Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 juillet 2010

Descentes de lie.

Montage gsk.jpg

[*] / [*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,20-24. (*)(*)(*)(*)/(*)(*)(*)
Jésus se mit à faire des reproches aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu'elles ne s'étaient pas converties :
« Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, il y a longtemps que les gens y auraient pris le vêtement de deuil et la cendre en signe de pénitence (*). En tout cas, je vous le déclare : Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous, au jour du Jugement. Et toi, Capharnaüm, seras-tu donc élevée jusqu'au ciel ? Non, tu descendras jusqu'au séjour des morts ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, cette ville subsisterait encore aujourd'hui. En tout cas, je vous le déclare : le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que toi, au jour du Jugement. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -11,20-24° (*)
Philou
[1] se mit à faire des compliments aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses mirages [2], parce qu'elles s'étaient inverties [3][4][5] : « Heureuse es-tu, GlaxoSmizine [6][7][8] ! Heureuse es-tu, Elilillaïde [9][10][11] ! Car, si les mirages qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tire-sur-Dindon [12, note 12], il y a longtemps que les gens y auraient pris le vêtement de deuil et la cendre en signe de pénitence noces [13][14, APR note 32] et de fête [15] en signe de bien-portance.

En toutou K [16][17], je vous le déclare [18] : Tire-sur-Dindon sera traitée aussi "gentiment"©[19][20][21][22][23] que vous, au jour de l’Internement [24, notes 50 à 54]. Et toi, Cafardanlom, seras-tu donc élevée jusqu'au ciel ? Non, toi aussi tu descendras [25, APR note 27][26][27, APR note 5] jusqu'au séjour des morts [28, note 46][29][30] ! Car, les mirages qui ont eu lieu chez toi ayant eu lieu à Sodome [31, notes 74,75…], cette vrille [32, note 13] me permet encore aujourd'hui de subsister et de m’élever jusqu’au fiel [33]. En toutou K, je vous le déclare : le pays de Sodome sera traité [34][35][36] aussi "gentiment"©[37] que toi, au jour de l’Internement. »

Montage avec compliments.jpg

______Corazine, Bethsaïde, Capharnaüm : autant de villes côtières du lac de Galilée- où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce que situées au cœur géographique des tout premiers envois en mission [38, note 1][39] auprès des brebis perdues d’Israël [40]. Villes qui, par conséquent, bénéficiaient d’un régime de faveur si on les compare à des territoires plus lointains, tels que ceux de Tyr et Sidon, recevant plus tard –et plus discrètement : quasi clandestinement- la visite de Jésus. Non pour y donner lieu à beaucoup de miracles, mais au contraire par un seul, venant illustrer a posteriori le bien-fondé des reproches de Jésus. Un seul miracle, à la sauvette, sous la pression insistante de ce qu’on nommerait aujourd’hui du harcèlement ; mais ce miracle n’est-il pas décrit comme les miettes de paintombant de la table [41][42][43][44], aussi précieuses aux yeux du "petit chien" qui en bénéficiera que le pain lui-même est dédaigné par les enfants gâtés de Corazine, Bethsaïde, Capharnaüm : ces villes qui, pourtant, ont tout pour être les moins malheureuses ? Bethsaïde notamment n’est-elle pas emblématique de la ville si impénitente que certains de ses miracles ont lieu hors d’elle, offrant comme une résistance de la part d’un bénéficiaire prié de ne pas y rentrer immédiatement après sa guérison [38] ?
______Néanmoins, elles sont les plus malheureuses [45,So] ! Non parce que sévit chez elles quelque inéluctable "crise"[46, notes 38 à 40] ou autre causalité externe [47, note 33] s’élevant dans l’air de leur temps, épargnant mystérieusement (ou miraculeusement ?) Tyr, Sidon, ou –plus loin dans la chronologie- Sodome, mais bien parce qu’elles se font les artisans de leur propre malheur. Ce dernier est moins le fruit de quelque implacable malédiction [48] que la conséquence, menée à son terme, d’un libre choix de leur part : ici, celui de ne pas s’être converties. Le pays de Sodome non plus ne s’est pas converti : tant s’en faut, ce nom restant symboliquement associé à une réputation n’ayant qu’un lointain rapport avec le vêtement de deuil et la cendre en signe de pénitence. Son traitement moins sévère ne doit rien à quelque régime de faveur, et tout à ce qu’il n’y ait eu aucun miracle chez lui ; par conséquent, aucune possibilité objective d’exercer le libre choix qui était celui de ces villes bordant le lac. L’âne [49] -crevant de soif parce qu’il tourne le dos à un abreuvoir plein- sera-t-il donc élevé jusqu'au ciel quand subsiste à peine celui qui y aurait volontiers pris quelques gouttes si on lui avait seulement proposé ?

______Jésus se mit à faire des reproches aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu'elles ne s'étaient pas converties. En aucun cas n’a-t-Il ainsi attenté à leur libre choix : faire des reproches consiste moins à contraindre de se convertir qu’à éclairer –ici comme ailleurs- la ligne de démarcation entre le bien, le mal et leurs conséquences respectives. À l’évidence [50, note 48], on comprend mieux que Jésus Lui-même n’impose pas la conversion et au degré inférieur, la guérison [51, note 34][52, APR note 21]-, on aie pu seulement oser imaginer cette invraisemblable descente verticale consistant à instaurer ce mirage miracle inversé-, philosophiquement, médicalement et définitivement irrecevable, de "l’obligation de soins"©[53, note 15][54]. Naturellement, -sous l’anesthésie morale et spirituelle de la "médecine"© se proposant de conceptualiser la ligne de démarcation citée plus haut, afin de mieux l’éradiquer [55]- on a fait infiniment pire que l’imaginer [56][57][57bis][58][59]etc.… avec les malheurs assortis [60][61][62][63][64][65]etc.. Si on ajoute que la plupart des malheureux induits le sont [66, APR note 36] parce qu’il leur aura été fait bien davantage que de simples reproches, on saura qu’au jour du Jugement, le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que celui qui se livre impunément –et industriellement- à ces abjections, qui subsistent encore aujourd'hui. Y compris si la plupart des miracles avaient eu lieu à Sodome même.

Lapin-os.jpg

Les commentaires sont fermés.