Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 juillet 2010

Cet éléphant s’autodétruira-t-il dans cinq secondes ?…

Adam Clayton/Larry Mullen, Jr. - Mission Impossible Theme .mp3
Found at bee mp3 search engine
Montage Dumbo.jpg
[*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,1-7. (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)
Jésus appela ses
douze disciples et leur donna le pouvoir d'expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, appelé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « N'allez pas chez les païens et n'entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -10,1-7° (*)/(*)(*)
Philou
[1] appela ses douze bisciples [2] et leur donna le pouvoir magique [3, notes 69 à 71] d'impulser [4,im.1] les esprits mauvais et de leur fournir toute "maladie"© et toute "infirmité"© qui ne les dépayse pas : c’est-à-dire invisible aux yeux [5, note 4] du bien-portant béotien [6], peu versé aux subtilités de l’art néochien [7][8]. Voici les noms des douze À poutres [9] : le premier, Siphon [10], appelé Cœur-de-pierre [11] ou Pierr’os [12] ; And’os [13, note 15] son frère ; Jacquouille [14], fils de Dégénér1926446855.jpgé [13, note 6/3], et Jeannot Lapin [15] son frère ; Philippe –joker de dames [16, note 44][17]- et Barthezlamydlaballe [18, note 6] ; Trop-Las [19] et Mireillemathieu [20] l’homme aux refrains ; Dumbo [21], fils d'Elphant [22,im.7], et Mhémmée [23] ; Siphon le Zélé [24][25] et Judas Iscariote VII [26] [ NB : les VI premiers sont ici [27] sous pseudo, afin de ne pas effaroucher les brebis perdues dans la raison de Raihël [28], déjà soumises à de redoutables pressions contraires [29, note 33]… ], celui-là même qui lui livra du ciel comme l’éclair [3, note 62]. Ces douze, Philou les dévoya en mission [30][31] avec les destructions [32] suivantes : « N'allez pas chez les pas chiens sans une vrille [3, notes 43,44] pour entrer chez des Safaritains [33]. Allez surtout vers les brebis percluses de la maison de Raihël, plus tôt [34] prêtes à l’emploi. Sur votre route, proclamez que le royaume d’essieux [35][36] est tout proche. »

______Le Royaume des cieux serait-il donc plus proche des brebis perdues de la maison d'Israël [37][38] que des païens ou des Samaritains, pour que les Douze fussent ainsi ponctuellement limités dans leur nouvelle mission ? Chez les premiers, par la suite n’auront pourtant pas manqué de solides témoignages de foi, dont l’un fera même dire à Jésus que chez personne en Israël Il n’a trouvé une telle foi [39]. Chez les seconds, on sait que leurs relations d’alors avec les Juifs ce que restent les douze en dépit de cette "promotion" disciplinaire qui ne les désincarne en rien- ne sont guère au beau fixe : les Juifs ne voulant rien avoir en commun avec les Samaritains [40]. On se souvient d’ailleurs que plus tard, Jacques et Jean -les « Fils du tonnerre » chez Marc [41]- auraient volontiers ordonné que le feu du ciel tombe sur un village de Samaritains [42] si Jésus ne les avait pas vivement interpellés après s’être retourné. Le contexte est ici différent : en tout début de mission et non sur la montée vers Jérusalem ; les disciples laissés à eux-mêmes, deux par deux [3] mais sans être accompagnés du Maître. On comprendra donc que Jésus prenne ici quelques précautions vis à vis de ces Apôtres certes enthousiastes, mais un brin fougueux : ce pouvoir qui leur a été donné pouvant tout autant leur monter à la tête : les griser jusqu’à risquer d’éloigner le Royaume des cieux dans leurs actes plutôt que le rapprocher. Or, il s’agit bien de retrouver les brebis perdues de la maison d'Israël pour les rassembler [43]: non de les disperser davantage.

______Du reste, la brebis perdue n’incarnant déjà guère en soi un modèle des plus achevés de proximité avec le Royaume des cieux, comment les païens et autres Samaritains parfois moins perdus qu’elle… ou plus conscients [44] de s’être perdus : cf. les publicains et les prostituées [45]- désireraient-ils seulement leur emboîter le chemin ? Sans doute les disciples hormis le cas emblématique de Judas- ne se comptent-ils pas parmi ces brebis perdues, mais une sensibilité trop exacerbée de la "gâchette" du feu du ciel rendrait étrange [46] leur proclamation du Royaume des cieux et moins étrange des résultats inverses à l’effet escompté. Le "feu du ciel" n’a-t-il d’ailleurs pas d’autres cordes à son arc [47, APR note 86] quand il s’agit de freiner l’essor de tout un troupeau [48] de brebis perdues ? Dès lors que celles-ci deviennent massivement [49, APR note 57] si peu scrupuleuses à vouloir s’entraîner les unes les autres [50] –et accessoirement, "païens" et "Samaritains" avec elles- dans leur chute [51] que la crédibilité de leur proclamation du Royaume des cieux en est elle-même anéantie mission impossible…-, n’en appellent-elles pas comme à un "retour en Égypte" [52, AV note 31] ?

misenplis.jpg

Les commentaires sont fermés.