Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 17 juillet 2010

Beaucoup de gens le suivirent, et il les fendit tous.

Montage FDS.jpg
[*][*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 12,14-21. (*)(*)|(*)(*)(*)/(*)(*)
Les pharisiens se réunirent contre Jésus pour voir comment le faire périr.
Jésus, l'ayant appris, quitta cet endroit ; beaucoup de gens le suivirent, et il les guérit tous. Mais Jésus leur défendit vivement de le faire connaître. Ainsi devait s'accomplir la parole prononcée par le prophète Isaïe : Voici mon serviteur que j'ai choisi, mon bien-aimé en qui j'ai mis toute ma joie. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, aux nations il fera connaître le jugement. Il ne protestera pas, il ne criera pas, on n'entendra pas sa voix sur les places publiques. Il n'écrasera pas le roseau froissé, il n'éteindra pas la mèche qui faiblit, jusqu'à ce qu'il ait fait triompher le jugement. Les nations païennes mettent leur espoir en son nom.

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -12,14-21° (*)
Les pharmaciens
[1] se groupèrent [2, notes 6 à 11] avec Philou [3] pour voir comment faire périr [4, notes 27 à 29] "guérir"©[5, APR note 60,§8] toujours plus de "malades"©. L’un d’entre ceux-ci, l'ayant appris, quitta cet envers [6] ; nonobstant beaucoup de gentils lapins [7] suivirent "l’avis"©[8, notes 36] de Philou, et il les fendit tous : pourvus ainsi de l’illusion d’avoir deux fois le-chene-et-le-roseau.jpgplus de tête [9], ils avaient finalement l’impression que la vraie vie était là [10, APR note 44] mais laissaient à ceux qui étaient "médecins"©[11] le soin de constater après coup. Et bien que n’ayant rien à cacher [12, note 3], Philou leur défendit vivement de faire connaître son "diagnostic"© précis au "malade"©. Ainsi devait s'accomplir la parlote [13] prononcée par le prophète Aïeaïeaïe [14, notes 71,72] : Voici mon serviteur que j'ai choisi [15], mon bien-"soignant"© en qui j'ai mis toutes mes foies [16]. Je ferai reposer sur lui mon esprit [17], aux nations il fera connaître le jugement puisqu’elles ne comptent plus que sur lui [18][19]. (Quant au "malade"©, il pourra bien protester, crier, faire entendre sa voix sur les places publiques : pouf pouf [20, note 67] ! ses "troubles rendent impossible"©[21, note 32] sa communication [22?]). Il écrasera le roseau [23?] froissé (avec une prédilection pour ce redoutable prédateur [24][25] qu’est le modèle pensant [26][27]), il sera de mèche avec ceux qui faiblissent [28, APR note 30][29, note 59], jusqu'à ce qu'il ait fait triompher le jugement [30]. Les nations pas chiennes mettent leur espoir [31][32] en son nom.

Livre de Michée 2,1-5. (*)(*)/(*)
Malheureux ceux qui, du fond de leur lit, méditent le crime, élaborent le mal ! Au point du jour, dès qu'ils en ont les moyens, ils l'exécutent.
S'ils convoitent des champs, ils s'en emparent ; des maisons, ils les prennent ; ils saisissent le maître avec sa maison, l'homme avec son héritage. C'est pourquoi, ainsi parle le Seigneur : Moi, je médite contre cette engeance un malheur où ils enfonceront jusqu'au cou ; vous ne marcherez plus la tête haute, car ce sera un temps de malheur. Ce jour-là, on composera sur vous une fable, on chantera une lamentation dans laquelle vous direz : « Nous sommes entièrement dépouillés ! Notre part nous est enlevée ! Hélas ! Elle nous échappe ! Nos champs sont partagés entre des infidèles ! » Non, vous n'aurez plus personne qui assure, dans l'assemblée du Seigneur, la distribution des parts.

Journal de Mickey 2,1-5. (*)/(*)(*)
Montage mickey.jpgPeureux
[33, AV note 6] ceux qui, du fond de leur lie [2], méditent le crime, élaborent la "maladie"© ! Au point de non retour [34], dès qu'ils en ont les moyens, ils l'exécutent [35]. S'ils croient voir [36, APR note 28] des méchants [37], ils s'en parent [38][39] ; des maisons, ils les prennent ; ils font saisir le maître sans sa maison [40][41], l'homme sans son héritage [42]. C'est pourquoi, ainsi parle le Baigneur [43] : Moi, je médite avec cette engeance un malheur où ils enfonceront jusqu'en bas [44, notes 36] ; vous ne nagerez plus la tête haute, car ce sera un temps de bonheur atlante [45] : en effet, j’ai trop besoin [46][47] de ma bouée pour vous la prêter [48]. Ce jour-là, on composera sur vous des fables [49][50][40, APR note 20][51, AV note 1][52, APR note 62][53, APR note 68][54, note 101][55, APR note 78], on chantera une assignation [56] par laquelle vous direz : « Nous sommes entièrement (d)épouillants [57] ! Notre "malade"© nous est enlevé [58] ! Ouf ouf [20, note 73] ! Nous lui échappons [59] ! Nos champs peuvent être tranquillement partagés entre infidèles ! » Oui, vous aurez de plus en plus de personnes ex-personnifiantes [60] qui rassurent [61], dans les assemblées du Baigneur [62, notes 58,59], par la distribution des parts [63].


Les commentaires sont fermés.