Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 juin 2010

Si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, va d’abord ne plus te souvenir de ton frère après l’avoir présenté en offrande.

Montage petits meurtres.jpg
[*][*]/[*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,20-26. (*)(*)(*)­­­(*)(*)|(*)(*)/(*)(*)(*)(*)
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Je vous le déclare : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu'un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu'un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu'un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -5, 20-26° (*)/(*)
009297_09772_2.jpgComme les bisciples [1] s'étaient rassemblés autour de Philou, sur une montagne d’incohérences, il leur médisait [2] : « Je vous le déclare : Si la hauteur de votre "justice expédiauditive"©[3][4] ne dépasse pas celle des secrétaires "médicaux"©[5] et des pharmaciens [6], vos "malades"© n'entreront pas dans le royaume d’essieux [7][8][9, notes 58 à 60], et ils risquent ainsi de vous attraper [10] avant que vous ne soyez parvenus au fond de vos terriers [9, note 59]. Vous avez appris qu'il a été dit aux en chiens [11] : Tu ne commettras pas de meurtre, mais des "soins"© ; et si quelqu'un en meurt [12][13][14][15][16][17, notes 27 à 29], ce meurtre passera pour un "accident thérapeutique"©[18] côté "soignant"© et une "abolition [19, AV note 37] du discernement"©[20,com.2] côté "soigné"©[21] : ceci afin que personne n’en réponde au tribunal. Eh bien moi, je vous dis en plus : Tout homme qui se met en colère contre "compassion"©[22] pour son frère est bien trop gentil [23][24][25] pour avoir à en répondre au tribunal : parviendrait-il seulement à y pénétrer sans contorsions [26] ? Si quelqu'un insulte [27] son frère, les "grands conseils"©[28][29][30][31] le prendront ensuite sous leur "protection"©[32][33][34] : raison de plus s’il n’est pas "médecin"©[35] ! Si quelqu'un maudit son frère, il lui sera possible de faire feu [36, im.1][37][38][39][40][41]. Donc, lorsque tu vas présenter ton bouc offert [42, note 72] à l'"hôtel"©[19, note 57][43, notes 23], si, là, tu te souviens plus que jamais que tu as quelque chose contre ton frère, laisse ton offert là, à l'"hôtel"©, après t’être impeccablement "concilié"© avec tes sœurs [30][44], et ensuite viens présenter ton offrande compensatoire [45]. Pas besoin [46] de t’accorder avec ton expulsaire [47] puisque tu n’es pas sur le même chemin que lui [48, note 3], l’ayant invité [49] à se livrer au juge [50], le juge au garde [51, note 59][19, note 37], et qu'on le jette enfin en prison [52][53][54][55, notes 27,28]. Ach so, je te le médis [56] : tu t'en sortiras bien, étant massivement [57, APR note 57][58, APR note 30][59, note 59] justifié jusqu'au dernier bien-portant. »

_____De quoi se plaindrait-on ? « Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens… » : or, ne la surpasse-t-elle pas haut la main, pour peu que l’on étaie la forme de conviction sur la vérification de ce qui a été décrit [60, AV note 30] ici ou là [61], présentant la justice de disciples se rassemblant autour de Jésus comme un bien de consommation jetable… au même titre que le frère contre qui [62][19] on se met en colère ? Pour éviter tout adversaire, c’est la justice elle-même qu’on jette en prison [63][64] : il suffisait d’y penser !… Naturellement, il faudra se souvenir -au sujet des deux textes ci-dessus- d’aller d’abord déclarer à ces disciples consommateurs que seul le premier [65 !] est un pastiche. De la sorte, peut-être s’en sortiront-ils sans trop de bobo ?…

Premier livre des Rois 18,41-46. (*)
(+ version sous-titrée en psylangue du
dernier livre des Poix 18,41-46.)
Le prophète Élie dit au roi Acab : « Monte, tu peux maintenant manger et boire, car j'entends le grondement de la pluie. »
Le roi Acab monta pour aller manger et boire. Élie, de son côté, monta sur le sommet du Carmel, il se courba vers la terre et mit son visage entre ses genoux.
Il dit à son serviteur : « Monte, et regarde du côté de la mer. » Le serviteur monta, regarda et dit : « Il n'up-camel_lrg.jpgy a rien. »
Le
pro fait-délits [66, note 2] Philie dit au roi À-Cab’ [67, note 67] : « Descends [68], tu peux maintenant manger et boire, car j'entends le grondement des monstres [69][70]
podcastde la pluie
[43][71]. » Le roi À-Cab’ descendit pour aller manger et boire. Philie, de son côté, monta sur le sommet du Camel [19, note 41], il se courba [72, note 28] vers l’atterrant [73] et mit son visage entre ses genoux. Il dit à son serviteur [31] : « Monte [74, note 54], et regarde du côté de l’amer [75][76,im.1]. » Le serviteur monta, regarda et dit : « Il n'y a que des chiens [77]. »
podcast

77000585.jpgSept fois de suite, Élie lui dit : « Retourne. » La septième fois, le serviteur annonça : « Voilà un nuage qui monte de la mer, gros comme le poing. » Alors Élie dit au serviteur : « Va dire au roi Acab : 'Attelle ton char et descends de la montagne, avant d'être arrêté par la pluie.' »
Sept nains [78] de suite, Philie lui dit : « Retourne la terre [79]… et tout le reste [80, note 18]. » Au septième nain, le serviteur annonça : « Voilà un nuage qui monte de l’amer, gros comme le poing [81, note 72]. » Alors Philie dit au serviteur : « Va dire au roi À-Cab’ : 'Attelle [82] ton char [83, APR note 66] et descends de la montagne, avant d'être arrêté par la pluie.' »

  Elle descend de la montagne  
   
Found at bee mp3 search engine

Peu à peu, le ciel s'obscurcit de nuages, poussés par le vent, et il tomba une grosse pluie. Acab monta sur son char et partit pour la ville d'Isréel. La main du Seigneur s'empara du prophète ; Élie retroussa son vêtement et courut en avant d'Acab jusqu'à l'entrée de la ville d'Isréel. Le roi Acab avait épousé Jézabel, fille du roi de Sidon. Cette femme le poussa à l'idolâtrie, et devint, de ce fait, une véritable personnification de l'impiété et de l'infidélité au Dieu de l'Alliance.
Peu à peu, le ciel s'obscurcit de nuages
noirs [84, notes 52,53], poussés par un vent de panique [85], et il tomba une grosse pluie.
podcast
À-Cab’ monta sur son char et partit pour la ville d'Iréel : avec un nom pareil, là-bas saura-t-il encore renoncer aux illusions du monde [60, APR note 45] ? Mais le pied du Baigneur [86] [ NB : trop sollicitée à l’usage de diverses manipulations [87][88][89][90], la main n’était malheureusement pas disponible… ] s'empara du pro fait-délits ; Philie détroussa un vêtement [91] et courut en arrière [92][93] d'À-Cab’ jusqu'à la sortie de sec ours [94,im.3] de la ville d'Iréel. Le roi À-Cab’ avait épousé Rozabel [95], fille du papa de Sidonie [96,im.4]. À l’évidence [97, APR note 70], cette unafemme [98] le poussa à l'idolâtrie, et devint, de ce fait, une véritable personnification de l'impitié [99] et de la fidélité [41, notes 69,70] au Docteur de la Désalliance [100].


Il descend de la montagne - Animation frénétique

Les commentaires sont fermés.