Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 juin 2010

Car tous, ils sont pris dans leur superglu, et elle, elle a pris sur leur intelligence : elle a tout pris, tout ce qu’ils avaient pour givre.

Montage glu.jpg
[*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 12,38-44. (*)|(*)(*)(*)(*)(*)(*)|(*)/(*)(*)(*)
Dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à sortir en robes solennelles et qui aiment les salutations sur les places publiques, les premiers rangs dans les synagogues, et les places d'honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et affectent de prier longuement : ils seront d'autant plus sévèrement condamnés. »
Jésus s'était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait la foule déposer de l'argent dans le tronc. Beaucoup de gens riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s'avança et déposa deux piécettes. Jésus s'adressa à ses disciples : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le tronc plus que tout le monde. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a tout donné, tout ce qu'elle avait pour vivre. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou lisant dans le Marc de café -12,38-44° (*)Montage SM.jpg
Dans son ensaignement [1], Philou [2] disait : « Fiez-vous aux secrétaires "médicaux"©[3, note 1],
podcast mais méfiez-vous comme la peste des
"malades"© qui tiennent à sortir en bien-portances solennelles et qui n’aiment pas les insultations [4] sur les places publiques, les coups de sang dans les cinémas [5, note 28][6][7], et les places de setter [8, note 41][9][10][11] dans les dîners. De peur de se faire dévorer par le dahu [12], des "veuves"©[13] font "préventivement"© dévorer les biens [14, notes 12,13] des "malades"© et affectent de prier [15, APR note 2] longuement : le pathos n’étant pas punissable [16], l’objet [17, notes 39/2,67] de leur prière sera d'autant plus sévèrement [18] CONDAMNÉ [19, note 24]. »
Philou s'était couché
dans le Temple de la "santé"
©[20, note 3] en face de la salle du trésor [21], et regardait la poule [22] déposer sa santé en faisant la tronche [23 ?]. Beaucoup d’occupants de niches [24, notes 48,49][25, notes 26 à 31] y faisaient de gros sommes [26], sans tiers [27][28] mais avec Tercian®[29].
podcast
Une pauvre pré-"veuve"© s'avança et déposa deux piécettes de main courante [30]. Philou s'adressa à ses bisciples [31] : « Ach so, je vous le médis [32] : cette pauvre pré-"veuve"© a mis dans le tronc commun [33] de quoi se faire plaindre de tout le monde [3, notes 18,19]. Car tous, ils sont pris dans leur superglu [34, note 16][35,im.2], et elle qui n’est pas "médecin"©[36], elle a pris sur l’intelligence du Docteur [37] : elle lui a tout pris [38], tout ce qu'il avait pour givre [39]. Ce qui le rend encore plus chaleureux [40, note 65]. »
Et les bisciples l'écoutaient aussi [20, APR note 18] avec plaisir. Car tous, ils le prenaient pour Superman ! C’est-à-dire qu’ils avaient tous besoin de connaître et d’aimer [41, APR note 30] un super-héros, voire de s’identifier à lui. Mais n’auraient-ils pas pris sur un pour donner à l’autre [42] ? De quoi tomber sur un bec…

Montage Superdonild.jpg

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,1-8. (*)/(*)
Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui doit juger les vivants et les morts, je te le demande solennellement, au nom de sa manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, mais avec une grande patience et avec le souci d'instruire.
Un temps viendra où l'on ne supportera plus l'enseignement solide
(*) ; mais, au gré de leur caprice (*)(*)(*), les gens iront chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison (*) d'entendre du nouveau (* ?). Ils refuseront d'entendre la vérité pour se tourner vers des récits mythologiques.(*)(*)(*)
Mais toi, en toute chose garde ton bon sens, supporte la souffrance, travaille à l'annonce de l'Évangile, accomplis jusqu'au bout ton ministère.
Car moi, me voici déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu. Je me suis bien battu, j'ai tenu jusqu'au bout de la course, je suis resté fidèle
(*). Je n'ai plus qu'à recevoir la récompense du vainqueur : dans sa justice, le Seigneur, le juge impartial, me la remettra en ce jour-là, comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire.

_____Entre deux bouffées de "crise" "hallucinatoire sensorielle"© à tendance "mythomaniaque"©[43, note 29/3] -voire "hystérique"©[43, note 29/4]-, demandons-nous solennellement si l’Apôtre "souffrant"© de tout ceci se sentirait si dépaysé parmi nous, à imaginer que le moment de son retour fût venu. Lui qui déjà percevait hommes mauvais et charlatans, allant toujours plus loin dans le mal, étant à la fois trompeurs et trompés [20, APR note 18], parlerait-il aujourd’hui d’un temps qui viendra ? Parlerait-il seulement aussi longtemps qu’il y a deux mille ans, en suivant lui-même à la lettre le programme qu’il indique à Timothée : proclamer la Parole, intervenir à temps et à contretemps, dénoncer le mal, faire des reproches, encourager [44][45][46] ? S’il a tenu autrefois jusqu'au bout de la course, en ce temps-ci, quelle serait la durée de cette course ? Selon quelles unités devrait-on la calculer à présent : en années… ou en heures ? En d’autres termes, supporte-t-on encore assez l’enseignement solide dès lors que suffisent quelques gouttes à le travestir en "violence psychologique"©[47] coupable de provoquer moult démangeaisons gingivales tournant plus volontiers de fragiles dentiers [48][49] vers des récits mythologiques soigneusement mixés [50]
podcast par
une foule de maîtres
? Aller toujours plus loin dans le mal ne pose pas de difficulté particulière [51] à qui en éradique le seul concept [52] avec autant d’inconséquence que s’il s’agissait de desserrer le frein de parking d’un véhicule stationné en haut d’une côte vertigineuse. Gageons que tant que le conducteur n’aura pas tenu jusqu’au bout de la course consistant à rattraper son engin emporté par la conjugaison de son inertie et de la gravitation, il ne soit pas immédiatement de ceux qui auront désiré avec amour la manifestation du Seigneur dans la gloire (à moins qu’Il n’intervienne pour resserrer miraculeusement le frein !) : en ce jour-là, ce n’est pas qu’il refuse d'entendre la vérité… mais il n’en a pas le temps [53] ! Dans sa précipitation à aller toujours plus loin, a-t-il encore le souci de se laisser instruire sur QUI a desserré le frein [54][55, APR note 81] ?

Deuxième lettre de Phil’os à poutre malsain à Timorée 4,1-8. (*)/(*)
Derrière [56][57] le Docteur, et devant la crise de Philou qui doit juger "diagnostique"© indifféremment les vivants et les morts [58, APR note 76], je te le demande sot-l’âne-tellement [3, AV note 68], au nom de son infestation [59] (sans les mains [60, note 12]) et de son règne [61] : proclame la Parlote [62], interviens à temps [ NB : à l’évidence [63, APR note 70], avant que ne lâche la fermeture éclair [64] ! ] et au fond de l’étang [65, notes 36], dénonce le "malade"©, défais-le [66] auprès de tes proches, encourage-le à se "soigner"© ; mais si tu perds patience face à son refus d’entendre la "vérité"©[67][68] de Pinocchio [69][70,im.3], aie le souci de le détruire d'instruire l’affaire en "justice"©©©[71][72][73][74].
Un temps viendra où l'on ne s
upp……
[ plouf plouf [5, note 91] ! ][ NB : Veuillez nous excuser [75] de ce nouvel incident de transmission [20, note 37] : il est à craindre que cette fois, une partie de l’émission parte en fumée [76, notes 52,53]
podcast… ]
…………………


antenne 2 interlude 1983-84


…………………Mets-toi à l’abri [77][78] (ainsi que les tiens [79]), en toute chose ne garde pas ton "insensé"©[80] : qu’il supporte seul sa "souffrance"© ; travaille à l'annonce de l'Escroquerie [81], accomplis jusqu'en bas [82] ton sinistère [83].
Car lui, le voici déjà offert en sacrifice
[84, note 72][85], le moment de son départ est venu. Mes vautours [86][87] se sont bien battus, ils ont tenu jusqu'au bout de leur jus de boudin [88,im.5] ; afin de reprendre un peu de hauteur, ils sont restés attelés [89,im.2][90]. Je n'ai plus qu'à recevoir la récompense du vainqueur : dans sa justice psychique [91], le Baigneur [92], le juge invisible [93, APR note 18], me la remettra en ce jour-là, comme à tous ceux qui auront désiré avec "amour"©[94, APR note 30][95, note 59] sa manifestation dans la foire [96].

l_homme_invisible,2.jpg

Les commentaires sont fermés.