Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 juin 2010

Donc, celui qui jettera un seul de ces petits, sa maison sera déclarée plus grande sans avoir à réaliser de travaux d’agrandissement.

Montage travaux.jpg
[*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,17-19. (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)/(*)(*)(*)
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise (*, Is). Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -5,17-19° (*)/(*)(*)
cajoline_plongeon.jpgComme les bisciples [1] s'étaient rassemblés autour de Philou, sur une montagne d’incohérences, il leur médisait [2] : « Ne pensez pas [3] : vous risqueriez une migraine et deviendriez la proie du dahu [4] en restant sur le bord du chemin [5]. De plus, vous savez bien que cette faculté m’est exclusivement réservée [6, note 22]. Je ne suis pas venu abolir la Loi ou les Prophètes… mais contrairement à vous [7], je suis "médecin"©, moi. Or, vous êtes si fragiles [8, note 20] que si vous accomplissez telle quelle la Loi ou les Prophètes, vous allez immanquablement sombrer dans une épouvantââââble "crise" "hallucinatoire sensorielle"© à tendance "mythomaniaque"©[9, note 29/3], voire "hystérique"©[9, note 29/4]. Je suis donc venu vous adoucir [10, note 8/2][11,im.4][12, note 8,im.2] la Loi ou les Prophètes dans ce monde devenu malheureusement si dur [13, note 13/2][14] : aussi n’allons-nous pas lésiner sur le sucre [15, APR note 2], ou apparentés [16]. Ach so, je vous le médis [17] : Avant que vos cieux [18] et vos terriers [19] disparaissent sous un épais nuage noir [20], plus une lettre [21, APR note 27][22, note 2], plus un seul petit cheval de trait [23, note 54] n’échappera à ma loi [24, note 15] et à mes pouvoirs [25] de divination [26][27] tant que personne ne réalise mon imposture [28]. Donc, celui qui rejettera un seul de leurs plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus mécanicien [29,im.4][30, note 14] dans le royaume d’essieux [31]. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré [32] grandement "malade"©[33, notes 54  à 56][34, APR note 71] dans le royaume du Docteur [35][36, APR note 60]. »

Vincent Delerm - Tout Doucement
   
Found at abmp3 search engine
Montage Particulier.jpg
[*][*][*]

« Ne pensez pas que je suis venu accomplir la loi en professionnel : je ne suis pas venu accomplir, mais abolir. Pas une lettre, pas un seul petit trait n’apparaîtra de la loi jusqu'à ce que tout se réalise. »
(Philippe Vigny, le matin du 29 avril 2009
[37, note 9])

Premier livre des Rois 18,20-39. (*)
(+ version sous-titrée en psylangue du dernier livre des Poix 18,20-39.)
Le roi Acab convoqua tout Israël et rassembla les prophètes sur le mont Carmel. Élie se présenta devant la foule et dit : « Combien de temps plierez-vous le genou des deux côtés ? Si c'est le Seigneur qui est Dieu, suivez le Seigneur ; si c'est Baal, suivez Baal. » Et la foule ne répondit mot.
Le roi À-Cab’ [38, note 67] convoqua tout Raihël [39] et rassembla les "professionnels"©[40] sur le mont Camel [41]. Philie se présenta devant la poule [42] et dit : « Combien de temps plierez-vous le genou des deux côtés [43] ? Si c'est le Baigneur [44] qui est DocteurPouladents.jpg, suivez le Baigneur ; si c'est Babal, courez après Babal [45, note 31]. » Et la poule se répandit en maux.

Élie continua : « Moi, je suis le seul qui reste des prophètes du Seigneur, tandis que les prophètes de Baal sont quatre cent cinquante. Amenez-nous deux jeunes taureaux ; qu'ils en choisissent un, qu'ils le dépècent et le placent sur le bûcher, mais qu'ils n'y mettent pas le feu. Moi, je préparerai l'autre taureau, je le placerai sur le bûcher, mais je n'y mettrai pas le feu. Vous invoquerez le nom de votre dieu, et moi, j'invoquerai le nom du Seigneur : le dieu qui répondra par le feu, c'est lui qui est Dieu. » La foule répondit : « C'est d'accord. »
Philie continua : « Moi, je suis le seul qui reste [46] des prophètes [47] du Baigneur, tandis que les prophètes de Babal sont des dizaines de milliers [48, note 49]. Amenez-nous un jeune taureau et un jeune bouc [49, note 72] ; qu'ils choisissent le taureau, qu'ils le dépècent et le placent sur le bûcher, mais qu'ils n'y mettent pas le feu. Moi, je préparerai l'autre bête, je la placerai sur le bûcher, mais je n'y mettrai pas le feu. Vous invoquerez le nom de votre dieu, et moi, j'invoquerai le nom du Baigneur : le dieu qui répondra par le feu, c'est lui qui est Docteur. » La poule répondit : « cot cot. »
podcast

Élie dit alors aux prophètes de Baal : « Choisissez votre taureau et commencez, car vous êtes les plus nombreux. Invoquez le nom de votre dieu, mais ne mettez pas le feu. » Ils prirent le taureau et le préparèrent, et ils invoquèrent le nom de Baal depuis le matin jusqu'au milieu du jour, en disant : « O Baal, réponds-nous ! » Mais il n'y eut ni voix ni réponse ; et ils pliaient le genou devant l'autel qu'ils avaient dressé.
Philie dit alors aux prophètes de Babal : « Choisissez votre taureau et commencez, car vous êtes les plus nombreux. Invoquez le nom de votre dieu, mais ne mettez pas le feu. »
Ils prirent le taureau par les cornes et le préparèrent, et ils invoquèrent le nom de Babal depuis le matin jusqu'au milieu du jour, en disant : « O Babal, fais-nous une passe ! » Mais il n'y eut ni voix ni réponse [50] ; et ils pliaient le genou devant l'autel qu'ils avaient dressé.

Au milieu du jour, Élie se moqua d'eux en disant : « Criez plus fort, puisque c'est un dieu : il a des soucis ou des affaires, ou bien il est en voyage ; ou peut-être dort-il, mais il va se réveiller ! » Ils crièrent donc plus fort et, selon leur coutume, ils se tailladèrent jusqu'au sang avec des épées et des lances. Dans l'après-midi, ils se livrèrent à des transes prophétiques jusqu'à l'heure du sacrifice du soir, mais il n'y eut ni voix, ni réponse, ni le moindre signe. Alors Élie dit à la foule : « Approchez », et toute la foule s'approcha de lui.
Au milieu du jour, Philie se moqua d'eux en disant : « Criez plus fort, puisque c'est un dieu : il a des soucis ou des affaires, ou bien il est en voyage ; ou peut-être dort-il, mais il va se réveiller ! »
Ils crièrent donc plus fort [51], mais ils évitèrent de se taillader jusqu'au sang avec des épées et des lances, ayant coutume de s’adonner à la "violence psychologique"©[52], pluto [53] moins salissante. Dans l'après-midi, ils se livrèrent à des transes prophétiques [9, note 29/4] jusqu'à l'heure du sacrifice du soir, mais il n'y eut ni voix, ni réponse, ni le moindre signe.
Alors Philie dit à la poule : « Approchez », et toute la poule s'approcha de lui.

Il releva l'autel du Seigneur, qui avait été démoli. Il prit douze pierres, selon le nombre des tribus des fils de Jacob à qui le Seigneur avait dit : « Ton nom sera Israël. » Avec ces pierres il érigea un autel au Seigneur. Il creusa autour de l'autel une rigole d'une capacité d'environ trente litres. Il disposa le bois, dépeça le taureau et le plaça sur le bûcher. Puis il dit : « Emplissez d'eau quatre cruches, et versez-les sur la victime et sur le bois. » Et l'on fit ainsi. Il dit : « Une deuxième fois ! » et l'on recommença.
Il releva l'autel du Baigneur, qui avait été démonté pour les besoins de sa matière première
[54, note 2]. Il prit douze pierres, selon le nombre des tribus des ficelés [55] de Jacob Delafon®[56] à qui le Baigneur avait dit : « Ton nom sera Raihël. » Avec ces pierres il érigea un "hôtel"©[57] au Baigneur. Il creusa autour de l'"hôtel"© une rigole d'une capacité d'environ trente litres. Il disposa le bois, dépeça le bouc et le plaça sur le bûcher. Puis il dit : « Emplissez d'huile [15, note 72] quatre bidons, et versez-les sur la victime le "bourreau"©[58] et sur le bois. » Et l'on fit ainsi. Il dit : « Une deuxième fois ! » et l'on recommença.

Il dit : « Une troisième fois ! » et l'on recommença encore. L'eau ruissela autour de l'autel, et la rigole elle-même fut remplie d'eau. À l'heure du sacrifice du soir, Élie le prophète s'avança et dit : « Seigneur, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Israël, on saura aujourd'hui que tu es Dieu en Israël, que je suis ton serviteur, et que j'ai accompli toutes ces choses sur ton ordre. Réponds-moi, Seigneur, réponds-moi, pour que tout ce peuple sache que c'est toi, Seigneur, qui es Dieu, et qui as retourné leur cœur ! »
Il dit : « Une troisième fois ! » et l'on recommença encore. L'huile ruissela autour de l'"hôtel"©, et la rigole elle-même… à l’évidence [59, note 5], en rigole encore. À l'heure du sacrifice du soir, Philie le pro fait-délits [60, note 2] s'avança et dit : « Baigneur, Docteur d'Abracadabra [61, notes 3,4], de Sacapatate [61, note 5] et de Raihël, on saura aujourd'hui que tu es Docteur en Raihël, que je suis ton serviteur [62][63], et que j'ai accompli toutes ces choses sur ton ordonnance [64]. Réponds-moi, Baigneur, réponds-moi, pour que toute cette meute [65] sache que c'est toi, Baigneur, qui es Docteur, et qui as verrouillé leur cœur [66] ! »

Alors le feu du Seigneur tomba, il dévora la victime et le bois, les pierres et la poussière, et l'eau qui était dans la rigole. Tout le peuple en fut témoin ; les gens tombèrent la face contre terre et dirent : « C'est le Seigneur qui est Dieu ! C'est le Seigneur qui est Dieu ! »
podcastAlors le feu du Baigneur tomba
[67], il dévora la victime le "bourreau"© et le bois, les pierres et la poussière, et l'huile qui était dans la rigole. Toute la meute en fut témoin ; les gentils lapins [68] -cuits à point- tombèrent la face contre terre et dirent dans un dernier râle : « C'est le Baigneur qui est Docteur ! C'est le Baigneur qui est Docteur ! »
podcastCe qui fournissait une excellente raison d’appeler les pompiers
[69][70]

BD pompiers.jpg

podcast

Les commentaires sont fermés.