Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 juillet 2010

Il était là au milieu d’eux. Ils se disaient : « La paix est avec lui ! »

Montage Dormeur du Bal.jpg

[*][*][*] / [*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,24-29. (*)(*)/(*)(*)(*)(*)(*)
(
Fête de saint Thomas, Apôtre)
L'un des Douze,
Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), n'était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d'être incrédule, sois croyant. » Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -20,24-29° (*)Dormeur.jpg
(Fête du malsain Trop-Las, À poutre
vermoulue)
L'un des Sept
[1], Trop-Las (dont le nom signifie : Dodeau [2, notes 5,6]), n'était pas avec eux [3,im.2] quand ils en étaient venus à Philou [4][5, note 8], tels la bise de l’hiver [6, APR note 20][7][8]. Les autres bisciples [9] lui disaient : « Nous avons vu le Patineur [10][11,im.5][12,im.2][13,im.4] ! » [ NB : le lecteur avisé aura ici avancé le doigt sur le Baigneur [14], peu enthousiaste à briser la glace [15] durant la saison froide… ] Et il leur avait déclaré [16] : « Si je ne "vois"©[17, APR note 28] dans ses textes subtilisés [18, APR note 27][19, note 74] que la marque de clous [20], tant que je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, tant que je ne mets pas la main dans son côté [ NB : il va de soi que nous sommes là dans le monde de Raihël [21], puisque précisément toute forme de conviction étayable sur la vérification de ce qui a été écrit [22, AV note 30] est de l’ordre du superflu ou de la superglu [23] ? ] , oui, vous me croirez [24, notes 27,28] ! » Six jours plus tard [25, note 18], les bisciples se trouvaient comme dans une nouvelle maison [26], et Trop-Las était dans une autre : plus adaptée à sa situation [27]. Philou y vient, alors que les portes et les fenêtres étaient verrouillées [28, AV note 14], et il était au milieu des las [29]. Il dit : « Lapins soient contre vous [30, notes 14,15] ! » Puis il dit à Trop-Las : « Avance ton doigt ici, et vois meCôtes de porc.jpgs nains [25] ; recule ta main [31], et mets-la dans ma côte de porc [32] : cesse d'être incrédule [33, notes 17,18][34, APR note 60,§6], sois aboyant [35][36]. » Trop-Las lui dit alors : « Leur saigneur et leur dieu [37][38][39] ! » Philou lui dit : « Parce que tu ne m'as pas vu comme tel, tu ne crois pas. Peureux [40, AV note 6] ceux qui croassent [41][42][43] sans avoir vu la plus petite fermeture éclair [44]. »
podcast

______Parce qu’il a vu, Thomas a cru. Et quand bien même heureux soient ceux qui croient sans avoir vu, il serait étrange d’en avancer qu’à l’inverse, l’Apôtre et les Dix autres- en fussent malheureux de L’avoir vu ! Remarquons précisément que s’il est décrit ici comme étant l'un des Douze, ils ne sont plus cependant que Onze, Thomas avec eux inclus. Chiffre parfait en vue de former une équipe de football [45][46] ou de rugby, mais un tel objectif –tout anachronisme mis à part- eût-il mérité de laisser voir quelque marque de clous, avec tout ce que cela peut impliquer de violences subies dans la chair ? Chiffre imparfait dans une perspective plus spirituelle [47, APR note 73], étant institués Douze [48].
______Or, ils ne sont plus que Onze, Judas [49] sans eux exclu : Jean nous rapporte néanmoins cet illustre épisode de Thomas l’incrédule un des Douze, sachant bien que Judas n’était plus avec eux, et que Matthias n’était pas encore avec eux [50, APR note 47] tout au moins en sa qualité explicite d’Apôtre. Celui que Jésus aimait [51] est-il donc si distrait qu’il ne sache plus compter ? Ou s’agit-il seulement pour lui de se conformer fidèlement à l’institution initiale voulue par le Maître ? Plus profondément, ne s’agit-il pas de signifier en clair-obscur qu’en dépit de son absence, alors définitive, Judas aussi était l’un des Douze : ni Jésus ni les Onze autres ne l’ont exclu de leur propre chef ; pas même après la consommation de sa trahison puis sa disparition, puisque écrire l’un des Douze, -même en parlant de Thomas- c’est implicitement y intégrer Judas. Intégrer Judas qui était des mieux placés pour voir-, c’est intégrer parallèlement que si Thomas a cru parce qu’il a vu, c’était un plus mais non une sorte d’élément le contraignant à croire : parce qu’il a vu, Thomas a consenti à croire. De même qu’en négatif, Judas, lui, n’y a pas consenti.
______« Parce que tu m'as vu, tu crois » : s’il fallait prendre indifféremment au pied de la lettre [52, APR note 3] un tel axiome pour chacun, alors pourquoi ceux qui croient sans avoir vu seraient-ils heureux ? Ne serait-il pas au contraire fort malheureux de les voir ainsi manifester ce qu’on pourrait presque être tentés de disqualifier -mais oui !- en bouffées d’"hallucinations sensorielles"© à tendance "mythomaniaque"©[53, note 60] ? Tentation peut-être plus récurrente encore, au passage, lorsque ceux qui disent croire sans avoir vu mettent de côté leur bonheur derrière une porte si soigneusement verrouillée [54][55, APR note 28][56] qu’elle ne laissera plus voir à l’incroyant que de quoi s’écrier : « Mon Dieu ! » et être de plus en plus incrédule ! Par ce quil aura vu de certains citoyens du peuple saint, membres déclarés de la famille de Dieu, il pourrait bien "voir dans ses mains la marque des clous, mettre son doigt à l'endroit des clous, mettre la main dans son côté", consentirait-il à croire ?…

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,19-22. (*)/(*)(*)(*)(*)(*)
Frères, maintenant, dans le Christ Jésus, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple saint, membres de la famille de Dieu,
car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire c'est le Christ Jésus lui-même. En lui, toute la construction s'élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l'Esprit Saint la demeure de Dieu.

______Parce qu’ils ont vu le Docteur ou pis, qu’ils se sont intégrés dans la "construction"© conceptuelle [47, APR note 86] du Docteur [57]-, c’est peu de dire que cette belle harmonie des éléments de la construction comporte parfois des accents si étranges [58][59] qu’ils rendraient Thomas immédiatement incrédule s’il revenait parmi nous. C’est parce que le "malade"© n’a pas vu le Docteur (mais qu’il en a en revanche aperçu les fruits [60] chez les… citoyens du peuple saint) qu’il ne le croit pas !… Mieux encore : bienheureux ceux qui ne le croient pas sans l’avoir vu pourvu qu’ils ne perdent surtout pas de vue la pierre angulaire [61]. En effet, qu’ils l’aient vu ou non, il suffit que lui les aient "vus"©[62, note 4] pour être cru [24, notes 27,28] des bien-portants l’ayant vu ou non : ceux ne l’ayant pas vu se passant allégrement le message [63, APR note 30][64, note 59] comme de toute "marque de clou", eu égard à "l’intériorité" [65] de la "maladie"© déclarée !… D’où la nécessité pour ceux qui en "souffrent"© de ne pas perdre de vue la pierre angulaire : ne seraient-ils pas heureux d’être seulement des étrangers ou des gens de passage ?

Lettre de Phil’os à poutre malsain aux Daltoniens de la santé 2,19-22. (*)/(*)(*)
cheval-de-troie-09.jpgFrères chiens
[66], maintenant, dans la crise de Philou, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes la cible des Troyens [3, note 54] de la meute [67] malsaine, membres de la famille du Docteur, car vous avez été intégrés dans la destruction [68] qui a pour fondateurs anthologiques les À poutres [69] et autres "professionnels"© de l’éradication conceptuelle [70] ; et la pierre lapidaire [71] c'est la crise de Philou elle-même. Bien que ne pouvant loger les oreilles [72], son déguisement reste superbe [73] ; et naturellement, sa fermeture éclair se trouve par derrière [74][75, note 11]. En lui, toute la construction s'écroule lamentablement au fond du lac [76, notes 36] pour devenir un temple atlante [77] sous le Baigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments atomisés [78] de la destruction pour devenir par l'esprit ceint [79][80] les demeurés du Docteur. Et pourquoi pas : jusqu’à atteindre de temps à autre la demeure du docteur [81] lui-même…

Les commentaires sont fermés.