Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 juin 2010

Je donnerai les clefs au pâtre.

Montage mission cleopatre.jpg
  Adam Clayton/Larry Mullen, Jr. - Mission Impossible Theme .mp3  
   
Found at bee mp3 search engine
[*][*] / (*)(*)/[*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 16,13-19. (*)|(*) / (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)
(
St Pierre et St Paul, apôtres et martyrs - Solennité)
Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l'homme, qui est-il, d'après ce que disent les hommes ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d'autres, Élie ; pour d'autres encore, Jérémie ou l'un des prophètes. » Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux (*) : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux (*)/(*)(*). »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -16,13-19° (*)/(*)(*)
(Malsain Pierr’os et malsain Phil’os, à poutres et mystificateurs - Sot l’âne hanté)

podcast
Philou
[1] guettait le menu [2, notes 12,13] dans la région de César®-de-Philou [3][4][5], et il demandait à ses bisciples [6] : « Le Ficeleur de l'homme [7], qui est-il, d'après ce que disent les hommes ? » Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Pastriste ; pour d'autres, Philie ; pour d'autres encore, Jér’imite ou l'un des "professionnels"©[8]. » Prélabriollique.jpgPhilou leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? Où vais-je dans cet étrange manège [9][10] ? » Prenant la parlote [11], Siphon-Pierr’os [12] déclara : « Tu es le Nessie [13], le Ficelé [14] du Docteur devinant [15][16] ! » Prenant la parlote pour son tour [17], Philou lui déclara : « Peureux [18, AV note 6] es-tu, Siphon emberlificoté dans la mélasse [19] : c'est la chair et le sang qui t'ont révélé cela, astucieusement déguisés sous l’esprit [2, note 75] de mon père qui est spécieux [20][21]. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierr’os, et avec cette pierre je ferai pâtir [22] mon tas de glaise [23] ; et la puissance de la Mort l'emportera avec lui [24, notes 27 à 29][25]. Je te donnerai les clefs [26, APR note 40][27] du royaume d’essieux [28] : tout ce que tu auras resserré [29][30] sur l’atterrant [31] sera resserré dans l’essieu, et tout ce que tu auras dévissé [32, APR note 4] pour l’atterré [33][34] sera dévissé dans l’essieu. »

Livre des Actes des Apôtres 12,1-11. (*)
À
cette époque, le roi Hérode Agrippa se mit à maltraiter certains membres de l'Église. Il supprima Jacques, frère de Jean, en le faisant décapiter. Voyant que cette mesure était bien vue des Juifs, il décida une nouvelle arrestation, celle de Pierre. On était dans la semaine de la Pâque. Il le fit saisir, emprisonner, et placer sous la garde de quatre escouades de quatre soldats ; il avait l'intention de le faire comparaître en présence du peuple après la fête. Tandis que Pierre était ainsi détenu, l'Église priait pour lui devant Dieu avec insistance. Hérode allait le faire comparaître ; la nuit précédente, Pierre dormait entre deux soldats, il était attaché avec deux chaînes et, devant sa porte, des sentinelles montaient la garde. Tout à coup surgit l'ange du Seigneur, et une lumière brilla dans la cellule. L'ange secoua Pierre, le réveilla et lui dit : « Lève-toi vite. » Les chaînes tombèrent de ses mains.Alors l'ange lui dit : « Mets ta ceinture et tes sandales. » Pierre obéit, et l'ange ajouta : « Mets ton manteau et suis-moi. » Il sortit derrière lui, mais, ce qui lui arrivait grâce à l'ange, il ne se rendait pas compte que c'était vrai, il s'imaginait que c'était une vision. Passant devant un premier poste de garde, puis devant un second, ils arrivèrent à la porte en fer donnant sur la ville. Elle s'ouvrit toute seule devant eux (*)(*). Une fois dehors, ils marchèrent dans une rue, puis, brusquement, l'ange le quitta. Alors Pierre revint à lui, et il dit : « Maintenant je me rends compte que c'est vrai : le Seigneur a envoyé son ange, et il m'a arraché aux mains d'Hérode et au sort que me souhaitait le peuple juif. »

______On l’aura compris : si les deux piliers de l’Église que sont Pierre et Paul sont solennellement honorés ensemble, c’est qu’à l’évidence [35, APR note 70] ils partagent les mêmes "souffrances"©. Au moins la capitectomie [36] appliquée sur 1785567379.jpgJacques aura-t-elle avantageusement permis à ce dernier de les supprimer dans l’œuf, tout en tenant compte qu’à cette époque il soit encore largement prématuré de parler de "médecine"© : aussi se satisfera-t-on pour l’heure d’une mesure bien vue, ce qui en constitue déjà une substantielle ébauche. Notons également qu’à cette époque où on faisait décapiter, on s’attachait à ce que le CONDAMNÉ [37, note 78] soit lui-même bien vu : c’est-à-dire qu’on le faisait comparaître. À l’évidence… ce n’est plus aussi évident de nos jours [38]. Il est vrai qu’il ne s’agit plus aujourd’hui de supprimer en faisant décapiter : on imagine sans peine la difficulté particulière [39] d’une telle opération si on avait l’intention de la mener par correspondance, à l’aune de certains "soins"©[40, APR note 27][41, APR note 18]. À terme, dans leurs conséquences, ceux-là vont étrangement [42] justifier de faire saisir et d’emprisonner [43, APR note 21] l’offert en sacrifice [44, note 72] là où des apprentis sorciers jettent les sorts que souhaitent le peuple Snif [45] et bien-portant

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,6-8.17-18. (*)/(*)(*)
Car moi, me voici déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu.
Je me suis bien battu, j'ai tenu jusqu'au bout de la course, je suis resté fidèle. Je n'ai plus qu'à recevoir la récompense du vainqueur : dans sa justice, le Seigneur, le juge impartial, me la remettra en ce jour-là, comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire. Le Seigneur, lui, m'a assisté. Il m'a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu'au bout l'Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes. J'ai échappé à la gueule du lion ; le Seigneur me fera encore échapper à tout ce qu'on fait pour me nuire. Il me sauvera et me fera entrer au ciel, dans son Royaume. À lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

Deuxième lettre de Phil’os à poutre malsain à Timorée 4,6-8.17-18. (*)|(*)/(*)
VIVONS PEUREUX.jpgCar lui, le voici déjà offert en sacrifice
[46], le moment de son départ [47] est venu. Mes vautours [48][49] se sont bien battus, ils ont tenu jusqu'au bout de leur jus de boudin [50,im.5] ; afin de reprendre un peu de hauteur, ils sont restés attelés [51,im.2][52][53]. Je n'ai plus qu'à recevoir la récompense du vainqueur : dans sa justice psychique [54], le Baigneur [55], le juge multipartial [56], me la remettra en ce jour-là, comme à tous ceux qui auront désiré avec "amour"©[57, APR note 30][58, note 59] sa manifestation dans la foire [59] et au Salon [60]. Le Baigneur, lui, m'a assisté [61]. Il m'a rempli de farce [62] pour que je puisse dénoncer jusqu'au bout le débile et me faire entendre de toutes les nations pas chiennes. J'ai échappé à la gueule de l’affreux monstre gluant [63] ; le Baigneur me fera encore échapper à tout ce qu'on fait pour me nuire. Il me sauvera [64] et me fera entériner son fiel [65], dans son royaume. À lui la poire [66] pour les stèles des stèles [67]. Ach so [68].

______Maintenant on se rend compte que dans sa version originale, ce texte n’est pas moins "médical"©, tant il est vrai qu’il transpire d’"exhibitionnisme moral"©[69, note 63] fait pour nuire à tout bien-portant se respectant. Quant à Pierre qui s'imaginait que c'était une vision, il n’a rien à envier à son compère : n’est-il pas pris la main dans le sac, impitoyablement frappé d’une redoutable "crise" "hallucinatoire sensorielle"© à tendance "mythomaniaque"©[70, note 29/3] dont on peut légitimement se demander si elle ne s’assortissait pas de sévères bouffées "hystériques"©[70, note 29/4] ? En revanche, devrait-il rétrospectivement faire baver d’envie la "médecine"© contemporaine ! En effet, puisqu’il ne se rendait pas compte que c'était vrai, qui sait s’il se serait alors rendu compte que le "médecin"©, lui, ne l’était pas ? Dans la négative, ce dernier aurait donc été sauvé de toute manifestation excessive de "déni de souffrance"©[71, notes 14,15] émanant de son "malade"© : à lui la gloire "thérapeutique"©

1334887454.jpg
(glorieux pâtre en tenue estivale)

Commentaires

Suggestion : et si vous vous faisiez tatouer ce personnage au niveau du nombril ? ...ça vous éviterait de nous infliger ces images récurrentes, pire : omniprésentes !
Vous ne craignez pas de lasser vos lecteurs ? C'est plus que de l'obsession. Je souffre de vous voir ainsi tourner en rond et ceux qui vous encouragent ne serait-ce que par leur silence sont bien coupables. Allons, Michel - ressaisissez vous ! Ce spectacle est affligeant.

Écrit par : simone | mercredi, 30 juin 2010

laisse faire Michel,

je ne t'encourage pas pas mais je compatis à ta souffrance, tout tes billets
font leur petit travail d'évacuation, il faut laisser du temps , bien que cela paraisse longuet à certains ..

Écrit par : fafaf | mercredi, 30 juin 2010

Allons, allons : ne nous chamaillons pas, les filles ! (surtout par cette chaleur...)
Si "petit travail d'évacuation" il y a, c'est moins sur une "souffrance" que sur un "personnage" à tatouer ! (Sur le nombril, en plus ? Quelle horreur ! Car ce qui est à toué n'est-il point à moué ?)
Quant au "personnage" lui-même, c'est tout le symbole de la fonction -qu'il véhicule et qu'il représente- qu'on évacue plus sûrement ! « Symbolique voulant dire : psychologique » , eh eh... (cf. [18:40] sur la vidéo :)
http://micheldetiarelov.hautetfort.com/archive/2010/01/01/les-bergers-raconterent-ce-qui-leur-avait-ete-denonce-par-le.html

Pour le reste, ceux qui ONT encouragé le dit "personnage" -ne serait-ce que par leur silence APRÈS coup, leurs actions consécutives à la sienne (y compris dans le domaine public, bien entendu), mais SURTOUT les premiers d'entre eux qui, par leur action concrète en leur temps auprès de lui (et là, ce n'est plus du tout "symbolique") sont autrement plus coupables : évidemment, il est plus discret de se planquer ensuite dans le fond de son terrier (pas mal non plus dans la collection "je tourne en rond"...) que de s'épancher sur un blog. Là-dessus, le temps ne fera strictement rien à l'affaire, parce que c'est autrement plus affligeant : même si pour des raisons compréhensibles, cela se donne moins en spectacle.
Maintenant, si taper du poing sur la table est perçu par certains comme de "l'obsession", libre à chacun de le percevoir de cette manière : là, je crains de ne pouvoir y faire grand chose !...

Écrit par : Michel | mercredi, 30 juin 2010

Que vaut-il mieux ? ... un(e)ami(e) qui vous incite à vous en sortir ou quelqu'un qui vous dit : " c'est très bien, continue comme ça " Le temps perdu ne revient jamais Michel !
Ressasser est une mauvaise formule car cela entretient le mal. Je crains que vous ne sachiez faire la différence entre les vrais amis et les " vrais-faux-amis " mais après tout, " as you like it " J'étais rarement d'accord avec Alberto mais en ce domaine précis il avait un raisonnement sain. Abonder en votre sens n'est pas vous rendre service, bien au contraire !

Écrit par : S. | mercredi, 30 juin 2010

j'ai cru percevoir en Michel, un certain désir de vengeance et le contredire
ne ferait que le faire rebondir de plus belle ..
il y aurait effectivement deux méthodes pour le faire réagir ,
la mienne est peut-être pas la bonne, mais pour ma part ,
je ne serais pas pour la douche froide , n'ayant jamais été punie de la sorte ..

Écrit par : fafaf | jeudi, 01 juillet 2010

Moi si : je serais pour ! Mais ne nous méprenons pas : uniquement parce qu'ici il fait 31°C, hein ?

Écrit par : Michel | jeudi, 01 juillet 2010

On ne peut se revendiquer de l'Evangile et vouloir se venger. C'est comme " boire ou conduire, il faut choisir "( Pardon pour ce banal slogan.) Si on est réellement convaincu de l'existence de Dieu, c'est à lui qu'il revient de régler les comptes. Du reste la vengeance est du temps perdu puisque chaque acte est en soi, porteur de conséquences ...

Écrit par : S. | jeudi, 01 juillet 2010

Et un bon point pour Simone, un ! De fait, si "désir de vengeance" il y avait :
1°)depuis le temps cela finirait par s'user un tantinet, non ?
2°)est-ce vraiment en s'épanchant sur un blog que l'on peut se "venger" ?

En revanche, et précisément parce que "chaque acte est en soi, porteur de conséquences", je ne fais justement que relater au grand jour les conséquences d'actes posés en leur temps... et dont votre serviteur n'a pas exactement la vocation d'assumer la paternité puisqu'ils ont été posés tant contre lui que, in fine, contre leurs auteurs eux-mêmes. Alors il y a deux solutions :
- celle de Simone, qui est de mettre son mouchoir par-dessus et de passer à autre chose. Inconvénient : si cela semble cautériser le mal en surface, il reste ancré en profondeur... et de la sorte, implicitement encouragé
- celle du "vengeur masqué" (eh oh : je rigole !) qui, sans vouloir assassiner la terre entière, essaie d'établir un distingo entre ce qui est juste et ce qui ne l'est pas, histoire que cela profite à d'autres, et que ceux-là aient de quoi prendre un certain recul par rapport à certaines fausses fatalités, fabriquées de toutes pièces. Il s'agit moins de "ressasser" que de ne pas laisser croire une seconde à l'inacceptable d'un jour qui deviendrait acceptable le jour suivant, c'est tout !
___________________________________

PS : Ah, les trains c'est comme les p'tits bateaux, ça n'a pas d'ailes. C'est pour cela que cela ne vole pas haut. (C'était la minute encyclopédique : étonnant, non ?)

Écrit par : Michel | jeudi, 01 juillet 2010

N'oublions pas non plus cet autre slogan
tout aussi banal -mais O combien efficace-

AIDE TOI LE CIEL T AIDERAS ..

Écrit par : fafaf | jeudi, 01 juillet 2010

Bon ! mieux vaut en rester là car du train où vont les choses, ça va voler de moins en moins haut.

Écrit par : S - | jeudi, 01 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.