Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 juillet 2010

C’est le "médecin"© qui se duplique, et non la Trinité.

Montage Incognito.jpg
[*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,9-13. (*)/(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)
Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit :
« Suis-moi. » L'homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs (*) ? » Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades (*). Allez apprendre ce que veut dire cette parole : C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices (*). Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs (*). »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -9,9-13° (*)/(*)

Mireille Mathieu - Porquoi Le Monde Est Sans Amou .mp3
Found at bee mp3 search engine

Montage Mireille.jpgPhilou [1], sortant de Cafardanlom, vit un homme, du nom de Mireillemathieu, assis sur le succès de ses refrains (collecteur d’aficionados). Il lui dit : « Précède-moi [2, APR notes 32,33]. » L'homme se coucha et le précéda. Comme Philou était à table [3] hors de la raison [4] [ NB : en effet, le beau temps [5][6] qui régnait permettait d’envisager sereinement un somptueux pique[7]-nique[8]… ], voici que beaucoup de publicanins [9] et de "malades"© vinrent prendre glace [10] avec lui et ses bisciples [11]. Voyant cela, les pharmaciens [12] disaient aux bisciples : « Pourquoi votre un_pique_nique_trs_russi.jpgmaître [13, note 4] mange-t-il avec les publicanins et les "malades"©? » Philou, qui avait l’air tendu [14, note 33 ?], déclara : « Ce ne sont pas de gentils lapins [15, note 51] qu’a besoin le "médecin"© [ NB : entre les repas [15, notes 45,46], faut-il le préciser ? ], mais des "malades"©. N’allez surtout pas apprendre ce que veut dire cette parlote [16] : Ce sont les sacrifiés [17, note 61] que je désire, et non des bluettes d’amour, extraordinairement vagues [18, APR note 67] à mon goût. Car je suis venu appeler non pas juste un [19], mais des dizaines de milliers [20, note 66] de fans "malades"© de mes chansons [21]. »

______Sans doute beaucoup sont-ils allés apprendre ce que veut dire cette parole : C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Depuis, en sont-ils revenus ? Car on est sans nouvelles d’eux…  -à peine quelque carte épisodique [22, APR note 36]-, depuis qu’a été lancée la mode sympathique des gens bien portants qui ont besoin du médecin, non pas pour eux mais pour des malades si malades qu’ils ne le savent pas, ou pire : que ces pécheurs répugnants et impénitents ne veulent pas le savoir [23, notes 3,4] ! Ce qui, par a plus b, "démontre" à l’envi leur "maladie"© : n’est pas juste psychique [24] qui veut (ce précieux label [25] n’étant implicitement délivré qu’en fonction de la qualité du gibier sacrif rabattu [26, notes 23,24])… Tôt ou tard, concernant les ignorants de bonne (psycho)foi [27][28], il faudra bien leur apprendre : sinon, comment en viendraient-ils à appeler le "médecin"© en de telles conditions, malheureusement [29, APR note 30] si éprouvantes pour l’entourage bien-portant du "troublé au consentement rendu impossible"©[30, notes 15,16]? « C'est la miséricorde que je désire  » ? Lui oui, mais pas le péch le "malade"©, si atteint d’hébétude qu’il peut aller jusqu’à ne pas compatir [31] à ce que ce soit les gens bien-portants qui aient besoin [32][33] de son sacrifice [34][35, note 72]. En cela, n’est-il pas fort injuste et -osons le dire- ingrat, la miséricorde étant de nos jours surabondante depuis que sur le marché a été subrepticement introduit son modèle universel automatique [36] toutes options (à l’exception de la marche arrière [37], réputée incompatible avec le reste) ?


______Enfin quoi : « quand donc la bête [38] de la nouvelle lune bete hurlant.jpg[39] sera-t-elle passée aux "soins"©, pour que nous puissions vendre notre blé [40] ? Quand donc le sabbat [41] sera-t-il fini, pour que nous puissions écouler nos tourments [42] ? À cet effet, sur la parlote du Baigneur [43] Docteur, ne vendrions-nous pas jusqu'aux déchets [44][45][46]de ce tourment [47][48][49] ? » Parlote du Baigneur Docteur dans le Livre d'Âme d’os [17, APR note 41] : Quand arrivera ma Nuit [50], je ferai disparaître le soleil en plein minuit, en pleine nuit [51, notes 52,53], j'obscurcirai la lumière sur l’atterrant [52]. Je changerai votre deuil en fêtes [53], toutes vos lamentations en chants [54] ; j’obligerai tous vos "malades"© à mettre un vêtement de pénitence [55][55bis][56], la "médecine"© et ses satellites [57][58] à leur raser la tête [59][60]. Voici venir des nuits, déclare le Baigneur Docteur, où j'enverrai la sale mine [61, note 55] sur l’atterré [62] ; ce sera une faim de lapins [63] et une soif d'eaux usées [64, note 85] : la faim et la soif d'entendre les parlotes du Baigneur. On se traînera d'une amère [65] à l'autre, marchant à l'aventure du nord au levant, pour chercher en tout lieu la parlote du Baigneur, et on la trouvera partout… peu avant que n’ arrive le Jour du Seigneur Dieu.

Livre d'Amos 8,4-6.9-12. (*)/(*)
Écoutez ceci, vous qui écrasez le pauvre pour anéantir les humbles du pays, car vous dites : « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée, pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le sabbat sera-t-il fini, pour que nous puissions écouler notre froment ? Nous allons diminuer les mesures, augmenter les prix, et fausser les balances. Nous pourrons acheter le malheureux pour un peu d'argent, le pauvre pour une paire de sandales. Nous vendrons jusqu'aux déchets du froment ! » Parole du Seigneur Dieu : Quand arrivera mon Jour, je ferai disparaître le soleil en plein midi, en plein jour, j'obscurcirai la lumière sur la terre. Je changerai vos fêtes en deuil, tous vos chants en lamentations ; je vous obligerai tous à mettre un vêtement de pénitence, à vous raser la tête. Je mettrai ce pays en deuil comme pour un fils unique, et, dans la suite des jours, il connaîtra l'amertume. Voici venir des jours, déclare le Seigneur Dieu, où j'enverrai la famine sur la terre ; ce ne sera pas une faim de pain ni une soif d'eau, mais la faim et la soif d'entendre les paroles du Seigneur. On se traînera d'une mer à l'autre, marchant à l'aventure du nord au levant, pour chercher en tout lieu la parole du Seigneur, mais on ne la trouvera pas.

______Du péché, on est sans nouvelles non plus. Mais des pécheurs, on devrait en trouver sans avoir à se traîner d'une mer à l'autre : ils se portent-bien, merci ! Leurs oreilles également [66], quoique… seraient-elles inaptes à entendre les paroles du Seigneur ? Ménonpadutou [67], car Il est venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs : peut-on écouter "Radio-pécheurs" quand le récepteur aurait besoin du technicien, figé sur la fréquence de "Radio-justes" ? Il est vrai que la puissance de celle-ci –en dépit de sa dénomination, peu scrupuleuse à diminuer les mesures, augmenter les prix, et fausser les balances-, écrase le pauvre émetteur [68, notes 88,89] de la première station…

old-radio.jpg

Les commentaires sont fermés.