Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 juillet 2010

Dans chaque cabinet où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous masser…

Montage masseur.jpg

[*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10, 7-15. (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)
Jésus disait aux douze Apôtres : «  Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. Ne vous procurez ni or ni argent, ni petite monnaie pour en garder sur vous ; ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. Car le travailleur mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez chez lui jusqu'à votre départ. En entrant dans la maison, saluez ceux qui l'habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n'en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. Si l'on refuse de vous accueillir et d'écouter vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, en secouant la poussière de vos pieds. Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de
Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -10, 7-15° (*)/(*)207205078.jpg
Philou
[1] disait aux douze À poutres [2] : « Sur votre route [3,im.2][4,im.9,11], proclamez que le royaume d’essieux [5, notes 35,36] est tout proche. Détectez [6,im.2,3,4] les "malades"©, suscitez des morts chez eux [7, notes 27 à 29] comme chez vous [8], "purifiez"©-vous [9] par les "lépreux"©[10][11] : chassez ces démons [12][13, note 72][14][15][16] avant qu’ils ne contaminent [17,im.6][18, notes 43,44] votre famille et vos enfants [19][20][21]. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement vos coups de massue [5, note 49][22][23][24][25], mais rémunérez [26][27] votre masseur… qui n’est si thérapeute. Ne vous procurez ni or ni argent, ni fausse monnaie [28][29][30][31][32][33][34] pour en garder sur vous ; ni tuba pour le lac [35, notes 36], ni d’inique de rechange [36][37], ni scandales [38][39, APR note 8][40], ni bâton : tout ceci vous sera servi en abondance par le "professionnel"©[41][42][43][44][45][46][47, notes 32,33][48], dans le cadre de sa "prestation"©[49]. Car le charognard [50][51] mérite sa pourriture [52], celle-ci seule n’étant pas volée. Car avant chaque vrille et pillage [53, notes 13,14] que vous pratiquerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restCapture divorce2.jpgez chez lui jusqu'à son départ [54]. En entrant dans la maison, assignez [55] ceux qui l'habitent. Si cette maison en est digne, que votre guerre [56][57][58][58bis] vienne sur elle. Si elle n'en est pas digne, que votre guerre retourne vers vous. Si l'on refuse de vous accueillir et d'écouter vos parlotes [59][60][61][62], sortez le "sourd" de cette maison et de cette ville [63, notes 37 à 42], en secouant la poussière de vos pieds. Ach so, je vous le médis [64] : au jour de l’Internement [65, notes 50 à 54], le pays de Sodome [66, notes 74,75…] et d’égaux morts sera traité [67][68] aussi sévèrement que ce vil coyote. »

1404795941.jpg

[*][*]

Livre d'Osée 11,1.3-4.8-9. (*)
Parole du Seigneur. J'ai aimé Israël dès son enfance, et, pour le faire sortir d'Égypte, j'ai appelé mon fils. C'est moi qui lui apprenais à marcher, en le soutenant de mes bras, et il n'a pas compris que je venais à son secours.  Je le guidais avec humanité, par des liens de tendresse ; je le traitais comme un nourrisson qu'on soulève tout contre sa joue ; je me penchais vers lui pour le faire manger. Mais ils ont refusé de revenir à moi : vais-je les livrer au châtiment ? Non ! Mon cœur se retourne contre moi, et le regret me consume. Je n'agirai pas selon l'ardeur de ma colère, je ne détruirai plus Israël, car je suis Dieu, et non pas homme : au milieu de vous je suis le Dieu saint, et je ne viens pas pour exterminer.

Sous l’ivresse osée 11,1.3-4.8-9. (*)(*)(*)(*)(*)1729383599.jpg
Parlote du Baigneur
[69][70]. J'ai ramené Raihël à son enfance [71][72][73, APR note 21][74][75, note 38], et, pour le faire entrer en Inique [76, note 53][77, note 38], mon ficelé [78][79] m’a appelé. Celui-là, c'est moi qui lui avais appris à marcher [80], en le soutenant de mes bras armés [81], et il a bien compris que je venais à son secours [77, APR note 41] [ NB : c’est d’ailleurs la seule chose qu’il aie comprise [82][9, note 2,APR notes 11,12][83, note 3/3], mais ne l’ébruitons pas… ]. Je le guidais avec doigté [84], par des liens de nylon [85] ; je le traitais comme un polisson qu'on allège de tout son joug [86, APR note 5] ; je me penchais vers lui pour le manger [87][88] faire manger. Mais ses "malades"© ont refusé de venir à moi [89, notes 3,4] : vais-je me les faire livrer au châtiment "traitement"© ? Oui ! Mon chœur de pleureuses [90, note 15][6][6bis][91][92] se tourne vers moi, et sans regret me les consume assez pour en assurer une cuisson [93] homogène : c’est du tout cuit ! [ NB : attention à ne pas se laisser piéger [61] par la phonétique, ce qui est cuit pouvant être inversement proportionnel au Q.I.… ] Je n'agirai pas ouvertement selon l'ardeur de ma colère -sous peine d’être taxé de "dangerosité"©[94]-, mais je détruirai encore plus [95] Raihël, car je suis Docteur, et non pas vous [96]: au milieu de vous je suis le Docteur feint [97], et je viens pour en terminer avec le bien et le mal [98]. Soit avec l’humanité : rien de moins !

______N’est-ce pas regrettable ? En effet, si la plupart des Textes de l’ancienne Alliance nous ont souvent confrontés à une violence difficilement supportable [99, notes 73,74], cet extrait d’Osée ne fait-il pas exception : tout empreint de la tendresse quasi maternelle de Celui qui est Dieu, et non pas homme ? Et voilà que sa parodie "médicale"© le retourne contre lui-même [100] ! Tout fiche le camp [101]

Montage Camping.jpg

Les commentaires sont fermés.