Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 juin 2010

Paille à (le)çons.

Montage paillasson.jpg
[*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 7,1-5.(*)|(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)|(*)(*)/(*)(*)(*)(*)
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés (*)(*)(*)(*)(*); le jugement que vous portez contre les autres sera porté aussi contre vous ; la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous (*). Qu'as-tu à regarder la paille dans l'œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ? Comment vas-tu dire à ton frère : 'Laisse moi retirer la paille de ton œil', alors qu'il y a une poutre dans ton œil à toi ? Esprit faux ! Enlève d'abord la poutre de ton œil, alors tu verras clair pour retirer la paille qui est dans l'œil de ton frère. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -7,1-5° (*)
Montage barbe noire.jpgComme les bisciples [1] s'étaient rassemblés autour de Philou [2], sur une montagne d’incohérences, il leur médisait [3] : « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés : iriez-vous "soigner"© alors que vous n’êtes pas "médecins"©[4] ? De même, lavez-vous en les mains sur les "professionnels"©[5, notes 6 à 16][6]. Ainsi, le jugement que vous portez contre les autres sera porté pour vous par des jugementeurs [7][8]; les mesures dont ils vous servent [9] contre les autres ne serviront pas pour vous : ce serait tuer la poule aux œufs d’or [10,im.3][10bis] ! Qu'as-tu à regarder l’épouvantail [11] dans l'œil sanguinaire [12] de ton frère, alors que le bandeau qui est sur mon œil [13, note 4] et la poutre à la place de la jambe [14], tu ne les remarques pas ? Comment vas-tu dire à ton frère : 'Laisse moi retirer l’épouvantail dans ton œil (ou de sa maison [15] : cela sera plus "prudent"©[16])', alors qu'il y a un bandeau sur mon œil à moi [17,im.2,3,4] ? Des esprits faux [18, notes 59 à 62], voilà ce qu’il te faut ! Enlève d'abord l’amour de ton cœur [19, notes 52,53], puis l’épouvantail de ta maison [20], alors tu verras clair de lune [21] pour repousser ta poutre [22, note 24] dans l'œil de ton frère. »

Lynne Davis - Clair de Lune (Claude Debussy) .mp3
Found at bee mp3 search engine

_____« Qu'as-tu à regarder la paille dans l'œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ? » Remarquons le contraste -voulu, évidemment- de Jésus entre la paille et la poutre. Remarquons-en également l’ordre de la distribution : la poutre étant citée chez soi, alors que la paille est dans un œil extérieur à soi. Est-ce à dire que la thèse inverse –paille interne/poutre externe- soit inexistante ? Elle l’est si peu qu’elle est assez clairement visible pour que l’on puisse porter à son égard un jugement ne relevant ni d’un esprit faux ni d’une parabole spécifique au sein d’un Évangile. C’est-à-dire, tant que l’on n’a rien à se reprocher de l’ordre du délit répertorié en matières civile ou pénale, il n’est en rien illégitime de porter quelque jugement contre un acte remarquablement nocif contre les autres. Un tel jugement pourra bien être porté aussi contre soi, la mesure dont on s’est servi pourra bien servir aussi poursoi, qu’en redouter [8, APR note 32] ? Sauf injustice flagrante –ce qui existe cependant, moyennant quelques artifices de vocabulaire cultivant un art consommé d’escamoter une poutre contre une paille- on ne pourra guère inventer une poutre là où dans un contexte honnête, ne se verra qu’une paille.

_____Si la poutre est citée ici chez soi, alors que la paille est dans un œil extérieur à soi, c’est bien parce que dans cet ordre les foules de disciples ou non- s’y rassemblent moins spontanément ! Voir clair dans un acte notoirement abject et crapuleux ne pose pas de difficulté particulière [23], la poutre de la causalité externe [24] étant alors incontournable : d’autant qu’à moins d’être aveugle, une poutre se voit mieux qu’une paille de loin, donc de l’extérieur. Or, l’objet de cette parabole est qu'il y a une poutre dans son œil à soi, donc à l’intérieur. Tant que cette poutre n’est pas d’abord enlevée de l’œil, celui-ci est mauvais, le corps tout entier étant alors plongé dans les ténèbres [25, AV note 29] : de fait, on ne voit pas comment sinon en brûlant- une poutre pourrait avoir des vertus éclairantes ! Tant que cette poutre n’est pas d’abord enlevée de l’œil, « qu'as-tu à regarder la paille dans l'œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ? » Qu’as-tu à regarder, non à voir [26] : car, avec une poutre dans l’œil le champ de vision n’est-il pas singulièrement rétréci, ne laissant voir que l’espace d’une paille dans l'œil de son frère ? Tant que la poutre n’est pas d’abord enlevée de l’œil, seule se remarque la paille dans l'œil de son frère. Mais rien n’exclut que dans le monde réel, après étayage sur la vérification de ce qui a été décrit [27, AV note 30] –soit précisément : d’abord enlever la poutre de l’œil-, la paille dans l'œil de son frère ne s’avère… une poutre : ce que la parabole ne laisse pas voir clairement… avant que ne soit enlevée la poutre. Et rien n’exclut non plus que dans le monde réel, sans étayage sur la vérification de ce qui a été décrit, ne se remarquent plus de multiples regards croisés sur "la paille dans l'œil de ton frère" qui soient dans le monde réel un impressionnant enchevêtrement de… poutres. À cette aune, comment dire à son frère dans l’esprit de la correction fraternelle [28], non dans celui du jugement- : 'Enlève d'abord la poutre de ton œil', alors qu'il n’y voit qu’une "paille"…et les autres aussi ? Tous ceux-là se rassemblant autour de lui [29, notes 47,48] -rassemblant leurs poutres de surcroît-, quelles ténèbres y aura-t-il [25]! Le jugement qu’ils portent contre un autre sera porté aussi contre eux ? la mesure dont ils se servent pour un autre servira aussi pour eux ? Aucune importance pour eux : ils ne voient de l’un comme de l’autre que de la menue paille. Dès lors, ne finit-on pas par y "voir" assez "clair" jusqu’à porter et faire porter [30]- de remarquables jugements par correspondance [13, notes 2,3][31, APR note 18] ?…

Correspondance.jpg

Les commentaires sont fermés.