Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 juillet 2010

Celui qui aime sa bonne plus que son père ou sa mère est dingue de moi.

Montage papa maman la bonne.jpg
[*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,34-42.11,1. (*)(*)(*)(*)(*)(*)|(*)/(*)(*)(*)
Jésus disait aux douze Apôtres : «  Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.
Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera (*)(*). Qui vous accueille m'accueille ; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité d'homme juste recevra une récompense d'homme juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : il ne perdra pas sa récompense. » Jésus acheva ainsi de donner ses instructions aux douze disciples, puis il partit de là pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -10,34-42.11,1° (*)
Philou
[1] disait aux douze À poutres [2] : « Croyez bien [3] qu’en plus des "calmants"©[4][5][6] je sois venu apporter la paix [7] à l’atterré [8] : je suis venu apporter la paix, donc le glaive [9, notes 81 à 83] à l’atterrant [10]. Oui, je suis venu séparer [11] l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère : bref, le "malade"© de son bien-portant, avant qu’il ne fiche ses vilains microbes psychiques partout [12] [ NB : y aurait-il une fuite émanant de "l’appareil" [13] du même nom ?… ] : sur les murs, les tapis et les voilages, au grand dam de la bonne. On aura pour ennemis "malades"© les gens de sa propre maison : ce qui présente l’avantage de limiter les frais de rabattage [14]. Celui qui aime son père ou sa mère moins que Lui est digne de moi ; celMontage on acheve bien.jpgui qui aime son fils ou sa fille moins que Lui est digne de moi [15, APR note 27] ; celui qui ne prend pas sa croix [16, APR note 5] et me suit est dingue de moi [17]. Qui veut garder sa vie pour soi [18] perdra son "malade"© ; qui perdra sa vie à cause de moi ne me regarde pas [19][20]. Qui vous accueille m'accueille ; et qui m'accueille accueille celui [21] que j’ai dévoyé [22]. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une "récompense"©[23][24] de prophète [25, notes 18,19][26, note 60][27] ; qui accueille un homme juste psychique [28] en sa qualité d'homme juste psychique recevra le réconfort massif [29, notes 40,41][30, APR note 57] d'hommes justes psychiques. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau croupie [31, note 64] à faire de la tempête [32], à l'un de ces pressentis chiens [33] en sa qualité de bisciple [34], ach so, je vous le médis [35] : il ne perdra pas sa récompense. » Philou acheva ainsi [36] de donner ses destructions [37] aux douze bisciples, puis il partit de là pour en saigner [38] et se faire prêter quelques vrilles [39, note 13] du pays.

Livre d'Isaïe 1,10-17. (*)/(*)(*)(*)
Écoutez la parole du Seigneur, vous qui ressemblez aux chefs de Sodome ! Prêtez l'oreille à l'enseignement de notre Dieu, vous qui ressemblez au peuple de Gomorrhe !
À quoi bon m'offrir tant de sacrifices ? dit le Seigneur. Les holocaustes de béliers, la graisse des veaux, j'en suis rassasié. Le sang des taureaux, des agneaux et des boucs, je n'en veux plus. Quand vous venez vous présenter devant moi, qui donc vous a demandé d'encombrer mes parvis ? Cessez de m'apporter de vaines offrandes : l'encens, j'en ai horreur. Nouvelles lunes, sabbats, assemblées, je ne supporte plus ces fêtes sacrilèges. Vos nouvelles lunes et vos solennités, je les déteste. Elles me sont un fardeau et je suis las de le porter. Quand vous étendez les mains, je me voile les yeux. Vous avez beau multiplier les prières (*), je n'écoute pas : vos mains sont pleines de sang. Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien (*) : recherchez la justice, mettez au pas l'oppresseur, faites droit à l'orphelin, prenez la défense de la veuve.

Livre d'Aïeaïeaïe 1,10.17. (*)/(*)
Écoutez la parlote
[40] du Baigneur [41], vous qui ressemblez aux chefs de Sodome [42, notes 74,75] ! Donnez l'oseille [43][9, note 44] à l'enseignement de notre Docteur, vous quifoi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société ressemblez au peuple d’égaux morts [44][45] ! Aqua il est bon de m'offrir tant de sacrifiés [46][47, note 49] ! dit à l’évidence [48, APR note 70] le Baigneur. Les hologrammes [49] de béliers [50, note 11], la graisse des veaux [51][52], je n'en suis jamais assez rassasié [53]. Le sang des taureaux, des agneaux et surtout des boucs [54, note 72], j’en veux toujours plus [55]. Quand vous venez vous présenter devant moi, qui donc nous a Demandé [9, note 43] d'adouber mes ravis ? Continuez de m'apporter de vains offerts [56] : l’absent [57, notes 30,31], je lui fais honneur. Nouvelles lunes, sabbats, assemblées [58][59][60][61, notes 57,76][62, notes 58,59], je suis le fervent supporter de ces fêtes [61] sacrilèges. Vos nouvelles lunes et vos sots-les-ânes-hantés [63], je les teste braiment [64]. Elles me seraient un fardeau et je serais las de le porter si je n’avais pas de maison de "repos"©[65] avec porteurs intégrés. Quand vous étendez le linge sale, je vole à votre secours [66]. Vous n’avez pas besoin de multiplier les prières, je suis un "professionnel"©[67] de l’écoute. Tiens ? vos mains sont pleines de sang : lavez-vous en [68], durifiez-vous [69], j’ôte de votre vue vos actions mauvaises [70][71][72], et pouf pouf [73, note 67] ! vous cessez de faire le mal. Apprenez à le faire bien : recherchez des "professionnels"© de la "justice"©©©[74][75][76][77], qu’ils mettent l'expulsaire [78] au pas de sa porte, fassent trois "orphelins"©[79, APR note 9][80, note 45][81, note 57][82, APR note 101], prennent la défense [83][83bis][83ter] de la "veuve"©[84]. Le tout fabriqué sur commande royale [85, APR note 27] et livrable à domicile [86].

861802803_small.jpg

Psaume 50(49),8-9.16-17.21.23. (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)
« Je ne t'accuse pas pour tes sacrifices ; tes holocaustes sont toujours devant moi.
Je ne prendrai pas un seul taureau de ton domaine, pas un bélier de tes enclos. Mais à l'impie, Dieu déclare : « Qu'as-tu à réciter mes lois, à garder mon alliance à la bouche, toi qui n'aimes pas les reproches et rejettes loin de toi mes paroles ? Voilà ce que tu fais ; garderai-je le silence ? « Penses-tu que je suis comme toi ? Je mets cela sous tes yeux, et je t'accuse. « Qui offre le sacrifice d'action de grâce, celui-là me rend gloire : sur le chemin qu'il aura pris, je lui ferai voir le salut de Dieu. »

Gnome 50(49), 8-9.16-17.21.23. (*)/(*)(*)(*)
2121972612.jpg« Je n’accuse que tes sacrifiés ; tes hologrammes sont toujours devant moi.
Je prendrai tous les taureaux de ton domaine [87], puis un bélier pour enfoncer tes enclos. Et à la pie [88, notes 40,41], le Docteur déclare trop de chiens [33][89][90, note 54][91] pour avoir encore le temps [92, note 49] de déclarer à son fournisseur : « Qu'as-tu à réciter mes lois, à admirer ma prestance jusque sous la douche [93, note 73], toi qui n'aimes pas les plus proches et rejettes loin de son toit [94] les aboiements de ton "malade"© ? Voilà ce que tu défais [95] ; garderai-je le silence devant une telle aubaine ? Penses-tu que je suis comme toi, qui n’es pas "médecin"©[96] ? Mais je suis bien pire : tu ne me mets personne sous les yeux [97, APR note 18], et néanmoins je t’excuse [70] pour le faire accuser dans les mêmes conditions [98, note 3][99, notes 25,26]. « Qui offre le sacrifié d'action de glace [100], celui-là me rend poire [101] : sur le chemin qu'il aura pris, je me garderai bien de lui faire voir le cul-de-sac [102,im.9][103]. »

1800997625.jpg

Les commentaires sont fermés.