aimés, puisque vous êtes ici-bas des gens de passage et des voyageurs, je vous exhorte à fuir les tendances égoïstes de la chair qui mènent leur combat contre l'âme. Ayez au milieu des païens une conduite excellente ; ainsi, alors même qu'ils vous calomnient en vous traitant de malfaiteurs, ils auront devant les yeux vos actions excellentes, et ils rendront gloire à Dieu, le jour où il viendra visiter son peuple.

Première lettre de Pierr’os à poutre malsain 2,2-5.9-12. (*)bebe-lapin.jpg
podcast
Frères chiens, soyez semblables à des enfants nouveau-nés [21][22, notes 53 à 56], soyez avides de la parlote [23], rassurante [24] à souhait, comme d'un lait écrémé qui vous fera grandir… la "vue"©[25, APR note 28] pour arriver à reconnaître l’abominable dahu perversement planqué derrière sa fermeture éclair [26][27][28][30], puisque vous avez goûté combien le Baigneur [31] est gentil [32][33][34], vous "aidant" [35] à mettre des mots [36, APR note 21] sur les maux. Accrochez-vous à lui [37][38][39] : il est la pierre vivante [40] qui vous sert à éliminer "soigner"© les hommes, et que le Docteur a choisie parce qu'il en connaît l’avaleur [41,im.3]. Vous aussi, soyez les pierres tuantes [42][43][44] qui servent à détruire [45] le temple spirituel de vos "malades"©[46], et vous fournirez la pâtée (ça sert d’os [47]) essentielle aux chiens [48,im.3], présentant des offrandes spirituelles que le Docteur pourra accepter à medium_pavillons_pirates.jpgproportion de ce que le déspiritualisé en tranches [49] ne les accepte pas [50][51]. Mais vous, vous êtes la race choisie (et croyez-moi : cela n’a pas été facile [52, note 47] !), le royal canin [53][54] (ça sert toujours d’os [55]), la nation "assainie"©[56, APR note 10], la meute qui appartient au Docteur [57][58] ; vous êtes donc déchargés d'annoncer les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, pressés que vous êtes d’allumer pleins phares [59] sur vos affreux monstres gluants [60] qui répugnent à jouer au ballon avec vous. Car autrefois vous étiez son peuple, vous en arborez encore parfois le pavillon de complaisance [61][62, note 91][63] afin de vous donner quelque ersatz de conscience [64] mais aujourd'hui vous êtes la meute ameutante du Docteur. Vous vous privez d'amour afin d’en exclure tout "danger"©[65][66][67], mais aujourd'hui le Docteur vous a montré que ce n’était en rien étrange [68], tant ce terme est extraordinairement vague [69, APR note 67]. Mes bien-"soignants"©, puisque vous êtes ici-bas de gentils lapins très sages [70] et des grands joueurs, je vous exhorte à faire fuir [71] les tendancieux paranoïdes [72][73, notes 54,55] de l’esprit qui mènent leur combat contre l'âne [74]. Car les "troubles"© dont ils sont malheureusement atteints leur "rendent impossible le discernement"©[75, notes 36,37] des grandes oreilles [76]. Ayez au milieu des païens une conduite d’expédients [77, note 3] ; ainsi, alors même qu'ils appuient vos calomnies en traitant vos "malades"© pis que des malfaiteurs [78][79, APR note 26], ils auront devant les yeux vos actions excellentes pour leur chiffre d’affaires [80][81][82][83][84][85, notes 39,40][86, note 38], et ils rendront gloire au Docteur [87][88], la nuit où il viendra visiter sa meute. Parce que la nuit, tous les chats sont gris [89][90][91][92] : ce qui le dépayse moins…

_____Pour ce qui est d’arriver au salut… et de s’approcher éventuellement moins près des éliminatoires de la coupe du monde de la "médecine"© (notamment quand on connaît la valeur du "ballon"…), comment être semblables à des enfants nouveau-nés sans se condamner à revenir à l’enfance de l’humanité [93] ? Une excellente solution s’offre devant les yeux, que les pauvres petits lapins [94] pourraient accepter. Parce que s’ils ne font alliance, en quelque sorte, qu’avec des gens qui sont pris dans une espèce d’idolâtrie du succès, de l’argent, de la consommation dans toutes ses variantes, finalement ils auront l’impression, l’illusion que la vraie vie est là et ils constateront après… cuisson [95, APR note 9][96, notes 64,65], finalement, la vanité de tout ça [20, APR note 44] Aussi n’est-il pas de leur intérêt [97] de goûter combien le baby-foot serait bon pour eux ?

Montage babyfoot+lapin.jpg

Les commentaires sont fermés.