Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 juin 2010

Si vous avez les boules, comme de juste faites-vous remorquer.

Montage Remorques.jpg
[*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 6,1-6.16-18. (*)(*)(*)(*
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l'aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -6,1-6.16-18° (*)/(*)

Daniel Balavoine - Vivre ou Survivre
   
Found at abmp3 search engin

Comme les bisciples [1] s'étaient rassemblés le%20dernier%20survivant.jpgautour de Philou [2], sur une montagne d’incohérences, il leur médisait [3] : « Si vous voulez vivre -ou survivre !- comme des justes psychiques [4] dans ce monde épouvantable [5] infesté de "malades"©, évitez d'agir devant eux quand vous vous faites remorquer [6, notes 14,15] : tout par derrière [7][8], afin de ne pas vous exposer [9] au "danger"©[10]. Autrement, il n'y aura pas assez de pansements [11] pour votre père [12, notes 33,34] qui est dans l’essieu [13]. Ainsi, quand tu tires sur la sonnette d'alarme [14, APR note 11][15], fais sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les cinémas [16, notes 37,38] et dans les rues, pour obtenir la protection [17] qui vient des oiseaux du ciel [18][19][20].
podcast Ach so, je vous le déclare
[21] : ceux-là ont touché de quoi compenser [22][23]. Et toi, quand tu sonnes l'alarme,...
podcast...que ta main gauche
[24, APR note 29] ignore ce que donne ta main droite [25, notes 7,8], afin que ton alarme reste secrète au "malade"© ; l’essentiel [26, APR note 30], c’est que tu ne vois pas ce que ton père [27] défait dans le secret "professionnel"©[28] : il te le revaudra. Et quand vous criez [29][30][31]
, soyez comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils ont assuré leur protection, ils aiment à se tenir pliés [32, APR note 25] dans les synagogues et les carrefours [33] pour bien se montrer aux hommes. Ach so, je vous le déclare : si encore c’était parce qu’ils venaient de comprendre la chute [34] d’une histoire drôle qu’on leur aurait racontée l’année précédente, ceux-là auraient touché leur récompense.
podcast Mais toi, quand tu cries,...
Mine jaune.jpg
podcast...retire-le de ta maison [35][36], ferme-lui la porte [37], et prie ton père qui est présent dans le secret [37] ; ton père "voit"©[38, note 4] ce qui se défait dans le secret : à la mesure de ce qu’on sera parvenu à le dévaluer assez dans la synagogue de la "santé"©[39, APR note 47], le "malade"© ne te le revaudra pas.
Et quand vous jeûnez du respect de vos engagements
[40] pour cause de "maladie"©[41], ne prenez pas un air d’abattoir [42], comme ceux qui donnent en massacre [43][44][45] : ils se composent une étrange mine jaune [46, notes 11,86] pour s’attirer la complaisance [47, APR note 30][48, note 59] et ne pas montrer aux hommes qu'ils défont [49][50][51]. Ach so, je vous le déclare : ceux-là ont touché de quoi compenser. Mais lui, quand il jeûne de sa "santé"©, il aura beau se parfumer la tête et se laver le visage ; pouf pouf [52, APR note 67] ! son jeûne sera connu des hommes, grâce à l’avertissement [53]...
podcast ...de ton père qui est présent
[54, APR note 18] dans le secret [55] ; ton père "voit"© ce qui est écrit dans le secret des interlignes [56, APR note 9] : on lui revaudra [57]...

Deuxième livre des Rois 2,1.6-14. (*,Ec)(*)(*,Ec)/(*)
chareli2.jpgVoici comment le Seigneur enleva Élie au ciel dans un ouragan. Ce jour-là, Élie et Élisée étaient partis de Guilgal.
Une troisième fois, Élie dit à Élisée : « Arrête-toi ici ; moi, le Seigneur m'envoie au Jourdain. » Mais Élisée répliqua : « Par le Seigneur qui est vivant, et par ta vie, je ne te quitterai pas. » Ils continuèrent donc tous les deux. Cinquante frères-prophètes, qui les avaient suivis, s'arrêtèrent à distance, pendant que tous deux se tenaient au bord du Jourdain. Élie prit son manteau, le roula et en frappa les eaux, qui s'écartèrent de part et d'autre. Ils traversèrent tous deux à pied sec. Pendant qu'ils passaient, Élie dit à Élisée : « Dis-moi ce que tu veux que je fasse pour toi avant d'être enlevé loin de toi. » Élisée répondit : « Que je reçoive une double part de l'esprit que tu as reçu ! » Élie reprit : « Tu demandes quelque chose de difficile : tu l'obtiendras si tu me vois lorsque je serai enlevé loin de toi. Sinon, tu ne l'obtiendras pas. » Ils étaient en train de marcher tout en parlant lorsqu'un char de feu, avec des chevaux de feu, les sépara, et Élie monta au ciel dans un ouragan. Élisée le vit, et il se mit à crier : « Mon père !... Mon père !... Char d'Israël et ses coursiers ! » Puis il cessa de le voir. Il saisit ses vêtements et les déchira en deux. Il ramassa le manteau qu'Élie avait laissé tomber, il revint et s'arrêta sur la rive du Jourdain. Avec le manteau d'Élie, il frappa les eaux, mais elles ne s'écartèrent pas. Élisée dit alors : « Où est donc le Seigneur, le Dieu d'Élie ? » Il frappa encore une fois, les eaux s'écartèrent, et il traversa.

Si recevoir une double part de l'esprit que Élie a reçu est quelque chose de difficile, sans doute n’était-il guère plus facile au rédacteur de ce passage du deuxième Livre des Rois de relater un enlèvement aussi singulier dans un vocabulaire intelligible : aujourd’hui encore, cela demeure quelque chose de difficile à seulement commenter ! Quoique au-delà de ce langage imagé, un char de feu, avec des chevaux de feu montant au ciel dans un ouragan n’est pas sans évoquer quelque vaisseau appartenant à une technologie et une civilisation avancées, évidemment inconnues pour le lieu et pour l’époque… et restant difficiles à reconnaître à la nôtre : hier comme aujourd’hui, tout n’est pas connu des hommes, mais seulement du Père qui est présent dans le secret…

_____Ce qui, en revanche, ne pose pas de difficulté particulière [58] à Élie, puisque lui savait manifestement qu’il était sur le point d'être enlevé loin d’Élisée : pour en être si bien informé à l’avance, à l’évidence le malheureux avait été frappé d’une "crise" "hallucinatoire sensorielle"© à tendance "mythomaniaque"©[59, note 71/2]. Ne reste plus à notre "médecine"© de l'esprit en parts [60, note 54][61] qu’à rattraper dare-dare ce char d'Israël et ses coursiers afin de "soigner"© comme il convient le prophète qu’il aura enlevé si spectaculairement. Ce n’est pas là demander quelque chose de difficile : au nom de quoi écarterait-on l’hypothèse d’un appareil de transport intersidéral (voire extra-temporel [62] !…) à l’heure où celle d’un "appareil psychique"©[63] aime à se tenir debout dans les synagogues "sanitaires"© et les carrefours pour bien se montrer aux hommes ? Las : il est vrai qu’en dépit de ce bel effort, les non-initiés [64] semblent ne pas obtenir de le voir
_____Ils peuvent heureusement se consoler avec les
chars de feu
[65][66] séparateurs [67] "malades"©/bien-portants destinés aux enlèvements : si ceux-là ne montent pas au ciel dans un ouragan, au moins se laissent-ils abondamment voir –et entendre
podcast-,
touchant leur récompense de tempêtes dans un verre d’eau [68]. Philie [69] pourrait même reprendre : « Tu demandes
[70][71] quelque chose de facile : tu obtiendras son enlèvement loin de toi si tu trouves un signataire [72] se remorquant à ta mine défaite. Sinon, tu ne l'obtiendras pas. » Puis on cessera de le voir [73]. Comparativement, après de tels faits se reproduisant des dizaines de milliers de [74, note 49] fois, qu’y a-t-il de si déchirant à ce qu’un prophète fût exceptionnellement monté au ciel dans un ouragan, emporté par un char de feu, avec des chevaux de feu ? Arrêtons-nous ici : « Par le Seigneur qui est vivant, et par ta vie, je ne te quitterai pas. » La cause est entendue : Élisée, lui, n’aurait jamais signé !

edition-speciale-meisterstuck-signature-for-g-L-1.jpeg

Les commentaires sont fermés.